background preloader

Génération Z : le cerveau des enfants du numérique - Sciencesetavenir.fr

La génération Z (12-24 ans), qui a grandi avec les jeux vidéo et les téléphones portables, a gagné des aptitudes cérébrales en termes de vitesse et d’automatismes, au détriment parfois du raisonnement et de la maîtrise de soi, explique le professeur de psychologie Olivier Houdé. Dans cet entretien accordé à l'AFP, le directeur du Laboratoire de psychologie du développement et de l’éducation de l’enfant du CNRS-La Sorbonne (LaPsyDé) et auteur du livre "Apprendre à résister" (Le Pommier), il préconise un apprentissage adapté à ces mutations. Le cerveau des enfants nés à l’heure du digital est-il différent ? Olivier Houdé : Le cerveau reste le même, mais ce sont les circuits utilisés qui changent. Face aux écrans, et du coup dans la vie, les natifs du numérique ont une sorte de TGV cérébral, qui va de l’œil jusqu’au pouce sur l'écran. Ils utilisent surtout une zone du cerveau, le cortex préfrontal, pour améliorer cette rapidité de décision, en lien avec les émotions.

https://www.sciencesetavenir.fr/sante/generation-z-le-cerveau-des-enfants-du-numerique_18861

Related:  NeuroSciences / PédagogieImpact numérique sur processus sociocognitifs

Le cerveau : comment lui parler ? - Sydologie Pour comprendre comment apprivoiser le cerveau et notamment comment capter son attention, voici quelques-unes de ses caractéristiques. Le cerveau écoute Si je vous dis que le cerveau écoute, vous allez sûrement répondre : pas toujours ! Et oui, ca se saurait si le cerveau écoutait tout ! Pourtant, le cerveau capte un grand nombre d’informations et notamment lorsqu’il se sent concerné. Utiliser le storytelling, c’est-à-dire raconter l’histoire, fait appel aux émotions, ce qui sollicite davantage le cerveau.

Comment les outils numériques modifient notre cerveau - La Croix Des études scientifiques ont montré que l’utilisation massive d’Internet transforme notre mémoire et notre attention Réécouter l'émission de France Inter "La tête au carré" présentée par Mathieu Vidard, en partenariat avec La Croix. « Internet rend-il bête ? » Tel est le titre un peu provocateur d’un best-seller de l’essayiste américain Nicholas Carr, qui vient d’être traduit en français (1). Notre Comportement Se Modifie Peu À Peu, La Faute Au Numérique ? Présent partout, le numérique a forgé une société différente et façonne quelques traits de notre psyché. Les anthropologues s’alarment, les médecins publient et les psychologues continuent de s’interroger sur les effets induits et sur les détériorations possibles de notre santé mentale. La transition numérique emporte tout sur son passage et au-delà de ce constat, nous notons une mutation profonde et insidieuse des comportements. Certains observateurs s’inquiètent, tout particulièrement Shirley Turkle, psychologue et anthropologue du MIT qui travaille depuis les années 1980 sur les interférences entre nouvelles technologies et êtres humains. Dans son livre « Seuls ensemble », elle pointait déjà du doigt certains phénomènes.

Article rapport Académie Sciences : Enfants et écrans : psychologie et cognition L’Académie des sciences vient de publier un rapport (.pdf) sur la relation des enfants aux écrans (disponible également sous la forme de livre aux éditions Le Pommier), un rapport qui tord le cou à nombre d’idées reçues sur le sujet et fait le point sur les connaissances scientifiques, éducatives et neurobiologiques. Comme le précisait Jean-François Bach, secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences lors de la présentation publique du rapport, l’Académie a souhaité éclaircir les bases scientifiques de nos usages excessifs des écrans (voir les vidéos des présentations). Un rapport qui a voulu insister pas seulement sur les effets délétères des écrans – des effets qui existent, qui influent par exemple sur le temps de sommeil, l’attention, mais de manière plus rare qu’on a tendance à le penser – mais surtout sur les effets positifs de notre exposition aux écrans et notamment de l’exposition des plus jeunes aux écrans.

Comment améliorer la mémorisation à long terme en formation ? - Sydologie La mémoire à long terme : qu’est-ce que c’est ? Il existe plusieurs types de mémoire : la mémoire à court terme, qui nous permet de retenir brièvement les éléments auxquels on est confronté (noter un numéro de téléphone par exemple) et la mémoire à long terme. La mémoire à long terme permet de conserver tous les événements significatifs de notre existence, le sens des mots et les gestes appris. Contrairement à la mémoire à court terme, elle a une durée et une capacité de stockage illimitée.

Les mardis de la mémoire #9 - L'art de mémoire - Sydologie Savez-vous qu’il vous est possible de retenir, en quelques minutes, l’ordre d’un jeu de 52 cartes ? C’est possible grâce à l’Art de mémoire. L’art de mémoire, qu’est-ce que c’est ? Non, Sydologie ne se lance pas dans l’ésotérisme ou le vaudou. Le numérique nous fait-il perdre la mémoire Nous confions de plus en plus le soin à des appareils d’enregistrer les informations à notre place. Le fait de se reposer sur les technologies numériques pourrait permettre à notre cerveau de se consacrer à d’autres tâches. Mais cela ne risque-t-il pas, à terme, d’affaiblir notre mémoire ?

Le télétravail, déjà adopté par le quart des Français, se banalise dans les entreprises Certains y voient là le moyen d'acquérir davantage d'autonomie dans leurs missions, d'autres l'occasion de gagner en efficacité ou encore de réduire les temps de transport. Une chose est sûre: le télétravail a la cote chez les Français. Ainsi, si seulement 6% d'entre eux ont contractualisé cette pratique dans le cadre d'un avenant au contrat de travail, 19% affirment y recourir régulièrement de manière informelle, révèle une récente étude Malakoff Médéric*, publiée fin janvier.

Related: