background preloader

L’évolution des pratiques de lecture et d’achat de livres

L’évolution des pratiques de lecture et d’achat de livres

http://www.youtube.com/watch?v=Xe4t3wjPVkM

Related:  Pratiques de lecture des françaisPratiques de la lecture en FranceLes pratiques de lecture des FrançaisExamen - Pratiques de la lecture

"Les Français et la lecture" : je t’aime, moi non plus - 21 mars 2015 A trois jours du Salon du Livre de Paris, le Centre National du Livre (CNL) et l’institut Ipsos ont braqué leurs feux sur nos habitudes de lecture. Bilan du sondage : mitigé, car si nous lisons de moins en moins, l’attachement que nous portons à cette activité demeure important. État des lieux en quatre questions. Les Français lisent-ils? Oui. En tout cas, ils sont 85% à l’affirmer, et 21% à se dire grands lecteurs – un taux qui augmente nettement avec l’âge, et qui est plus élevé chez les femmes. Enquête : quelles pratiques de lecture en France, et comment Pingz Man, CC BY 2.0 Menée par Marco Caramelli, chercheur à l'INSEEC, l’enquête sur la lecture de romans touchera ces différents sujets et bien d’autres. « L’un des objectifs finaux sera de proposer des moyens d’inciter les Français à lire davantage, cause que nous considérons d’utilité (de santé ?) publique », explique-t-il. Y répondre prend moins de 5 minutes lorsqu’on est un petit lecteur (ou un non-lecteur) de romans, et une vingtaine de minutes lorsqu’on est un lecteur régulier. Les résultats n’ont en effet pas vocation à être vendus, mais seront simplement publiés dans des revues scientifiques et diffusés gratuitement.

Pratiques de lecture : quelles voies pour favoriser l'expression du sujet lecteur ? Considérons tout d’abord la lecture analytique. Le petit ouvrage de T. Todorov sorti ces jours derniers, La Littérature en péril, (2007) médiatise un problème soulevé de longue date : la perte de sens et la dérive techniciste de l’enseignement de la littérature. Enssib - Pratiques de lecture actuelles Lors d'une discussion avec mon fils, nous sommes arrivés à des conclusions différentes. Bien qu'il sache que nombre de livres trainent dans des bibliothèques sans être lus, il estime que le nombre de lecteurs est en constante augmentation en France (favorisé par les terminaux mobiles). De mon côté, il me semble que les enfants lisent de moins en moins, même sur leur smartphone. Qu'en est-il de la lecture réelle ?

L’évolution des pratiques de lecture à l’aune des dynamiques générationnelles et des pesanteurs sociales L’étude d’Olivier Donnat du Département des études statistiques (DEPS) du ministère de la Culture, Les pratiques culturelles des Français à l’ère numérique (2009) est une référence incontournable pour qui s’intéresse à l’évolution des pratiques culturelles. Elle vient de se voir augmentée de plusieurs pages d’études complémentaires la mettant en perspective sur la longue durée via une analyse générationnelle (que le DEPS avait déjà esquissé avec le BIPE en 2007 dans cette étude, voir mon commentaire). Une étude qui ne propose aucun scoop, mais qui approfondit nos connaissances de l’évolution des pratiques de lecture. Si on regarde la question de la lecture, l’étude sur 35 ans, montre plusieurs choses. Quand on observe avec attention les graphiques produits par le DEPS, on se rend compte que la classe d’âge des 15-24 ans demeure celle où les lecteurs de livres sont proportionnellement les plus nombreux, tant dans les années 70 qu’aujourd’hui.

Enquêtes sur la lecture : un bilan plutôt positif Plus le regard des chercheurs s'est dégagé des préjugés sociaux et culturels, et plus les pratiques de lecture sont apparues dans leur diversité. Aujourd'hui, la lecture est une pratique plurielle et largement répandue, mais le livre n'est plus son support privilégié. Depuis un peu plus d'un siècle, les élites intellectuelles des nations industrialisées se sont préoccupées des pratiques de lecture de la population et en ont fait un enjeu de politique sociale et culturelle. A la demande des militants, des éditeurs ou des politiques, les chercheurs ont donc mené des enquêtes sur la proportion de lecteurs et de non-lecteurs dans la population, leurs goûts, leurs pratiques ou leurs motivations.

Mutation de l'animal lecteur : les nouvelles pratiques de lecture On lit de moins en moins de livres… Mais l'homme pressé d'aujourd'hui, entouré d'écrans, n'a jamais autant lu ! Où l'on découvre que les pratiques de lecture ont connu bien des mutations. « Je crois que nous sommes, dans l'âme, des animaux lecteurs et que l'art de lire, au sens le plus large, définit notre espèce », écrit Alberto Manguel, dans son Nouvel Eloge de la folie (éd. Actes Sud). La belle affirmation de l'écrivain argentin ne constitue-t-elle pas pourtant une profession de foi obsolète ? L'être humain ne serait-il pas aujourd'hui en train de muer, de muter, de s'extraire de sa peau d'« animal lecteur » pour en revêtir une nouvelle, incertaine encore ?

Les pratiques de la lecture Les Pratiques de la lecture rassemble les contributions d'une dizaine de chercheurs, historiens, spécialistes de littérature, sociologues, psychologues, soucieux d'interroger une pratique qui « a longtemps paru ne pas poser de questions » mais reste en fait méconnue : la lecture. Dirigé par Roger Chartier, ce recueil constitue une contribution majeure à cette histoire. Lire Roger Chartier (« Du livre au lire ») formule ce qui anime ses recherches et semble bien être à l'origine de cet ouvrage : la lecture est une pratique créatrice, inventive qui donne au texte des significations plurielles et mobiles. Elle est l'expression d'un réseau complexe d'interactions et de tensions entre au moins trois pôles : celui de « la mise en texte » incluant toutes les consignes explicites ou implicites inscrites par l'auteur dans un texte pour proposer (imposer ?) Écrire

Related: