background preloader

Par Philosophie Magazine

Par Philosophie Magazine

Science et réalité, la physique quantique ou la fin de la vision mécaniste de l’univers | Université Interdisciplinaire de Paris Physicien, ancien Directeur du Laboratoire de Physique théorique et des particules élémentaires, Bernard d’Espagnat est aussi un grand penseur préoccupé par la question de l’Être en se consacrant notamment aux notions de la mécanique quantique. Il est, à ce titre, auteur de nombreux ouvrages dont « A la recherche du Réel » et récemment « Penser la Science ». Avant de nous conduire à son concept de « Réel voilé », Bernard d’Espagnat se livre a une critique du mécanicisme, en réfutant tour à tour l° la possibilité de décrire l’univers en des concepts familiers, 2° celle d’expliquer le tout par ses parties, et enfin 3° l’objectivité forte de la physique classique. La notion de « Réel voilé », propre à la pensée de l’auteur, est un des fondements essentiels à une nouvelle épistémologie. Introduction Il s’agit d’introduire le sujet de telle manière que les esprits auxquels il est jusqu’ici resté étranger puissent reconnaître qu’il a un sens. Description et réfutation du mécanicisme

Le Paradigme de Protagoras "C'est par la parole et l'action que nous nous insérons dans le monde humain". Hannah Arendt, Condition de l'homme moderne (1994 : 233) 1La sophistique est une problématique très vivante en philosophie politique comme en témoignent notamment les travaux de Barbara Cassin (1995), et ceux, plus anciens, réunis par Kerferd (1981). De nombreux articles du Dictionnaire de philosophie politique de Philippe Raynaud et Stéphane Rials, ou encore l'étude que leur consacre d’Alonso Tordesillas dans l’Histoire de la philosophie politique dirigée par Alain Renaut (1999) le confirment. En revanche, si, dans l'Encyclopédie Universalis, Jean Brunschwig (1968) caractérise les sophistes comme « les premiers des sociologues, installant au centre de leurs réflexions l'opposition de la physis (nature) et du nomos (usage, croyance, convention, loi) », peu de sociologues et de politistes contemporains mobilisent leurs idées. 1.1. 1.2. 1.3. 1.4. 30Le poète Hésiode (VIIIe –VIIe siècles avant J. 2.1. 2.2. 2.3.

Il peut y avoir un bon populisme, stimulant de la démocratie Atlantico : Dans sa déclaration de candidature, Nicolas Sarkozy a affirmé que « les Français étaient dépossédés de leur pouvoir » et qu’il fallait le leur redonner. Il a également indiqué qu’il ne fallait plus avoir peur de la parole du peuple : est-ce à dire que les politiques en ont peur ? Guy Hermet : Oui, ils ont eu peur du peuple. Mais écouter davantage le peuple, n’est-ce pas nécessaire en temps de crise ? En général, un leader démocratique a toujours raison de vouloir écouter le peuple, c’est son rôle, c’est une obligation morale. Le président a affirmé que les grands arbitrages seraient tranchés par le peuple et qu’on recourrait au référendum… S’il est élu, ce sera peut-être une façon de faire passer des mesures difficiles et nécessaires. Le recours à davantage de référendum comme le propose Nicolas Sarkozy constitue-t-il une proposition populiste ou permet-il de lutter efficacement contre un déficit démocratique en France ?

Blog sur Noam Chomsky (en français) | « Peut-être l’intellectuel vivant le plus important… » [New York Times] Le Coran L'Islam est basé sur la croyance en Dieu, Unique et Tout Puissant. Tout ce qui existe hormis Dieu est créé par Dieu : les intentions, les pensées, les sentiments, le ciel, le soleil, l'homme, les animaux, le temps... L'imagination ne L'atteint pas et la raison ne Le cerne pas. Il ne peut prendre forme dans l'imagination de personne. Rien ne lui ressemble. Un très grand saint, Dhou n-Noun-al-Masri (Que Dieu l'agrée) a dit : "Quoi que tu imagines dans ton esprit, Dieu est différent de cela" De tous temps, des preuves évidentes ont été données à propos de l'existence de Dieu. est le dernier prophète de l'Islam et, comme tous les autres, un modèle pour tous les Hommes. . en est l'auteur. Afin d'illustrer notre propos, nous emprunterons des exemples tirés du livre d'Ahmed DEEDAT, "El Qor'an, le miracle ultime" et un autre directement issu du Saint Coran, la description du développement embryonnaire. La Science dans le Coran Lisez et écoutez le Coran en ligne. Téléchargez le Coran complet.

Le référendum en Suisse ou les rouages d'horlogerie de la démocratie Un, que dis-je, plusieurs tsunamis seraient sur le point de ravager la France. Alors que rien ne le laissait entrevoir voilà seulement un mois, il ne se passe plus guère de jours sans que les météorologues annoncent leurs arrivées imminentes. La traduction française de ces tsunamis porte un nom qui nous est familier : référendum. Ainsi, coup sur coup, Sarkozy, Hollande, puis Fillon ont sorti les clairons. Sur ce front, d’un calme plat depuis plusieurs années, voilà que tout se met en branle. Et chacun d’y aller de ses peurs : démagogie, appel au populisme, etc. Décompte des bulletins "non" au référendum français sur le traité constitutionnel européen, Oberhausbergen, 29 mai 2005 (C.HARTMANN/SIPA) Du point de vue français, il est clair que dans un référendum les questions ne sauraient être que tordues et forcément imbéciles les réactions de l’électorat. Le référendum vu de Suisse Prenons Genève. 1. 2. 3. Les électeurs des 26 cantons devront encore se prononcer sur : 4. 5. 1. 2.

« Le plus dangereux malentendu » « … étant admis que, par interprétation de la philosophie de Nietzsche, l’on entend une ex-plication (Auseinendersetzung) avec Nietzsche à la lumière de la question fondamentale de la pensée occidentale. » (Heidegger, Nietzsche I, p. 320). 2 « Il existe une notion qui apparemment n’autorise aucune confusion, aucune équivoque : c’est celle (...) 1Nietzsche a pressenti les coups de force interprétatifs et les captures herméneutiques dont il serait victime. Il savait, par avance, que ceux qui se réclameraient de lui le trahiraient. 2De fait, à suivre du moins la lecture qu’en propose Heidegger, Nietzsche apparaît comme l’un de ceux qu’il a toujours stigmatisés : un épuisé, et de la pire espèce : celui dont l’épuisement s’exprime par une sorte de suractivité, d’ivresse donnant l’impression fallacieuse d’un trop-plein de puissance, symptôme en réalité d’une mort imminente. 3 Sur cette distinction qui structure l’ensemble de la position métaphysique d’Heidegger, cf.

Philomag.com par Philosophie Magazine Les Débats samedi 14 avril 2012 Le directeur des Etablissements pénitentiaires révèle L'écrasante majorité des prisonniers sont des jeunes Le Directeur Général des Etablissements Pénitentiaires relevant du ministère de la Justice, en l'occurrence M. Lire En présence de personnalités politiques, militaires, de révolutionnaires… Ahmed Ben Bella inhumé à El Alia Médecins spécialistes de la santé publique Grève illimitée à partir de demain Après 100 jours au pouvoir au Maroc Les islamistes multiplient les interdits Taux de chômage *Temmar ordonne une deuxième enquête à l'ONS Les membres du comité central reviennent sur leur décision*La destitution de Belkhadem après le 10 mai Diplomates algériens enlevés au Mali Des touareg tentent d'approcher les ravisseurs Les têtes de listes ont prêté serment Le FFS présente ses futurs députés Il a menacé les importateurs de médicaments Le cancer, «un fonds de commerce» selon Ould Abbes Hanaa D Diplomates algériens enlevés au Mali Des touareg tentent d'approcher les ravisseurs Aomar F

Une nouvelle approche du Surhumain 1 Za, III, « Des vieilles et des nouvelles tables », § 3. Ce fut là aussi que je ramassai le mot « surhumain » au bord du chemin et où j’appris que l’homme était quelque chose qu’il fallait surmonter, – que l’homme est un pont et non un but : qu’il se dit bienheureux de son midi et de son soir, comme chemin vers de nouvelles aurores 1. 2 Za, IV, « De l’homme supérieur », § 3. 1Dans Ainsi parlait Zarathoustra, Nietzsche fait déclarer à Zarathoustra que le surhumain est son premier et unique souci, lui et non l’homme – ni le prochain, ni le plus pauvre, ni le plus souffrant, ni le meilleur 2. Dans Ecce Homo, Nietzsche insiste sur le fait que Übermensch est un « mot qui donne à réfléchir ». C’est en tout cas une notion dont de nombreux penseurs « post-nietzschéens » ont fait usage et qu’ils ont adaptée aux particularités de leur propre conception du projet et de la tâche philosophiques. 2Le surhumain n’est pas figuré par Nietzsche d’une seule manière. 4 FP du GS, 11 [141]. Ad. 4. 9 E.

Pierre Lévy (philosophe) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pierre Lévy Pierre Lévy au Brésil en 2009. Pierre Lévy, né en 1956 en Tunisie, est un philosophe français qui étudie l'impact d'Internet sur la société, avec un style volontiers lyrique et prophétique. Docteur en sociologie, Pierre Lévy occupe la chaire de recherche sur l'intelligence collective à l'université d'Ottawa.Il détient également une habilitation à diriger des recherches (HDR) en sciences de l'information et de la communication (Université Stendhal, France). Pierre Lévy est intéressé par les ordinateurs et Internet, en tant que moyens capables d'augmenter non seulement les capacités de coopération de l'espèce humaine dans son ensemble, mais également celles des collectifs tels que associations, entreprises, collectivités locales, groupes d'affinités… Il soutient qu'en tant que moyen, la fin la plus élevée d'Internet est l'intelligence collective. La machine univers. Également : Christian Perrot, Vers une anthropologie du cyberspace.

Monde diplomatique Après quelques millénaires d’une très lente évolution, la population mondiale est passée de 1 milliard à désormais 7 milliards en deux petits siècles. Cet emballement démographique a fait craindre une apocalypse, si la planète ne pouvait nourrir les 15 ou 20 milliards envisagés par les pires scénarios élaborés dans les années 1950 et 1960 – et désormais complètement obsolètes. Toujours spectaculaire, la croissance de la population mondiale n’est plus exponentielle. Le « sursaut » démographique se manifeste au tout début du XIXe siècle. Quel que soit l’environnement socioculturel ou religieux, le degré de richesse ou de pauvreté, l’instauration ou non d’une politique de contrôle des naissances, la fécondité baisse inexorablement partout dans le monde, de manière plus ou moins marquée selon les pays, mais d’une manière qui semble irréversible. « Hiver démographique » Nul ne sait exactement quand, mais la population mondiale s’oriente vers la stabilisation.

Cycle sur Nietzsche - La religion et la morale accusatrice complices pour accabler le bonheur Lundi 31 mai 1 31 /05 /Mai 17:41 Le ressentiment est une souffrance dont on ne parvient pas à se débarrasser ; non pas que cette dernière soit causée par quelque chose d’insurmontable, mais parce que cette souffrance est sans cesse ressassée. Le ressentiment conduit en effet à une victimisation de soi, et la douleur devient alors perpétuelle, l’homme intériorisant son mal. Cela l’irrite, et instinctivement il lui faut se protéger. Mais le ressentiment n’est pas la pire chose qui soit selon Nietzsche. Il voit dans la mauvaise conscience un état encore plus destructeur s’agissant de l’expression de la vie. Le constat est sans appel : l’être humain s’automutile à travers des commandements moraux. Face à la mauvaise conscience entretenue par la religion et la morale, Nietzsche recommande l’innocence.

Related: