background preloader

Cosmologie

Cosmologie
Related:  A Classer

Constante cosmologique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La constante cosmologique est un paramètre ajouté par Einstein en février 1917 à ses équations de la relativité générale (1915), dans le but de rendre sa théorie compatible avec l'idée qu'il y avait alors un Univers statique. Après la découverte en 1929 du décalage vers le rouge par Edwin Hubble impliquant un Univers en expansion, Albert Einstein revient sur l'introduction de la constante cosmologique, la qualifiant de « plus grande bêtise de sa vie. » (d'après G. Densité d'énergie du vide[modifier | modifier le code] La constante cosmologique correspond à la densité moyenne d'énergie du vide sur des échelles cosmologiques. La théorie quantique des champs possède des fluctuations du vide qui peuvent s'interpréter comme un terme de constante cosmologique, et dont l'ordre de grandeur estimé est largement incompatible avec les mesures actuelles par un facteur 10120[1] Description mathématique[modifier | modifier le code] la courbure scalaire. où .

Univers Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'Univers est l'ensemble de tout ce qui existe, régi par un certain nombre de lois. La cosmologie cherche à appréhender l'Univers d'un point de vue scientifique, comme l'ensemble de la matière distribuée dans le temps et dans l'espace. Pour sa part, la cosmogonie vise à établir une théorie de la création de l'Univers sur des bases philosophiques ou religieuses. La différence entre ces deux définitions n'empêche pas nombre de physiciens d'avoir une conception finaliste de l'univers : voir à ce sujet le Principe anthropique. Selon le modèle standard, on ne connaît au plus que 5 % de la matière de l'Univers[1] ; le reste se composerait de 25 % de matière noire et de 70 % d'énergie noire. Découverte dans l'Histoire[modifier | modifier le code] Ces connaissances du monde grec perdureront et influenceront les sciences arabes après l'effondrement de l'Empire romain d'Occident. La révolution copernicienne bouleverse cette cosmologie en trois étapes :

Énergie sombre Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'énergie sombre ne doit pas être confondue avec la matière sombre qui, contrairement à l'énergie sombre, ne remplit pas uniformément l'univers et qui interagit normalement (forces attractives) avec la gravitation. Naissance de la notion d'énergie sombre[modifier | modifier le code] L'expression dark energy (énergie sombre) a été citée pour la première fois dans un article de Huterer et Turner[1] en 1998, quelques mois après la découverte de l'accélération de l'expansion de l'Univers[DE 1]. En effet, à la fin des années 1990, les satellites et les télescopes ont permis des mesures très précises des supernovæ distantes et du rayonnement fossile micro-onde. Du fait de sa nature répulsive, l'énergie sombre a tendance à accélérer l'expansion de l'Univers, plutôt que la ralentir, comme le fait la matière « normale ». Mais l'idée d'une composante accélératrice, invisible et diffuse, de l'univers est plus ancienne[DE 1]. . au lieu de

COSMOLOGIE La cosmologie se range parmi les plus anciennes disciplines intellectuelles de l'humanité. Bien qu'elle se consacre à l'étude de l'Univers, du cosmos englobant la totalité de ce qui nous est accessible dans la nature, elle possède une spécificité qui la distingue des autres sciences naturelles : elle ne s'intéresse aux différentes parties qui composent l'Univers que dans la mesure où elles sont en relation ; et c'est l'ensemble de ces relations, pour autant que l'on puisse les appréhender, qui recouvre le mieux le concept d'Univers. La cosmologie ne s'intéresse donc pas aux objets en particulier – planètes, étoiles, galaxies... – mais plutôt au cadre dans lequel ils évoluent, aux lois communes auxquelles ils obéissent. • Les principes Le premier principe énonce qu'il y a un sens à envisager une cosmologie scientifique, à parler d'un Univers qui ne se réduit pas à la simple accumulation des objets existants, et que cet Univers est intelligible.

1 E19 s et plus Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Exemples[modifier | modifier le code] Ces exemples supposent que l'Univers est « ouvert » : Voir aussi[modifier | modifier le code] Portail de la physique L'univers s'est-il créé tout seul ? «Les astrophysiciens peuvent jouer aux dieux créateurs en construisant des modèles d’univers, chacun avec sa propre combinaison de constantes et de conditions initiales, grâce à la puissance des ordinateurs modernes. La question ... qu’ils se sont posée pour chaque modèle d’univers est : héberge-t-il la vie et la conscience après une évolution de 13,7 milliards d’années ? La réponse est ... : la vaste majorité des univers possède une combinaison perdante (...) - sauf le nôtre (...) La précision stupéfiante du réglage de la densité initiale de notre univers est comparable à celle que devrait montrer un archer pour planter une flèche dans une cible carrée d’un centimètre de côté qui serait placée aux confins de l’univers, à une distance de quelque 14 milliards d’années-lumière.»(1) «Aucun scientifique ne contestera le réglage très précis des constantes physiques et des conditions initiales de l’univers pour permettre notre existence (...)

Astrophysique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’astrophysique (du grec astêr = étoile, astre et physis = science de la nature, physique) est une branche interdisciplinaire de l'astronomie qui concerne principalement la physique et l'étude des propriétés des objets de l'univers (étoiles, planètes, galaxies, milieu interstellaire par exemple), comme leur luminosité, leur densité, leur température et leur composition chimique. Actuellement, les astronomes ont une formation en astrophysique et leurs observations sont généralement étudiées dans un contexte astrophysique, de sorte qu'il y ait moins de distinction entre ces deux disciplines qu'auparavant. Disciplines de l'astrophysique[modifier | modifier le code] Il existe différentes disciplines en astrophysique : (Pour la hiérarchie des disciplines scientifiques voir en français la Liste des disciplines scientifiques.) Historique[modifier | modifier le code] Copernic (1473-1543). Aristarque de Samos (310 av. Newton (1642-1727).

Cosmologie … Ou, penchés à l’avant des blanches caravelles,Ils regardaient monter en un ciel ignoréDu fond de l’océan des étoiles nouvelles. José Maria de Heredia, Les conquérants Plan 1.1 Introduction Jusqu’à une époque récente, l’Homme a toujours eu la préoccupation de comprendre son environnement dans son ensemble, sans en avoir les moyens. La cosmologie a considérablement évolué avec le temps, et avec les découvertes que les nouveaux instruments permettaient à mesure de leur invention. L’invention de la lunette, puis du télescope, ont ouvert le champ des étoiles d’abord, puis des nébuleuses et des galaxies. Les nébuleuses, connues depuis longtemps, étaient ainsi nommées à cause de leur aspect télescopique. A la même époque, en 1915, Albert Einstein publiait la Relativité Générale, théorie de la gravitation applicable à de grandes masses et de grandes vitesses. La Relativité Générale est-elle la théorie ultime pour décrire l’Univers ? 1.2 Cosmologies antiques 1.2.1 Cosmologie avant 1915

Quantum Diaries Troisième volet d’une série de quatre sur la matière sombre Voici le troisième volet d’une série sur la matière sombre. J’ai déjà examiné comment elle se révèle à travers des effets gravitationnels et l‘absence de preuves directes d’interaction avec la matière visible. Graines de galaxiesIl est maintenant largement admis que toute la matière (sombre et visible) était distribuée uniformément juste après le Big Bang. Comment l’Univers est-il passé d’un gigantesque nuage de matière uniformément répartie à la formation de grandes structures comme les galaxies? Etant plus lourde que la matière ordinaire, elle s’est ralentie plus tôt. Une fois la matière visible refroidie après l’expansion de l’Univers, elle a commencé à s’accumuler sur les grumeaux de matière sombre. Simuler la formation de l’Univers Pas convaincu-e ? Toutes ces suppositions doivent converger pour reproduire la quantité de matière sombre observée aujourd’hui, une quantité appelée «l’abondance relique”. Pauline Gagnon

Chroniques de France-Culture : « Dialogues du ciel et de la vie » Chroniques radio France-Culture Je veux d'abord remercier France-Culture de m'avoir proposé cette série de causeries intitulées : « Dialogues du ciel et de la vie ». Le thème général consistera en une réflexion sur cet événement extraordinaire que représente, pour chacun d'entre nous, notre atterrissage (c'est le bon mot) ici sur une planète bleue : la Terre qui tourne autour d'une étoile jaune : le Soleil, une étoile bien ordinaire, dans une galaxie : la Voie Lactée, comme il y a en des milliards, dans cet immense univers que nos yeux nous révèlent la nuit et que nos télescopes géants n'en finissent pas d'explorer … C'est à cet événement si étrange et si déroutant que, pendant ces causeries, je propose de réfléchir. Nous reprendrons les questions traditionnelles : « D'où venons nous ? », « Qui sommes-nous ? Textes des chroniques disponibles : Aller directement aux dernières chroniques.

Physique numérique (théorique) Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Tout ordinateur doit être compatible avec les principes de la théorie de l'information, la thermodynamique statistique, et la mécanique quantique. Un lien fondamental entre ces domaines a été proposée par Edwin Jaynes en 1957 dans deux séminaires[1]. En outre, Jaynes a élaboré une interprétation de la théorie des probabilités comme étant une forme généralisé de la logique booléenne, ce qui est un point de vue très pratique pour relier la physique fondamentale avec la théorie de la calculabilité puisqu'elle constitue une base formelle à la calculabilité[2]. L'hypothèse que l'univers est turing-équivalent a été lancé par Konrad Zuse, dans son livre Calculating Space. Le terme physique numérique a d'abord été employé par Edward Fredkin, qui plus tard est venu à préférer le terme philosophie numérique[3]. Certains tentent d'identifier les propriétés quantiques avec de simples bits. «It from bit».

L'univers et la matière Quelques données de base sur l'Univers... Distance des étoiles les plus proches de nousen années-lumière Le spectre électromagnétique Ce qui différentie la lumière d'une émission de radio est une question de fréquence. Diagramme extrait du livre de Fritjov Capra "Le Tao de la Physique" éditions Sand, Paris Rayonnement cosmique Supercordes Cette force mystérieuse qui pousse l'espace à s'agrandir de plus en plus vite L’Univers est en expansion. Cela n’est pas un paradoxe. Tout au contraire, c’est une prédiction claire de la théorie d’Einstein corroborée depuis un siècle par les observations. Mais il y a quelques années une poignée de chercheurs ont entrepris, dans l’indifférence générale, de mesurer précisément la décélération de L’Univers. Puisque la gravitation est attractive, elle agit comme une sorte de force de freinage. L’Univers doit donc grandir de moins en moins vite, il doit décélérer. La mesure de la valeur exacte de cette décélération n’était pas un problème central de cosmologie et s’inscrivait au rang des petites investigations secondaires à mener à défaut de projets plus ambitieux. Une telle approche fut effectivement mise en oeuvre et conduisit en fait à un résultat inattendu et tout à fait prodigieux : la décélération de l’Univers est négative ! Il s’agit sans aucun doute de l’un des résultats les plus importants de ces dernières décennies. Autrement dit, une quintessence.

Le Who's who de l'affaire Tapie Anciens ministres, avocats, hauts fonctionnaires... La justice s'intéresse à démonter la chaîne de prises de décision ayant conduit au choix de recourir à un tribunal privé, dans le règlement à l'amiable du conflit entre Bernard Tapie et le Crédit lyonnais. Près de deux ans après l'ouverture d'une enquête, "l'affaire" a pris une nouvelle tournure avec la mise en examen du juge arbitre Pierre Estoup, de Stéphane Richard et de Bernard Tapie, vendredi, pour "escroquerie en bande organisée". Retour sur une affaire d'État. Bernard Tapie Fin 1992, lorsqu'il est nommé ministre de la Ville, l'homme d'affaires doit céder Adidas pour éviter tout conflit d'intérêts, comme le réclame François Mitterrand. Entre-temps, le Crédit lyonnais est au bord de la faillite, sa gestion est confiée au Consortium de réalisation. Les juges d'instruction du pôle financier de Paris cherchent aujourd'hui à savoir si cette décision a été entachée d'irrégularités. Christine Lagarde Stéphane Richard Jean-Louis Borloo

Related: