background preloader

Un satellite suit, pour la première fois, une tempête solaire jusqu’à son arrivée sur Terre. (Vidéo)

Un satellite suit, pour la première fois, une tempête solaire jusqu’à son arrivée sur Terre. (Vidéo)
Une sonde de la NASA, loin de la Terre, a pu observer pour la première fois, une tempête solaire engloutir notre planète. Le satellite STEREO-A de la mission STEREO (Solar TErrestrial RElations Observatory) que je décrivais dans cet article : Le premier panorama 3D du soleil saisi par deux satellites jumeaux, est à plus de 100 millions de kilomètres de notre planète, ce qui lui donne donne un beau panorama du soleil et de notre planète. Cette mission, destinée à surveiller et à en savoir plus sur l’activité du soleil, a surpris les scientifiques en capturant dans son intégralité, le départ d’une tempête solaire et son “arrivé” sur la Terre. Le film montre une éjection de masse coronale (abrégée CME, en anglais) gonfler pour se transformer en un énorme mur de plasma, puis s’abattre sur notre minuscule planète bleue. Les CME sont des nuages ​​de plasma solaire, de milliards de tonnes, propulsés par une éruption solaire. À voir , Vidéo : comment se forment les aurores boréales ? Related:  A ClasserLe Soleil - A Classer

La variation des rayons ultraviolets solaires à l’origine des hivers froids en Europe et aux Etats-Unis ? Une chute cyclique dans les radiations solaires peut provoquer des hivers inhabituellement froids dans certaines parties d’Amérique du Nord et d’Europe, d’après ce qu’ont déclaré des scientifiques. Cette découverte pourrait permettre d’améliorer les prévisions météorologiques sur le long terme et aider les pays à mieux se préparer contre les blizzards. Les scientifiques savent depuis longtemps que le soleil a un cycle de onze ans pendant lequel les radiations mesurées par les tâches solaires à sa surface atteignent un pic avant de réduire. Mais il s’est avéré bien plus difficile de prouver un lien clair entre ce phénomène et la météo mondiale. « Notre recherche confirme le lien observé entre les variations solaires et le climat régional hivernal » a écrit le principal auteur de l’étude, Sarah Ineson, du UK Met Office. L’étude a été publiée dans le journal Nature Geoscience lundi. Lorsque les rayons ultraviolets solaires sont plus forts, c’est le contraire qui se produit.

Tempêtes solaires, la menace invisible Partager Avis de tempête sur le Soleil ? Malgré les 150 millions de kilomètres qui la sépare de son étoile, la Terre n'est pas à l'abri d'une catastrophe. Une éruption solaire filmée le 16 avril par la Nasa fait ressurgir les craintes, chez les scientifiques, d'un orage solaire XXL qui pourrait avoir des retombées désastreuses sur notre planète. Cette tempête solaire pourrait désactiver satellites, GPS et installations électriques (entre autres). Un article paru jeudi 19 avril dans la revue Nature (lien payant) affirme que le risque est à l'heure actuelle sous-estimé. Une tempête solaire, c'est quoi ? La surface du Soleil est régulièrement balayée par des "vents solaires" plus ou moins forts, c'est-à-dire des émissions de plasma (gaz chargé électriquement) qui peuvent gagner la Terre. Cette vidéo de la Nasa montre que les éruptions solaires, impressionnantes à regarder, dégagent parfois tellement d'énergie qu'elles "pourraient fournir l'Europe en électricité pendant un million d'années".

activite du soleil L'énergie dégagée par le noyau est due à une réaction nucléaire où l'hydrogène se transforme en hélium puis se propage vers la surface par le mouvement des gaz sous forme de radiations. Environ tous les onze ans, le Soleil a des d'activités plus intenses et devient plus brillant, plus actif. La photosphère se couvre alors de taches noires, appelées taches solaires. Le nombre de ces dernières augmente suivant l'importance de l'activité. a. Les premières taches de chaque cycle apparaissent entre 30° et 35° de latitude dans les deux hémisphères. Les taches solaires. Sur la chromosphère, il est possible de voir des éruptions appelées protubérances. Le graphique suivant donne une idée de l'intensité des 23 derniers cycles Les valeurs données en ordonnée sont les moyennes du nombre de Wolf sur 12 mois autour des minima et maxima. Cliquez ici pour voir le tableau des 23 derniers cycles de Schawbe Prévision du cycle solaire N°24 et 25 d'après la NASA(fin 2006). Ce cycle est de 90 ans.

Interaction entre le Soleil et les comètes ( mis à jour ) - Le blog de suivi-soleil.over-blog.com Mercredi 6 juillet 3 06 /07 /Juil 21:23 Je viens de voir les images sur Spaceweather. Notez le changement d'activité à l'arrière, en haut du Soleil, après l'impact de la comète. En fait, l'ordinateur à bord de Soho a, au moment même de l'impact, la coïncidence est troublante, reconditionné le traitement des images. Il y a tout de même interaction, visiblement, car un flux se créé à l'endroit même de l'impact, on le voit se former à la fin de la vidéo ci dessus, mais quelques heures plus tard, c'est encore plus évident. Maintenant, pourquoi l'ordinateur a reconditionné les images. Voici les 4 images se suivant durant cette période. Nouvelle coïncidence bienvenue, nous avons vu hier, dans ce billet, que la seconde image correspond à une collision entre une micrométéorite et le manteau protecteur des sondes spaciales ou bien un flux de rayonnement cosmique ou solaire.

Activité solaire L'activité solaire aujourd'hui Voici le Soleil tel qu'il est visible en ce moment. L'image ci-contre est celle du satellite SOHO (Solar and Heliospheric Observatory, exploité conjointement par l'ESA et la NASA). Avec (en principe) une nouvelle photo chaque jour, elle nous montre presque en direct les taches solaires, autour de la longueur d'onde 677 nm (donc dans le visible). Leur nombre est fonction de l'activité du Soleil car celle-ci n'est pas constante. Les taches solaires sont la résultante d'une intense activité magnétique au sein de la zone de convection, si puissante qu'elle freine la convection et limite l'apport thermique à la surface du Soleil. Ces taches solaires ont une taille qui peut atteindre plusieurs dizaines de milliers de kilomètres. Historique de l'activité solaire En 1826, un modeste astronome amateur, H. On sait aujourd'hui que si le cycle moyen est de 11 ans, les courbes oscillent entre 9 et 14 ans (cycles 2 et 4). L'activité solaire à venir ?

Le Soleil, notre étoile Le Soleil est l'étoile de notre système solaire. Il se trouve à une distance moyenne d'environ 149 600 000 km de la Terre. Cette distance a été choisie comme mesure de l'unité astronomique (ua). Le Soleil est une étoile naine évoluant sur la séquence principale de type spectral G2, ce qui signifie qu'elle est légèrement plus chaude et plus brillante que la moyenne mais bien moins lumineuse qu'une géante rouge. Une étoile de type G2 reste sur la séquence principale pendant environ dix milliards d'années. Au centre du Soleil, des fusions nucléaires convertissent l'hydrogène en hélium. À partir de la masse du Soleil et de son rayon estimé à 696 000 km, on peut en déduire que la température qui règne dans son noyau est de 15,43 millions de degrés à une densité voisine de 145,7 g/cm³. Durant un temps, on pensait que le nombre de neutrinos produits dans le Soleil n'était que le tiers de celui prédit par la théorie.

Résonance spatiale En comparant les données fournies par la sonde Ulysse et d’autres concernant les séismes, le champ magnétique et même les mouvements de l’atmosphère sur Terre des chercheurs ont fait une découverte stupéfiante : La Terre résonne au diapason de certaines ondes sonores se propageant dans le plasma solaire, c’est donc littéralement le son du Soleil qu’il est possible « d’entendre » sur notre planète. Il n’y a probablement plus grand monde qui s’en souvienne, à part les physiciens solaires, mais une sonde de l’ESA, Ulysse, est en orbite polaire depuis 16 ans autour du Soleil. De fait, non seulement Ulysse est la première sonde spatiale à explorer le vent solaire au-dessus des pôles du Soleil mais c’est aussi probablement le seul objet du Système Solaire à tourner de la sorte autour de notre astre avec une période orbitale de 6 ans environ. Cette découverte est particulièrement intéressante au moins pour la raison suivante.

Le cycle solaire Le cycle solaireRetour au menu : La propagation - Index général Voir aussi : le Soleil - Les perturbations solaires - Aurore polaire Les taches solaires C'est Galilée qui, vers 1610, remarqua la présence sur le disque solaire de taches sombres grâce à la première lunette astronomique. Par la suite, l'observatoire de Zurich en poursuivit l'observation. Le cycle solaire de 11 ans Dans l'absolu, l'activité solaire est réglée par un cycle d'une période moyenne de 11,2 ans d'un maximum au suivant mais la période peut varier entre 8 et 15 ans. Maxima des cycles solaires A partir des observations passées la courbe de variation du nombre de Wolf a pu être reconstituée. Le nombre de Wolf ou Sunspot Number (SSN) La mesure du flux radioélectrique solaire La mesure de l'amplitude du rayonnement sur 2800 MHz (10,7cm de longueur d'onde) donne un indice d'activité solaire plus fiable que le nombre de Wolf puisque ne dépendant pas des moyens d'observation. Intérêt de l'étude du cycle solaire

Le champ magnétique du Soleil commence à s'inverser Des perturbations sur les réseaux électriques pourraient être à venir sur Terre alors que le champ magnétique du soleil est tout proche de son maximum. Selon la Nasa, son inversion a même commencé. Comme la majorité des étoiles froides, le Soleil possède un champ magnétique qui circule à sa surface et se concentre sous forme de taches sombres. Le champ magnétique bascule tous les 11 ans environ et aurait déjà commencé sur le pôle Nord de notre astre, selon la NASA. Progression du cycle selon la NOAA. Pendant le basculement du champ magnétique, de nombreuses taches sombres vont apparaître. Pour suivre l’évolution du magnétisme solaire :- Le site de la NOAA- Astrosurf (nombreuses données en direct) le Soleil et le climat Notre planète est bombardée de particules cosmiques de haute énergie (des noyaux d'atomes) venant des autres étoiles et des supernovas. Ce sont des rayons cosmiques. La magnétosphère dévie la plupart des rayons cosmiques mais certains arrivent dans l'atmosphère et y provoquent des réactions. À l'équateur magnétique les particules de faible énergie sont renvoyées de nouveau vers l'espace par le champ magnétique terrestre mais aux pôles magnétiques les particules de toutes énergies peuvent suivre les lignes du champ vers le bas jusqu'au dessus de l'atmosphère. Le physicien Scott E. Lors du maximum de l'activité solaire du cycle de Schwabe le vent solaire empêche ces particules d'arriver su Terre alors que pendant le minimum de l'activité solaire le vent solaire est moins important donc l'atmosphère terrestre reçoit plus de rayons cosmiques. Les rayons cosmiques d'une énergie de : Les nuages qui se forment à basse altitude sont relativement chauds et composés de fines gouttelettes d'eau.

Une météorite qui contiendrait des bulles de gaz martien vieux de 700 000 ans Selon une étude publiée par la revue Science, la météorite de Tissint tombée en juillet 2011 au Maroc et d'origine martienne, contiendrait des bulles de gaz issus de l'atmosphère de la Planète rouge tel qu'il était il y a 700.000 ans. C'était le 18 juillet 2011 aux alentours de 2h du matin, une boule lumineuse, fuyante et bruyante est apparue dans le ciel dans la province de Tata au Maroc. Eclairant la nuit noire, elle a alors foncé vers le sol, se brisant en plusieurs morceaux en atterrissant dans le désert. Avez-vous déjà partagé cet article? Partager sur Facebook Partager sur Twitter Mais la bonne nouvelle n'est arrivée que trois mois plus tard après que des chercheurs ont étudié ces fragments : le corps était d'origine martien. "Il s'agit d'un choc très bref, qui peut durer une fraction de seconde, pendant laquelle la roche subit de façon très irrégulière, à un millimètre près, des températures d'environ 1.500 degrés et de très fortes pressions.

Avenir du Soleil ou une étoile nommée Soleil L’étoile " Soleil " est âgée tout comme la terre d’environ 4,5 milliards d’années, c’est à dire qu’elle se situe à peu près à la moitié de sa vie. Son évolution relativement lente la situe toujours sur la séquence principale du diagramme d’Hertzsprung-Russel ou ( HR ), mais pour estimer son devenir tel que les modèles théoriques et les simulations numériques permettent de l’imaginer, il est nécessaire de décrire même sommairement le milieu interstellaire, et de comprendre les mécanismes des différentes étapes de la transformation d’un nuage interstellaire en protoétoile, puis en étoile de la séquence principale, géante rouge, et enfin les phases terminales de l’étoile pouvant engendrer la naissance d'un nouvel astre. 9.1 - Milieu interstellaire Le milieu interstellaire n’est pas vide, on y trouve des atomes, des molécules gazeuses et aussi des poussières. Cette hypothèse a d’ailleurs été testée par les travaux d’Urey et de Miller. 9.2 - Proto-étoile Suite

Rayonnements électromagnétiques ionisants Les Rayonnements électromagnétiques ionisants (Rayons X , Rayons Gamma) Ces rayonnements sont dits " ionisants " parce que leurs photons ont assez d’énergie pour ioniser les milieux qu’ils traversent, c’est à dire pour arracher des électrons au cortège électronique des atomes rencontrés. J’ai précisé " électromagnétiques " parce qu’il existe d’autres radiations ionisantes (rayons Alpha et Bêta, rayons cosmiques) qui ne sont pas à proprement parler des rayonnements, mais des émissions de particules ayant une masse ; alors que dans le cas des rayons X et Gamma il s’agit d’ondes et de photons sans masse, comme dans le cas de la lumière. Les Rayons X Un peu d’histoire Nous avons signalé, dans l’article " Courant électrique, électrons, etc.. " les expériences de William Crookes, vers 1875 : dans ses tubes à vide poussé (pour l’époque), le tube soumis à une haute tension restait obscur, mais on observait une fluorescence du verre à l’opposé de la cathode. ( Dessin de Barbara, 38 ko)

- Les Principaux Essaims Météoritiques Les recherches de textes anciens effectuées par Edward C. Herrick en 1841, par Hubert Anson Newton en 1864, puis en 1958 par Susumu Imoto et Ichiro Hasegawa, pour les textes anciens chinois, japonais et coréens, et plus récemment par Donald K. Yeomans et , ont mis en évidence de nombreuses traces de pluies météoritiques, attribuées aux Léonides, dont la plus ancienne remonte à l'an 901. Mais l'intérêt pour cet essaim, produisant de spectaculaires pluies de météores, a surtout débuté peu après la grande tempête de 1833. L'une des plus célèbres tempêtes de météores s'est produite le 17 Novembre 1833, lorsque la Terre croisa l'essaim des Léonides. Ce jour-là, des nombreux observateurs de la côte Est des Etats-Unis et de la région des Chutes du Niagara, virent surgir des centaines de météores par minute, soit environ 50.000 à 200.000 météores par heure, semblant provenir de la région de la constellation du Lion (Leo).

Related: