background preloader

Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ?

Les nouveaux médias : des jeunes libérés ou abandonnés ?
1. Les addictions numériques : Internet et les jeux vidéo La formule de M. Guy Almes selon laquelle il y a trois formes de mort : « la mort cardiaque, la mort cérébrale et la déconnexion du réseau »52(*) est particulièrement vérifiée chez les adolescents. Pour un certain nombre d'entre eux, la navigation sur Internet ou les jeux (notamment en ligne) sont devenus une drogue dont ils ne peuvent plus se passer. Si selon les psychanalystes, aucune technologie ne porte en elle-même d'effet addictogène, l'addiction ne pouvant être générée que par une pratique particulière de l'objet en cause, liée à d'autres facteurs complexes (situation du sujet, environnement familial, contexte social...), la cyberdépendance semble prendre de l'importance. 6 à 8 % des internautes seraient ainsi dans l'usage excessif ou dépendant du réseau informatique. Les raisons de cette addiction ne sont pas forcément bien décryptées. Selon M. * 52 « There is three kinds of death in this world.

https://www.senat.fr/rap/r08-046/r08-04613.html

Related:  Addictions au numeriqueCollaborations C2ILES COMPORTEMENTS ADDICTIFS LIES A L USAGE NUMERIQUELes Comportements Addictifs Liés à l'Usage du NumériqueLes comportements addictifs lies àl'usage du numerique

L'addiction au web modifie le cerveau, selon une étude chinoise - Pépites Le cerveau des accros à internet subit des modifications à celui des toxicomanes et des alcooliques, avancent des experts chinois dans les résultats préliminaires d'une étude publiée dans la revue Plos One. Si les travaux portant sur l'addiction à internet sont souvent peu appréciés par les technophiles, au motif qu'ils diabolisent le web en tant que média, il est intéressant de se pencher sur les recherches effectuées par l'Académie chinoise des Sciences de Wuhan, qui a passé au scanner le cerveau de 17 jeunes individus souffrant de cyberdépendance, et découvert que leur substance blanche (partie du cerveau responsable de la propagation des informations dans le système nerveux) s'en trouvait affectée. Chacun des groupes a ensuite passé une IRM, et les résultats ont été comparés. Ce qui a permis de constater que le cerveau des addicts au net avait subi des modifications au niveau de sa substance blanche.

La cyberdépendance : informations et services - Clinique de psychologues à Montréal La cyberdépendance, également connue sous les noms de dépendance à Internet, cyberaddiction, usage problématique d’Internet (UPI) ou trouble de dépendance à Internet (TDI), se caractérise par un usage pathologique, souvent abusif et excessif, d’Internet et des nouvelles technologies. La cyberdépendance se reconnaît au besoin irrésistible et obsessionnel d’utiliser Internet. Parmi les critères reconnus, on observe le temps passé sur Internet; la frustration lorsqu’Internet n’est pas disponible; les plaintes de l’entourage quant au temps passé sur Internet; les conséquences sur les activités habituelles (travail, loisirs, etc.); l’incapacité à diminuer le temps passé sur Internet; la baisse significative, voire l’absence, d’activités satisfaisantes à l’extérieur d’Internet, etc. La cyberdépendance semble partager des caractéristiques communes avec d’autres dépendances. La cyberdépendance a des répercussions sur plusieurs sphères.

Addiction, concentration, performances… ce que l’on sait (ou pas) des effets du smartphone La recherche est encore balbutiante sur les effets de l’hyperconnexion aux smartphones, un phénomène récent à l’échelle de l’histoire de l’humanité. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Céline Mordant Il y a dix ans, le 9 janvier 2007, le patron d’Apple, Steve Jobs, présentait le premier iPhone. Depuis, le « téléphone intelligent » s’est imposé dans notre quotidien, dans nos poches, nos mains. On l’éteint rarement, on ne le quitte plus… Aurait-il refaçonné notre façon de penser ? Que disent les neurosciences des effets de cette hyperconnexion sur notre cerveau ?

Je suis accro aux jeux-vidéos - Cyberdépendance - Forum libre Psychologie OUAIII mais pourquoi tu veut arréter ?? les jeux video c'est génial ^^. Moi j'ais eu une autre addiction que la tienne mais aussi jeux video , j'ai commencé a joué quand javais 8 ans , en grande surface yavait des bornes pour jouer , ensuite j'ai eu la master system a 10 ans , 1er jour 10h de jeux non stop .Ensuite megadrive et aprés j'ai travaillé a l'age de 16 ans et j'ai commencé a collectionné les merveilles du pays du soleil levant , le probléme c'est que sa devenait obsessionel , toute mes payes y passait mais toujours metodiquement. Je me metais pas dans la merde disons. pendant 2 ans j'ai depensé 140 000 franc de jeux un peut plus de 20 000 euro , 7500 franc par mois , et le plus gros mois était noél 14000 franc j'ai pris sur le moi suivant .(je tenais des compte précis)

Dépendance aux jeux en ligne : des données personnelles qui en disent long... 30 juin 2016 L'analyse automatique des données sur un site de poker en ligne peut faciliter le repérage des joueurs à problème, comme le ferait un questionnaire médical. Une équipe de chercheurs parisiens a mis au point un outil permettant de réaliser cette analyse. Il pourrait être transposé à d'autres types de jeux en ligne, et aider les autorités régulatrices à identifier les personnes en difficulté pour mieux les protéger. Les sites de jeux et de paris en ligne diffusent des messages de prévention vis-à-vis des joueurs, mais rien ne les oblige à repérer ceux qui ont ou qui développent une dépendance en fréquentant leur site ; ils peuvent ainsi continuer à les solliciter commercialement, et à les inciter à poursuivre leur pratique de jeu.

Yann Leroux : “Il n’y a pas d’addiction aux jeux vidéo” On ne présente plus vraiment Yann Leroux sur internet, parce qu’il est l’un des rares psychanalystes à twitter et à avoir un blog. Membre de l’Observatoire des mondes numériques en sciences humaines, joueur invétéré, Yann Leroux s’intéresse au virtuel depuis qu’il est tombé dedans. C’est assurément son expérience de joueur qui l’a amené à porter un autre regard sur le jeu. A son exemple, des psychanalystes, et non des moindres, comme Serge Tisseron, sont de plus en plus nombreux à dénoncer l’utilisation de la notion d’addiction appliquée aux jeux vidéos. Cette position, forcément iconoclaste, nous intéresse. Et va nous permettre de mettre enfin les points sur les I. Dépendance à Internet Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La dépendance à Internet

Accro au jeu vidéo ? Les jeux vidéo ont connu, ces dernières années, un développement considérable. Leur pratique peut comporter des risques liés en particulier à un usage excessif des jeux en ligne comme les MMORPG qui peut mener à une addiction aux jeux vidéo. L'addiction aux jeux vidéo Le caractère addictif et addictogène de l'usage des jeux vidéo concernent essentiellement les jeux en réseau sur Internet et plus particulièrement les MMORPG (Massevely Multiplayer Online Role Playing Game – Jeux de rôle massivement multi-joueurs).Des études ont montré que des joueurs excessifs de jeux vidéo (plus de 30 heures par semaine) pouvaient en être « addict ».

Deux questions au MOOC @ddict J’ai été contacté a la fin de l’année dernière pour participer au MOOC @ddict. L’initiative m’a été présentée comme un espace de reflexion commun sur les pratiques numériques. Une synthèse serait alors faite sur l’état des connaissances du moment Il m’a été proposé de présenter les pratiques numériques des jeunes sur le réseau.

Dépendance au smartphone Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La dépendance ou l'addiction au smartphone est un phénomène qui apparaît entre 2000 et 2010 avec la large diffusion des smartphones. Il relève, au moins en partie, de la cyberaddiction (dépendance à Internet) qui peut se développer, notamment dans le cadre du nomadisme numérique, ou révèle souvent d'autres addictions[1].

Article intéressant qui montre que la cyberdépendance existe bien chez les jeunes et le rôle important que les parents ont pour réguler cette-dernière. En effet, « Les parents doivent en fait avoir conscience qu'Internet peut être une drogue, et qu'à ce titre sa consommation par les enfants ne doit pas être complètement libre ». by berthier_groupea_psy Mar 13

Une enquête réalisée sur des collégiens qui met en évidence les problèmes environnementaux, sociaux et personnels qui entrent en compte dans cette dépendance aux réseaux sociaux. by juriejoly_groupee_psy Mar 5

Bonjour, Ce rapport d'information du Sénat permet de mettre en avant l'existence d'un test sur l'Internet stress Scale ou test de dépendance d'Orman, qui, bien que la cyberdépendance soit un trouble récent, permet de déterminer chez un individu si son comportement est obsessionnel et révèle un Usage Problématique d'Internet (UPI). Pour plus d'information je me permets de vous proposer le lien suivant : by garnier_groupec_psy Feb 18

Article très intéressant du Sénat sur la dépendance à Internet et aux jeux vidéo. Merci pour ce partage. by freret_groupec_psy Feb 18

Related:  Les comportements addictifs liés à l'usage du numérique