background preloader

France défaite et occupée : Vichy, collaboration, résistance - Histoire - 3e - Les Bons Profs

France défaite et occupée : Vichy, collaboration, résistance - Histoire - 3e - Les Bons Profs
Related:  CH3. La Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

Lumni | Enseignement - [CnRD] 1940. Entrer en Résistance : comprendre, refuser, résister L'Institut national de l'audiovisuel, partenaire du Concours National de la Résistance et de la Déportation, met chaque année à disposition des enseignants et des élèves des documents audiovisuels issus des fonds d'archives de l'Ina. Epousant le thème du concours 2019-2020, le corpus, documenté avec l’appui de la Fondation de la Résistance propose, des archives issues des fonds de presse filmée, de radio et de télévision illustrant la problématique : 1940. Entrer en Résistance : comprendre, refuser, résister. Le plan du dossier suit les axes de réflexion développés au sein de la brochure nationale du CNRD, coordonnée cette année par la Fondation de la Résistance, sous la responsabilité de M. Tristan Lecoq, Inspecteur général de l’Education nationale. Les élèves présentant des devoirs audiovisuels dans le cadre du concours sont exceptionnellement autorisés à intégrer ces documents dans leurs montages à seule fin de les présenter aux jurys. Contact : enseignants-lumni@ina.fr Introduction # 1.

Une rescapée de la rafle du Vél d'Hiv se souvient Il y a 75 ans, les 16 et 17 juillet 1942, plus de 13 000 juifs étaient arrêtés à Paris, dont 4 000 enfants. Une partie d'entre eux a été rassemblée dans le Vélodrome d'Hiver. Sarah Lichtsztejn-Montard a réussi à s'en échapper. Pendant longtemps, Sarah Lichtsztejn-Montard a fait le même cauchemar. "La nuit, je voyais les petits fantômes verts du Vél d’Hiv', raconte-elle d’une voix forte qui ne tremble pas. Ces corps sans visage continuent de la hanter, mais Sarah Lichtsztejn-Montard témoigne encore et encore. Deux policiers français Sarah n’a alors que 14 ans. Le 15 juillet 1942, le dernier jour de classe avant les grandes vacances, une des camarades juives de Sarah l'alerte : "Elle m’a expliqué que ses parents connaissaient un commissaire de police qui leur a dit qu’il se préparait une rafle monstre de femmes, d’enfants et de vieillards. Sitôt rentrée chez elle, Sarah informe sa mère. "Mais elle s’est assoupie. Un reportage réalisé par France 24 pour le 72e anniversaire de la rafle

Mort d’Ida Grinspan, une des dernières survivantes de la Shoah Agée de 89 ans, elle avait été déportée en 1944 vers Auschwitz. C’est la députée des Deux-Sèvres Delphine Batho qui a annoncé son décès sur Twitter. Une des dernières survivantes de la Shoah, l’ancienne déportée d’Auschwitz, Ida Grinspan, est morte à l’âge de 89 ans, a annoncé dans la nuit du lundi 24 à mardi 25 septembre la députée des Deux-Sèvres Delphine Batho sur son compte Twitter. « J’ai l’immense tristesse de faire part aux Deux-Sévriens de la disparition de notre protégée Ida Grinspan, femme exceptionnelle de courage et de joie de vivre. Parents polonais Ida Grinspan est née à Paris en 1929, de parents originaires de Pologne et arrivés en France six ans plus tôt pour fuir l’antisémitisme. Lire aussi : La lettre d'une déportée censurée dans les Deux-Sèvres Avant elle, sa mère – arrêtée le 16 juillet 1942 lors de la rafle du Vel d’Hiv – avait été aussi déportée vers ce camp.

Emission de radio: "Imbéciles, c'est pour vous que je meurs !" Juif, communiste et résistant, le philosophe Valentin Feldman est mort fusillé en juillet 1942 au Mont-Valérien, en lançant aux soldats du peloton d'exécution ce qui serait considéré comme le mot le plus célèbre de l'histoire de la Résistance : "Imbéciles, c'est pour vous que je meurs !…". Portrait. Or, des décennies durant, ces huit mots constituèrent la seule trace de l'homme qui les avait prononcés. De là, l'idée (et le défi) de partir à la recherche de ce jeune fantôme, qui avait pourtant côtoyé de son vivant d'illustres contemporains ayant pour noms Claude Lévi-Strauss, Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Victor Basch ou encore Gaston Bachelard. Longue et incertaine, cette quête devait emprunter plusieurs voies, celle des livres et celle des archives, mais également celle de la mémoire vive. Écouter 45 min À la recherche de Valentin Feldman, locuteur inconnu d'un mot célèbre, par Pierre Frédéric Charpentier

Convoi 77, un projet européen pour transmettre autrement l'histoire de la Shoah Publié le : 27/01/2021 - 07:19 À l'occasion de la journée internationale en la mémoire des victimes de la Shoah, France 24 met en lumière le projet Convoi 77. Depuis plus de six ans, des élèves français et étrangers rédigent les biographies des déportés de ce convoi, le dernier à être parti de Drancy, le 31 juillet 1944. Une autre façon d’enseigner l’histoire de ce génocide. Fanny Azenstarck avait 23 ans. Plus de 75 ans plus tard, leurs visages s’affichent désormais sur le site du Convoi 77. Pour preuve, il cite les derniers sondages réalisés auprès des jeunes. Pour ne pas laisser le champ libre aux négationnistes et donner un nouveau souffle à cet enseignement alors que les derniers témoins disparaissent, une idée très simple émerge : proposer à des collégiens et à des lycéens de retracer le parcours d’une personne du convoi originaire de leur ville ou y ayant vécu. L’association fournit aux enseignants des archives pour démarrer leurs recherches, ainsi que des conseils pédagogiques.

Les morts de la Seconde guerre mondiale * Dont 3 millions de Juifs D'après Marc NOUSCHI, Bilan de la Seconde Guerre mondiale, Le Seuil, 1996. Questions Question 1 : Le nombre total des victimes de la 2ème guerre mondiale est 4 à 5 fois plus élevé que celui de la 1ère guerre mondiale. Comment peut-on expliquer cette différence ? Question 2 : Comparez les pertes des deux grands pays vainqueurs. Pourquoi le bilan est-il si différent dans ces deux pays engagés avec la même détermination dans la guerre contre les puissances de l'Axe ? Bien qu'il soit difficile d'établir un bilan précis des pertes humaines de la 2e guerre mondiale, on estime que ce conflit a fait 40 à 60 millions de victimes, c'est-à-dire 4 à 5 fois plus que la 1ère guerre mondiale. En chiffres absolus, c'est l'Union soviétique qui a subi les pertes humaines les plus élevées, aussi bien en ce qui concerne les civils que les militaires : environ 21 millions de morts, c'est-à-dire 70 fois plus qu'aux Etats-Unis.

Nancy Wake, une résistante au service de la France - Épisode 2 Le courage de Nancy Wake, combattante et espionne pour la Résistance française durant la Seconde Guerre mondiale, est aussi exceptionnel que ses exploits. La jeune femme n’a peur de rien pour voler au secours de la France. Une héroïne qui choisit de consacrer sa vie à la défense des libertés et qui risquera plusieurs fois la sienne pour rester fidèle à ses convictions. Nancy Wake conduit des bombardiers, parcourt des centaines de kilomètres à vélo, saute en parachute, participe à des sabotages, à des missions secrètes très périlleuses, en gardant toujours une énergie extraordinaire et un humour ravageur. Elle se fait recruter par le service secret britannique chargé d'aider les résistants dans toute l'Europe. Nancy Wake sera la femme la plus décorée de la Seconde Guerre mondiale. En temps de guerre, je ne vois pas pourquoi nous, les femmes, devrions nous contenter d'agiter fièrement nos mouchoirs pour saluer le départ des hommes au combat tout en leur tricotant des passe-montagnes.

La Shoah à travers la Bande Dessinée Expo BD ina Portraits Née le 29 juin 1912, Lucie Bernard a 17 ans lorsqu'elle réussit le concours d'entrée à l'École normale d'institutrices du boulevard des Batignolles à Paris. Déjà d'un caractère bien trempé, elle refuse l'uniforme de l'internat et décide de s'installer à Paris où elle vit de petits boulots. Très vite elle prend conscience de la montée des fascismes en Europe et rapidement elle adhère aux Jeunesses communistes. En 1936, elle se rend à Berlin à l'occasion des Jeux olympiques et découvre la réalité du nazisme. Tout en militant activement, elle entreprend alors des études d'histoire et, en 1938, elle est reçue à l'agrégation d'histoire géographie. Lorsque la guerre éclate, elle est en poste à Strasbourg où elle fait la rencontre de Raymond Samuel, ingénieur des Ponts et Chaussées, mobilisé comme officier du génie. Fin juin 1940, Raymond est fait prisonnier par l'armée allemande. À partir de 1941, le couple Aubrac s'installe à Lyon. Frantz Malassis

Related: