background preloader

L'échec des méthodes d'innovation

L'échec des méthodes d'innovation
Cela fait longtemps que j’ai renoncé à lister les méthodes promettant de produire une innovation de façon contrôlée, fiable et à moindre risque. Vous les avez vous aussi croisées à de nombreuses reprises dans votre activité. Qu’elles soient présentées sous forme de livre, de sessions de formation, voire même de logiciels, elles promettent de vous faire franchir pas à pas des étapes prédéfinies qui vont vous livrer l’amour le succès l’innovation. Tout cela sans risque… Et pourtant, il faut bien faire collectivement face à l’échec des méthodes d’innovation. Méthode : nom féminin (latin methodus, du grec methodos, de hodos, chemin) “Ensemble ordonné de manière logique de principes, de règles, d’étapes, qui constitue un moyen pour parvenir à un résultat” (dictionnaire Larousse). Il y a quelque chose de fascinant dans cette promesse pour toute entreprise technologique, qu’elle soit une startup ou un grand groupe. C’est une mauvaise nouvelle pour tout le monde. 1. 2. Si cela vous concerne. 3. Related:  innovation

Build an Innovation Engine in 90 Days Practically every company innovates. But few do so in an orderly, reliable way. In far too many organizations, the big breakthroughs happen despite the company. Most executives will freely admit that their innovation engine doesn’t hum the way they would like it to. For the past decade we’ve been helping organizations around the globe strengthen their innovation capabilities, and that work has taught us that there’s an important intermediate option between ad hoc innovation and building an elaborate, large-scale innovation factory: setting up a minimum viable innovation system (MVIS). We borrow the language for this term from the world of lean start-ups, where “minimum viable product” denotes a stripped-down functional prototype used as a starting point for developing a new offering. What it will require is senior management attention—most critically from some member of the top leadership team. Day 1 to 30: Define Your Innovation Buckets There’s no shortage of terms for innovation.

Innovation, innovation, innovation, innovation, innovation, innovation… Qui aujourd’hui peut être contre l’innovation ? Personne, explique Evgeny Morozov (@evgenymorozov) dans un remarquable billet pour New Republic. Aux Etats-Unis, le Parlement a voté l’Innovation Act sans réelle opposition. Les villes, comme Austin et San Francisco, ont créé des bureaux de l’innovation. Depuis 2 ans, la Maison Blanche a lancé un programme de bourse pour placer des gens férus de technologie à l’intérieur de nombreux organismes fédéraux pour qu’ils innovent… Et on pourrait continuer longtemps à égrainer la longue liste des initiatives de soutien à l’innovation sans distinguo politique. L’innovation est-elle de droite ou de gauche ? Pour la gauche, se réclamer de l’innovation est plausible, estime Morozov. Prenez quelque chose d’aussi fondamental que l’accès à la connaissance, un thème classique de la gauche depuis l’époque des Lumières. “L’innovation sans permission” : pour qui est-elle une liberté ? L’innovation, n’est pas un substitut à une politique industrielle

Leprechauns of Software… by Laurent Bossavit The software profession has a problem, widely recognized but which nobody seems willing to do anything about. You can think of this problem as a variant of the well known "telephone game", where some trivial rumor is repeated from one person to the next until it has become distorted beyond recognition and blown up out of all proportion. Unfortunately, the objects of this telephone game are generally considered cornerstone truths of the discipline, to the point that their acceptance now seems to hinder further progress. In this short ebook, we will take a look at some of those "ground truths": the claimed 10x variation in productivity between developers; the "software crisis"; the cost-of-change curve; the "cone of uncertainty"; and more. We'll hone our scholarship skills by looking up the original source for these ideas and taking a deep dive in the history of their development. We'll assess the real weight of the evidence behind these ideas. This book is a work in progress.

Pourquoi s’intéresser à la Pratique de l’Émergence ? | Christine Koehler La pratique de l’émergence donne à l’entreprise une capacité permanente à se renouveler. Développé aux USA pour étudier les systèmes humains complexes, on lui doit le succès formidable de la Silicon Valley et des entreprises qui fonctionnent en système ouvert. Que l’on soit agent, responsable, ou accompagnateur de changement en entreprise, l’émergence doit nous intéresser en premier chef. Car elle nous donne un moyen pour intégrer le changement de façon organique. La Théorie de l’Émergence C’est aux USA, depuis les années cinquante, que l’Institut Santa Fé a développé la théorie de l’émergence. Le phénomène de l’émergence a été observé dans les domaines physiques, biologiques, écologiques puis socio-économiques. La Silicon Valley : Une Culture de l’Émergence. Un exemple classique de l’émergence n’est autre que la Silicon Valley. À leur tour ces entreprises ont pratiqué l’émergence en favorisant la libre circulation des informations et des agents. L’Émergence et l’approche Collaborative

Les flops de l'innovation Au Consumer Electronics Show 2017 on a pu voir une brosse à cheveux connectée... Fera-t-elle un flop comme avant elle le Bi-Bop, le Mini-Disk ou les Google Glass ? Il faut dire qu'il y a plus d’échecs que de succès dans l’univers impitoyable de l’innovation. Des chercheurs ont même créé une base de données des produits tombés dans les oubliettes de l’histoire, avant de parfois en ressortir... Quel est le point commun entre le visiophone1, les sous-vêtements jetables et le dentifrice saveur cornichon2 ? Le Bi-Bop, exemple emblématique de flop tricolore Reste à définir ce qu’est un échec… « Les chiffres de vente ou d’utilisation sont un indicateur, mais il faut aussi tenir compte de l’histoire des innovations : quand elles sont provisoirement abandonnées puis resurgissent, sous une forme différente ou non, peut-on parler d’échec ? Le Newton d’Apple fut d’abord un flop avant de revenir sous forme du fameux iPhone, succès planétaire. Brooks Kraft/Sygma, Gregor Fischer/Demotix / Corbis

L’inexorable biais de la nouveauté L’éditorialiste Clive Thompson (@pomeranian99), auteur du récent Smarter than you think, pour Medium (@Medium), revient sur le biais de la nouveauté, cet engouement qui nous conduit d’un produit ou d’un service l’autre. Cette curiosité, cet enthousiasme naturel qui nous poussent à adopter un nouveau comportement… jusqu’à ce qu’un jour on s’en lasse et qu’on l’abandonne pour un autre. Le biais de la nouveauté “explique pourquoi, même les services et outils numériques les plus réussis sont inévitablement voués à l’échec. Facebook par exemple perd des utilisateurs au profit de nouveaux services, non seulement en raison de sa conception et de ses décisions, mais surtout du fait de la force entropique inexorable de l’effet de nouveauté.” Après un certain temps, cependant, l’expérience a cessé d’être nouvelle. Notre utilisation de nouveaux outils et services en ligne semble toujours suivre cet effet, explique-t-il encore en prenant pour exemple les applications d’aide à la productivité.

Notre métier, l’innovation Si nous devions définir en quelques lignes notre métier, voici ce que nous dirions… Nous travaillons avec ceux qui changent le marché. Modestement ou radicalement, ils dérangent, perturbent, font ce que d’autres ont essayé sans succès, prennent les chemins de traverse et s’ils réussissent, changent le status quo. L’innovation ne se mesure pas par les brevets, mais par la portée de ce changement. Nous pensons qu’une chaine de restauration peut être plus innovante qu’un laboratoire pharmaceutique. Si nous aimons la technologie et reconnaissons son pouvoir transformant, nous ne pensons pas que c’est la réponse. Et pour ces innovateurs qui créent des entreprises, il n’y a pas de méthode reproductible, de guide en sept étapes vers le succès, de système informatique expert, de questions magiques ou de parcours types. Ce sont les hommes qui portent les projets, leurs expériences, leur vision, leurs erreurs et leur énergie. Au final il faudra que le porteur de projet ait trouvé son indépendance.

Librairie Eyrolles.com - Interview auteur : Véronique Messager à propos de son livre Coacher une équipe agile Guide à l'usage des ScrumMasters, les chefs de projets, les managers... et leurs équipes ! Entretien avec l'auteur : Véronique Messager Les méthodes agiles, c'est très en vogue, surtout au sein des équipes projet informatique ou Web. V. Les avantages ? Pour le client, d'abord : celui-ci voit très rapidement son application prendre forme et il peut, ainsi, donner un feedback sur son niveau de satisfaction ; son produit est mis plus vite sur le marché, donc répond à ses contraintes de time to market. Pour les équipes et les collaborateurs, ensuite : ils ont la sensation de contribuer activement à un résultat tangible ; ils travaillent de façon moins isolée et plus coopérative et sont de fait plus "protégés" par rapport aux incertitudes et aux aléas d'un projet, en étant davantage responsabilisés. Avantages et Inconvénients de la méthode Les inconvénients ? Accompagner et "sécuriser" la transition, tel semble être votre mot d'ordre. L'agilité, est-ce dangereux ? V. V. V. V. V.

L’innovation par le Design Thinking : un levier de transformation utile pour les DSI - JDN Plus que jamais, la DSI a un nouveau rôle à jouer en intégrant l’approche de Design Thinking dans tous projets transversaux : collaboratifs, dématérialisation... Le Design Thinking(1) est une approche centrée sur l’Humain et sur un processus itératif et exploratoire. Il permet notamment de construire le chemin qui mène à 3 éléments clés pour la production de solutions ou d’un produit : La Désirabilité pour l’utilisateur, la Viabilité pour le business et la Faisabilité en termes de process. Force est de constater que ces trois composantes constituent des préoccupations permanentes des DSI pour la transformation de l’organisation par l’innovation utile. Design Thinking et Intelligence Collective Dans l’objectif de l’évolution d’une organisation vers plus de transversalité, l’approche participative large permet de créer des conditions idéales pour faire émerger l’intelligence collective. Design Thinking et Expérience Utilisateur (UX) DSI, ayez « l’Esprit Design » !

Related: