background preloader

20 recommandations pour accompagner la révolution de la fabrications personnelle

Makers (2/2) : Refabriquer la société Le mouvement makers est en plein essor, comme le montre la multiplication des lieux qui leurs sont dédiés (voir la première partie de ce dossier). L’éclosion des TechShops, des foires, des ateliers, qui sont pour beaucoup dans une logique de développement et d’essaimage du modèle y participe pleinement. A certains endroits, à San Francisco, le TechShop est au cœur de la réhabilitation d’un quartier (comme c’est le cas à South Market). Mais surtout, ces lieux s’implantent au coeur d’un écosystème qui favorise leur développement : écoles, musées, start-ups et grands acteurs de l’internet qui souhaitent redéployer leur activité en centre-ville… Faire société : des lieux et de leurs enjeux Pour Michael Shiloh, l’enjeu va bien au-delà des lieux. On devine derrière ce mouvement makers, un véritable enjeu pour un apprentissage différent. Reprendre confiance dans sa capacité à créer Image : visite du Maker Space avec Michael Shiloh. Image : la voiture-oeuvre en forme de maison victorienne…

Makers (1/2) : Faire société “We are all makers” (Nous sommes tous des artisans). Le credo de Dale Dougherty, fondateur de Make Magazine et de Maker Faire, le plus grand événement dédié au mouvement “makers”, est en passe de devenir le nom de référence d’une communauté extrêmement diverse et dynamique, en pleine expansion. Derrière ce sigle rassembleur, inventé par Make Magazine il y a plus de 10 ans au sein même d’O’Reilly Media, géant de l’édition orientée techno fondée par Tim O’Reilly l’un des gourous de l’internet à l’origine du concept de Web 2.0, on trouve une idée clé : il faut encourager la créativité individuelle car elle est porteuse de plus de conscience et responsabilité sociale, comme l’exprimait Dale Dougherty sur la scène de TED. Profitant de la vague du DIY (Do it yourself, pour “Fais le toi-même !”) Qui sont les makers ? La place particulière de San Francisco dans ce monde des makers est peut être à trouver dans le fait que les gens, ici, ont eu le talent d’initier le réseau. Image : Noisebridge.

Chouettes reprises pop modernes à télécharger Bien que sortie en mars dernier, on était passé à côté de la compilation C44 du magazine musical français Magic , et un rattrapage s'impose. Conçue à partir de reprises de groupes cultes (Primal Scream, Young Marble Giants, The Cure, etc.) pour célébrer le 20ème anniversaire de cette revue pop moderne, cette belle brochette de morceaux peut s'écouter en ligne (et être téléchargée en mp3 via Rapidshare ) On en conseille vivement l'écoute : Et on peut signaler le tout récent clip de la reprise du I wanna be adored des Stones Roses par le groupe Coma Cinema présent dans la compilation. Lire les réactions à cet article. Alexandre HERVAUD

[France24] L'e-G8, un sommet du Web qui ne dissipe pas la crainte de la censure [...] Ce sommet, organisé par l’Élysée et l’agence de communication Publicis, se veut la première conférence consacrée à Internet, dans le sillage du G8 Mais l’initiative française ne fait pas que des heureux parmi les internautes [...]. Ils craignent que cet e-G8 soit l’occasion pour la France de "renforcer le contrôle centralisé d’Internet", comme l’écrit dans sa lettre ouverte le collectif G8Internet, qui rassemble plusieurs sites en faveur d’un Web sans entrave comme la Quadrature du Net ou encore l'Institute for Network Culture. Cet "Internet civilisé" à la "sauce Sarkozy" représenterait pour ses détracteurs le fil rouge de l’activité de l'Élysée dans le domaine du Web.

Et si la culture s’ouvrait à l’opendata? L'opendata est freiné dans le cas des données culturelles en raison d'un article de la loi CADA de 1978 alors qu'il n'a pas lieu d'être, estime Calimaq. Lundi 16 mai, la CNIL a publié une synthèse (Comment concilier la protection de la vie privée et la réutilisation des archives publiques sur Internet ?) qui me paraît importante dans la mesure où elle confirme une intuition que j’ai depuis longtemps : l’exception culturelle prévue par la loi du 17 juillet 1978 (dite loi CADA) en matière de réutilisation des informations publiques est inutile et vide de contenu juridique réel. Il y a un mois, la Fing dans un billet intitulé « La culture est-elle le parent pauvre de l’Open Data ? Les initiatives « open data » dans le monde de la culture semblent en effet encore peu fréquentes. Et elle avançait une cause juridique pour expliquer cet état de fait : Les données culturelles sont-elles plus sensibles que les autres ? La CNIL ayant à mon sens passablement affaibli (atomisé ?) Wikimedia Commons et

Le Plus, Le Post version “plus” À l'occasion de l'ouverture du Plus en beta publique, petit tour des nouveautés qui permettent au nouveau pure-player du Nouvel Obs' de marquer sa différence, ou pas. Imaginé comme un espace réservé aux tribunes des internautes et non comme un site d’information, Le Plus propose de nombreuses évolutions dans la sphère des sites collaboratifs et participatifs. Petit tour d’horizon des innovations et des interrogations qu’elles suscitent. Naviguez dans les différents éléments grâce aux cadres rouges et jaunes dans l’image ci-dessous. Des anciens du Post aux manettes En septembre 2010, la direction du Nouvel Observateur embauche Benoît Raphaël au titre de consultant pour accompagner la stratégie Internet de l’hebdomadaire. Dans l’équipe du Plus aujourd’hui, deux anciennes journalistes officiant au Post. Aujourd’hui les journalistes qui ont le plus d’expérience dans les nouvelles pratiques du web sont ceux qui ont travaillé pour Le Post. Sous l’aile (assumée) du Nouvel Obs Remonter à l’image

Manifeste ¡ Democracia real ya ! Le mouvement ¡ Democracia Real Ya ! est à l'origine des premières manifestations du 15 mai contre la gestion de la crise économique. Voici leur manifeste, dont nous vous proposons la version française. Voici une traduction en français, par le collectif lyonnais Rebellyon, du manifeste du mouvement ¡Democracia Real Ya! A l’initiative de plusieurs organisations sociales, d’associations citoyennes, des manifestations étaient organisées la journée 15 mai dernier sur les places des principales villes espagnoles pour protester contre les méthodes de gestion de la crise du gouvernement Zapatero. Nous sommes des per­son­nes ordi­nai­res. Parmi nous, cer­tain-e-s se consi­dè­rent plus pro­gres­sis­tes, d’autres plus conser­va­teurs. Cette situa­tion nous fait du mal quo­ti­dien­ne­ment ; mais, tous ensem­ble, nous pou­vons la ren­ver­ser. Dans ce but, nous sou­te­nons fer­me­ment les affir­ma­tions sui­van­tes : Prends la rue le 15 mai ! Nous avons besoin d’une révolution éthique. Sors avec nous.

Sommes-nous prêts à la reconstruction du monde ? S'appuyant sur l'exemple américain, caractérisé par des inégalités sociales profondes, Framablog envisage la chute du monde occidental, sur le modèle des révolutions arabes. Une utopie pas si irréalisable. Il n’était pas possible d’envisager un système d’exploitation ou une encyclopédie universelle libres. Il n’était pas possible d’envisager la chute de tyrans installés depuis plusieurs décennies dans des pays sous contrôle. Il n’est pas possible de voir à son tour le monde occidental s’écrouler parce que contrairement aux pays arabes il y règne la démocratie. Et lorsque ceci adviendra, nous, les utopistes de la culture libre, les idéalistes des biens communs, nous serons prêts à participer avec d’autres à la nécessaire reconstruction. Il n’est guère dans les habitudes du Framablog de s’aventurer dans de telles prophéties. Il s’agit d’une vidéo que vous avez peut-être déjà vue car elle a fait le buzz, comme on dit, l’hiver dernier. Oui la classe moyenne des pays occidentaux se meurt.

Related: