background preloader

20 recommandations pour accompagner la révolution de la fabrication personnelle

L’avenir de la programmation (1/6) : programmer, une activité culturelle ? « InternetActu.net-Mozilla Firefox L’ordinateur est partout. Pourtant, tout est fait pour nous éviter d’en comprendre les mécanismes. Ce qui fait de nous un peuple d’analphabètes, trop occupé à jouer avec d’anciens médias (texte, vidéo, radio) pour réellement s’interroger sur l’architecture qui sous-tend le système. “Programmer ou être programmé” clame Douglas Rushkoff dans son dernier livre. Cette constatation n’est pas neuve. Les Elois et Morlocks existent aujourd’hui, explique Stephenson : Les Morlocks sont ceux qui effectuent tout le travail intellectuel destiné à rendre compréhensible et facile d’accès une masse d’informations qui seraient, sinon impossibles à obtenir pour le commun des mortels (les nouveaux Elois), du moins difficile à collecter. Stephenson prend comme exemple Disney World et notamment l’attraction « Maharajah Jungle Trek« , qui reproduit dans tous ses détails les ruines d’un palais indien du 16e siècle. La pensée computationnelle La programmation de demain Rémi Sussan

Tetalab mixe art et hack Le Tetalab est un jeune hackerspace basé à Toulouse. Basé à Mixart-Myrys, un centre culturel, il monte entre autres des projets autour de l'art. Hiver dernier, alors que WikiLeaks fait trembler les ambassades du monde entier en faisant fuiter des câbles diplomatiques et s’agiter les rédactions qui publient analyses géopolitiques sur analyses géopolitiques, les hackers toulousains du Tetalab s’emparent à leur façon du sujet. Pas de révélation fracassante, mais un hack poétique qui leur vaudra leur quart d’heure de célébrité, de Boing Boing [en] au Guardian [en] : Haikuleaks. Un projet qui résume bien l’état d’esprit de ce jeune hackerspace né en 2009, qui ne voudrait pas être réduit à ce buzz : « Est-ce qu’il y aurait vraiment quelque chose à dire sur haikuleak d’ailleurs ? Installé dans le centre culturel Mixart-Myrys Et à l’instar de nombreux travaux du Tetalab, haikuleaks est un hack artistique. On t’apprend à être décomplexé par rapport à la technique. Dictature de l’initiative

Hacking : Pirater notre mode de vie pour le rendre durable Par Olivier Philippot - 06/06/2011 Attention, cet article peut heurter certaines âmes sensibles. Vous allez voir des matériels modifiés, des logiciels non homologués et certaines expérimentations hors normes. Si vous n’êtes pas prêts, passez votre chemin. Une croissance insoutenable Le constat sur l’impact de notre mode de vie et des technologies sur l’environnement est un fait : Pénurie des terres rares,crises des déchets électroniques… Si nous maintenons ce rythme il nous faudra bientôt deux terres pour assouvir nos besoins, chose impossible car notre bonne vieille terre n’est pas extensible. Malgré de nombreuses solutions disponibles, le monde ne semble pas changer. Hacker nos modes de vie Dans son livre "Des abeilles et des hommes, passerelles pour un monde libre et durable" et ses recherches", Thanh Nghiem tente de répondre à cette contradiction. La solution pour changer le paradigme ? De telles pratiques sont de plus en plus courantes. Libre, Hacking et Durable Hacking Logiciel

La plus petite imprimante 3D n’est pas plus grosse qu’une brique de lait Habituellement, les imprimantes 3D sont imposantes, massives et hors de prix. Mais la donne pourrait bien changer avec celle-ci qui offre les dimensions d’une brique de lait.Cette imprimante a été créée par l’institut technologique de Vienne et a été spécialement étudiée pour les particuliers et des usages plus généralistes. Pas question d’imprimer un vélo tout entier, une maison ni même une voiture avec celle-ci, sa taille al réserve à des impressions de plus petite taille, mais elle devrait se révéler utile justement dans la création d’outils ou d’accessoires de précision. Pour le fonctionnement, il se base sur les procédés similaires : une résine synthétique est appliquée sur la surface de la trame, puis un rayon vient chauffer et figer instantanément celle-ci, puis les couches se succèdent jusqu’à obtenir le volume désiré. Vendue 1700$, le prix reste attractif pour le grand public, et devrait faire l’objet d’une révision si elle venait à être produire à grande échelle.

Makers (1/2) : Faire société “We are all makers” (Nous sommes tous des artisans). Le credo de Dale Dougherty, fondateur de Make Magazine et de Maker Faire, le plus grand événement dédié au mouvement “makers”, est en passe de devenir le nom de référence d’une communauté extrêmement diverse et dynamique, en pleine expansion. Derrière ce sigle rassembleur, inventé par Make Magazine il y a plus de 10 ans au sein même d’O’Reilly Media, géant de l’édition orientée techno fondée par Tim O’Reilly l’un des gourous de l’internet à l’origine du concept de Web 2.0, on trouve une idée clé : il faut encourager la créativité individuelle car elle est porteuse de plus de conscience et responsabilité sociale, comme l’exprimait Dale Dougherty sur la scène de TED. Profitant de la vague du DIY (Do it yourself, pour “Fais le toi-même !”) Qui sont les makers ? La place particulière de San Francisco dans ce monde des makers est peut être à trouver dans le fait que les gens, ici, ont eu le talent d’initier le réseau. Image : Noisebridge.

Airbus imagine la cabine d'avion du futur en 2050 Le mercredi, 15/06/2011 09:27 Écrit par Redaction | Newsletter | Ajoutez un commentaire! Airbus a dévoilé sa nouvelle cabine "invisible", un concept qui pourrait voir le jour d'ici 2050. une vue imprenable sur le ciel. Selon l'enquête passagers 2050 conduite par Airbus, près d'un tiers des participants à l'enquête ont indiqué qu'ils voulaient «que le vol lui-même s'apparente aux vacances». Pour réaliser ces voeux, Airbus a pensé à un fuselage composé d'une membrane en biopolymère, qui serait plus légère et plus économe en carburant, tout en offrant «une vue panoramique sur le monde extérieur à travers de vastes zones où le revêtement pourrait devenir transparent d'un simple geste de la main». Parmi les autres innovations imaginés par Airbus on peut indiquer un siège "intelligent" qui s'adapte à la taille de chaque passager et qui propose des massages, des boissons ou des vitamines si nécessaire. Plus d'informations: www.airbus.com

Makers (2/2) : Refabriquer la société Le mouvement makers est en plein essor, comme le montre la multiplication des lieux qui leurs sont dédiés (voir la première partie de ce dossier). L’éclosion des TechShops, des foires, des ateliers, qui sont pour beaucoup dans une logique de développement et d’essaimage du modèle y participe pleinement. A certains endroits, à San Francisco, le TechShop est au cœur de la réhabilitation d’un quartier (comme c’est le cas à South Market). Mais surtout, ces lieux s’implantent au coeur d’un écosystème qui favorise leur développement : écoles, musées, start-ups et grands acteurs de l’internet qui souhaitent redéployer leur activité en centre-ville… Faire société : des lieux et de leurs enjeux Pour Michael Shiloh, l’enjeu va bien au-delà des lieux. On devine derrière ce mouvement makers, un véritable enjeu pour un apprentissage différent. Reprendre confiance dans sa capacité à créer Image : visite du Maker Space avec Michael Shiloh. Image : la voiture-oeuvre en forme de maison victorienne…

Mode d’emploi pour démarrer une civilisation Et si l'esprit du libre qui est déjà en place dans la société de la connaissance et de la créativité pouvait se propager à l'univers du matériel, des outils du fermier, de l’ouvrier, de l’entrepreneur ou du producteur. Dans un récent billet intitulé Open Source Ecology ou la communauté Amish 2.0 nous nous faisions l’écho d’un projet assez extraordinaire consistant à placer sous licence libre les spécifications d’une cinquantaine de machines agricoles permettant théoriquement à un village d’accéder à l’autosuffisance. Un projet qui méritait bien les honneurs d’une conférence TED que nous avons choisi de vous reproduire ci-dessous. Soit dit en passant, les conférences Ted, au format court caractéristique et de plus en plus souvent sous-titrées en français, constituent avec le temps une véritable mine d’or pour tout internaute curieux de mieux comprendre et appréhender les enjeux d’aujourd’hui et de demain. Leur slogan est : « des idées qui méritent d’être diffusées ». Merci.

Electrolab

Related: