background preloader

Darwinisme social

Darwinisme social
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Envisagé à l’échelle de la compétition entre les individus, il préconise la levée des mesures de protection sociale, l’abolition des lois sur les pauvres ou l’abandon des conduites charitables. Herbert Spencer, un des idéologues, pense ainsi que « toute protection artificielle des faibles est un handicap pour le groupe social auquel ils appartiennent, dans la mesure où cette protection a pour effet [...] de le mettre en position d'infériorité face aux groupes sociaux rivaux[1]. » Son versant racialiste fait, à l’échelle de la compétition entre les groupes humains, de la « lutte entre les races » le moteur de l’évolution humaine. Il s’est conjugué à la fin du XIXe siècle avec les théories eugénistes. Il est donc préférable et plus juste de nommer cette conception évolutionniste des sociétés le spencérisme. Origine et développement[modifier | modifier le code] Le spencérisme est cependant une conception libérale.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Darwinisme_social

Related:  Servitude moderne et volontaire, conditionnementles TECHNIQUES DE MANIPULATION (vidéos + lexiques)Electrons libresDarwinisme social et néolibéralisme

[Infographie Médias] Qui consomme quoi et quand?  Cette infographie réalisée par l’équipe de MBAOnline.com, détaille la consommation des médias par tranches d’âges et par tranches horaires. En tout, 5 générations ont été étudiées et 15 activités, connectées ou non, ont été matérialisées par différents pictogrammes. Le résultat est intéressant, on apprend par exemple que: Au réveil les 18-29 ans se partagent entre l’écoute d’information à la radio et la consultation des news sur Facebook.Tandis que les plus jeunes préfèrent, eux, écouter de la musique sur leur baladeur.La generation X et les Baby Boomers se dirigent pour leur part majoritairement vers la radio.Sans surprise, de 20h à 23H la télé reste le média le plus consommé. Et ce, par toutes les tranches d’âges.

De la fabrique du consentement et de l’influence En écho à l’article de kitetoa, « Où est l’étincelle« , ce papier tente d’apporter des réflexions sur nos fonctionnements au sein de la société à travers plusieurs filtres, dont certains parallèles au concept développé par Noam Chomsky : la fabrique du consentement. Concept qui rejoint celui d’un auteur plus ancien, la Boétie, qui lui, développa le concept de la servitude volontaire. Le sujet avait été abordé partiellement par le biais du fonctionnement de la propagande. Il n’est bien entendu pas question d’apporter ici une réponse à la question posée par l’article de kitetoa, mais plutôt d’amener des pistes de réflexions. mémoire Inscrivez le site à votre lecteur RSS pour ne manquer aucun article ! Flux RSS. Pour savoir ce qu’est un flux RSS, Cliquez ici. Merci de lire cet article, je suis honoré.

Capital humain Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le capital humain est l'ensemble des aptitudes, talents, qualifications, expériences accumulés par un individu et qui déterminent en partie sa capacité à travailler ou à produire pour lui-même ou pour les autres[1]. Histoire du concept[modifier | modifier le code] Le concept de « capital humain » est développé pour la première fois en 1961, par l’économiste américain Theodore Schultz qui l’exprime en ces termes : « Alors qu’il apparaît évident que les individus acquièrent des savoir-faire et des savoirs utiles, il n’est pas si évident que ces savoir-faire et savoirs constituent une forme de capital [et] que ce capital soit pour une part substantielle le produit d’un investissement délibéré. » À partir de 1965, Gary Becker approfondit le concept et le vulgarise, obtenant en 1992 le prix Nobel d’économie pour son développement de la théorie du capital humain. La théorie du capital humain[modifier | modifier le code]

Théorème du singe Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le théorème du singe est un exemple d'« histoire enseignement », une historiette présentée sur le mode narratif, non nécessairement véridique, dont la morale permet d'enseigner ou d'expliciter un phénomène. Ici, le théorème du singe est utilisé pour mettre en valeur le fonctionnement du conditionnement mental. Cette histoire est présentée comme le récit d'une expérience scientifique comportementale menée sur des chimpanzés. Le récit de l'expérience[modifier | modifier le code]

La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite (2/2) Voici la suite des 7 allégories présentées dans le livre La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite : 5. Le champ magnétique et la limaille : modifier le visible en agissant sur l’invisible Exobrain. Outil de mind mapping en ligne. Exobrain est sans doute un des outils les plus simples pour créer rapidement une mind map ou carte heuristique. Aucun apprentissage grâce à une interface simplifiée à l’extreme qui permet de se concentrer sur l’essentiel : vos idées. Exobrain parait parfaitement adapté à ce mode d’élaboration en plein boom qu’est le mind mapping. Milton Friedman Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Friedman. Photographie représentant Milton Friedman. Milton Friedman a inauguré une pensée économique d'inspiration libérale dont les prescriptions s'opposent de front à celle du keynésianisme. En réponse à la fonction de consommation keynésienne, il développa la théorie du revenu permanent. Avec cette théorie et l'introduction du taux de chômage naturel, Friedman remet en cause le bien-fondé des politiques de relance qui, pour lui, ne peuvent que provoquer de l'inflation contre laquelle il faut lutter.

Aversion à l'incertitude Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. En psychologie, l'aversion à l'incertitude est une forme d'aversion au risque se traduisant par la crainte, assez répandue, qu'en cas d'incertitude (situation pourtant générale dans la vie et dans la société, comme dans tout système dynamique) il y ait plus à perdre qu'à gagner. On constate dans la pratique qu'en ce qui concerne les enjeux importants un individu est disposé à engager des ressources pour réduire son incertitude (par exemple : achat de portes blindées, souscription de contrats d'assurance). En ce qui concerne les enjeux plus modestes, au contraire, il se montre prêt à en dépenser pour augmenter cette même incertitude : si un changement de vie, même de probabilité très faible, peut en être espéré (ex: loterie et jeu de hasard)ou tout simplement pour échapper à l'ennui (ex; jeu de cartes, réussites, patiences...)

La grenouille qui ne savait pas qu’elle était cuite (1/2) La grenouille qui ne savait pas qu'elle était cuite (et autres leçons de vie) est un recueil de qui se propose de nous fournir pour chacune d'entre elles des pistes d'enseignement à utiliser pour notre . Ce livre a l'avantage de se lire très facilement grâce à l'aspect concret des histoires et à la simplicité de l'écriture de l'auteur. Ce fût un délice de le parcourir tout en imaginant où tout ceci pouvait bien s'appliquer dans la vie de tous les jours. Maintenant que je suis arrivé au bout, je vous propose de partager avec vous les principes que j'ai retenus : 1 – La grenouille qui ne savait pas qu'elle était cuite

Related: