background preloader

Institut National du Sommeil et de la Vigilance

Institut National du Sommeil et de la Vigilance
Related:  cycles de sommeil, fatigue, dormir la nuit et pas le jouractivité physique/santé/hygiène de viesommeilsommeil

Syndrome d'apnées du sommeil Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le syndrome d'apnées du sommeil (« SAS ») ou plus précisément syndrome d'apnées-hypopnées du sommeil (« SAHS ») est un trouble du sommeil caractérisé par un arrêt du flux respiratoire (apnée) ou une diminution de ce flux (hypopnée). Ce trouble est souvent très invalidant et peut dans certains cas entraîner la mort. Ses causes sont diverses mais peuvent être classées en deux catégories : Elles peuvent être obstructives et associées à une obésité ou à un syndrome métabolique : il est alors question de « syndrome d'apnées obstructives du sommeil » (« SAOS »). Une apnée est dite « obstructive » quand elle résulte d'efforts respiratoires pour lutter contre une obstruction des voies aériennes supérieures (nez, bouche, pharynx, larynx).Elles peuvent être aussi neurologiques, par anomalie du contrôle de la respiration et il n'y a donc alors pas d'effort d'inspiration comme dans le cas précédent. Définition[modifier | modifier le code]

LA JOURNEE DU SOMMEIL | Institut National du Sommeil et de la Vigilance 17ème Journée du Sommeil®« Dormir seul ou pas : quel impact sur le sommeil ? » 17 mars 2017 En 2017, l’INSV étudie les facteurs et les situations qui influencent l’organisation du sommeil des Français. Pour quelles raisons certaines personnes dorment-elles seules et d’autres pas ? A l’occasion de la 17 ème Journée du Sommeil, les experts de l’INSV s’interrogeront sur l’influence du sommeil de l’un sur le sommeil de l’autre et feront le point sur les facteurs qui peuvent altérer les conditions de sommeil et les solutions pour en limiter les impacts négatifs. Pourquoi la Journée du Sommeil® ? A 75 ans, nous aurons dormi… 25 ans ! Archives de la Journée du Sommeil® 16ème Journée du Sommeil®« Sommeil et nouvelles technologies » 18 mars 2016 15ème Journée du Sommeil® – « Sommeil et nutrition » 27 mars 2015 Le sommeil est une fonction vitale de l’organisme. ©photos : Ollyy, S-F, Shebeko / Shutterstock.com 14ème Journée du Sommeil® – « Sommeil et transport » La sieste flash est sponsorisée par :

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! L’hormone sécrétée par la glande pinéale, la mélatonine, ne fut découverte que vers la fin des années 1950. Le rôle de cette hormone dans les rythmes biologiques se dévoila ensuite progressivement. Reste que la glande pinéale fut la dernière des glandes endocrines dont la fonction fut identifiée. Pendant des siècles, le rôle de la glande pinéale a donné lieu à de nombreuses spéculations, tant physiologiques que métaphysiques. Le fait que cette glande soit la seule structure du cerveau à ne pas apparaître en double a sans doute contribué à alimenter les hypothèses à son égard. En effet, contrairement aux autres structures du cerveau qui se présentent toujours en deux exemplaires, l’un à gauche et l’autre à droite du plan sagittal, la pinéale semble unique (voir encadré à gauche) et se trouve exactement au milieu de cette ligne virtuelle qui passe entre nos deux hémisphères cérébraux.

Le sommeil favorise la production de myéline dans le cerveau Le sommeil est fondamental pour la santé. Cette nouvelle étude montre que pendant le repos, les oligodendrocytes, des cellules de soutien dans le cerveau, fabriquent davantage de myéline. Cela protégerait mieux les neurones et favoriserait la circulation de l'influx nerveux. © mark sebastian, Flickr, cc by sa 2.0 Le sommeil favorise la production de myéline dans le cerveau - 2 Photos Nous passons plus d’un tiers de notre vie à dormir. Apprendre à ménager son sommeil est donc primordial pour garder un bon équilibre physique et psychique. Schéma d’un neurone. (1) dendrite, (2) axone, (3) nœud de Ranvier, (4) extrémité de l’axone, (5) myéline, (6) corps cellulaire, (7) noyau. Sur ce plan, la France ne fait pas office de bon élève. Une nouvelle étude, publiée dans la revue The Journal of Neuroscience vient enfoncer le clou sur l’importance du repos. A voir aussi sur Internet Sur le même sujet

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! L’électroencéphalographie est une méthode d’enregistrement de l’activité du cortex par l’entremise d’électrodes apposées sur le cuir chevelu. Grâce à cette technique, on a pu observer dans les années 1950 que l’activité du cortex durant le sommeil paradoxal était aussi intense que durant l’éveil. D’où le nom de sommeil « paradoxal » pour attirer l’attention sur ce phénomène. Mais avec le développement des techniques d’imagerie cérébrale au milieu des années 1990 (voir capsule outil à gauche), on a découvert d’autres structures cérébrales, souvent situées en profondeur sous le cortex, dont l’activité était grandement modifiée durant le sommeil paradoxal. Dans certaines régions l’activité augmentait alors que dans d’autres elle diminuait. Mais ce qui est remarquable, c’est que cette augmentation ou diminution d’activité était compatible avec le genre de rêve particulier qui survient durant le sommeil paradoxal. D’après Neuroscience, Purves et al., d’après Hobson et al., 1998.

INFOGRAPHIE. Les terrifiants effets du manque de sommeil La privation de sommeil est dangereuse. Un nombre d'heures de sommeil réduit, volontairement ou non, a des effets délétères sur tout votre corps. D'ailleurs, une étude publiée l'an dernier a démontré que même un petit manque à gagner de sommeil — moins de six heures par nuit durant une semaine — nuisait directement à plus de 700 gènes du corps humain. Voilà qui est alarmant lorsque l'on sait que plus de la moitié des Américains ne dorment pas les sept heures ou plus recommandées, selon ce que révélait un récent sondage. Voici pour vous une infographie et des explications sur tous les effets néfastes du manque de sommeil sur votre organisme, et ce, même après une seule nuit. Infographic by Alissa Scheller for the Huffington Post. Après une seule nuit... vous avez plus d'appétit et moins de satiété. Avec la newsletter quotidienne du HuffPost, recevez par email les infos les plus importantes et les meilleurs articles du jour. vous êtes plus susceptibles aux accidents. Envoyer une correction

Notre programme "Bouge, une priorité pour ta santé" Juin 2012 : 2ème challenge régional "Bouge, une priorité pour ta santé" (Casteljaloux en Lot-et-Garonne) C’est vers 11-12 ans que les habitudes s’installent. C’est la raison pour laquelle, la Mutualité Française Aquitaine a choisi de déployer son programme de prévention « Bouge, une priorité pour ta santé » auprès des élèves de 6ème. Un programme pour apprendre aux élèves à préserver leur capital santé Préoccupés par l'accroissement des comportements sédentaires qui peuvent entraîner des effets néfastes sur la santé, la Mutualité Française et l'Union Nationale du Sport Scolaire se sont alliés pour sensibiliser les jeunes aux bienfaits de l'activité physique et d'une bonne hygiène de vie. Une approche pédagogique et ludique associant les élèves, les équipes pédagogiques et les parents tout au long de l'année Lancé en 2008 par la Mutualité Française, ce programme a été suivi, à ce jour, par près de 24 000 élèves répartis dans 250 établissements. Les collèges concernés en 2014-2015 En Dordogne

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! Les noyaux suprachiasmatiques ne sont plus considérés comme une entité uniforme, mais à l'instar d'autres noyaux plutôt comme un ensemble d’unités fonctionnelles distinctes et interconnectées. En s’appuyant sur les neuropeptides produits par les différents neurones des NSC ainsi que sur l’organisation fonctionnelle des afférences et des efférences de cette structure, on distingue maintenant le NSC ventral et le NSC dorsal. Il semble que les neurones du NSC ventral seraient moins des horloges mais plutôt l'endroit du NSC qui reçoit les afférences tandis que ceux du NSC dorsal constitueraient la véritable horloge endogène robuste du NSC. Or on a découvert que le neurotransmetteur GABA excite les cellules du NSC dorsal mais inhibe celles du NSC ventral. Source: Hugues Dardente et Nicolas Cermakian, Médecines/Science, Volume 21, numéro 1 (Janvier 2005)

Le sommeil, les rêves et l'éveil Dormir, pourquoi Vous avez aimé cet article ? partagez le sur votre réseau ! Ecraser, pioncer, roupiller, ronfler, dormir comme une marmotte, rêver peut-être… mais pourquoi ? Avant tout, pour ceux qui croient que dormir ne sert «à rien», est «une perte de temps», des «instants de vie volés»… dormir sert : à survivre !!! Notre corps et notre esprit ont besoin (parfois envie) de ce moment de récupération et de repos. Mais à quoi ça sert exactement ? On se repose, non ? Dormir nous permet de récupérer d’une fatigue physique ou intellectuelle. Etre bien reposé est donc nécessaire pour apprendre, rire faire du sport…vivre pleinement les choses ! Dormir fait-il grandir ? Et oui ! On pourrait s’amuser à en déduire que les célèbres basketteurs Michael Jordan, Magic Johnson et même Tony Parker (avec son «petit» 1m88) sont de bons dormeurs ! On apprend mieux en dormant ? Dormir aide en effet à mémoriser, et intégrer plein de choses. On se répare en dormant Dormir est donc parfois le meilleur des médicaments.

Sommeil : Tout savoir sur le sommeil et les troubles du sommeil Pour certaines, c’est un plaisir, pour d’autres, un cauchemar. Une chose est sûre : pour tous, le sommeil est un besoin. Nous passons après tout un tiers de notre vie au lit. Ça fait réfléchir ! Dormir bien et suffisamment, c'est la garantie d'être au top de sa forme et de sa beauté. Manque de sommeil ? Et le problème est d'autant plus important pour nous mesdames ! Pas de panique, voici quelques conseils pour comprendre les troubles dont vous souffrez et retrouver -enfin- le sommeil réparateur que vous méritez.

INFOGRAPHIE « ADOLESCENTS, DES CONSEILS POUR MIEUX DORMIR » Les résultats de l'enquête Fondation Pfizer / Ipsos Santé révèlent que plus d'un adolescent sur deux (53%) déclare avoir des difficultés à aller se coucher le soir, réduisant sa durée moyenne de sommeil à 7h51, loin des 9 heures préconisées par les médecins pour sa santé et son développement. Pourtant, une fois endormis, 58% des adolescents affirment se réveiller rarement voire jamais la nuit. Dévoilés à l’occasion de la 15ème Journée du Sommeil qui se tient le 27 mars, cette enquête a été réalisée en regards croisés auprès de 801 adolescents âgés de 15 à 18 ans et de 802 adultes de 25 ans et plus, du 14 octobre au 23 octobre 2014.Quelles sont les règles d’hygiène pour dormir mieux ? Découvrez les résultats de l’enquête Fondation Pfizer/Ipsos Santé et les conseils pratiques en infographie. Depuis 10 ans, la Fondation Pfizer initie et soutient des projets qui donnent la parole aux adolescents, permettant ainsi de faire valoir leurs opinions sur des sujets qui les concernent directement.

Institut National du sommeil et de la vigilance.
Site informatif.
Lien: by diffusion.ireps.pch.86 Feb 7

Related:  sleep websitesSommeil et apnée du sommeilOutils pedagogiques, sites internetVeille de la docSanté - SocialSommeil