background preloader

EPE Final.docx

EPE Final.docx
Related:  TOURISME DE MEMOIRE

Ce que nous apprend TripAdvisor sur la mémoire de la Première Guerre mondiale Temps de lecture: 5 min Dès la fin de la Première Guerre mondiale, les champs de bataille étaient visités, parallèlement à la création de mémoriaux. Aujourd’hui, cette pratique apparaît plus institutionnalisée. On la qualifie de «tourisme de mémoire», et elle fait l’objet de projets de territoires, de collaborations entre institutions de différents pays. Si ces initiatives provoquent des critiques sur la marchandisation de la mémoire de la guerre, elles permettent de pluraliser les discours portés, à partir des différentes perspectives nationales qu’elles relient entre elles. En effet, l’espace commémoratif du front Ouest de la Première Guerre mondiale traverse plusieurs départements, régions et pays qui recèlent chacun des cimetières et nécropoles de différentes tailles (des carrés gérés par la Commonwealth War Grave Associations aux nécropoles nationales), mais également des monuments funéraires (à Thiepval, etc.), ou musées ambitieux (à Meaux ou Péronne). Lieux les plus commentés

Photos, selfies… Le mémorial d’Auschwitz appelle à la décence Ce sont de beaux clichés comme on en voit tant sur Instagram et autres réseaux sociaux. De jeunes gens posent en équilibre sur des rails abandonnés, le ciel s’ouvre largement, des filtres ont sans doute été appliqués pour rendre les images plus esthétiques. Le problème est que ces photos ont été prises dans l’ancien de camp de concentration d’Auschwitz, en Pologne. Le 20 mars, le mémorial d’Auschwitz, qui gère ce lieu de mémoire, les a relayées sur Twitter, accompagnées d’un texte cinglant : « Quand vous venez à Auschwitz, souvenez-vous que vous êtes sur un site où un million de personnes ont été tuées. Respectez leur mémoire. When you come to @AuschwitzMuseum remember you are at the site where over 1 million people were killed. Ce message a provoqué des dizaines de milliers de réactions sur le réseau social, et beaucoup d’internautes se sont indignés de découvrir, notamment sur Instagram, selfies et autres photos stylisées dans l’ancien camp de concentration. « Egocentrisme obscène »

L'analyse SWOT L'analyse SWOT est un outil très souvent utilisé comme aide à la compréhension des marchés et à la prise de décisions. Un des facteurs clés de succès est d'identifier le sujet de l'analyse et ses enjeux afin que la mise en perspective des forces, faiblesses, menaces et opportunités soit plus efficace. L'analyse SWOT s'utilise autant pour une ligne de produit, un produit ou une marque et facilite la prise de décision. Opportunités : les saisir en priorisant. Le SWOT Pourquoi l'utiliser ? Objectif Cette analyse permet, pour une organisation, une gamme de produits ou une marque, de mettre en perspective toutes les données externes (marché et environnement) et les données internes (liées à l'entreprise, produit ou marque). mettre en lumière les principaux faits ayant un impact fort sur l'organisation, le produit ou la marque en question ;établir des objectifs réalistes et ciblés ;définir les stratégies et les moyens les plus efficaces au regard des enjeux. Contexte Comment l'utiliser ? Étapes

Sur les traces du tourisme de mémoire - Réseau de veille en tourisme Le tourisme de mémoire prend forme autour de différentes attractions et attire une vaste gamme de publics. En donnant une signification aux événements du passé, il marque le paysage, l’identité et l’économie des destinations. Sa mise en valeur nécessite une entente entre les ennemis d’hier et véhicule un message unique en son genre. Un tourisme de niche? Sites témoins (Plaines d’Abraham, Chemin des Dames), commémoratifs (Nécropole nationale de Notre-Dame-de-Lorette), informatifs (Grosse-Île-et-le-Mémorial-des-Irlandais) ou pédagogiques (Centre commémoratif de l’Holocauste à Montréal), l’intérêt principal de ces lieux emblématiques ne réside pas seulement dans leur esthétisme, mais dans les valeurs culturelles, civiques et même éthiques que l’histoire leur a conférées. Source: Ouvrage du Galgenberg Christian Mantei, directeur général d’Atout France, attribue quatre objectifs au tourisme de mémoire: Pas de mémoire sans partenariat Source: Mission centenaire 14-18 Favoriser l’immersion Source(s)

Dark tourism ou tourisme mémoriel symbolique ? 1Le dark tourism (Lennon et Foley, 2000 – tourisme sombre pour les francophones), dénommé également « thanatourisme » (Seaton, 1996 ; Dann et Seaton, 2003) ou tourisme macabre, implique toute forme de prestation comprenant la visite de lieux associés à la mort, à la souffrance, à la peine et à la destruction. Le champ de recherche relatif à ce segment spécifique gagne encore à être précisé. Ce constat vaut autant pour les pratiques et les espaces concernés que pour les critères de réussite sous-jacents et les motivations – mouvantes et hybrides – des visiteurs. Nous nous proposons ici d’esquisser une lecture critique relativement large des ressorts de ces prestations. En somme, qu’est-ce qui peut inciter à la mise en tourisme puis au succès – en termes de notoriété – d’objets historiques dits sensibles ? 2Nous nous inspirerons, pour ce faire, de notre expérience issue du terrain sud-africain. 3Dans la nation arc-en-ciel, le tourisme mémoriel est bien établi. Illustration 1 Illustration 2

Les fonctions du tourisme obscur DOI are automaticaly added to references by Bilbo, OpenEdition's Bibliographic Annotation Tool.Users of institutions which have subscribed to one of OpenEdition freemium programs can download references for which Bilbo found a DOI in standard formats using the buttons available on the right. The Bibliographic Export Service is accessible via institutions subscribing to one OpenEdition freemium programs.If you wish your institution to become a subscriber to one OpenEdition freemium programs and thus benefit from our services, please write to: access@openedition.org. Alderson, William et Shirley Payne, 1987, Interpretation of Historic Sites, Nashville, AASLH [American Association for State and Local History] Press. Amirou, Rachid, 2000, Imaginaire du tourisme culturel, Paris, Presses universitaires de France. Bloom, Thomas, 2000, « Morbid Tourism: A Postmodern Market Niche with an Example from Althorpe », Norwegian Journal of Geography, no. 54, p. 29-36.DOI : 10.1080/002919500423564

« Dark Tourism » : Les places les plus sombres à visiter au monde Hotel Springs de Banff Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu'affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article. Oradour-sur-Glane La forêt Aokigahara The London Dungeon L'île des poupées Pompéi Prypiat Babenhausen Barracks Choeung Ek Le Costa Concordia Château de Bran Auschwitz Okpo Land La Noria Hiroshima Le tour Pablo Escobar La prison d'Alcatraz L'île d'Hashima Le resort de Famagouste Hotel Springs de Banff Microsoft pourrait obtenir une commission en tant qu'affilié si vous faites un achat à partir des liens suggérés dans cet article. Oradour-sur-Glane La forêt Aokigahara The London Dungeon L'île des poupées Pompéi Prypiat Babenhausen Barracks Choeung Ek Le Costa Concordia Château de Bran Auschwitz Okpo Land La Noria Hiroshima Le tour Pablo Escobar La prison d'Alcatraz L'île d'Hashima Le resort de Famagouste

Le tourisme noir, un voyage dans les heures les plus sombres de l'humanité Visiter Pompéi peut-il être considéré comme du dark tourism ? Le site archéologique est aujourd'hui synonyme de découverte historique et culturelle, si bien que la tragédie pendant laquelle des centaines de personnes ont soudainement trouvé la mort revêt moins d?importance à nos yeux de contemporains. Les catastrophes plus éloignées dans le passé semblent profiter d'une sorte de prescription, mais qu'en est-il des plus récentes ? Il est toujours difficile de connaître les motivations de chacun, et plus difficile encore de juger ce qui est moralement acceptable. Curiosité morbide ou légitime ? Tour mémorial du génocide au Rwanda Qu'est-ce qui nous attire dans les lieux de désolation ? La ville de Pripiat construite à 3 kilomètres de la centrale nucléaire de Tchernobyl fut évacuée au lendemain de la catastrophe de 1986. 50 000 habitants laissèrent ainsi les lieux à l'abandon, qui seront ensuite déclarés zone d'exclusion interdite. Le tourisme le plus noir

Related: