background preloader

Les firmes multinationales – Le processus de multinationalisation

Les firmes multinationales – Le processus de multinationalisation
Introduction : Plus de 83 000 firmes multinationales aujourd’hui, comptant 810 000 filiales étrangères, contre 7 000 à la fin des années 60. Elles viennent essentiellement des pays riches (sur les 100 premières, on compte environ 61 européennes, 18 américaines, 9 japonaises et 3 chinoises). La progression de l’internationalisation productive des firmes est spectaculaire. (Source : Christian Chavagneux, Une firme mondiale : mythe ou réalité, Alternatives économiques n° 189 actualisé 2012) L’internationalisation d’une entreprise s’appréhende comme l’intrusion d’une firme sur des territoires géographiquement, culturellement, économiquement et juridiquement différents de ceux de son marché national dont ils sont séparés par des frontières multiformes (tarifaires, sanitaires, fiscales, réglementaires). I – Les raisons de l’internationalisation sont très anciennes Au 19 e siècle : Influence politique (émergence des états nationaux et suppression des barrières douanières internes). Extrait : 1. Related:  La délocalisation des multinationales

100 % des multinationales françaises du CAC 40 ont des filiales dans les paradis fiscaux et judiciaires - C.G.T Saint Gobain Cognac Le magazine Alternatives économiques publie, cette semaine, une enquête qui montre que 100 % des multinationales françaises du CAC 40 ont des filiales dans les paradis fiscaux et judiciaires. Ces outils servent à mettre des bénéfices à l'abri de l'impôt mais aussi parfois à rémunérer en liquide des personnes qui facilitent l'obtention d'un contrat. www.alternatives-economiques.fr/paradis-fiscaux---le-cac40-et-les-paradis-fiscaux_fr_art_633_42326.html Des Bermudes à la Suisse en passant par Panama, toutes les grandes entreprises françaises possèdent des filiales dans les paradis fiscaux. Voir le tableau complet : les sociétés du CAC40 implantées dans les paradis fiscaux. Retrouvez notre enquête complète, avec l'analyse détaillée de la présence des banques françaises et anglo-saxonnes dans les paradis fiscaux, dans le prochain numéro d'Alternatives Economiques (en kiosque début avril). A lire aussi : le dossier documentaire sur le paradis fiscaux. Les principaux paradis fiscaux

Travail-Emploi - Une photographie du marché du travail en 2014 Imprimer la page Fabien Guggemos et Joëlle Vidalenc, division Emploi, Insee Résumé En 2014, 25,8 millions de personnes ont un emploi et 2,8 millions sont au chômage au sens du BIT en France métropolitaine. Le secteur tertiaire concentre une part toujours plus importante des emplois (77 %) et près de neuf actifs occupés sur dix sont des salariés. Un peu plus des trois quarts des actifs occupés bénéficient d’un contrat à durée indéterminée, mais les jeunes, entrés récemment sur le marché du travail, accèdent moins souvent à ce type de contrat. En France métropolitaine, le chômage concerne 9,9 % des actifs en moyenne en 2014, comme en 2013. Sommaire Encadrés Publication En 2014, 25,8 millions de personnes ont un travail et 2,8 millions sont au chômage au sens du BIT en France métropolitaine Depuis 2005, la population active a augmenté de 1,34 million de personnes. Retour au sommaire Le salariat, très largement majoritaire, se compose à parts égales d’hommes et de femmes Encadrés

Délocalisations et mondialisation stratégies planétaires Délocalisations et Mondialisation la mégapole de Shenzhen en Chine le quartier de Pudong à Shanghai source: ministère américain du Travail Pacte de responsabilité : une politique de l’offre qui ne dit pas son nom Faute d’une forte reprise de l’activité, la baisse des charges promise par François Hollande aux entreprises ne devrait pas entraîner de baisse du chômage. François Hollande, dans ses vœux de nouvel an, a proposé au patronat un pacte de responsabilité, accueilli favorablement par Pierre Gattaz. La proposition du Président a été formulée sur le mode du donnant-donnant : il propose de réduire une nouvelle fois les charges qui pèsent sur les entreprises, au-delà des 20 milliards du crédit d’impôt compétitivité-emploi (Cice), et leur demande, en échange, de souscrire des engagements sur le plan de l’emploi. Un tel contrat peut-il se révéler efficace ? Le Président a renoncé, trop rapidement, à obtenir que des mesures fortes de relance de l’économie soient mises en œuvre au niveau européen après son élection. Au fond, cette baisse des charges, associée à la hausse de la TVA appliquée au 1er janvier 2014, sert de substitut à une dévaluation, rendue impossible par l’euro. Philippe Frémeaux

Les implantations à l’étranger des entreprises industrielles françaises Les implantations à l’étranger des entreprises industrielles françaises Entre délocalisations et conquête de nouveaux marchés Emmanuel PLIQUET - Nicolas RIEDINGER Entre 2003 et 2005, parmi les entreprises industrielles de dix salariés ou plus, une entreprise sur dix s'est implantée à l'étranger soit en délocalisant son activité soit en implantant de nouveaux sites sans diminuer sa production en France en contrepartie. Face aux défis de la mondialisation, de plus en plus d’entreprises s’implantent à l’étranger. Les deux types d’implantations répondent à des logiques différentes Une délocalisation se définit comme le transfert d’une activité initialement réalisée en France vers un pays étranger pour une production identique. L’habillement et l’automobile, très concernés par les délocalisations Cependant, les délocalisations ne concernent pas que des secteurs où l'emploi est peu qualifié. Les délocalisations peuvent s’accompagner de la conquête de marchés Mesurer le phénomène de délocalisation

Les entreprises françaises aiment les paradis fiscaux Les entreprises du CAC 40, qu'elles soient bancaires ou industrielles, ne boudent pas les territoires offshore. 25 septembre 2008: en pleine panique financière, Nicolas Sarkozy appelle de ses voeux une finance plus et mieux régulée, ce qui signifie en autres choses qu'"il faudra bien aussi se poser des questions qui fâchent comme celle des paradis fiscaux". 22 février 2009, au sortir d'une rencontre des dirigeants européens, le président de la République réaffirme que "nous voulons en finir avec les paradis fiscaux". Et il insiste sur la "nécessité de prévoir des sanctions à la clé de la nouvelle réglementation", car "une nouvelle régulation sans sanction, ça n'existerait pas". La France affiche donc clairement son souhait de s'attaquer au fléau des paradis fiscaux. Nicolas Sarkozy est-il vraiment crédible lorsqu'il dit vouloir s'engager dans ce combat? Banques et division du travail Au niveau le plus général, notre enquête permet de mettre en avant trois grandes conclusions. Notes

Related: