background preloader

CocoRosie - Fairy Paradise (Live on KEXP)

CocoRosie - Fairy Paradise (Live on KEXP)
Related:  Musique 7

First Listen: Hinds, 'Leave Me Alone' Hinds' new album, Leave Me Alone, comes out Jan. 8. Aaron Serrano/Courtesy of the artist hide caption toggle caption Aaron Serrano/Courtesy of the artist Hinds' new album, Leave Me Alone, comes out Jan. 8. Aaron Serrano/Courtesy of the artist Sometimes the change you don't think you're ready for is exactly the one you need. The name-change isn't the only identity-building Hinds has done since its inception. The transitions all speak to Hinds' current trajectory.

Sia's new video will make you feel like you can conquer anything The music video for Sia’s “Alive” is exactly that: it’s alive. You may be watching the video as its pixels flicker across your screen, but it doesn’t feel that way. Instead, “Alive” rises above this virtual barrier and manages to impressively tap into your emotions. The video – which was directed by Sia and Daniel Askill – stars a young girl in a signature Sia wig, but with a twist. This particular wig may be half-black and half-blonde, and the little girl wearing it is all power. While the backdrop for this particular project may be a grey, simplistic warehouse, the talented girl makes this space come alive.

Les musiques électroniques aiment les prénoms de filles Quelques millions d’années (3,2 exactement) après l’existence de l’Australopithèque féminine la plus connue du monde, un type a décidé de prendre la techno et de faire des expériences dessus. Alors, des fois ça se danse, des fois ça se ressent dans le bide. Avec Stroboscopic Artefacts, il signe des monuments d’épilepsie : Kangding Ray, Rrose et Perc pour nos préférés. Modèle du fordisme, Yamaha sait travailler sa chaîne YouTube et a permis au monde de comprendre la musique électronique comme une histoire d’amour qui se fond dans la répétition. « What’s A Girl To Do », morceau qui vole au-dessus d’un nid de kick-basse, est signé d’un type qui aime brouiller les pistes : Hollandais au prénom arabe et un nom de moto (et de synthé accessoirement). Quand on ne trouve pas les mots, la perspective de draguer une nana qui s’appelle Marion quand on s’appelle Romain est forcément une carte « remplissage » à cocher. © Shaun Bloodworth © Moog Music Inc

Justice, Fakear, Massive Attack, Bowie, Gorillaz...les albums les plus attendus de 2016 Alors que l’année touchera bientôt à sa fin, on salive en pensant aux sorties de 2016, qu’on attend chez Green Room comme le messie. Des événements à la hauteur des élections américaines et des JO. Gorillaz – 2016 Depuis septembre, le groupe virtuel de Damon Albarn est en studio pour enregistrer un nouvel album prévu pour 2016, d’après Jamie Hewlett, dans une interview donnée à DIY Magazine. « C’est pour l’année prochaine. Rihanna – Anti (fin 2015 ou 2016) Son duo avec Kanye West écrit par Paul McCartney et le single ultra efficace « Bitch better have my money » laissent présager le meilleur quant au nouveau disque de la Barbadienne punk dans l’âme. Club Cheval – Discipline (janvier 2016) Le collectif français composé de Canblaster, Myd, Sam Tiba et Panteros666 lorgne du côté encore plus du côté du r’n’b que de la house sur son premier album prévu pour le début de l’année et intitulé Discipline. Breakbot – février 2016 Fakear – Animal (mars 2016) Cassius – printemps 2016 Massive Attack – 2016

The Cactus Channel feat. Chet Faker - Sleeping Alone by HopeStreet Recordings Kurt Vile, le songe writer Membre fondateur de The War On Drugs, Kurt Vile a quitté le groupe après son premier album. Plus qu’une rupture, il s’agissait d’envies différentes car si le son de The War On Drugs est très typé rock, riche, plein de réverbe et adapté aux grandes audiences, Kurt Vile préfère un son plus intimiste, dépouillé et trouvant directement ses racines dans le folk et le blues. Mais dans les deux, on retrouve ce sens du songwriting nord-américain. Pour comparer avec deux songwriters légendaires, The War On Drugs se rapproche de l’écriture d’un Bruce Springsteen quand Kurt Vile tient plus sa plume d’un Neil Young – dont il est d’ailleurs fan. Dans une interview donnée par Kurt Vile à Kim Gordon (excusez du peu), il disait que de toute la discographie du loner, On The Beach (Reprise /1974) était son album préféré. Car Kurt Vile sait qu’il faut passer par des pics et descendre des vallées, « That’s Life, Tho (almost Hate To Say) ». Photo par Jauhien Sasnou pour Reverb Party

Exclu : H-Burns présente le clip de « Night Moves » Toute injustice peut être réparée. Longtemps, on s’est posé la question qui suit : pourquoi H-Burns n’accède-t-il pas au statut que sa musique mérite ? Bien sûr, il a toujours bénéficié d’une reconnaissance critique et professionnelle que beaucoup pourraient lui envier. Mais c’était bien le minimum quand on poursuit une carrière aussi impeccable. Et puis, en ce début d’année, se sont glissés dans nos oreilles les onze titres de Night Moves, le cinquième album de ce bonhomme venu de Romans-Sur-Isère. Mais puisqu’une injustice en remplace toujours une autre, il fallait bien isoler certaines chansons pour en faire des clips. H-Burns – Night Moves Crédit photo : Sophie Lévy Et si vous voulez voir ce que ça donne sur scène :

Premiere: Fakear - De La Luz | Dummy Mag A rising star in the French music scene, Fakear aka Théo Le Vigoureux, hails from Caen in Normandy. Swimming gracefully in a pool new electronic talent with the likes of Dream Koala, Stwo and Superpoze, Fakear has been gaining international acclaim for his jittery remix of ODESZA's Say My Name. Gearing up for his debut album on Counter next year, the promising producer returns with De La Luz. Taken from his forthcoming EP 'Light Bullet', the track follows in its namesake, translating as 'of the light'. Fakear builds on this notion, combining disconnected chants with a warming, shake-worthy sonics to create a slice of melodic electronica that traces in the footsteps of summer. If you're feeling down, this is one to lift you up. Fakear's single De La Luz is out October 30th (pre-order).

Kode9 a sorti un morceau de jazz trippé C’est un fait, le label anglais Hyperdub est plus connu pour ses délires dubstep, footwork et ses musiques déviantes avec notamment les signatures de Burial, Ikonika, (feu) DJ Rashad ou Darkstar (avant qu’ils ne se mettent à la pop). Son boss Steve Goodman alias Kode9 est surtout un grand nom de l’innovation en musique – pourvu que quelques machines analogiques traînent dans les parages. Car quand on revient un peu en arrière dans les années 90, on se rend compte qu’il aura tout mixé, du jazz au funk, au hardcore et la house. Le 13 novembre, le producteur sortira son premier album solo, nommé Nothing. Jusque-là, on ne lui connaissait que deux autres albums composés avec le poète et chanteur The Spaceape décédé en 2014 : Memories Of The Future (2006) et Black Sun (2011). Un premier extrait a été mis en écoute chez nos confrères transatlantiques de NPR Music nommé « Vacuum Packed » un mélange d’accords de piano jazzy, d’un arpeggiator inquiétant et un boîte à rythmes tardive.

Dix morceaux pour clôturer le mois d'octobre Pour terminer ce mois, on aurait pu se laisser porter par la thématique angoissante qui entoure toujours la Toussaint. On commence pourtant par un vétitable rayon de soleil avec le remix signé Sufjan Stevens de Blue Bucket Of Gold. Une énergie qui continue avec le nouveau titre de la bassiste de Warpaint, Jennylee, qui a dévoilé récemment ce Never qui prend sporadiquement des couleurs plus contrastées, voire désespérées. Beaucoup plus sombre, le nouveau titre ravageur de Savages, The Answer fonctionne que sous tension, électrique et intense. Une éclaircie est néanmoins possible avec le Red Sun de Merchandise, qui invite Dee Dee des Dum Dum Girls, capable avec sa voix boudeuse d’hypnotiser les oreilles attentives. Forcément plus tonique et électronique, Hot Chip réinterprète le nouveau Tutti Frutti de New Order, et y intègre toute sa palette de couleurs.

Les 7 albums qui ont marqué la culture musicale de Kaaris “Tu me poses une sacrée colle, il y a tellement de musiques, tellement d’artistes que j’ai saignés.” Si aujourd’hui Kaaris est le représentant de la trap et des textes hardcore dans le rap hexagonal, ses inspirations viennent d’autres contrées. Voici les sept albums qui, s’ils ne l’ont pas directement influencé, ont marqué l’empreinte musicale de Kaaris. Et si le commentaire est souvent bref, il n’est pas moins pétri de sincérité, quand on connaît un petit peu la gouaille du rappeur de Sevran. >> A lire : Kaaris : “Je me demande si je n’étais pas plus heureux quand je n’avais pas percé” Nas – “Illmatic” “Je pense qu’il est lourd cet album.” Dr Dre – “The Chronic” “Il est lourd celui-là.” NTM – Paris sous les bombes “Je ne vais pas rester que dans le ricain. Oxmo Puccino – “Opéra Puccino” “C’est son premier album. Fonky Family – “Si dieu veut” “J’ai bien aimé cet album” La Cliqua – “Conçu pour durer” “J’ai vraiment bien aimé cet album.” X-Men – “Jeunes, coupables et libres”

Les 50 plus belles chansons sur Paris selon les inRocKs Il y a deux semaines, Bagarre nous a envoyé un cool clip poétique et nerveux dédié à Paris et aux tourments qu’impose la vie de rat. Du coup, on s’est dit que c’était une excuse suffisante pour établir une sélection totalement subjective des plus belles chansons sur la capitale française. Sans l’argot gouailleur trop distant d’Aristide Bruant, sans les mélodies rabâchées à coups d’accordéons dans la ligne 2, mais avec Noir Désir, Gainsbourg, Expression Direckt, Métal Urbain, The Stranglers, Miles Davis, Doc Gynéco et aussi Jean Ferrat posé sur un roof-top. Parfait pour attendre le Sur Paname de PNL. Taxi Girl ParisDoc Gynéco Dans Ma RueSerge Gainsbourg Le Poinçonneur des LilasNTM Paris sous les bombesBarbara Gare de LyonJonathan Richman Give Paris One More Chance10cc Une Nuit à ParisJay Z et Kanye West Niggas in ParisYves Simon Paris 75Jean Ferrat Les Feux de Paris The Stranglers Let’s Tango in ParisJoni Mitchell Free Man in ParisSt.

Related: