background preloader

Une intelligence artificielle globale et agnostique peut-elle exister ? - Sciences

Une intelligence artificielle globale et agnostique peut-elle exister ? - Sciences
Aussi spectaculaires soient-ils, les récents progrès de l’intelligence artificielle ont été principalement le fait de logiciels ultra spécialisés, élaborés grâce à un travail de longue haleine. Mais l’intelligence artificielle de demain pourrait être, au contraire, polyvalente et autodidacte. « Nous vivons une époque à la fois fantastique et dangereuse. En effet, nous sommes témoins de bouleversements majeurs, auxquels nous allons nécessairement devoir nous adapter. Notre manière d’apprendre, en particulier, va devoir changer. » En novembre dernier, au Web Summit de Lisbonne, Antoine Blondeau donnait le ton dès le début de son intervention. Dans le privé, si le phrasé est plus relâché, le discours reste le même : l’évolution, l’adaptation sont pour lui les clefs ouvrant les portes du futur. De Deep Blue à AlphaGo Ces réalisations demeurent l’apanage de logiciels qui doivent tout au labeur humain Ainsi, le jeu de Go a longtemps semblé trop complexe pour la machine. De la place de l’homme

http://www.numerama.com/sciences/225439-une-intelligence-artificielle-globale-et-agnostique-peut-elle-exister.html

Related:  Transhumanisme & autresSites Web intéressants ou particuliersLaïcité-philosophieRelation(s) humainesarkais

Tu seras un homo numericus, mon fils Une élève d'une école élémentaire d'Angers apprend à se servir d'une tablette numérique, juin 2011. SIPA. 00641827_000014 Mettre en garde contre l’extension du numérique, souhaitée par de nombreux candidats à la présidence de la République fait vieux jeu, paraît-il. Il se pourrait même qu’on m’accuse d’un passéisme sans remède, me dit un ami philosophe, bien que l’impératif de conserver ce qui doit l’être soit de mieux en mieux compris.

La Tolérance serait-elle à Sens Unique? Deux ans ont passé depuis le 7 janvier 2015, date à laquelle deux hommes armés ont forcé la porte du magazine satirique Charlie Hebdo, à Paris, pour assassiner douze personnes. Cette période marque aussi le deuxième anniversaire de ce moment collectif clé ou, en une heure, la majorité de la population du monde libre a proclamé être « Charlie » et a tenté, par une marche collective, par une minute de silence ou par un partage du hashtag « je Suis Charlie », de manifester à la face du monde que la liberté était incontournable et la plume plus puissante que la Kalachnikov. Les deux années qui viennent de s'écouler autorisent à un bilan. Que s'est-il passé ? Tous ces « Je Suis » ont-ils représenté plus qu'un spasme sur la Twittosphère ? Pour répondre à cette question, il n'est pas indifférent de s'interroger sur l'état de du journal qui a brusquement focalisé l'attention mondiale.

Athéophobie: un préjugé très ancien et pourtant très actuel - LeMag Un préjugé qui remonte à l’Antiquité Depuis que les êtres humains ont inventé leurs premiers dieux, l’athée est marginalisé. Se dissociant de leur propre sens moral inné en le projetant sur ces divinités fantasmées, ou dans le «Dieu» unique et despotique d’un monothéisme, les humains en sont arrivés à l’idée que celui qui ne reconnaît pas ces divinités serait dépourvu de morale, dépravé. Ils en ont fait un objet de méfiance totale et ont jeté anathème sur lui. Cette haine, cette antipathie pour les athées et pour l’athéisme s’appelle athéophobie.

Les élites jouent aux réfugiés à Davos : un « spectacle abominable de richards étroits d’esprit ». Par Olivier Demeulenaere « La mise en scène de la détresse des réfugiés est devenue un événement couru du Forum de Davos. C’est un symptôme visible de notre société néo-féodale, estime l’analyste financier américain Gerald Celente. La rencontre annuelle du Forum économique mondial (WEF) de 2017 s’est ouverte le 17 janvier à Davos, ville touristique située dans les Alpes suisses. Faites deviner vos dessins à l'IA de Google ! - Tech Google propose une expérimentation pour mettre à l'épreuve son IA. La firme de Mountain View vous donne un mot et vous avez vingt secondes pour le dessiner. L'IA devra ensuite essayer de deviner ce que ça représente. Vous connaissez le jeu Dessinez, c’est gagné ? Visiblement, son principe a inspiré des ingénieurs chez Google puisqu’ils ont développé une expérimentation dans laquelle les internautes sont invités à faire deviner des dessins à l’intelligence artificielle de la firme de Mountain View.

Israël Nisand : "l'Humanité s'hybride au contact de la technologie" D’une certaine manière, nous sommes tous des post humains. La nature a fait le premier jet, et nous l’avons bel et bien modifié. Nous n’avons même fait que cela depuis toujours, depuis que nous sommes devenus des humains, échappant à notre déterminisme biologique de primate. La CIA déclassifie des blagues subversives de l’époque soviétique La CIA a déclassifié un document contenant une vaste collection de blagues de l’époque soviétique en anglais. Les documents avaient été préparés pour le chef adjoint de l’administration de la CIA, mais on ne sait pas pour quelle raison ces blagues y ont été incluses. Intitulé « Blagues soviétiques pour le directeur adjoint de la CIA », le document contient deux pages d’histoires drôles qui font référence au dirigeant soviétique Mikhaïl Gorbatchev. Ainsi, les blagues doivent dater des années 1980. Les blagues soviétiques font partie de près de 13 millions de pages de documents déclassifiés qui ont été mises en ligne le 18 janvier.

La laïcité face à la radicalisation islamiste Barbara Mourin Au-delà de ce qu’en disent leurs auteurs, une analyse des actes terroristes perpétrés au nom de l’islam qui se déploierait dans toute sa complexité fait cruellement défaut dans les médias mainstream, comme si la lecture exclusivement culturo-religieuse expliquait tout, offrant encore cet « avantage » de dédouaner la société dans son ensemble d’une auto-introspection critique. S’il y a bien actuellement trois grilles de lecture à l’œuvre pour tenter de comprendre ce qui se joue, une seule d’entre elles questionne plus globalement le fonctionnement de nos sociétés, ses dérives et ses manquements ; les deux autres, soit ciblent une « communauté » plus imaginaire que réelle, soit cherchent dans la fragilité psychologique des auteurs l’unique explication de leur passage à l’acte.

Related: