background preloader

Stockez vos fichiers sur votre Livebox

Stockez vos fichiers sur votre Livebox
Related:  Veille Technologie Cloud ComputingLe Cloudfatmadia

Est-il temps de vous mettre au Cloud ? Février 2017 Stockage en ligne de vos musiques, vos photos, vos jeux ou encore vos documents bureautiques : les offres « Cloud » se multiplient. La rédaction retrace pour vous les enjeux du Cloud, à travers 6 offres distinctes. 1. Le Cloud Computing est devenu un terme à la mode depuis, vous n'avez pas pu y échapper. L'intérêt est d'accéder à ses données depuis n'importe quel ordinateur connecté à Internet et de les synchroniser sur plusieurs appareils. // Quelques exemples d'utilisation Pour illustrer facilement l'intérêt de la chose, imaginez la scène suivante : vous êtes au bureau et rédigez les premières pages d'un rapport à partir d'un logiciel de traitement de texte quelconque présent sur votre poste. Les plus avertis signalerons l'existence d'un bon nombre de systèmes fonctionnant sur ce principe, tel Deezer et Spotify pour la musique, ou encore Gmail, la fameuse messagerie de Google. // Quoi de neuf alors ? 2. Pour plus d'infos : 3. 4. 5.

Le SaaS séduit les responsables RH et les DSI Selon l’étude menée par le cabinet Markess en avril dernier auprès de plus de 145 décideurs RH, DSI, les solutions de gestion des Ressources Humaines en mode SaaS (Software-as-a-Service) ou cloud rencontrent de plus en plus de succès auprès des DSI et des DRH. Une progression qui s’explique par la connaissance qu’ont les DRH du modèle SaaS et cloud que dans les processus RH gérés grâce à de ces solutions. Ainsi, en 2014, 69% des décideurs RH et IT interrogés affirment être « tout à fait familier » avec les modèle SaaS, contre seulement 37% en 2011. Cette année, seulement 6% d’entre eux soulignent n’en avoir « jamais entendu parler » (25% il y a trois ans). Les efforts marketing des éditeurs commencent à porter leur fruit, tout comme la curiosité des responsables RH sur ce modèle de distribution qui a été satisfaite, selon nos confrères d’Itespresso.fr. Les entreprises aujourd’hui sont à la recherche « d’agilité à laquelle sont confrontées la plupart des organisations aujourd’hui.

Le cloud est-il assez mature pour les projets digitaux les plus avancés ? La question était au programme de la conférence inaugurale du salon Cloud Computing World Expo. Des représentants de Total et de la SNCF ont livré leur témoignage. Les géants du cloud ne cessent de vanter la qualité de leurs services dans l'optique de motoriser les chantiers digitaux les plus ambitieux. Services web, big data, IoT, intelligence artificielle... A les écouter, ils seraient capables de répondre à tous les besoins, y compris les plus avancés. Mais qu'en est-il vraiment ? A la SNCF, le big data désormais éligible Pour ce qui est des sites et autres applications web, le cloud est désormais considéré comme une solution pleinement adaptée. En matière de big data, "les solutions sont désormais à la hauteur de ce que nous attendons", souligne de son côté Raphael Viard, CTO d'e.SNCF. Le HPC et l'IoT, deux pistes étudiées par Total Enfin, la question de recourir au cloud pour piloter des flottes d'objets connectés a également été abordée lors de la keynote. A lire aussi :

Le cloud computing hybride est l'avenir, même si les dirigeants ne savent pas trop quoi en faire - ZDNet Pourquoi c'est important pour vous ? Pour comprendre quels sont les enjeux de la compréhension du cloud hybride. Une récente étude réalisée auprès de responsables informatiques montre que la plupart reconnaissent que le cloud hybride est la voie à suivre. Tel est le résultat d'une étude menée auprès de 1 050 responsables informatiques par The Hybrid Hive, un site d'actualités parrainé par Fujitsu et plusieurs autres partenaires. Quatre cinquièmes (79 %) des responsables informatiques estiment "inévitable" que l'avenir de l'infrastructure informatique d'entreprise soit hybride, tandis que 81 % admettent qu'ils devront déployer un environnement informatique hybride pour répondre aux besoins de leur entreprise. La grande question de la courbe d'apprentissage Toutefois, il reste une courbe d'apprentissage qui doit être gravie. Qu'est donc exactement le cloud computing hybride ? Réduction des coûts ou agilité de l'entreprise ?

Cloud : les DSI veulent toujours plus de datacenters en France Pierre Audoin Consultants (PAC) publie la troisième édition de son Cloud index, coup de sonde semestriel sur le niveau de maturité des entreprises françaises vis-à-vis du Cloud. Lentement, mais sûrement, l’indice imaginé par le cabinet d’études et basé sur 135 critères progresse, passant de 443 en juin 2013, à 446 en décembre dernier et à 455 dans la dernière mouture de l’étude que vient de dévoiler PAC. Reste qu’on est encore loin d’un niveau de maturité satisfaisant ou simplement de la moyenne : PAC ayant construit son indice sur une base… 1000. Seulement 11 % des organisations françaises ont réellement arrêté leur stratégie dans le Cloud, stratégie qui revient au DSI dans la plupart des cas (à 55 %). La flexibilité qu’amène le Cloud reste la principale motivation des entreprises : ce critère est cité par 63 % des quelque 200 entreprises et établissements publics sondés par PAC. Reste évidemment le traditionnel point noir : la sécurité. Crédit photo : ® alexyndr – Shutterstock

Cloud hybride : le marché et les offres sont-elles matures ? Le cloud n'est plus une tendance, c'est une réalité : de la plus petite entreprise aux grands groupes internationaux, les services d'Infrastructure et Software as a Service se sont démocratisés. Qu'est-ce que le cloud hybride ? Dans un premier temps, les datacenters ont transformé leurs infrastructures en cloud privé afin de produire industriellement de l'"IT as a service" de la façon la plus automatisée possible. La transformation de l’IT pour l’aligner avec les besoins opérationnels des métiers est désormais une priorité pour les entreprises. L’objectif est de mieux répondre à la demande des métiers en délivrant aux utilisateurs les applications et les services dont ils ont besoin le plus rapidement possible et au moindre coût. Cette typologie a d'abord séduit par son côté agile et isolé, en termes de sécurité, et par sa capacité à maîtriser les données, de processus métiers et de conformité (SOC2, ISO 2700x, GDPR, etc.) Pourquoi est-il en pleine expansion ?

Apple réorganise ses équipes afin d'améliorer ses services Cloud Bien décidé à s'imposer face à Google ou Amazon, Apple serait - selon Bloomberg - en phase de restructuration afin d'unifier ses services cloud. Plusieurs équipes sont concernées, celles de iCloud, Siri, Apple Music, mais aussi Apple Pay, Apple News et Plans. Jusqu'à présent, tous ces services étaient éparpillés sur divers campus dans les villes de Sunnyvale et Cupertino, ils seront désormais regroupés. Une stratégie classique qui augmente l'efficacité au travail en créant plus de cohésion et en facilitant la communication. Cela devrait limiter quelque fâcheux bugs et améliorer l'offre. Toutefois, Apple aurait un projet d'une toute autre envergure.

Cloud : les 5 étapes d’une migration réussie - Silicon Pour de nombreuses entreprises, la migration vers le cloud s’inscrit dans une stratégie plus large répondant à des problématiques business spécifiques. Migrer vers une plateforme en ligne nouvelle reste toutefois un projet ambitieux qui se doit d’être traité avec une solide feuille de route et avec les bons objectifs en tête. Quels usages tireront parti du cloud ? Ressources à la carte, adaptabilité au marché, agilité, réduction des coûts, flexibilité et disponibilité sont autant d’atouts intrinsèques du cloud susceptibles d’apporter une plus-value appréciable à votre business. A condition toutefois de pouvoir en tirer parti. Une infrastructure cloudisée sera extrêmement adaptée à une organisation à l’activité très fluctuante, comme un site d’e-commerce, ou qui nécessite ponctuellement d’importantes ressources de développement. Etape 1 : Cartographier l’environnement en place Etape 2 : Déterminer les candidats à la migration Etape 3 : Choisir le bon partenaire

Ô mon Dieu, cette société américaine est propriétaire de mes données !!!!! Bon, ayé, j'suis énervé... Je l'ai déjà dit, redit... pété et répété ! Mais ce n’est pas grave, je vais recommencer pour ceux qui dormaient au fond à côté du radiateur. Avec l'arrivée de Google Drive, la polémique de "À qui appartiennent vos données" est en train de refaire surface. Je reçois des mails et des commentaires en ce sens donc je vais tenter de vous donner mon point de vue sur tout ça parce qu'en plus d'être un mec beau et équilibré, je suis quand même super sympa :-D. Déjà pour que tout ça soit clair comme de l'eau de roche, il faut distinguer 2 choses : L'endroit où sont stockées les données.Les droits que s'accordent les sociétés sur vos données. Si on prend l'exemple de Dropbox ou de Skydrive, c'est très clair. Évidemment, les conditions générales que ce soit pour Dropbox, Skydrive ou Google Drive, ça peut changer et évoluer à n'importe quel moment. En ce qui me concerne, je ne me prends pas la tête... Ils ont accès physique total à vos données. Photo

Cloud computing Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le cloud computing[1], ou l’informatique en nuage ou nuagique ou encore l’infonuagique (au Québec), est l'exploitation de la puissance de calcul ou de stockage de serveurs informatiques distants par l'intermédiaire d'un réseau, généralement Internet. Ces serveurs sont loués à la demande, le plus souvent par tranche d'utilisation selon des critères techniques (puissance, bande passante, etc.) mais également au forfait. Le cloud computing se caractérise par sa grande souplesse : selon le niveau de compétence de l'utilisateur client, il est possible de gérer soi-même son serveur ou de se contenter d'utiliser des applicatifs distants en mode SaaS[2],[3],[4]. Terminologie[modifier | modifier le code] Les francisations « informatique en nuage »[7], « informatique dématérialisée »[9], ou plus rarement « infonuagique »[10] sont également utilisées. Principes - le Nuage[modifier | modifier le code] Services[modifier | modifier le code] Distribution :

Les entreprises françaises frileuses face au cloud Si le cloud fait couler beaucoup d’encre et de salive, sur le terrain français, le sujet reste encore théorique pour bon nombre d’entreprises. C’est en substance ce que révèle l’étude State of the Cloud 2011* (téléchargeable ici) consacrée à l’adoption du cloud computing dans les organisations professionnelles et les changements qui en résultent dans leur approche de la gestion de leur informatique que Symantec a présenté à l’occasion de sa conférence annuelle Vision 2011 à Barcelone (Espagne). Selon l’enquête, les entreprises françaises hésitent à basculer leur infrastructure dans le nuage pour des raisons de sécurité. « Les constats de cette enquête confirment ce que nous disent nos clients, justifie Francis DeSouza, président du groupe Enterprise Products and Services de Symantec. Au moment du passage au cloud computing, la sécurité est l’une de leurs principales préoccupations. Manque de compétences Autre frein à l’adoption du cloud, le manque de compétences.

Sécurité IT : un marché dynamique influencé par le Cloud - ZDNet Le marché de la sécurité IT demeure porteur. Il souffre peu des restrictions de budgets car les dirigeants d'entreprises ou d'organisations publiques savent que les menaces sont bien réelles et toujours plus sophistiquées. Donc, tous reconnaissent qu'il mieux vaut s'assurer d'une protection la plus efficace possible que de payer les pots cassés après piratage ou vol de données. Les acteurs de l’AST, Application security-testing, Magic quadrant ( Source Gartner). Solutions de sécurité IT : 76,9 milliards en 2015 Selon le cabinet d'études Gartner, les dépenses en « solutions de sécurité IT » dans le monde en 2015 pèseront 76,9 milliards de dollars (contre 71,1 milliards en 2014, soit une hausse de +8,2%, contre +7,9% en 2014). Une étude de VisionGain/ Research-and-Markets ("The Cyber Security Market 2015-2025") évalue le marché dit de la « cyber-sécurité » à 75,4 milliards de dollars pour 2015, soit un ordre de grandeur identique à celui de Gartner. Les grandes tendances clés pour 2015

SaaS : les avantages, les inconvénients et les principaux fournisseurs Le logiciel en tant que service (SaaS) est la branche la plus connue du cloud computing. C'est un modèle de prestation dans lequel les applications sont hébergées et gérées dans le centre de traitements d'un prestataire de services, payées sur la base d'un abonnement et accessibles par un navigateur via une connexion internet. En tant qu'option commerciale standard, on situe souvent son apparition au lancement, en 1999, du service hébergé de gestion de la relation client (CRM) Salesforce.com, devenu emblématique des SaaS. Expression SaaS, employée depuis près d'une décennie L'expression "logiciel en tant que service", ou SaaS pour "Software as a Service", est communément employée depuis près d'une décennie, tandis que les autres expressions de la pile du cloud computing, à savoir "plate-forme en tant que service" (PaaS) et "infrastructure en tant que service" (IaaS), se sont répandues plus récemment. Avant le SaaS, il fallait passer par un ASP, prestataires de services d'applications

Related: