background preloader

1 - Au temps du Mayflower

1 - Au temps du Mayflower
Related:  A Classer

Coup de loupe sociologique à travers 1 revue Un Indien chippewas parmi les Blancs 1Relation du voyage des Indiens chippewas parmi les Blancs aux États-Unis, en Angleterre, Irlande, Écosse, France et Belgique ; avec de très intéressants épisodes sur les caractéristiques générales des Anglais, Irlandais, Écossais, Français et Américains concernant leur hospitalité, particularités, etc., écrit par Maungwudaus, Indien autodidacte de la nation chippewa, pour son plus jeune fils, Noodinokay, dont la mère est morte en Angleterre. 2Je ne demanderai pas son indulgence au lecteur. La courte notice qui me présente à la fin de ce compte rendu l’incitera à excuser mon usage maladroit de la langue anglaise. 3Nous avons quitté les rives du lac Huron en 1843, visité les villes de Détroit, Cleveland, Buffalo, Utica, Albany, New York et d’autres encore. George Catlin, Maun-gwa-daus, Grand-Héros, 1845. © musée du quai Branly 4Nous sommes arrivés à Portsmouth le 26 du même mois. 7Beaucoup de dames et de messieurs se promènent en carrosse. 8M. 27De Paris, nous sommes allés à Bruxelles.

2011 RAS le BOL du MENSONGE Enrôlement dans l'armée impérialiste US The National Museum of the American Indian honors American Indian Code Talkers. This is a companion website to the traveling Smithsonian Institution exhibition, Native Words, Native Warriors. Private First Class Preston Toledo (left) and Private First Class Frank Toledo, Navajo Code Talkers. 1 During World War I and World War II, hundreds of American Indians joined the United States armed forces and used words from their traditional tribal languages as weapons. The United States military asked them to develop secret battle communications based on their languages—and America’s enemies never deciphered the coded messages they sent. "Attack of the Seminoles on the Block House." American Indian nations have always fought to defend themselves. Most American Indians were not legally considered citizens of the United States until 1924. Despite this tragic history, many American Indian men and women have served in all branches of the military. Defense Department Photo.

CRIME CONTRE L'HUMANITE 04/07/1776 Déclaration d'indépendance US Th.Jefferson Déclaration d'indépendance des États-Unis Lire en ligne texte sur Wikisource Depuis 2005, elle est classée sur la Liste Mémoire du monde de l'UNESCO. Déclaration d'indépendance des Etats-Unis présentée par A. Histoire[modifier | modifier le code] En janvier 1776, Thomas Paine prend parti pour les insurgés (insurgents) américains dans son Sens commun (1776) qui remporte un vif succès (environ 500 000 exemplaires vendus[2]). Copie manuscrite, de la main de Thomas Jefferson, d'une ébauche de la déclaration d'indépendance, soulignant les passages éliminés. C'est finalement Thomas Jefferson qui élabore une ébauche[3],[4]. Fac-similé de la Déclaration d'indépendance américaine avec les portraits des signataires. Analyse[modifier | modifier le code] L'auteur[modifier | modifier le code] Le plan[modifier | modifier le code] La déclaration d'indépendance américaine peut être découpée en trois parties : Influences[modifier | modifier le code] Les principales idées[modifier | modifier le code]

La guerre de l'Indépendance américaine 1775-1783 Le Canada et la guerre de l'Indépendance américaine La guerre de l'Indépendance américaine Le Canada et la guerre de l'Indépendance américaine Les invasions américaines et la rébellion de la Nouvelle-Écosse, 1775-1776(Musée canadien de la guerre, 1.E.2.1-CGR2) La guerre de l'Indépendance américaine amena la création de deux pays - le Canada et les États-Unis. La guerre de l'Indépendance américaine En 1775, les impôts prélevés par les Britanniques et leurs tentatives de limiter la colonisation de l'Ouest suscitèrent la colère des Américains et déclenchèrent un soulèvement.

Jeffrey Amherst & l’arme biologique Lorsque vous lisez ou écoutez les médias occidentaux, vous avez l'impression qu'il y a en Russie une forte opposition au président Poutine qui est incarnée par des noms qui reviennent en boucle : Navalny, Oudaltsov, et autrefois Nemtsov. Pourtant, cette impression ne cadre pas du tout avec d'autres informations. Le président Poutine, selon des instituts de sondage indépendants comme Levada, bénéficie d'un soutien de l'ordre de 85% de la population : du jamais vu, à comparer avec le soutien de 18% en France pour le président Hollande. On ne parle pas de déstabilisation du régime français alors qu'on évoque souvent ce thème pour la Russie ! De plus, les personnalités évoquées par les médias occidentaux font des scores très faibles aux élections. Curieusement, on ne parle guère de la vraie opposition qui a des parlementaires et une forte base électorale. Aux élections présidentielles, on retrouve les mêmes tendances. Source: Sott.net

1763 inocule aux tribus indiennes la variole AMHERST (Jeffrey) (1717-97), page, enseigne, lieutenant, capitaine, colonel, major-général, commandant en chef des troupes et gouverneur-général en Amérique, chevalier du Bain, gouverneur de Guernesey, conseiller privé, lieutenant-général et commandant en chef des armées de terre, lord et général, maréchal de camp, baron. Fils de Jeffrey Amherst de Riverhead, comté de Kent (Angl.), il naquit le 29 janvier 1717. Voisin de son père, le duc de Dorset le prit dans sa maison en qualité de page et lui obtint (1731) le grade d'enseigne dans les gardes royales. Ensuite, il devint aide de camp dans l'état-major du général Ligonier, qui fit la campagne d'Allemagne, à Roucoux, à Dettingen et à Hastenheck (1743), et celle de Flandre à Fontenoy (1745), dans l'état-major du duc de Cumberland à Laffeldt et à Hastenheck. En 1756, il est promu au grade de lieutenant-colonel du 15 e régiment. Ayant attiré les sympathies de W. L'année suivante, ayant sous ses ordres le général Prideaux et sir W.

Jeffery Amherst, officier britanique 1717-1797 AMHERST, JEFFERY, 1er baron AMHERST, officier, né le 29 janvier 1717 (probablement nouveau style) à Riverhead, Sevenoaks, Angleterre, décédé le 3 août 1797 à sa résidence appelée Montreal, près de Sevenoaks. Jeffery Amherst était le fils de Jeffery Amherst, barrister prospère dont la famille avait vécu dans le Kent pendant des siècles, et d’Elizabeth Kerrill. À l’âge de 12 ans, le fils Jeffery devint page de la maison de Lionel Cranfield Sackville, 1er duc de Dorset, à Knole, sa grande résidence près de Sevenoaks. Les circonstances qui marquèrent ses débuts dans l’armée restent quelque peu obscures. On a affirmé qu’Amherst entra dans le 1st Foot Guards, à titre d’enseigne, en 1731 (alors qu’il n’avait en fait que 14 ans), et une liste d’officiers, citée dans l’historique de ce régiment, indique qu’il devint enseigne en novembre 1735. Amherst fit pour la première fois du service actif à titre d’aide de camp de Ligonier, en Allemagne, pendant la guerre de la Succession d’Autriche. C.

Guerre de Sept Ans 1756-1763 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La guerre de Sept Ans (1756-1763) est un conflit majeur du XVIIIe siècle, souvent comparé à la Première Guerre mondiale[2] parce qu’elle s'est déroulée sur de nombreux théâtres d’opérations : Europe, Amérique du Nord et Inde. Elle oppose principalement d’une part au niveau mondial le Royaume de France au Royaume de Grande-Bretagne, d’autre part au niveau européen le Royaume de Prusse aux états des Habsbourg (archiduché d'Autriche, royaumes de Bohême et de Hongrie). Cependant, par le jeu des alliances et des opportunismes, de nombreux pays européens et leurs colonies participent à cette guerre, notamment l’Empire de Russie aux côtés de l’Autriche ainsi que le Royaume d’Espagne et son empire d’Amérique du Sud aux côtés de la France. Le conflit s'est traduit par un rééquilibrage important des puissances européennes[3]. Le contexte géopolitique[modifier | modifier le code] Les conflits entre puissances européennes[modifier | modifier le code]

1636-1637 Guerre des Pequots Guerre des Pequots 1637 La guerre des Pequots est une guerre qui a opposé les Amérindiens Pequots aux colons blancs dans l'arrière-pays du Massachusetts à partir de mai 1637. Cette guerre fait suite à une tentative de colonisation des terres indiennes, elle-même entraînée par de nombreux décès dus aux épidémies chez les Pequots. Historique Cette guerre est liée aux premières traces de recours à l'esclavage en Nouvelle-Angleterre, contemporaines d'autres traces au même moment en Virginie et au décret de 1636 sur l'esclavage à vie à la Barbade. En 1633 la tribu des Pequots vit ses effectifs tomber de 8 000 à 4 000 à la suite d'une épidémie de variole, maladie apportée par les colons, ce qui suscita des tensions avec ces derniers. En 1637, la guerre éclata lorsque des tribus indiennes Pequot s'opposèrent à la tentative de colonisation par les blancs de la région de Connecticut River.

États-Unis colonisation européenne Les premiers navigateurs européens qui abordèrent les côtes du continent nord-américain furent les Italiens Jean Cabot et Sébastien Cabot (1497). Voyageant au service de Henry VII d’Angleterre, ils découvrirent Terre-Neuve et explorèrent les côtes du Labrador et de la Nouvelle-Angleterre. L’Espagnol Juan Ponce de León découvrit la Floride en 1513. L’Italien Jean de Verrazane (1524), voyageant pour le compte de François Ier, explora les côtes atlantiques de la Caroline du Sud jusqu'au Maine; puis le Français Jacques Cartier (1534) découvrit l’estuaire du Saint-Laurent. Tous ces navigateurs étaient à la recherche d’une route maritime par le nord vers les Indes et la Chine. La colonisation de l’Amérique du Nord par les Européens commença dès la fin du XVIe siècle. 1 La colonisation espagnole Dès la première moitié du XVIe siècle, les Espagnols pénétrèrent sur le territoire actuel des États-Unis, mais sans s'implanter de façon durable. 2 La colonisation française 2.1 Les alliés amérindiens

Hurons tribu indienne Est-Canadien Les Hurons étaient considérés comme une force guerrière puissante, ils disposaient d'un territoire étendu qui couvrait le Canada et les Etat-Unis. Il allait du fleuve Niagara à l'est au fleuve Sainte Claire à l'ouest puis jusqu'au lac Erié au sud. En 1535, la population comptait entre 30,000 et 45,000 individus. Après les guerres de 1640 et les épidémies qui s'en suivirent, la nation huronne comptait moins de 10,000 personnes. Les principaux ennemis des Hurons étaient les Iroquois. Lien en ligne avec les HuronsSite Traditionnel Huron, Wendake (Québec, Canada) [Retour] Assiniboine Tipis ©2006

Related: