background preloader

Amérindiens

Amérindiens
Peinture de groupes ethniques en Amérique au début du XXe siècle. Les Amérindiens, Indiens d'Amérique, Indiens, Autochtones ou encore membres des Premières Nations, aborigènes, natifs américains ou Autochtones américains, comme revendiqué par certains d'entre eux, sont les premiers et seuls habitants de l'Amérique avant la colonisation européenne. Ils occupent alors la totalité du continent, Amérique du Nord, Amérique centrale, Amérique du Sud, ainsi que les Caraïbes. Leur origine ne remonte évidemment pas à leur découverte par les premiers explorateurs espagnols arrivés en 1492, mais est beaucoup plus ancienne, d'après les découvertes récentes effectuées en divers endroits du continent. La colonisation européenne a été un événement central et dramatique pour les différents peuples amérindiens. Terminologie[modifier | modifier le code] L'ethnonyme « Amérindien » dérive d'« Indien d'Amérique ». En Guyane, on parle d'« Amérindiens » répartis en six ethnies. Certains[Qui ?] Related:  Amérique Latine & Centrale

Paléoaméricains Outillage des Paléoindiens(Sud-Est des États-Unis) Arbre génétique des populations amérindiennes[1] Faune du Pléistocène supérieur[modifier | modifier le code] La faune américaine du Pléistocène supérieur comprenait une mégafaune aujourd'hui disparue. Parmi ces animaux vivaient des herbivores comme les équidés (Equus caballus), des camélidés (paléo-lama et guanaco), des mastodontes comme les mammouths, des paresseux géants (Megatherium et Mylodon), des tatous géants comme le Glyptodon et des carnivores tels que le Smilodon (tigre à dents de sabre). Définition[modifier | modifier le code] Les Paléoaméricains auraient vécu en Amérique à la fin du Pléistocène supérieur, et représenteraient la population du Paléolithique supérieur américain[2],[3]. Mode de subsistance[modifier | modifier le code] Analyses crâniologiques[modifier | modifier le code] Crânes dolichocéphales : hypothèse europoïde[modifier | modifier le code] Crânes dolichocéphales : hypothèse australoïde[modifier | modifier le code]

La vie quotidienne des Indiens Amériques du Nord C'est grâce au peintre Georges Catlin, qui alla vivre huit ans durant parmi les tribus des Grandes Plaines du centre, que nous connaissons l'aspect, les conditions d'existence et les moeurs de quelques tribus dans les années 1830 et 1840 - avant l'invention de la photographie et l'arrivée massive des Blancs. Comment vivent les Indiens à cette époque ? Ceux de l'Est du Mississippi subissent la loi des colons depuis le début de la marche vers l'Ouest. Des traités ( non respectés ) ou des combats sanglants, les ont souvent privés de leurs terres. Ils sont refoulés sur la rive occidentale du grand fleuve où ils tentent de revivre. Ils y réussissent à force de courage et de travail. Des tribus vivent de chasse et de pêche; d'autres de chasse et de cueillette; certaines d'agriculture primitive. Les Sioux des plaines s'abritent été comme hiver sous le célèbre tipi. Ces peuples sont de remarquables sculpteurs et d'ingénieux fabricants de masques de cérémonie d'une surprenante beauté.

Nord-Amérindiens Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le terme Nord-Amérindiens, ou Indiens d'Amérique du Nord, désigne les premiers occupants du continent d'Amérique du Nord (hors Mésoamérique), et leurs descendants. Terminologie[modifier | modifier le code] Le terme « Indiens » (« Indians ») désigne les Autochtones à l'exclusion des Inuits et des Métis. « Amérindiens » est un terme forgé au XXe siècle pour les distinguer des Indiens d'Inde. De nos jours, « Indiens » est parfois jugé offensant et est remplacé par « Native Americans » aux États-Unis et « Premières Nations » (First Nations) au Canada[1]. Les sociétés nord-amérindiennes[modifier | modifier le code] Peuplement originel : Théories anciennes et découvertes les plus récentes Langues[modifier | modifier le code] Familles de langues amérindiennes et isolats en Amérique du Nord Les linguistes estiment le nombre de langues amérindiennes, mortes et toujours existantes confondues, à 1 000 ou 2 000, dont 200 rien qu'en Amérique du Nord.

L'Indien d'Amérique du Nord Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Mère et enfant Assiniboin, The North American Indian, 1928 L'Indien d'Amérique du Nord (The North American Indian) est une collection de photographies réalisée par Edward Sheriff Curtis entre 1907 et 1930. En 1906, J.P. Curtis fit plus de 10 000 enregistrements sonores sur cylindres de cire, de musique et de dialectes indiens. La collection en elle-même compte 2 000 photographies accompagnées de textes. Galerie[modifier | modifier le code] Bébé Apache - Atsina, 1907Fils du désert - Navajo, 1907Porteur d'eau Mohave, 1908Femme du chef Two Bear (« Deux Ours »)- Piegan, 1911Assiniboin - Atsina, 1911Okuwa-tse (« Nuage jaune ») - San Ildefonso, 1926Gossiping - San Juan, 1926Mère et enfant Assiniboin, 1928Adolescent Hooper Bay, 1930Uyowutcha - Nunivak, 1930Guerrier nez-percé sur sa monture Notes et références[modifier | modifier le code] Annexes[modifier | modifier le code]

Premier peuplement de l'Amérique Carte présentant une hypothèse en plusieurs étapes du peuplement de l'Amérique effectuée à partir du couloir béringique, actif durant plus dizaines de millénaires. Carte de l'Amérique montrant des sites avant la culture Clovis. Le premier peuplement de l'Amérique fait l'objet de débats au sein de la communauté scientifique. Depuis les années 1930 et la découverte du site Clovis au Nouveau-Mexique, il était admis que l'Amérique avait été peuplée depuis l'Asie par des groupes ayant migré à travers la Béringie, nom donné aux territoires qui reliaient jadis l'Alaska à la Sibérie, là où le détroit de Béring les sépare aujourd'hui (mais où les profondeurs ne sont jamais très grandes). Modèle Clovis[modifier | modifier le code] Pièce bifaciale de la tradition Clovis, Mexique. Le site archéologique de Clovis est l'un des plus connus des États-Unis. Remise en cause du modèle Clovis initial[modifier | modifier le code] Contestations sur la date[modifier | modifier le code] Les travaux de Douglas C.

les Bishnoï Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Femme Bishnoï habillée traditionnellement Les Bishnoïs sont des hindous vaishnav qui suivent vingt-neuf principes édictés par leur gourou (d'où leur nom). La gazelle indienne, ou chinkara (Gazella bennettii), est particulièrement vénérée par les Bishnoïs, leur maître Jambeshwar Bhagavan ayant déclaré qu'il se réincarnerait indéfiniment en chinkara après sa mort (dans la même région vivait la sadhvi Karni Mata, qui selon ses dévots se manifeste en rats blancs avec le reste de sa famille). Le Shabda-Vani[modifier | modifier le code] Les 29 commandements des Bishnoïs[modifier | modifier le code] Ces préceptes (niyam) édictés par Jambhéji en 1485 sont les fondements, les pratiques et les fins de cette branche (sampradaya) de l'hindouisme. Les 29 commandements ont donné naissance au nom bishnoï : « bish », comme vingt, en hindi, et « noï », neuf. Voici la liste des 29 règles des bishnoïs [11]: « अभयं सत्त्वसंशुद्धिर्ज्ञानयोगव्यवस्थितिः । « (1.)

Les civilisations précolombiennes ou amérindiennes Précolombiennes : c'est à dire avant la découverte des Amériques par Christophe Colomb. Amérindiennes : appellation utilisée pour distinguer les Indiens d'Amérique des habitants de l'Inde (car Christophe Colomb croyait être arrivé en Inde). C'est au sud de l'Amérique du Nord, au Mexique, Guatemala, Honduras... qu'on trouvera des traces des Aztèques et des Mayas. En Amérique du sud, notamment en Cordillère des Andes ce sera plutôt celles des Incas. On connaît plutôt mal ces civilisations, surtout celle des Mayas, car les prêtres et les moines catholiques qui les considéraient comme étant diaboliques ont tout détruit. On sait par contre que les Aztèques pratiquaient des sacrifices humains et c'est pour cela que les catholiques voulaient les détruire et ont brûlé leurs temples et leurs écrits. A) Les Aztèques On a retrouvé leur trace principalement au Mexique et dans la péninsule du Yucatan (et une partie du Guatemala). Parmi les civilisations qui ont précédé les Aztèques, on a : Tlaloc

comme à Nazca, des centaines de géoglyphes visibles du ciel Ces structures s'étendent de la Syrie à l'Arabie saoudite, peuvent être vu en hauteur mais pas du sol, et sont quasiment inconnues du grand public. Il s'agit de la version du Moyen-Orient des lignes de Nazca, des anciens géoglyphes ou dessins qui couvrent les déserts du sud du Pérou. Des roues de pierre par centaines. Grâce à la technologie des nouveaux satellites cartographes et d'un programme de photographie aérienne en Jordanie, les chercheurs en ont découvert un grand nombre comme jamais auparavant. Désigné par les archéologues comme des «roues», ces structures en pierre ont une grande variété de modèles, avec, comme base commune, un cercle avec des rayons à l'intérieur. "Rien qu'en Jordanie nous avons des structures en pierre qui sont beaucoup plus nombreuses que les lignes de Nazca, sur une zone bien plus vaste", a déclaré David Kennedy, un professeur de lettres classiques et d'histoire ancienne à l'Université d'Australie occidentale. Des structures pour l'heure inexpliquées Source:

Amérindiens des Antilles Les interprétations archéologiques, et en particulier sur les croyances et les modes de vie, bénéficient également des observations ethnohistoriques relatives aux amérindiens subactuels de la région amazonienne, populations qui présentent des proximités, y compris culturelles, avec les groupes préhistoriques antillais, même si ces peuples évoluent dans des environnements sensiblement différents. Lointaines origines[modifier | modifier le code] Le premier peuplement des Grandes Antilles (paléolithique américain)[modifier | modifier le code] Les basses terres tropicales de l’Amérique du Sud (Venezuela notamment) sont habitées depuis au moins dix mille ans. La présence de peuples précéramiques est rapportée par les premiers colons européens : L’origine de ces peuples précéramiques est encore inconnue : ils peuvent avoir abordé Cuba par la Floride ou par l’Amérique centrale. Les précéramiques (ou méso-indiens) investissent les Antilles[modifier | modifier le code] Au IIe millénaire av.

Mohandas Karamchand Gandhi Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Vous lisez un « article de qualité ». Mahatma Gandhi Mohandas Karamchand Gandhi, en août 1942 Mohandas Karamchand Gandhi (en gujarati મોહનદાસ કરમચંદ ગાંધી (mohandās karamcaṃd gāndhī), API [ˈmoː.ɦən.d̪aːs ˈkə.rəm.t͡ʃənd̪ ˈɡaːn.d̪ʱi ] Écouter), né à Porbandar (Gujarat) le 2 octobre 1869 et mort assassiné à Delhi le 30 janvier 1948, est un dirigeant politique, important guide spirituel de l'Inde et du mouvement pour l'indépendance de ce pays. Il est communément connu et appelé en Inde et dans le monde comme le Mahatma Gandhi (du sanskrit, mahatma : « grande âme ») – « Mahatma » étant toutefois un titre qu'il refusa toute sa vie d'associer à sa personne[1] –, voire simplement Gandhi, Gandhiji ou Bapu (« père » dans plusieurs des langues en Inde). Gandhi conduisit la marche du sel, célèbre opposition à la taxe sur le sel. Adepte de la philosophie indienne, Gandhi vivait simplement, organisant un ashram qui était autosuffisant.

Premières Nations - Peuples amérindiens Selon les hommes de science, l'arrivée par vagues successives de petits groupes de chasseurs nomades provenant des steppes de l'Asie, serait à l'origine du peuplement du continent il y a environ 50 000 ans. S'appuyant sur les résultats de fouilles archéologiques, on croit qu'une longue période de glaciation aurait permis la traversée du détroit de Béring. Ce dernier étant peu profond et la distance entre les 2 continents étant alors de 80 km, cette hypothèse est plausible. De plus, le lit du Détroit s'étant asséché, il offrait un large passage que les ancêtres des Amérindiens auraient même emprunté à pied sec. Ces arrivants courageux, déterminés et persévérants se sont laissés guider par les animaux qui leur ont en quelque sorte montré la voie et dont ils se nourrissaient. Chaque peuple a adopté et perfectionné son mode de vie, évoluant selon une étroite dépendance face à l'environnement. L'apparition des premières Nations en Amérique du Nord remonterait à plus de 20 000 ans.

les lignes de nazca... une carte des sources souterraines ? Un chercheur américain, David Johnson, a avancé la théorie selon laquelle les lignes de Nazca pourraient être liés à l'eau. Il pense que les lignes seraient une carte géante des sources d'eau souterraine. Les lignes de Nazca sont situées dans le désert péruvien au sud de Lima. L'assortiment des lignes parfaitement droites, se trouve dans une zone de 60 kilomètres de long et près de 2 kilomètres de large. La plaine de Nazca est l'un des endroits les plus secs de la planète, recevant moins de 3 centimètres de pluie par an. En cherchant des sources d'eau, il a remarqué que d'anciens aqueducs, appelé puquios, semblaient être en relation avec certaines des lignes. L'expert explique qu'un pourcentage élevé de l'eau potable provenant de la chaîne de montagne se déplace par infiltration et que la population pré-hispanique connaissait parfaitement la cartographie de l'eau. Johnson a donné un sens à chaque personnage: les trapèzes pointent toujours vers un puits.

Related: