background preloader

L’industrie alimentaire se détourne en masse des œufs de poules en cage

L’industrie alimentaire se détourne en masse des œufs de poules en cage
Le groupe Les Mousquetaires vient de bannir les élevages de volaille en batterie. Il suit un vaste mouvement de la grande distribution. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Le temps des poules en cage pourrait bientôt être révolu en France. Lundi 9 janvier, le groupe de grande distribution Les Mousquetaires (Intermarché, Netto, etc.) s’est engagé à cesser de vendre des œufs de gallinacées élevées en batterie d’ici à 2020 sous sa marque propre et d’ici à 2025 pour l’ensemble des fournisseurs de ses rayons. L’enseigne suit ainsi un mouvement sans précédent qui touche l’ensemble de l’industrie alimentaire : depuis quelques mois, les supermarchés, mais aussi la restauration collective, l’hôtellerie et les fabricants bannissent, à tour de rôle, ces coquilles associées à une souffrance animale dont l’opinion publique ne veut plus. En mai 2016, une vidéo de l’association de protection animale L214 suscitait une vague d’indignation et d’écœurement.

http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2017/01/09/l-industrie-alimentaire-se-detourne-massivement-des-ufs-de-poules-en-cage_5059785_1652692.html

Related:  AP- Alimentation et agricultureélevagesCONDITION ANIMALEELEVAGESl'"humain" et l'animal

Crise de l’élevage : comprendre la fixation des prix, des marges et des subventions Barrages routiers, manifestation devant les préfectures, « bonnets roses » : les éleveurs laitiers et porcins de l’Ouest de la France multiplient depuis le 20 janvier les actions pour alerter sur leurs difficultés financières. Ils demandent aux pouvoirs publics d’agir contre les cours très bas auxquels sont achetées leurs productions, et les marges des intermédiaires, qu’ils jugent abusives. La colère des agriculteurs, qui avait enflé en juillet, avait abouti en septembre à l’annonce d’un plan d’urgence de 700 millions d’euros pour l’élevage, qui n’a pas résolu les problèmes de fonds. Les producteurs de porc s’étaient ainsi mobilisés tout l’été pour demander un prix plancher de 1,40 euro le kilo au marché de Plérin – or il se négociait jeudi à 1,09 euro.

Une poule sur mon balcon L’envie d’œufs frais peut pousser à des extrémités. Le vendeur animalerie du magasin Truffaut Grand Stade, à Saint-Denis (93), est formel : « L’achat de poules pondeuses se développe. Les clients les installent sur leurs balcons, leur terrasse, dans des enclos de jardins citadins… ». Sur leurs balcons ? L214, les croisés de la cause animale Filmées en caméra cachée dans des abattoirs, les vidéos chocs de l’association font sensation. Des méthodes contestées mais qui ont réussi à imposer la question du bien-être animal dans le débat public. M le magazine du Monde | • Mis à jour le | Par Pierre Sorgue En un mois, ils auront été considérés comme des hors-la-loi, vilipendés pour leurs méthodes, élus Grandes Gueules de l’année par les auditeurs de RMC et salués par le législateur. Les derniers jours de 2016 et les premiers de 2017 disent assez bien comment Brigitte Gothière et Sébastien Arsac – le couple qui dirige l’association L214, célèbre pour ses vidéos sur les violences infligées aux bêtes d’élevage – ont imposé le débat sur la condition animale à des politiques qui avaient jusque-là d’autres chats à fouetter. Dans la nuit du 12 décembre 2016, Sébastien Arsac s’est fait alpaguer par les gendarmes, en compagnie d’un autre militant.

Abattoirs : la cruauté envers les animaux en question Les images insoutenables de souffrance animale filmées en caméra cachée dans des abattoirs se sont multipliées ces derniers mois. Elles ont été rendues publiques par L214, association de défense des animaux basée à Lyon. Ces vidéos ont heurté l’opinion française, conduit à la fermeture provisoire de certains abattoirs, et relancé le débat sur la cruauté envers les animaux. Une commission d’enquête parlementaire sur les abattoirs a été créée début avril, elle doit présenter son rapport mi septembre. L’indignation suscitée par ces images s‘étend aussi à des professionnels des secteurs de la restauration, de l’agroalimentaire ou de l’agriculture. Philippe Notin, agriculteur et éleveur dans la Loire, et qui revendique un mode de production biologique, est actionnaire minoritaire de l’abattoir où il envoie ses bêtes, une façon pour lui d’avoir un droit de regard sur les conditions dans lesquelles les animaux sont mis à mort.

Les singes pourraient disparaître de la planète d’ici vingt-cinq ans à cinquante ans Selon une étude, 60 % des espèces de primates sont en danger d’extinction en raison d’activités humaines. 75 % des populations accusent déjà un déclin. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Les singes sont nos plus proches cousins, et pourtant nous les regardons mourir à petit feu. Tuer n’est pas une fête, par Vincent Message Par Vincent Message, romancier Pour célébrer le retour du printemps, et Pâques, il est de tradition en France de cuisiner de l’agneau. C’est un moment de retrouvailles, une pratique qui recule un peu mais qui continue de nous paraître spontanée et festive. La semaine qui précède Pâques, pour répondre à une consommation qui quadruple, les abattoirs fonctionnent à plein régime. Et vue la cadence de la chaîne, vu le peu de contrôles dont ils font l’objet, il y a fort à parier qu’un peu partout en France des agneaux se retrouvent égorgés ou découpés alors qu’ils sont encore conscients, comme on le voit sur la vidéo tournée à l’abattoir de Mauléon-Licharre, dans les Pyrénées-Atlantiques. L’étrangeté de nos pratiques

Les erreurs à éviter avec un poulailler urbain La tendance cette année est de créer votre propre poulailler… et c’est possible même dans un jardin citadin. Deux petites poules suffisent, pour le simple plaisir de les admirer ou pour récolter quelques œufs frais. Parfait pour offrir à votre famille un air de campagne au coeur de la ville… mais pas dans n’importe quelles conditions ! Ne placez pas votre poulailler sur le balcon Si élever quelques poules au fond de son petit jardin citadin est possible, les installer sur le balcon n’est qu’un argument de vente utopique. "Je suis absolument contre le poulailler sur le balcon", lance Jean-Michel Tavernier, acheteur animalerie chez Botanic, qui déconseille aussi tout achat impulsif.

L’Assemblée vote l’obligation de caméras dans les abattoirs dès 2018 Les députés ont validé de manière inattendue cette mesure, souhaitée par les radicaux de gauche et les associations de protection animale. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Audrey Garric C’est un coup de théâtre. Ou, selon les mots du rapporteur Olivier Falorni, « ce qui fait le sel des débats parlementaires ». Grippe aviaire : 1,5 million de volailles abattues en Europe Le nombre de canards, poules, dindes, et autres volailles qui pourraient passer sous le couperet pour endiguer l’épidémie atteint 3,72 millions en Europe. Un million et demi de volailles ont été abattues en Europe à cause la grippe aviaire due au virus H5N8 transmis par des oiseaux migrateurs, a fait savoir mercredi l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). Il est encore « difficile de dire si l’épidémie a culminé », a dit le docteur Neo Maptise, l’un des responsables de l’organisation intergouvernementale, au cours d’une conférence de presse à Paris. Le nombre de canards, poules, dindes, et autres volailles qui pourraient passer sous le couperet pour endiguer l’épidémie est de 3,72 millions en Europe, selon le docteur Maptise. Lire aussi : Grippe aviaire : un zoo russe abat tous ses oiseaux

En Namibie, des scènes de chasse à la mode néocoloniale Dans « Safari », le documentariste Ulrich Seidl montre comment ses compatriotes autrichiens paient pour faire des cartons sur la faune sauvage. Ulrich Seidl n’aime pas les gens, surtout les Autrichiens. A l’instar de Thomas Bernhard, Elfriede Jelinek ou Michael Haneke, c’est sans pitié qu’il crucifie ses compatriotes dans des films à valeur misanthropique augmentée.

Le paradoxe de la viande LE MONDE IDEES | • Mis à jour le | Par Catherine Vincent Le scandale n’est pas ce qui s’est passé à l’abattoir de Mauléon-Licharre (Pyrénées-Atlantiques), fermé « à titre conservatoire » après la diffusion, le 29 mars, de vidéos réalisées par l’association de défense des animaux L214 et montrant des maltraitances animales. Pas plus que les actes de cruauté récemment révélés, par la même association, dans les établissements d’Alès et du Vigan (Gard). Le scandale, c’est l’abattoir lui-même, dans sa forme actuelle. Sa violence ordinaire, inhérente à sa fonction. Son industrialisation, ses impératifs de rentabilité, sa cadence.

Permaculture urbaine : PermacultureDesign Dans cet article nous traitons d’autonomie en ville qui est une des composante de la permaculture urbaine ou agriculture urbaine. Nous aurions pu choisir de traiter le sujet à l’échelle de la ville entière, qui peut aussi tendre vers l’autonomie, mais ces changements nécessitent des implications politiques ou de groupements de citoyens. Nous avons donc choisi de parler de ce qu’il est possible de faire à l’échelle du foyer, de l’individu, ou de la petite communauté d’individus, ce qui permet un passage à l’action rapide et efficace. Retrouvez le dessinateur Stéphane Bouzon sur Autonome en ville pour quoi faire ?

Infiltré dans un abattoir breton pendant six semaines Dans « Steak Machine », le journaliste Geoffrey Le Guilcher raconte 40 jours de travail dans un abattoir d’Ille-et-Vilaine. Il voit comme « indissociables » les souffrances humaine et animale. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Audrey Garric « Aller voir si les usines à viande ont enfanté des hommes-monstres. » Voilà la mission que se donne Geoffrey Le Guilcher lorsqu’il se fait embaucher comme intérimaire dans un immense abattoir breton.

Un élevage de 200 000 poules pondeuses aux conditions sanitaires « intolérables » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Audrey Garric Les cages se succèdent et s’empilent à perte de vue. A l’intérieur, des poules se bousculent dans des espaces exigus et grillagés qui surplombent à peine des amas de fientes. Des asticots profilèrent au sol, des poux grouillent sur les œufs et les poules, et des cadavres en décomposition gisent au milieu des autres gallinacées, dont certaines déplumées. Dans une nouvelle vidéo diffusée mercredi 25 mai, l’association de défense des animaux L214 révèle les conditions d’élevage « intolérables pour les animaux et inadmissibles du point de vue sanitaire » qui règnent au sein du GAEC du Perrat, une exploitation de 200 000 poules pondeuses située dans la commune de Chaleins (Ain). Les images ont été tournées le 27 avril dans les deux hangars qui accueillent près de 100 000 poules, soit une taille d’exploitation moyenne en France.

Related:  La condition animale