background preloader

Recherche sérendipité désespérement [1/3]

Recherche sérendipité désespérement [1/3]
Trouver ce qu'on ne cherchait pas : un émerveillement permanent sur le web au doux nom de sérendipité. Retour au source du concept dans un feuilleton de trois parties : début du voyage dans les recoins de la ville. La sérendipité peut être définie comme la capacité à découvrir des choses par hasard. En mai 2011, Ethan Zuckerman clôturait la conférence CHI 2011 à Vancouver. “Je suis ravi d’avoir la chance de partager des idées avec certains des chercheurs et des spécialistes les plus brillants sur les questions des interactions humaines et numériques, et peut être d’en convaincre certains de réfléchir avec moi sur un sujet qui m’obsède de plus en plus: la création de structures en ligne et hors ligne pour augmenter les chances de sérendipité. Les liens de cet article sont en anglais. En 2008, la majorité de la population mondiale vivaient dans des villes. Ce graphique de la Banque mondiale pourrait même sous-estimer l’inexorabilité apparente du passage du rural à l’urbain. Related:  Sérendipité

The Myth Of Serendipity Editor’s note: Henry “Hank” Nothhaft, Jr. is the co-founder and CMO of Trapit, a virtual personal assistant for Web content still in private beta that was incubated out of SRI and the CALO project (as was Siri, the conversational search engine bought by Apple). One of the most interesting concepts to emerge in media and tech lately is that of “serendipity”—showing people what they want even if they didn’t ask for it. Despite its seemingly ubiquitous invocation, however, the concept of serendipity remains ill-defined and put forth as some vague panacea for a slew of emerging innovations hoping to attract new users in droves. What is needed is a closer look at what we actually mean when we talk about serendipity. From Search to Discovery Eric Schmidt’s recent remarks about Google as a “Serendipity Engine” (and Facebook’s quick reply), emphasize an important shift in our daily interaction with the Web and how we use it. Serendipity and personalization are in fact two sides to the same coin.

Recherche sérendipité désespérement [2/3] Ethan Zuckerman continue son analyse de la sérendipité en s'intéressant à notre manière de s'informer en ligne avant de revenir aux origines du concept. Suite de l’article d’Ethan Zuckerman autour du concept de sérendipité, qui peut être définie comme la capacité à découvrir des choses par hasard. Après s’être attardé dans la première partie sur les liens entre urbanité et sérendipité, l’auteur analyse ici la manière dont nous cherchons l’information en ligne et revient sur les origines du terme “sérendipité”. Les liens de cet article sont en anglais. Information en ligne: une chambre d’échos? En 1993, Pascal Chesnais, chercheur au laboratoire Médias du MIT, a conçu un logiciel appelé “Freshman Fishwrap”. L’universitaire Cass Sunstein considérait le “Daily Me” comme une menace plutôt qu’une promesse [PDF]. Je m’intéresse moins à la polarisation droite/gauche américaine qu’à la polarisation nous/eux au niveau mondial. Les réseaux sociaux comme mécanismes de sérendipité?

Le web sémantique en soutien à la sérendipité On tend à associer web sémantique et ordre, rigidité & froideur. Pourtant, rien n’indique que le web sémantique sera si « automatisé » que l’on le pense ! [...] Une recherche humaine via le graphe mènera à une forte augmentation de la sérendipité : quittant le saut de liens en liens, de serveurs en serveurs, on passera directement de concept à concept. Comme j’ai tendance à l’observer auprès des autres étudiants de mon master, on tend à associer web sémantique et ordre, rigidité & froideur. Pour commencer… Quels liens peut-on voir entre web sémantique et sérédenpité ? Comment donc associer ces deux concepts ? Par contre, le web sémantique ne changera rien (ou très peu) à la recherche humaine : celle-ci sera assez proche de ce qu’elle est maintenant. Pour rendre ça plus concret : Sérendipité actuelle (via Wikipédia) : web sémantique → ontologie → RDF → XML → XHTML → PDA → etc.Sérendipité « sémantique » (avec Tabulator) : France → Fromage → Boycott des USA → Nucléaire iranien → etc.

Recherche sérendipité désespérement [3/3] De quelles façons est-il possible de découvrir une ville en valorisant la sérendipité ? Le Web peut-il s'en inspirer, et si oui, comment ? Éléments de réponse d'Ethan Zuckerman dans cette dernière partie. Suite et fin de l’article d’Ethan Zuckerman autour du concept de sérendipité, qui peut être définie comme la capacité à découvrir des choses par hasard. Les liens de cet article sont en anglais. L’urbanisme au service de la sérendipité Si nous voulons créer des espaces en ligne qui encouragent la sérendipité, nous devons commencer par nous inspirer des villes. Le principal avocat du projet était Robert Moses, urbaniste à l’influence légendaire à l’origine d’une grande partie du système autoroutier new-yorkais. Dans ses critiques de la planification urbaine, Jacobs se demande pour qui, des gens ou des automobiles, la ville doit être conçue. S’il y a bien un principe général dans la conception des rues, c’est d’organiser l’espace pour minimiser l’isolation. Trouver un guide à ses errances

Sérendipité Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Dans les pays anglo-saxons, les Serendipity shops sont des boutiques où l'on trouve des idées inattendues de cadeaux. En France, le concept de sérendipité, adopté dans les années 1980[1] prend parfois un sens très large de « rôle du hasard dans les découvertes[2] ». Parmi les nombreux exemples de découvertes et inventions liées au hasard, on peut citer : le four à micro-ondes, la pénicilline, le Post-it, le téflon, le Velcro. L'existence de la sérendipité est un argument fréquent dans le débat public pour défendre des options d'organisations interdisciplinaires contre la tendance à la spécialisation croissante des champs qui résulte de l'approfondissement des recherches. Histoire du mot[modifier | modifier le code] Étymologie[modifier | modifier le code] En français, c'est un néologisme créé par calque de l'anglais « serendipity » donc un anglicisme. Origine[modifier | modifier le code] Le mot forgé par Walpole sommeille pendant un siècle[8].

Sérendipité : Tout est hasard ou rien Pourquoi en êtes-vous là où vous en êtes ? La question mérite d’être posée. Elle peut même être décomposée. Pourquoi, par exemple, êtes-vous en train de lire cet article ? Si vous faites l’exercice de répondre à cette question, vous vous rendrez compte que la réponse est bien loin d’être évidente. Bref, je pense que vous avez compris le principe. Ce mot n’est en effet pas des plus courant. « La sérendipité est le fait de réaliser une découverte inattendue grâce au hasard et à l’intelligence, au cours d’une recherche dirigée initialement vers un objet différent de cette découverte. Le mot fut créé par Walpole, le 28 janvier 1754, dans une lettre à son ami Horace Mann, envoyé du roi George II à Florence. De bien beaux antécédents pour ce mot et ce concept plus que jamais valides et occupant une place de plus en plus grande dans un monde d’informations et d’opportunités… Si le concept est vieux, il n’a jamais été aussi important qu’aujourd’hui. Cela peut paraitre étrange. Sources Photos :

La RdR Dernier baiser 12 février, par Xavier Zimbardo Il y a des gens comme ça, qu’on connaît ou qu’on croise… Des visages tellement noyés d’un long chagrin qu’ils sont devenus le masque même de l’amertume. Des traits anéantis, où tout est effondré, exténué, dévasté, (...) Sarajevo : Notre résistance 2 février, par Robin Hunzinger Ce film est l’histoire d’une aventure collective, et le portrait d’un homme qui n’existe que par le rapport aux autres, l’inscription dans ce qui le dépasse. Dirigeants, acceptez l’incertitude et adoptez la sérendipité | Innovation et Sérendipité Pour être un bon dirigeant, acceptez l’incertitude ! Au sommet Think global d’IBM à New York, le directeur du MIT Media Lab Joichi Ito a invité les dirigeants à adopter la sérendipité. « Les dirigeants sont surévalués. » C’est sur ces mots que Joichi Ito, directeur du MIT Media Lab, a commencé sa présentation au sommet mondial des dirigeants Think global d’IBM à New York, déclenchant les rires et peut-être le courroux de quelques détenteurs de MBA. Les exemples de Mozilla (Firefox) et Wikipédia : « L’open source est intéressant parce que les personnes décident de ce qu’elles veulent faire », a-t-il souligné (…) « Nous pensons que ce qui gouverne le monde, c’est l’intérêt personnel éclairé. C’est faux: en réalité, c’est la collaboration. » À Wikipédia, a-t-il indiqué, la communauté pousse ses membres vers des rôles de dirigeant. Accepter le chaos mais ne jamais être totalement satisfait : Le monde est majoritairement incontrôlable et compliqué, constate Joichi Ito.

Vers la fin de la serendipité ? Résumé : la serendipité est cette faculté de trouver, forcément par hasard, des choses dont on ignore l’existence. Elle est incarnée sur le web par la multiplication des liens qui nous font naviguer d’idée en idée jusqu’à nous faire découvrir des choses qu’on aurait jamais cherché. Toutefois l’évolution des moteurs de recherche et sites de réseaux sociaux peut mettre le phénomène à mal : en proposant des résultats filtrés selon le profil social des individus, ils segmentent le web et sont à terme un danger pour la découverte et la propagation des idées. En se reposant sur la popularité et la proximité, ces outils nous éloignent de la notion de pertinence. La serendipité, c’est la capacité à trouver quelque chose dont on ignorait l’existence sans le chercher spécialement. Le facteur humain car ce sont les individus qui tissent ces liens qui nous amènent de réflexion en réflexion, d’idée en idée. Aujourd’hui la manière dont nous recherchons l’information sur le web évolue radicalement.

[Article] The Science and Serendipity of Sound Got a growing music collection? Looking for the perfect music for the perfect situation? Kieran Stafford of Sydney, Australia, could have a solution. Stafford is seeking a patent for a program that examines music collections, then catalogs and displays songs’ signatures graphically. Stafford notes that many consumers fail to catalog or tag their digital music files. Businesses such as shops, restaurants and cocktail lounges, where music is an important part of daily operations, face a similar challenge: Many businesses cannot dedicate the resources to build and catalogue a music collection or spend the time listening to music to determine its appropriateness for inclusion in their collection. The data generated by Stafford’s program differs from Pandora’s and Amazon’s sources, which produce text-based, as opposed to graphical, displays. We have created a large database of music with a unique taxonomic classification system which allows this type of discovery. Here’s to possibility

Sérendipité et sérendépités Le métier de chercheur ou d'ingénieur nous réserve parfois des surprises. Vous passez des années à vous passionner pour un domaine d'étude en épluchant nombre d'articles, de mémoires, de thèses, de brevets et compte rendu expérimentaux, vous élaborez des modéles, vous faites des expériences et un jour, le hasard vous donne un coup de main et par la même occasion un coup de pied. Voici un exemple d'une découverte hasardeuse et de ce qu'est la sérendipité: Imaginons Alexander Fleming qui décide un jour de mettre en ordre son laboratoire, qui selon la légende devait être très désordonné (le laboratoire et le chercheur). Il retrouve un amoncellement de boites de Pétri dans lesquelles il cultive des staphylocoques. Ces boites dates d'avant son départ en vacances, il y a quelques semaines, et certaines sont colonisées par les bactéries. Les références à la sérendipité sont nombreuses sur internet dés que l'on étudie les proccessus de créativité.

Effet diligence, effet serendip et autres d?fis pour les sciences de l'information. Effet diligence, effet serendip et autres défis pour les sciences de l'information. Les sciences de l'information et de la communication sont une spécialité française qui rassemble sous un terme générique ce que l'on nomme ailleurs " media studies " et " information science ". La composante " sciences de l'information " est proche de " information science " et de " social informatics ". Certains chercheurs français ont en effet introduit, depuis une quinzaine d'années, l'étude des usages et des contextes dans leur champ disciplinaire. La plupart des chercheurs français dans les sciences de l'information s'intéresse essentiellement au document, aux bibliothèques et à la documentation. Une dimension cognitive incontournable Nous entrons aujourd'hui dans une société du savoir. Les risques de l'effet diligence Les premiers wagons ressemblaient à des diligences et les premières automobiles, à des voitures à cheval. La maîtrise intellectuelle des outils

Innovation et Sérendipité | La sérendipité moteur de créativité et d'innovation en entreprise

Related:  PHILOSérépendipité