background preloader

Lawrence Lessig: «On doit s’inquiéter de la manière dont Internet nourrit la polarisation»

Lawrence Lessig: «On doit s’inquiéter de la manière dont Internet nourrit la polarisation»
«Nous sommes à l’âge du cyberespace. Il possède lui aussi son propre régulateur, qui lui aussi menace les libertés. […] Ce régulateur, c’est le code.» En 2000, lorsque l’Américain Lawrence Lessig publie un article qui deviendra l’une des références de la littérature consacrée à Internet, Code Is Law («le Code fait loi»), le développement du réseau est encore porteur de toutes les utopies. Aujourd’hui, à l’heure où le code a pénétré toutes les dimensions de nos vies, et où se pose en tout domaine la question des conséquences politiques des choix technologiques, l’avertissement sonne comme une urgence. Professeur de droit à Harvard, constitutionnaliste réputé, Lessig est aussi, de longue date, un fervent promoteur des «biens communs numériques» - il a créé les licences Creative Commons, qui permettent depuis quinze ans aux créateurs de partager leurs œuvres - et de l’ouverture des données publiques. Il y a déjà quinze ans, vous écriviez que dans le cyberespace, «le code fait loi»…

http://www.liberation.fr/debats/2016/12/16/lawrence-lessig-on-doit-s-inquieter-de-la-maniere-dont-internet-nourrit-la-polarisation_1535886

Related:  Recherche et vérification informationsHoax, rumeur, desinformationTransformation digitale & Social Good TechMEMOIREAnalyses, réflexions : sur les théories du complot

HoaxCrash : manipulations, fausses infos et gros profits L’accélération de la diffusion de l’information concerne aujourd’hui l’ensemble des secteurs d’activités humaines, en particulier l’économie et la finance. En apportant de la fluidité et de la réactivité dans les échanges, cette accélération, de nature systémique, a ouvert de nouveaux espaces d’interaction en mode « haute fréquence » et, corrélativement, a créé de nouvelles vulnérabilités. Si les opérations d’influence et de désinformation ont toujours accompagné l’histoire de la communication depuis l’Antiquité, elles prospèrent désormais sur les infrastructures numériques et se nourrissent du « déluge de données ». Le canular, pratiqué par les Grecs et les Romains, a traversé deux millénaires pour devenir un puissant outil d’influence et de manipulation.

Attention aux images qui circulent sur Alep Alors que les derniers combats se déroulent à Alep, qui sera sous peu retombée aux mains du régime syrien, les internautes, qu’ils soient pro-régime ou pro-rebelles, y vont ces derniers jours de leur désinformation sur les réseaux sociaux. Voici quatre exemples de fausses images qui circulent sur Internet. Depuis des jours, les habitants des quartiers orientaux d’Alep sont pris en étau dans la ville en ruines. Des civils postent des messages pour témoigner de la gravité de la situation, et montrer ce qu’il s’y passe. Les images réelles existent donc.

« Le boom de la robotique se rapproche » Anthony Remazeilles, spécialisé dans la robotique chirurgicale, raconte son parcours et décrypte les enjeux nés du développement des machines. A lire avant nos événements O21/ s’orienter au 21e siècle. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Diane Galbaud Anthony Remazeilles, 38 ans, traverse chaque jour la frontière espagnole pour préparer le monde de demain. Il conçoit des robots dans une entreprise de développement et de transfert de technologie basée à Saint-Sébastien, au Pays basque espagnol.

Facebook lance Editions pour répondre à Discover de Snapchat Au mois de Décembre 2016, une information faisait état de ce que Facebook s’apprêtait à lancer une fonctionnalité appelée “Collections” pour concurrencer Discover de Snapchat. Pour rappel, Discover est un espace où les éditeurs peuvent créer une édition spéciale de leurs contenus juste pour Snapchat. Même les vidéos à l’intérieur de la fonctionnalité Discover sont réalisées selon le format Snapchat. Maintenant, il semble que la propre réponse de Facebook à Discover est fin prête, et elle s’appelle Editions. Dans un post intitulé “Testons comment partager plusieurs Articles instantanés dans un post”, Facebook déclare : A partir du 12 janvier 2017, nous allons commencer à tester un moyen pour les éditeurs de regrouper plusieurs Instant Articles dans un post.Les éditeurs auront à sélectionner des articles et une photo de couverture ou une vidéo pour créer le package d’articles instantanés.

Peut-on répondre à la désinformation ? Depuis l’élection de Trump (voir nos deux précédents articles : « Trump : les 5 échecs des nouvelles technologies » et « Facebook, une entreprise politique ? »), la question de la propagation de fausses informations semble révéler d’une véritable crise de confiance dans notre système médiatique et politique, comme l’expliquait récemment le chercheur en science de l’information Olivier Ertzscheid. De partout, les esprits s’agitent pour tenter de trouver des réponses. Eli Pariser, celui qui a imaginé le concept de « bulles de filtres » tant mis en question ces dernières semaines, a ouvert un Google Doc pour recueillir des solutions. Le document fait désormais plus de 100 pages et Nicky Woolf, pour le Guardian, a tenté d’en faire la synthèse. Des solutions… concrètes ?

« Il faut réguler le marché de l'information sur Internet » La désinformation, qu'elle soit intentionnelle ou inconsciente, a trouvé avec Internet un puissant moyen d'amplification : des idées fausses se propagent massivement et influencent l'opinion publique, comme l'illustre en France la méfiance qui s'est installée vis-à-vis des vaccins. Le nouveau marché de l'information constitué par le Web et ses « réseaux sociaux » pose ainsi aux sociétés démocratiques un défi majeur. Il est essentiel de comprendre les rouages de ce marché si on veut l'améliorer. Mais comment ? Nous avons interrogé Gérald Bronner, sociologue de la croyance et des opinions, qui a notamment publié La Pensée extrême.

Fake news : l'engrenage infernal de la désinformation - Edgar Welch, 28 ans, parcourt plusieurs centaines de kilomètres en voiture depuis la Caroline du Nord jusqu'à Washington pour "mener sa propre enquête". Sur internet, il a lu que la pizzeria Comet Ping Pong de la capitale américaine abritait le QG de Hillary Clinton depuis lequel elle commanditerait un réseau pédophile. Le 4 décembre, c'est armé d'un fusil qu'il se présente dans l'établissement où il ouvre le feu, sans faire de blessés. Edgar Welch n'a pas réalisé qu'il s'agissait d'une rumeur complotiste, propagée du forum 4Chan aux faux sites d'informations en passant par les réseaux sociaux avec le mot-clé #pizzagate. L'incident est l'illustration paroxystique de l'effet toxique des rumeurs et fausses informations sur internet, ces fameuses fake news qui font désormais la une presque tous les jours. Guillaume Brossard, l'un des cofondateurs de Hoaxbuster.com, qui débusque ces fakes sur le web depuis 2000 explique:

#Veille : les innovations émergentes à suivre cette semaine au Kenya, au Japon, en Inde et en Ouganda Au plus près du terrain pour identifier les startups et capter les grandes tendances de l’innovation dans les pays émergents, StartupBRICS vous propose chaque semaine un mini tour du monde des dernières actualités qui ont animé ces écosystèmes en pleine accélération. Cette semaine dans le tour du monde StartupBRICS, on vous parle du rachat de MoneyGram par Ant Financial, du lancement d’UberHIRE en Inde et de Line Works au Japon, de la levée de fonds de BitPesa, mais aussi de Finnovation Africa 2017, et de l’expansion sud américaine de WeWork. CHINE – Alibaba rachète MoneyGram Ant Financial, la filiale d’Alibaba derrière Alipay, a annoncé le rachat de MoneyGram, la compagnie américaine de paiements, pour 880 millions de dollars. MoneyGram est un service qui s’occupe des transferts d’argent transfrontaliers dans près de 200 pays, et qui a déclaré être présent dans plus de 350 000 lieux à travers le monde.

Philippe Vion-Dury : "les algorithmes sont présents partout, au service d'une mondialisation désincarnée" Ancien journaliste de Rue89, Philippe Vion-Dury sera à Strasbourg jeudi soir pour évoquer avec Yann Bonnet, secrétaire général du Conseil national du numérique (CNNum), le rôle des algorithmes dans notre société connectée, une rencontre co-organisée par Le Shadok et Rue89 Strasbourg. Les algorithmes, ce sont des programmes qui filtrent, trient, mesurent ou quantifient nombre de données que nous envoyons à des services tels que Google ou Facebook, mais aussi aux banques, aux sociétés d’assurance, aux fabricants de téléviseurs, de voitures, etc. d’une manière plus ou moins consciente. Ils sont la cheville ouvrière, silencieuse et en constante amélioration, de tous les services que nous utilisons chaque jour. Dans un livre paru aux éditions Fyp, La Nouvelle Servitude Volontaire, Philippe Vion-Dury décortique ces mécanismes et pose la question de leur objectif.

Related: