background preloader

« L’innovation est un mythe »

« L’innovation est un mythe »
La lecture de l’économie via des cycles d’innovation est souvent une manière purement idéologique de légitimer des politiques libérales. Voir le document C’est ce que montre Edwin Mootoosamy, 28 ans, dans un texte stimulant [PDF], qui lui vaut d’être l’un des trois lauréats du Prix des Talents de la Recherche. Ce concours a été créé par Rue89 et Fabernovel Institute pour mettre en valeur de jeunes chercheurs dont les travaux permettent de mieux comprendre les transformations en cours dans notre société numérique. Pour prolonger la réflexion, on s’est retrouvés, avec Edwin Mootoosamy, dans l’ancienne concession automobile où il a installé son bureau. Rue89 : Tout le monde parle aujourd’hui d’innovation. Edwin Mootoosamy : En ce moment, effectivement, « l’innovation » pousse beaucoup d’acteurs à l’action (des grandes entreprises, des start-up, des écoles, même des politiques...) Qu’est-ce que ce glissement indique ? Edwin Mootoosamy - Mathieu Deslandes/Rue89 Oui, l’innovation est un mythe.

http://rue89.nouvelobs.com/2016/12/11/linnovation-est-mythe-265720

Related:  E1.1 - Quelles sont les sources de la croissance économique ?6.2.1 Economy theoryFutur du Travail

Contre l’innovation : de l’invisible importance de la maintenance Pour les historiens des technologies Lee Vinsel (@sts_news) et Andrew Russell (@russellprof), de l’Institut de technologie Stevens, le capitalisme excelle dans l’innovation, mais échoue à maintenir les infrastructures de la société. Or, pour la plupart d’entre nous, la maintenance des infrastructures et leur entretien est bien plus important que l’innovation expliquent-ils dans Aeon : assurer la continuité de nos infrastructures, leur entretien et leur amélioration est plus important que les changer. Si l’innovation est devenue l’idéologie dominante, une injonction permanente, force est de constater qu’elle peine, par nature, à se dépasser. Si elle sait construire à côté, repartir à zéro, elle peine à maintenir, à entretenir, à consolider les innovations passées, comme l’expliquait le chercheur Ethan Zucherman en défendant les infrastructures des transports publics contre l’avenir de la voiture autonome. L’innovation ne se résume pas à la technologie. L’ère des « mainteneurs »

Le prix Nobel d'économie 2016 attribué à deux spécialistes de la théorie des contrats L’académie suédoise a récompensé Oliver Hart (américano-britannique, professeur à Harvard) et Bengt Holmström (finlandais, professeur au MIT) pour leur travail sur la théorie des contrats et leurs efforts pour identifier les critères les plus pertinents de fixation de la rémunération des dirigeants. L’académie suédoise a résumé en ces termes la contribution des chercheurs à la pensée économique : « leur travail est une base intellectuelle pour la mise en œuvre de nouvelles politiques et institutions dans de nombreux domaines, du droit des faillites jusqu’aux Constitutions des Etats ». Ces deux économistes sont des pionniers de la théorie des contrats, un domaine dont ils sont des experts depuis la fin des années 70.

Couteaux Laguiole : victoire pour le village français contre les "contrefaçons" La commune de Laguiole (Aveyron), qui demandait à la justice de retrouver l'usage de son nom, a remporté une manche : la Cour de cassation a admis que seuls les couteaux fabriqués à Laguiole pouvaient se nommer ainsi. Cela fait des années que la commune se bat contre des "contrefaçons", des couteaux estampillés Laguiole mais fabriqués en réalité à l'étranger. La plus haute juridiction de l'ordre judiciaire a cassé l'arrêt de la cour d'appel de Paris d'avril 2014, qui avait estimé à l'époque que "le couteau Laguiole est un nom de couteau entré dans le langage courant sans lien direct évident avec la commune, celle-ci demeurant peu connue contrairement à ce qu'elle prétend".

Le temps de la finance 1 « Les marchés financiers » Politix, vol. 13, no 52, 2000 (le dossier comprend les articles d’Olivie (...) 1Les 20 et 21 avril 2000, dans les locaux de l’École des Mines à Paris, s’est tenue la première manifestation du publique d’un groupe de jeunes chercheurs regroupés autour de la thématique des « études sociales de la finance ». J’ai fait partie ce jour-là des « discutants » qu’ils avaient invités pour débattre avec eux. Les succès de l’équipe nationale de football favorisent-ils la croissance ? S’il est un sujet sur lequel les économistes ne s’accorderont sans doute jamais, c’est bien la question de l’impact sur la croissance d’une victoire en coupe du monde ou à l’Euro. Des chiffres allant de + 0,3 à + 0,7 % de croissance circulent dans les publications scientifiques et dans les media. D’autres études n’identifient aucun impact significatif et, s’il est parfois question d’impact négatif en cas de défaite, on ne trouve pas d’étude prédisant un effet dépressif sur la croissance en cas de victoire.

93 – Les quatre phases de l’économie Suite aux développements théoriques un peu aride des billets précédents, je propose à mes lecteurs de les illustrer brièvement à l’aide de mon expérience personnelle. La première phase de l’économie que j’ai connue est une phase de crises, traversée dans ma petite enfance: l’occupation allemande pendant la deuxième guerre mondiale. Mes parents habitaient à la lisière de Paris, près du bois de Boulogne. Huit grands chercheurs s'inquiètent des coupes budgétaires dans la recherche - France Est-ce que le gouvernement français donne réellement la priorité à la recherche ? C'était un engagement de campagne de François Hollande mais ce coup de canif envisagé dans le budget de la recherche soulève, une nouvelle fois, la question. 256 millions d'euros de crédits en moins, c'est plus d'un quart de l'effort demandé pour financer les dépenses nouvelles annoncées par l'exécutif depuis le début de l'année. Un effort qui retombe donc principalement sur le monde de la recherche.

Afrique : les bénéfices du système D... comme débrouille Dans les bidonvilles du Nigeria et du Burkina Faso, l'Américain Robert Neuwirth a étudié durant quatre années, non pas la pauvreté et la détresse des populations, mais leur aptitude à créer des richesses et des emplois. Le secteur informel est même un formidable facteur d'innovation, car il met à profit la débrouillardise (système D), l'inventivité, les compétences et les réseaux de relations. Il assure aussi la transmission des savoirs et la formation des jeunes. Sur les traces de Neuwirth, le film montre que, sous des dehors apparemment anarchiques, des structures bien organisées ont vu le jour. Et que cela marche.

Théorie de l'agence Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La théorie de l'agence ou dilemme de l'agence[1] est la branche de l'économie qui s'occupe des conséquences du problème principal-agent, en particulier à l'intérieur d'une même unité économique, administration ou entreprise. En tant que telle, elle constitue un domaine à cheval entre l'économie industrielle et la théorie des organisations. Michael C. Les robots intelligents arrivent, menaçant des millions d'emplois - L'Express Styles "Nous approchons du moment où les machines pourront surpasser les humains dans presque toutes les tâches", a prévenu Moshe Vardi, directeur de l'Institute for Information Technology à l'Université Rice au Texas. "La société doit se pencher sur cette question dès maintenant car si des robots font presque tout ce que nous faisons comme travail, qu'allons nous faire", s'est-il interrogé samedi aux côtés d'autres experts lors de la conférence annuelle de l'American Society for the Advancement of Science (AAAS) réunie à Washington. Pour le scientifique qui n'exclue pas la fin du travail humain, "la question est de savoir si l'économie mondiale peut s'adapter à un taux de chômage de plus de 50%". Aucune profession n'est à l'abri, pas même les travailleurs du sexe, a-t-il lancé. L'automatisation et la robotisation ont déjà bouleversé le secteur industriel ces 40 dernières années, dopant la productivité au détriment de l'emploi.

Marché biface Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Exemples[modifier | modifier le code] Dans la mesure où beaucoup de médias proposent à la fois un support publicitaire à des annonceurs et un contenu journalistique à des lecteurs, auditeurs ou autres téléspectateurs qu'il faut également séduire, on peut considérer qu'ils s'inscrivent sur un marché biface[1]. Comme beaucoup d'autres services d'intermédiation, la plateforme musicale iTunes[2], les agences immobilières, les services de petites annonces[3] peuvent également apparaître comme des plateformes bifaces. Définition[modifier | modifier le code]

Modèle Black-Scholes Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le terme de Black-Scholes est utilisé pour désigner deux concepts très proches : le modèle Black-Scholes ou modèle Black-Scholes-Merton qui est un modèle mathématique du marché pour une action, dans lequel le prix de l'action est un processus stochastique en temps continu ; par opposition au "modèle Cox Ross-Rubinstein" qui suit un processus stochastique en temps discret. (cf. les processus stochastiques sont des fonctions du temps aléatoires)l'équation Black-Scholes PDE (Partial Differential Equation) qui est l'équation satisfaite par le prix d'un dérivé d'un primitif.

Related: