background preloader

Stratégies d’apprentissage, poser les bonnes questions - Edupronet

Stratégies d’apprentissage, poser les bonnes questions - Edupronet
Un apprentissage efficace ne consiste pas juste dans l’accumulation de savoirs, il doit également permettre d’amener l’élève à réfléchir sur ces savoirs et aux meilleures stratégies d’apprentissage pour les acquérir. Pour mettre en place un enseignement efficace, tout enseignant doit apprendre aux élèves à apprendre. De manière simplifiée, chaque élève doit intégrer deux types de connaissances : celle du sujet concerné par le cours (par exemple les mathématiques, la langue ou l’histoire) et celle des stratégies d’apprentissage. Il est souvent facile pour un professeur, voire même pour un parent, de transmettre le premier type de connaissance, généralement à l’aide de dates, de théorèmes, de faits…Il est moins évident de traiter de l’acte d’apprentissage et des aspects « méta-cognitifs ». Nous allons voir d’une part qu’il est pertinent de réussir à apprendre aux élèves à apprendre ; et d’autre part comment mener l’élève à réfléchir sur ses propres apprentissages. Commentaires commentaires

http://edupronet.com/strategies-d-apprentissage-poser-les-bonnes-questions/

Related:  Apprendre à apprendre - Métacogniton, méthodologieMétacognitionApprendre à apprendre NeurosciencesapprendrePEDAGOGIE

Métacognition : des vidéos pour étendre ses connaissances sur son propre fonctionnement Le processus par lequel une personne prend conscience des stratégies qu’elle utilise pour apprendre est appelé Métacognition. En découvrant comment nous fonctionnons, nous avons plus de chances de pouvoir mettre en place des démarches mentales adaptées. Vous trouverez dans cet article de nombreuses vidéos pour accompagner les élèves en classe ou les enfants à la maison dans la découverte du cerveau et de son fonctionnement.Comprendre avec l'enfant son propre fonctionnement semble améliorer le processus d'apprentissage. S'efforcer de mettre des mots sur ses démarches lui permettra de s'éveiller à la conscience du "comment on s'y prend pour apprendre à faire cette chose". Ainsi, peu à peu s'élabore chez l'enfant une représentation détaillée des démarches mentales, des démarches affectives et des opérateurs, matières nécessaires à l'exercice de la compétence. Son apprentissage se construit ainsi sous ses propres yeux et prend sens pour lui (source: Programme Intégré, FédEFoC).

Partir des représentations des élèves - Enquête sur Educpros De manière générique, on pourrait proposer la méthode suivante, par exemple, pour construire la définition d’un carré à partir de ses caractéristiques essentielles : – proposer des possibles à partir d’un corpus d’exemples : – rechercher les attributs du concept (taille, nombre de coins, degrés des angles, couleurs, volume…) ; – rechercher la cohérence ; – approfondir le concept de carré ; – procéder à la vérification. Tips et tops pour mieux apprendre et enseigner Par ElenaXLII La main à la pâte reçu une belle visite : Philippe Nicolas « enseignant-trappeur », ses complices Mme Marguerite Loth et M. René Schild, PDG, de l’entreprise KSB. Et un accompagnateur d’exception: Jacques Moreau, scientifique, biologiste, explorateur polaire, … Ils ont débarqué avec une maquette géante de Gennevilliers, de la glace, beaucoup d’enthousiasme et… leurs projets de « saventure » … Lire la suite L’aventure des glaces

L’illusion de maîtrise, un danger pour l’apprentissage Nous pensons être de très bons juges en ce qui concerne l'efficacité de nos apprentissages et notre niveau de maîtrise des connaissances [1]. Pourtant, il nous arrive souvent de ne pas être capable de réexpliquer une notion lors d’une conversation alors que nous étions certains d’en maîtriser le sens. Cette situation montre que nous pouvons être sujet à des illusions de maîtrise, c’est à dire “croire savoir”. Mais d’où vient cette discordance entre l’impression de savoir et le fait de savoir vraiment ? La métacognition,qui peut se définir comme la capacité à être conscient de nos propres pensées, est également à l’œuvre lorsque nous apprenons de nouvelles informations ou que nous révisons un cours.

Revue sticef.org Roger NKambou*, Élisabeth Delozanne**, Claude Frasson*** *Université du Québec à Montréal, **CRIP5, Paris, ***Université de Montréal Les émotions jouent un rôle prépondérant dans le contexte social aussi bien en communication orale que non-verbale. Leur perception étant multimodale, l’aptitude d’un interlocuteur à les identifier à travers une variété de comportements tels que les mouvements du visage, les gestes, le discours, constituent une base essentielle pour l’initiation de ses propres actions et réponses car le jugement et la prise de décision sont influencés par l’humeur, les sentiments, et autres mécanismes facilitant l'adaptation humaine et l'intégration sociale. Dans une activité aussi sociale et cognitive que l'apprentissage, la communication est un aspect primordial et sa qualité implique autant des aspects intellectuels que socio-émotionnels.

Intelligences Accueil > Dossiers et articles > Intelligences Qu'il est difficile de définir de manière univoque ce qu'est l'intelligence ! La notion a en effet beaucoup évolué avec le temps. Retenons pourtant deux éléments essentiels : c'est grâce à notre intelligence que l'on comprend, puis que l'on produit quelque chose à partir de ce que l'on a compris. Mais comprendre quoi ? Personne n'est expert dans tous les domaines et personne n'est en capacité de tout comprendre. La pratique réflexive comme outil de développement professionnel Pour optimiser le développement professionnel du personnel scolaire et ainsi favoriser la réussite des élèves, il importe que les enseignants adoptent une posture réflexive et critique à l’égard de leur pratique. Le RIRE vous propose un aperçu de cette stratégie qu’est la pratique réflexive, qui peut être présentée aux enseignants par l’entremise d’un accompagnateur pour faciliter son appropriation dans les milieux scolaires. L’information présentée est tirée des textes de référence du site Web École et Stratégies, créé pour accompagner les milieux scolaires dans l’adoption de nouvelles pratiques issues des résultats de la recherche. [Si vous utilisez un appareil mobile, cliquez ici]

Sciences cognitives à l'Ecole: attention aux neuromythes Le cerveau est l’un des systèmes les plus complexes de l’univers, dont la compréhension s’amorce à pas lents, en dépit du travail considérable de recherche scientifique, qui s’effectue selon des règles expérimentales strictes : hypothèses, panels significatifs, paramètres isolés, groupes témoins, résultats corroborés.Or, qui n’est pas tenté de parler de son cerveau, du cerveau ? Des impressions et ressentis parfois trompeurs qui occultent derrière des affirmations simplistes une réalité complexe.L’enjeu actuel est trop grand dans le monde de l’éducation, l’attractivité que présentent les neurosciences est trop forte, pour ne pas tomber dans ces croyances imprécises ou erronées, et pour exiger de soi-même une attitude de vigilance et de rigueur de connaissances. Chassons les fausses rumeurs et autres neuromythes. Développement Les enseignants et les formateurs ont la responsabilité première d’intervenir sur la plasticité cérébrale des apprenants.

De la question des devoirs à l’apprentissage de l'autonomie dans le travail personnel, pistes et ressources pour la formation Sommaire Ce texte s'appuie sur la modélisation conçue par le centre Alain-Savary présentée dans le document "Concevoir des formations pour aider les enseignants à faire réussir tous les élèves", et notamment sur les cinq directions proposées pour concevoir la formation continue : Prendre conscience des inégalités générées par les devoirs à la maison et des ruptures didactiques entre les différents espaces/temps du travail personnel Historiquement, la question des devoirs se pose dans le cadre d’une institution scolaire marquée traditionnellement par une division du travail : le temps du cours où le professeur enseigne et le temps de l’étude où l’élève apprend. communes et les structures associatives. La plupart des enseignants ont parfaitement conscience que les devoirs à la maison posent des problèmes du point de vue de l’égalité des élèves.

Ecole changer de cap! Professeur des universités en sciences de l’éducation à l’Institut Universitaire de Formation des Maîtres de l’Université Montpellier 2, Daniel Favre a été neurobiologiste de 1975 à 1990. Au cours de son activité de recherche en neurosciences, centrée sur l’étude de la neuroplasticité, il a directement contribué à développer et à valider plusieurs concepts scientifiques : la compétition, au cours du développement, des fibres nerveuses entre elles ; la transformation des contacts synaptiques ; la corrélation existant entre la différenciation cellulaire des cellules sensorielles et la présence et le développement de leur innervation ; la corrélation existant entre la dédifférenciation cellulaire des cellules sensorielles et la disparition de leur innervation… De ces années de recherches en neurobiologie ressortent quelques idées-forces. Le cerveau serait-il plus “éducable” que les premiers neurobiologistes ne l’avaient estimé ? D. D.

Related: