background preloader

NYC Protest for World Revolution

https://occupywallst.org/

Related:  Freedom and true Democracy

Manifestations contre la crise: 400 arrestations à New York Quelque 400 personnes ont été arrêtées samedi à New York parce qu'elles bloquaient la circulation sur le pont de Brooklyn, provoquant sa fermeture, pour protester contre les effets de la crise économique, a annoncé la police. Des manifestants "ont bloqué pendant deux heures la circulation sur le pont de Brooklyn, en direction de Brooklyn", a expliqué dans la soirée un porte-parole de la police new-yorkaise. "Il y a eu environ 400 personnes arrêtées. Certaines ont été relâchées après quelques heures, d'autres resteront un jour" en cellule, a-t-il précisé.

Pourquoi les médias américains surmédiatisent les « Indignés » Il fallait le dire, et c’est dit : les médias US en font des louches, avec le mouvement « Occupy Wall Street ». C’est Corine Lesnes, correspondante du Monde à Washington, qui souligne la surmédiatisation du mouvement, et elle a sans doute raison. Reste à expliquer cette paradoxale idylle, entre le système médiatique et « Occupy Wall Street » en particulier, et le mouvement des « indignés » en général. La fin du consensus autour du libéralisme ? Le monde contre Wall Street 482,400 ont signé. Allons jusqu'à 1,000,000 Mise à jour: il y a plus d'un mois Visionnez ci-dessus la vidéo en direct de l'occupation de Wall Street! Lettre ouverte à Wall Street - Finance Avant toute chose, je voudrais m’excuser pour le désordre devant vos bureaux. Cela fait trois semaines que tous ces hippies et ces punks, ces étudiants et ces syndicalistes, ces mères qui travaillent et ces pères célibataires, ces pilotes de ligne et ces enseignants, ces employés de magasin et ces militaires, ces victimes de saisie ont décidé de camper sur votre gazon. Et je suis sûr que cela a été un désagrément pour vous. Comment quelqu’un peut-il dépenser ses énormes bonus pratiquement non taxés dans un café double crème et un rail de coke, avec toute cette cohue bloquant les trottoirs ? Pas vrai ?

Slavoj Zizek @ Liberty Place / Occupy Wall Street (3) Ce jour, en France, pas de devenir annoncé faute de loi assez forte pour maintenir la liberté d’expression d’informer en permanence sur la voie publique, contre l’illégitime engagement des accords franco-allemands sur le sauvetage monétaire et financier de l’Europe sans règlementation des banques, qui anticipent le renouvellement de la prochaine présidence pour la rendre impuissante aux dépens des ressources vitales des citoyens : les "indignés" sont radicalement réprimés sur la voie publique, qu’il s’agisse d’information à l’entrée des magasins ou sur les trottoirs ; seules les organisations peuvent obtenir le droit de manifester, pas les individus. Première partie [ Début raccord selon Impose Magazine — * lien source des logos en Post Scriptum : Ils disent que tous nous sommes des perdants, mais les véritables perdants sont là-bas à Wall Street. Ils ont été renfloués par milliards avec notre argent.

15-O, première protestation globale (Miradas al Sur) par Roberto Montoya La révolte transnationale est maintenant là . Le samedi s’est écouté son cri de l’Amérique à l’Asie et l’Océanie, de l’Europe à l’Afrique et au Moyen-Orient : ça suffit maintenant ! (Basta ya !). La révolution éthique, la protestation des indignés, la demande d’une démocratie réelle, ont pris corps et se sont fait sentir dans tout le monde. Occupons Wall Street pendant des années s'il le faut Figure de proue de la gauche américaine, Naomi Klein s'est adressée le 6 octobre aux "indignés" américains rassemblés à New York. Ce mouvement est "la chose la plus importante au monde", a-t-elle notamment affirmé. Extraits. Je vous aime. Et je ne dis pas ça pour que vous soyez des centaines à me crier : "Je t'aime".

Ce qui manque aux indignés par Caleb IRRI Ce samedi 15 octobre s’est déroulée la "journée planétaire des indignés". Sans appel ni de la part des syndicats ni de celle des partis politiques, elle fut organisée dans plus de 85 pays, et plus de 1000 villes à travers le monde, réunissant tout de même au total plusieurs centaines de milliers de personnes réclamant une "véritable démocratie" . Cette mobilisation, assez unique en son genre, ne peut pourtant pas être considérée comme une victoire, car elle n’a malheureusement pas atteint ses objectifs : les 99 % d’indignés que doit compter le monde n’étaient pas encore au rendez-vous, et loin s’en faut.

Indignation moyenne Depuis les premières manifestations du mouvement social dit des « Indignés », en mai 2011 à Madrid, les grands médias nous ont tenus informés des évolutions de ce mouvement à mesure qu’il s’est propagé de l’Espagne aux autres pays européens comme la Grèce, l’Italie ou la France, mais aussi en Israël ou au Chili, et même, tout dernièrement, aux États-Unis (« Occupons Wall Street »). De cette masse abondante d’informations et de commentaires privilégiant le pittoresque et l’émotionnel, quelques traits essentiels ressortent qui, dans leur ensemble, donnent à cette mobilisation une physionomie à la fois ambiguë et révélatrice. Évidemment, le fait même que tous les participants de ce mouvement se proclament « indignés » suffirait à montrer qu’ils entendent manifester leur mécontentement. Mais, dira-t-on, il n’en demeure pas moins que l’état psychologique et moral d’une population est une variable de grande importance d’un point de vue politique. Alain Accardo

Le retour des luttes d'émancipation Pour toutes sortes de raisons le mouvement des indignés ne semble pas prendre pour l'instant en France. C'est pourtant de là que l'impulsion initiale est partie, à la grande surprise du merveilleux Stéphane Hessel qui n'y est pas pour grand chose et a dû essuyer par ici de nombreuses critiques injustifiées. Ce n'est pas si grave et n'empêchera pas ce premier mouvement révolutionnaire mondial d'être irréversible et de marquer le retour des luttes d'émancipation après des années de soumission à l'économisme le plus sordide. Bien que le caractère social des revendications soit manifeste, facteur premier des mobilisations, il faut insister sur le fait que ce ne sont pas simplement des revendications matérielles et des luttes catégorielles mais tout autant des luttes d'émancipation qui visent à étendre les droits de l'individu contre le système et se libérer de la dictature économique (ce qui n'est certes pas une mince affaire mais prend avec la crise un sens très tangible).

Related:  OccupyUSA Central SourcesOWS WebsitesjscheunemannFreeWorldfenela