background preloader

« Les neurosciences au cœur de la classe »

« Les neurosciences au cœur de la classe »
Mieux connaître le fonctionnement du cerveau Depuis quelque temps, je jette un œil à ce que les neurosciences peuvent apporter à l’éducation. « Est-il imaginable que tous les profs et les élèves ne connaissent pas le mode de fonctionnement d’un outil qu’ils utilisent en permanence et de façon intensive ? » Pour Eric Gaspar (prof de maths en lycée, auteur de Explose ton score au collège, les astuces du cerveau pour apprendre et mémoriser, pas encore lu mais ça ne devrait tarder), la réponse est évidemment non, et il montre combien il est utile de mieux connaître le fonctionnement du cerveau afin de mieux enseigner. Trois constats utiles pour les pédagogues que nous sommes : Former des groupes de façon hétérogènede façon homogèneau hasardpar amitiépar proximitépar centres d’intérêt On voit ici que les possibilités sont multiples, suivant ce que l’on cherche à faire et à créer entre les élèves. Ces pistes viennent structurer le livret d’exercices destinés aux élèves. Commentaires commentaires

http://www.lepetitjournaldesprofs.com/blog/2016/11/29/les-neurosciences-au-coeur-de-la-classe/

Related:  MétierIntelligences multiples et NeurosciencesNeurosciencesEducation prioritairechpadova

Nipédu 64 : Neurosciences Éducatives Pour ce numéro 64 on se laisse emporter dans les arcanes passionnantes des neurosciences éducatives avec Pascale Toscani, Baptite Melgarejo et Laurent Bescond. Merci à Laurent Pironnet pour le montage de l’épisode ! Nipédu, le podcast qui parle #école, #éducation et #numérique, animé par un prof des écoles, Régis Forgione (@profdesecoles), un formateur, Fabien Hobart (@Karabasse77 ) et un inspecteur, Nicolas Durupt (@nicdurupt) 4 piliers de l'apprentissage d'après les neurosciences D’après Stanislas Dehaene, psychologue cognitif, neuroscientifique et professeur au Collège de France, les neurosciences cognitives ont identifié au moins quatre facteurs qui déterminent la vitesse et la facilité d’apprentissage. 1. L’attention Le rôle de l’attention et ses pièges

Roland Goigoux : quels savoirs utiles aux formateurs Roland Goigoux résume ici en une heure les quatorze heures de cours qu’il assure dans le master de formation de formateurs de Clermont. (ESPE Clermont Auvergne et laboratoire ACTé), conférence faite devant les candidats au CAFIPEMF et CAFFA (diplômes formateurs premier et second degré). Le texte ci-dessous résume son propos, selon le découpage présenté. Des stratégies pour favoriser la métacognition et la conscience de soi chez les élèves La recherche montre que les habiletés métacognitives se développent considérablement entre 12 et 15 ans. Comment favoriser le développement de ces habiletés chez les élèves? Cet article de la psychologue, chercheuse et auteure Marilyn Price-Mitchell porte sur la conscience de soi et la façon dont cette conscience est liée aux habiletés métacognitives. La conscience de soi, associée au système paralimbique du cerveau, permet à l’individu d’ajuster ses conceptions du monde ; sa conception de soi et des personnes qui l’entourent.

Les intelligences multiples « Aider l’élève handicapé ou en difficulté d’adaptation ou d’apprentissage à réussir sur les plans de l’instruction, de la socialisation et de la qualification. À cette fin, accepter que cette réussite éducative puisse se traduire différemment selon les capacités et les besoins des élèves, se donner les moyens qui favorisent cette réussite et en assurer la reconnaissance ». source : Une école adaptée à tous ses élèves, Politique de l’adaptation scolaire, MEQ, p. 17 À partir de cette orientation de la Direction de l’Adaptation Scolaire et des Services Complémentaires, il devient essentiel de se doter de moyens concrets de différenciation . La théorie des intelligences multiples présente un type de différenciation qui peut servir de point de repère pour la compétence transversale du Programme de formation qui est Exploiter efficacement les technologies de l’information et de la communication . Nous vous remercions de votre collaboration.

Les 4 piliers de l'apprentissage d'après les neurosciences D’après Stanislas Dehaene, psychologue cognitif, neuroscientifique et professeur au Collège de France, les neurosciences cognitives ont identifié au moins quatre facteurs qui déterminent la vitesse et la facilité d’apprentissage. 1. L’attention Parcours "Relations École-Famille, enseignant(s)-parent(s)" Un collectif d’école, de collège, de cycle, REP, interdegré. Peuvent être concernés : enseignant, directeur, maitre surnuméraire, membre du RASED, coordonnateur de REP, chef d’établissement, personnel administratif, gardien, CPE, assistant d’éducation, assistant pédagogique, assistant vie scolaire, assistant social, infirmier, partenaires. Dans l’intérêt de la scolarité des enfants et des jeunes, améliorer les relations avec les parents grâce à des dispositifs adaptés et des gestes professionnels appropriés. Objectifs :

Les guérisseurs du 20e siècle Les Philippines Un peu d’histoire Les Philippines sont un archipel de près de sept mille îles, situé aux confins de la mer de Chine, dans un triangle qui pourrait se situer entre l'Australie, la Chine et le Viêtnam. Quatre cents ans d'occupation espagnole y ont laissé une foi intense; en effet, près de 90 % de la population est de religion catholique, ce qui est tout à fait exceptionnel en Asie. Quarante ans d'occupation américaine ensuite ont fait que l'anglais reste malgré tout la seule langue commune aux Philippines, puisque le tagalog, langue nationale, n'est parlé que par un peu plus de 7 millions de personnes; l'ensemble de la population (50 millions d'habitants) parlant près de 55 langues et 142 dialectes différents, les communications, même entre Philippins, sont parfois un peu difficiles. L’origine de l’imposition des mains parfois appelé « soins psychiques »

Cerveau, apprentissage et enseignement Il y a quelques années, la pertinence de s’intéresser au cerveau en éducation était plutôt limitée. Intuitivement, les chercheurs, les enseignants et les autres intervenants du milieu de l’éducation se doutaient bien de l’existence d’un lien important et profond entre le cerveau et les apprentissages scolaires. Cependant, ce lien n’était ni clair ni appuyé sur des connaissances scientifiques solides, ce qui rendait les retombées éducatives des recherches sur le cerveau somme toute peu nombreuses et fragiles. Aujourd’hui, par contre, grâce aux avancées considérables de l’imagerie cérébrale et des neurosciences en général, cette situation a considérablement changé. Dans cet article, nous présentons trois grandes découvertes qui permettent non seulement d’établir des ponts plus solides entre le cerveau et l’éducation, mais aussi d’appuyer l’hypothèse selon laquelle mieux connaître le cerveau des élèves peut nous aider à mieux leur enseigner. Mieux connaître le cerveau pour mieux enseigner

7 principes éducatifs validés par les neurosciences 1. La période 0/5 ans La plasticité neuronale pendant la période 0/5 ans permet d’incarner le vivant sans efforts, juste en le vivant. C’est ce que Maria Montessori appelle l’esprit absorbant. La période 0/5 ans constitue donc une fenêtre d’opportunités à saisir, comme le démontre cette vidéo :

Related: