background preloader

Fausses informations en ligne : les adolescents « facilement dupés », selon une étude

Fausses informations en ligne : les adolescents « facilement dupés », selon une étude
Des chercheurs de l’université de Stanford qualifient la capacité de raisonnement des jeunes sur l’information en ligne de « désolante », étude à l’appui. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Alors que la question des fausses informations circulant en ligne a fait l’objet d’une polémique après l’élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, l’université de Stanford (Californie) a publié, mardi 22 novembre, le résumé d’une étude à paraître sur le niveau de vigilance des adolescents et des jeunes adultes en la matière ; elle a été relayée par le Wall Street Journal. Constat : les ceux-ci sont rarement capables de distinguer le vrai du faux. Lire aussi : Le constat d’un auteur de fausses infos sur Facebook : « Personne ne vérifie. C’est effrayant » L’image comme preuve Pour parvenir à cette conclusion sévère, les chercheurs ont donné une série d’exercices à des jeunes gens, avec un niveau de difficulté différent selon les classes d’âge. Un enjeu important

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2016/11/23/fausses-informations-en-ligne-les-adolescents-facilement-dupes-selon-une-etude_5036468_4408996.html

Related:  Désinformation, rumeur, théorie du complot,Rumeurs, fausses informations, intoxfausse infosThéorie du complot et fausses informationsEPI Presse

Facebook, faux ami de la démocratie Aux Etats-Unis comme en France, les internautes se déchirent sur le réseau social le plus fréquenté du monde. Ce forum, géré par un algorithme qui se dit « agnostique », est-il capable de susciter un vrai débat ? Quand Susanna Lazarus s’est éveillée, ce vendredi 24 juin, et qu’elle a allumé la télévision, la stupeur l’a envahie. Son pays, le Royaume-Uni, venait de choisir de quitter l’Union européenne, à près de 52 %.

Politique post-vérité ou journalisme post-politique ?, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 22 novembre 2016) Un système qui, le lendemain de l’élection de Donald Trump, fait commenter l’événement par Christine Ockrent — sur France Culture… — et le surlendemain par BHL interviewé par Aphatie, n’est pas seulement aussi absurde qu’un problème qui voudrait donner des solutions : c’est un système mort. On ne s’étonnera pas que le thème des morts-vivants connaisse un tel regain d’intérêt dans les séries ou dans les films : c’est l’époque qui se représente en eux, et c’est peut-être bien le sentiment confus de cette époque, à la fois déjà morte et encore vivante, qui travaille secrètement les sensibilités pour leur faire apparaître le zombie comme le personnage le plus parlant du moment. Les morts-vivants Lire aussi Miguel Urban, « Crépuscule de l’“extrême centre” », Le Monde diplomatique, novembre 2016.

Bientôt, chaque "like" sur Facebook vous coûtera 10 centimes Ça a marché, vous avez cliqué ! Autant vous prévenir tout de suite, le titre de cet article est 100% faux. Pourtant, ça ne l'empêcherait sans doute pas d'être abondamment partagé sur les réseaux sociaux. Après l'élection de Donald Trump, une polémique a éclaté sur l'influence des informations fantaisistes circulant en ligne. "Je pense qu'il est à la Maison Blanche à cause de moi", s'est ainsi flagellé Paul Horner, 38 ans, créateur de faux sites d'information. Il pense avoir influencé l'opinion de millions d'Américains avec ses articles inventés de toutes pièces et relayés sur les réseaux sociaux.

La presse sous influence? La France est passée de la 38ème à la 45ème place au classement mondial sur la liberté de la presse publié chaque année par Reporters sans frontières La faute notamment à la loi sur le renseignement adoptée l’an dernier dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. Mais c’est surtout la prise de contrôle des médias par de grands industriels ou banquiers qui explique ce classement peu reluisant. L’hebdomadaire Le un ouvre aujourd’hui l’épineux dossier de l’indépendance de la presse. Les grands patrons ont investi dans les journaux pour s’acheter de la notoriété et de l’influence, « ce qui est bon pour les affaires et dans les rapports avec les politiques », rappelle Patrick Eveno. C’est pourtant leur raison d’être, la contribution argumentée aux débats dans l’espace public

Youtube : une nouvelle culture populaire ? Cet article à été initialement diffusé dans le numéro de décembre du journal Epicure (version collège en page 12 et version lycée en page 7) Créé en 2005, YouTube est une plateforme de découverte, de visionnage et de partage de vidéos, mais c’est aussi un lieu d’échanges par l’intermédiaire des commentaires. On y trouve tout type de contenus, tantôt institutionnels, tantôt créations amateurs, du plus sérieux au plus farfelu voire faux (hoax). Qui sont ces individus qui se mettent en scène dans des vidéos ? Peur (incertitude et doute) sur les internets. <Postulat de départ et précaution oratoire> J'aime les internets. Les internets moi je leur dis cœur avec les doigts. Non parce que bon à force on va croire que mais en fait non pas du tout. </Postulat de départ et précaution oratoire>

franceinfo junior. Comment les fausses informations circulent-elles ? Le vote des électeurs a-t-il été influencé par les fausses informations diffusées lors de l'élection américaine ? Ont-elles eu un impact sur le comportement des électeurs ? C'est ce que certains affirment, y compris l'un des auteurs de ces infos bidons. Illuminati et autres théories du complot : pourquoi ces croyances ont-elles autant de succès ? Un complot politico-financier, piloté depuis les salles obscures du Pentagone ou de la Commission européenne. Une secte ancestrale, au service de l'Antéchrist, qui tente de contrôler les esprits à coups de messages subliminaux, dans les films, la musique ou les produits de consommation. En bref, des puissants mal intentionnés qui secrètement détiennent le pouvoir, partout dans le monde. Popularisés par le best-seller de Dan Brown, Anges et démons, en 2000, les Illuminati, sorte de société secrète des puissants dont le but serait de diriger le monde, suscitent tous les fantasmes.

Trump et les manifestants, ou comment une fausse information tweetée devient crédible Une fausse information partie d’un compte avec 40 followers est arrivée, en quelques heures, à celui du président des Etats-Unis, en passant par la « blogosphère ultrapartisane ». LE MONDE | • Mis à jour le | Par Luc Vinogradoff Comment une « fausse » information – un objet écrit, visuel ou sonore – totalement ou partiellement inexacte devient-elle une « vraie » information aux yeux de ceux qui tombent dessus en ligne ? Pour l’expliquer, on peut se contenter d’un poncif, dire que les gens sont « bêtes » ou « qu’ils ne vérifient pas » et en rester là.

Voici comment les jeunes français consomment de l'information sur Facebook Facebook est devenu un lieu central des activités culturelles, informationnelles et communicationnelles sur internet. Au troisième trimestre 2016, d’après les chiffres communiqués par Facebook, il y aurait 30 millions d’utilisateurs actifs mensuels en France dont 24 millions sur le mobile (et 20 millions d’utilisateurs actifs quotidiens). De quoi encourager institutions, associations et médias à l’investir pour y promouvoir et y véhiculer les contenus qu’elles produisent.

Fake news : peut-on répondre à la désinformation Depuis l’élection de Trump (voir nos deux précédents articles : « Trump : les 5 échecs des nouvelles technologies » et « Facebook, une entreprise politique ? »), la question de la propagation de fausses informations semble révéler d’une véritable crise de confiance dans notre système médiatique et politique, comme l’expliquait récemment le chercheur en science de l’information Olivier Ertzscheid. De partout, les esprits s’agitent pour tenter de trouver des réponses. Cet outil permet de cartographier la diffusion des fausses informations Les fausses informations, les nouvelles sensationnalistes et les mensonges flagrants déguisés en écrits journalistiques ont hélas été l'un des thèmes majeurs cette année. Récemment, Facebook a décidé d'intervenir pour stopper leur leur propagation - cela fait pourtant des années déjà que des universitaires et data journalists travaillent sur les liens entre viralité et désinformation, composent des guides pour aider les étudiants à adopter une démarche sceptique, ou programment des extensions de navigateur afin d'étiqueter les fausses informations. Un nouvel outil appelé Hoaxy s'apparente à cette démarche participative qui vise à épingler le bullshit quotidien de manière systématique.

Sites d'infaux ; humour, réflexion, pédagogie Pourquoi créer un site d’infaux ? Cette question a été maintes et maintes fois posée, que ce soit directement (mails d’internautes et discussions privées) ou indirectement (remarques sur des sites extérieurs, messages sur des forums de discussion, etc.). Nous allons tenter de vous répondre le plus précisément possible sur l’origine et les objectifs de notre site. 1) Ne pas mélanger site d’information satirique/parodique et site de désinformation Actubis consiste en un ensemble de 2 sites d’informations satiriques et parodiques où clairement, tout est inventé pour répondre à un but humoristique … mais également réflexif et pédagogique comme je l’expliquerai juste après.

Fake News : beaucoup de collégiens et étudiants américains ne font pas la différence Depuis l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, il est beaucoup question de fake news, ces fausses informations à des fins de propagande, souvent pour discréditer le camp adverse, diffusées sur les réseaux sociaux et prenant l'apparence d'informations légitimes pour se glisser dans les flux d'actualité des utilisateurs des réseaux sociaux qui les partagent ensuite, créant une forme de propagande virale. Google et Facebook sont sous le feu des critiques pour leur manque de réaction et de moyens de protection vis à vis d'un procédé que le président sortant Barack Obama a qualifié de "danger pour la démocratie" dans la mesure où ces fake news peuvent influencer l'électorat en diffusant des informations erronées ne cherchant qu'à susciter une émotion de rejet ou de sidération pour discréditer l'adversaire. Mark Zuckerberg, patron de Facebook, a défendu sa plate-forme en affirmant qu'elle diffusait très peu de fausses informations. Source : Buzzfeed News

Related:  Internet