background preloader

L'autisme : une différence plus qu'une maladie ?

L'autisme : une différence plus qu'une maladie ?

https://www.franceculture.fr/conferences/ecole-normale-superieure/lautisme-une-difference-plus-quune-maladie

Related:  AUTISME - TDAH -DYSPsyCerveau - neurosciences`test 1029

Mon droit de réponse au Professeur Bernard Golse Souvenez-vous, en 1986, le nuage de Tchernobyl se serait officiellement arrêté net à la frontière de notre pays… On sait désormais que la contamination a été sérieuse dans tout l'est de la France. En revanche, affirmer que notre pays est un des derniers à subir l’influence de la psychanalyse à tous les niveaux, notamment dans le corps psychiatrique, sur la question de l’autisme en particulier, ne relève pas de la fiction. Son influence culturelle a pourtant totalement disparu en dehors de nos frontières dans bien des domaines. Laurent Mottron, professeur de psychiatrie, clinicien et titulaire de la chaire de neurosciences cognitives de l’autisme à l’Université de Montréal, écrivait dans un article du Monde, en mars 2012 : « La psychanalyse n’a rien à dire ni à faire avec l’autisme.

”Une addiction sans drogue”: des anorexiques racontent leur souffrance Arte a sillonné l'Europe, de Bucarest à Milan en passant par Aix-la-Chapelle et Nice, pour rassembler les témoignages de patientes atteintes d'anorexie pour réaliser le documentaire d'une heure et demi "Chère anorexie", réalisé par Judith Du Pasquier en 2015 et en libre accès jusqu'au 7 septembre 2018. Pathologie souvent fatale, les jeunes femmes racontent le calvaire et l'addiction qu'elles ont vécus et lèvent le voile sur une maladie encore difficile à saisir et à soigner. "J'avais l'impression d'être intense. Vivante. Comme si j'étais droguée."

Pendant que nous dormons, notre cerveau travaille Une intuition répandue veut que le cerveau soit comme isolé pendant le sommeil et perde de sa sensibilité au monde extérieur. Cependant, tant nos expériences de la vie quotidienne que de récentes découvertes scientifiques mettent en difficulté cette idée. Comment expliquer par exemple que nous puissions nous réveiller plus facilement en entendant notre prénom ou un autre bruit particulièrement significatif comme une alarme de réveil ou une alarme incendie, si le cerveau dormant n’est pas sensible à cette information et capable de la reconnaître comme importante ? Dans une étude parue l’an dernier dans la revue Current Biology, nous avons entrepris d’aller plus loin dans la mise en évidence de traitements sophistiqués effectués par le cerveau pendant le sommeil. Nous avons pu montrer que non seulement une information auditive complexe pouvait être traitée par le cerveau, mais que cette information pouvait être utilisée pour prendre une décision, à l’instar de l’éveil. Classer des mots

Six règles pour régénérer son cerveau Nous avons tous le potentiel de régénérer notre cerveau, à tout âge. Seulement il y a des conditions à respecter pour que cette fontaine de jouvence puisse jaillir, comme le montre la recherche sur les animaux. Prenez une souris dans un élevage standard et placez-la dans une cage dépourvue de congénères, aseptisée, avec une nourriture invariante, sans objets à découvrir au cours de ses explorations. En gros l’enfer et la prison, dans sa vie de souris. Et si l’hyperactivité n’existait pas ? Publié le 23 février 2015 par Marie-Pierre Genecand sur le site « Le Temps ». Lien vers l’article original : ici Le psychiatre français Patrick Landman dénonce l’épidémie d’hyperactivité. Psychiatrie : « Il est possible de soigner mieux en enfermant moins » Dans une tribune au « Monde », Adeline Hazan, contrôleure générale des lieux de privation de liberté, plaide, alors que l’hôpital public est en crise, pour une remise en question de la « culture de l’enfermement ». LE MONDE | 17.09.2018 à 06h24 • Mis à jour le 17.09.2018 à 10h48 | Par Adeline Hazan (Contrôleure générale des lieux de privation de liberté) Tribune. La psychiatrie vit aujourd’hui une grave crise, comme en témoignent les mouvements sociaux en cours dans plusieurs hôpitaux.

Les quatre piliers de l'apprentissage, ou ce que nous disent les neurosciences L’enfant est doté d’intuitions profondes en matière de repérage sensoriel du nombre. Avant tout apprentissage formel de la numération, il évalue et anticipe les quantités. Apprendre à compter puis à calculer équivaudrait à tout simplement tirer parti de ces circuits préexistants, et, grâce à leur plasticité, à les recycler. L’apprentissage formel de l’arithmétique se « greffe » sur le « sens du nombre » présent chez l’enfant, et sollicite la même zone cérébrale. Le maître-mot, alors, est la plasticité cérébrale. Car c’est précisément ce qui nous permet d’apprendre.

intuition-le-cerveau-en-roue-libre_104367 NUMÉRIQUE. Article extrait du n°827 de Sciences et Avenir. Pour en savoir plus, se référer à l'encadré de bas de page. INTUITION. En réunion, la situation est bloquée : personne ne trouve la solution pour sortir de la crise. Programme TEACCH - Méthodes éducatives - Un handicap plus fréquent qu'on ne le pense Généralités et philosophie de la méthode La méthode TEACCH (Treatment and Education of Autistic and related Communication Handicapped Children, ou Traitement et éducation des enfants autistes ou souffrant de handicaps de communication apparentés) a été élaborée en 1971 par Eric Schopler et ses collaborateurs de l’Université de Chapel Hill en Caroline du Nord. Son but est de développer l’autonomie de la personne autiste à tous les niveaux et de fournir des stratégies pour la soutenir dans son milieu familial et scolaire, sa communauté ou son environnement social. La méthode est basée sur les principes suivants

Les voix de Juliette — Oui. Juliette Soucy a 15 ans, nous sommes seules dans la pièce. Elle entend les voix de deux hommes. Constamment. Mais, contrairement à avant, elle ne distingue plus ce qu’ils disent. Ils n’ont plus d’emprise sur elle. Lire sur papier, lire sur écran : en quoi est-ce différent ? Les écrans de téléphones mobiles, de tablettes et d’ordinateurs envahissent notre quotidien, et voilà dictionnaires, fiches de cours ou même classiques de la littérature à portée de clic. Faut-il inciter les élèves à profiter à 100% de ces facilités d'accès inédites au savoir, et renvoyer le papier au passé ? Rien n'est moins sûr si l'on se penche sur les derniers résultats de la recherche. Depuis le début de ce siècle, plusieurs dizaines d’études ont été menées pour évaluer les effets du support de lecture sur les performances de compréhension de textes qui pouvaient être soit documentaires - manuels scolaires, ouvrages universitaires - soit narratifs - fictions, romans… Habitudes de lecture

La tête dans le cerveau Un simple discours empathique permettrait de soulager la douleur d’une personne souffrant. Continuer la lecture de L’analgisante empathie (chronique 114) Face à du contenu érotique, l’activité cérébrale des femmes et des hommes ne serait pas vraiment différente. Continuer la lecture de La féminine et masculine excitation sexuelle (chronique 113) Dans certains cas, un animal de compagnie peut provoquer la plus profonde des folies. Continuer la lecture de L’aliénant félidé (chronique 112) Auto-stimulation Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les comportements d’auto-stimulation sont des mouvements répétitifs et stéréotypés qui ne servent aucun but apparent dans l’environnement. Ils sont souvent observés chez les enfants ayant des troubles de développement, et plus fréquemment chez les enfants et les adultes autistes[1],[2]. Variantes[modifier | modifier le code] Ces comportements peuvent prendre plusieurs formes[1],[2] :

"J’ai frappé une fille de mon école pendant un an" : une harceleuse raconte "Les mêmes émissions, les mêmes débats, les témoignages qui se ressemblent, inlassablement les médias qui proposent les mêmes recommandations, et...? L'impression que rien ni personne ne progresse dans l'éradication du fléau qu'est le harcèlement scolaire, sans parler du cyber-harcèlement". En cette journée mondiale de lutte contre le harcèlement scolaire, Catherine Verdier, psychologue-psychothérapeute-analyste pour enfants et adolescents, dresse, dans le Huffington Post, un constat très noir. "La parole se libère plus facilement" Pourtant, la situation est plus nuancée.

Related: