background preloader

Réseau inter-régional de l'Habitat Groupé

Réseau inter-régional de l'Habitat Groupé
Visite à Strasbourg de la Ministre du logement Sylvia Pinel Bientôt une journée nationale sur l’habitat participatifUn des temps fort de la visite (de la ministre du logement) a concerné la promotion de l’habitat participatif, un dossier où la capitale alsacienne est en pointe avec une vingtaine de projets réalisés ou en cours. La visite des 14 logements du projet en accession sociale Ecoterra a fait dire à la ministre que « l’habitat participatif constitue une réponse appropriée et concrète au vivre-ensemble, à la fois dans la conception et dans la vie de l’immeuble ». Elle s’est aussi félicitée de « la qualité environnementale » de la plupart des projets en habitat participatif. Ce plaidoyer s’est accompagné de deux annonces : la tenue d’ici cet été d’une journée nationale réunissant les acteurs engagés dans la démarche, et l’élaboration en cours des trois décrets d’application de la loi Alur se rapportant à l’habitat participatif, sans précision de date. Finition de plafond et solive

http://www.habitatgroupe.org/spip.php?page=sommaire&id_secteur=7

Related:  ALTERNATIVESProjets - Communautés

Village associatif alternatif Atteindre l’autonomie n’est pas donné à tout le monde. Comme souvent, le travail en équipe répond à deux attentes: l’efficacité et le contact social. Les communautés ou villages alternatifs fleurissent, conjointement au changement progressif de paradigme Imaginez: non seulement, à plusieurs vous pourrez faire évoluer un espace conquis rapidement pour tendre à l’autonomie complète: plus de facture d’électricité, de gaz ou autres dépenses superflues. En multipliant les bonnes relations on peut vite renverser les choses, et ne plus tenter de survivre, mais au contraire, être heureux de travailler un peu pour perdurer l’autonomie alternative !

Le Projet Oasis "Entre les dérives des villes surpeuplées où évoluent misère, exclusion et violence, et des campagnes où évoluent abandon et friches, notre conviction est qu’un nouveau projet de société n’est possible, au nord comme au sud, que par la synthèse des valeurs et des acquis du monde rural et de la société urbaine" >>> Téléchargez la plaquette de présentation du projet Oasis Dans un contexte de crise systémique globale (humaine, économique, écologique et politique), il parait essentiel d’encourager la création de nouveaux espaces de vie capables de répondre aux besoins humains de nos sociétés contemporaines : • Besoins de subsistance et de sécurité : se nourrir, se loger, être en bonne santé… • Besoins d’appartenance et de relations : respect de soi et de l’autre, coopération, autonomie, convivialité… • Besoins d’accomplissement et de sens : apprendre, évoluer, créer, contribuer, donner… Imaginons nos territoires si des centaines d’oasis fleurissaient partout ! Mutualisation

Annonces de chantiers participatifs Vous organisez un chantier participatif paille, vous recherchez une occasion de travailler l'enduit terre sur un chantier d'éco-construction, vous cherchez des bénévoles pour participer à la rénovation d'une maison en pisé, etc. ? Alors cette page est faite pour vous ! Pour publier une annonce gratuite, il suffit de déposer votre texte au bas de cette page; pour les éco-chantiers, n’hésitez pas à apporter un maximum de précisions comme : le type de chantier, les techniques mises en œuvre, l’encadrement ou non par un professionnel, les assurances, les possibilités d’hébergement, les repas, la durée minimum sur place, le nombre de participants, l'équipement nécessaire, etc. Je vous demanderai ensuite votre plus belle photo pour illustrer l'annonce, elle pourra servir également pour le relais sur les réseaux sociaux (exemple). Un grand merci aux organisateurs pour leurs nombreux retours très positifs suite au lancement de cette rubrique. Chantiers participatifs 2016

Vivre sans argent avec Benjamin Lesage - Zango Media Publié le 10 septembre 2014 | par Rédaction Zango Par un beau weekend de mai, au cœur de l’Ariège, nous sommes allés à la rencontre d’un personnage unique en son genre: Benjamin Lesage. Depuis quelques années, celui-ci s’attache à communiquer (conférences, rédactions d’articles, livres) sur le fait de vivre plus simplement, à savoir sans argent. Dans le cadre d’un travail universitaire il part, accompagné de deux amis, dans l’idée de traverser l’Atlantique sans un sou. A son retour, 3 ans et demi plus tard, il n’a plus qu’une seule idée en tête : fonder sa communauté où aucun échange ne passe plus par l’argent.

Irène et Fabrice, autonomes dans un havre de permaculture - Reporterre Quand on arrive à la ferme de Sourrou, à la sortie de la commune de Bourrou en Dordogne, on découvre un lieu hors-du-commun, à l’image de ceux qui l’habitent et l’ont construit eux-mêmes. Irène et Fabrice y vivent depuis presque quinze ans ; la construction de leur maison – qu’ils ont bâtie eux-mêmes - a commencé en 1997 et s’est achevée en 1999, en tout cas en ce qui concerne les parties principales ; Irène et Fabrice ne comptent effectivement pas s’arrêter en si bon chemin et continuent à l’agrandir au fur et à mesure, et ce toujours en totale autonomie. De plus cette maison est bioclimatique, un terme technique qui signifie qu’elle a été conçue pour tirer profit au maximum du climat et de l’environnement qui l’entoure, comme, par exemple, de l’ensoleillement et de l’inclinaison des rayons du soleil. Voici une photo explicative tirée du flickr d’Irène (qui est active sur internet !) : On peut y voir leur maison et les rayons du soleil en fonction des saisons.

Les monnaies alternatives à la recherche du meilleur modèle On les rencontre sur les marchés, dans les petits commerces, sur internet ou dans les réseaux militants. Elles s’appellent Sol, Plume, Abeille, Piaf, Normaille, Eusko ou Mesure. Elles entendent relocaliser l’économie, tisser du lien social, nous aider à comprendre le fonctionnement du système monétaire, à gagner en autonomie et à changer de mode de vie... Qui sont ces drôles de dames aux noms exotiques et aux ambitions surprenantes ?

Réseau REPAS - Compagnonnage Alternatif et solidaire Compagnonnage Alternatif et solidaire Ouvert à des personnes qui souhaitent mûrir un projet ou simplement s'évaluer au contact de la réalité et de l'expérience d'autres qui ont fait le chemin avant eux, le compagnonnage est une sorte de "tour de France" dans les entreprises du réseau REPAS, destiné non à apprendre un métier mais à transmettre des valeurs au cour du projet coopératif. Organisé une fois par an de février à juin, les temps alternent entre immersions individuelles, groupes action et regroupements.

Nos enfants nous remercieront Jour 43 – 17 juillet Pour se rendre à Baumes-les-Dames nous longeons le Doubs en empruntant la véloroute n°6 qui relie Nantes à Budapest en passant par Besançon. Alors qu’un soleil de plomb flotte au dessus de nos têtes, nous nous laissons guider à vive allure par les pictogrammes verts de l’Eurovélo 6. Pendant ce temps là, le camion logistique arrive à bon port. Après avoir cuit pendant une quarantaine de minutes dans le fourgon, nos trois logisticiens du jour sont accueillis par Carine, Reyneld et Xavier.

Ni capitalisme, ni Etat - la Coopérative intégrale s’épanouit à Barcelone - Barcelone, reportage Au pied de la Sagrada Familia, des cars venant du monde entier déversent chaque jour des marées de touristes qui rendent laborieuse la progression sur les trottoirs. Tous veulent leur selfie avec en arrière plan l’Ovni architectural de Gaudi. Deux pâtés d’immeubles en contrebas, au numéro 263 de la rue Sardenya, se niche une autre curiosité, mais elle n’apparaît sur aucun guide touristique. La permaculture peut-elle faire vivre des agriculteurs Ni pollution, ni pétrole, ni pesticide. La permaculture apporte des réponses détonantes aux critiques faites à l’agriculture conventionnelle. Elle permet de cultiver beaucoup sur une petite surface, le tout en créant de véritables éco-systèmes cohérents et auto-fertiles. En Australie, en Autriche et en Amérique du Nord les exemples se sont multipliés ces dernières années. Oui, mais cette permaculture permet-elle aux agriculteurs de vivre convenablement de leur travail ? Une première étude réalisée sur le sujet en France vient d’être publiée par le Sad-apt (un laboratoire commun à l’Institut national de recherche agronomique (Inra) et l’école Agro Paris Tech).

Renversant : ce manuel français du XIXe siècle va nourrir le monde de demain Des melons mûrs à Paris dès le mois d’avril, des tonnes de légumes sur une surface pas plus grande qu’un terrain de foot, jusqu’à huit récoltes en une seule année… Ces performances agricoles incroyables ne sont le fruit ni d’engrais chimiques, ni de modifications génétiques, ni même de connaissances scientifiques de pointe. Et pour cause, ces prouesses datent du XIXe siècle et sont l’œuvre des quelques centaines de jardiniers-maraîchers parisiens qui assuraient alors l’autosuffisance de la capitale en légumes. Longtemps oubliés, ces savoir-faire sont aujourd’hui accessibles à tous à travers un manuel, publié en 1844 et récemment numérisé (merci au site Paysansansfrontieres.com de l’avoir partagé ici).

Le compost magique de Jean Pain, vieille invention française (presque) oubliée Des tomates qui poussent par -35°C, en janvier, le tout sans « un sou d’électricité ». La prouesse a fait grand bruit au Canada. Fin mars, l’agronome Vincent Leblanc a enfin expliqué au Journal de Montréal comment il a procédé : « J’ai récupéré du fumier d’une écurie du coin et j’ai ajouté des copeaux de bois pour avoir un bon compost. La chaleur créée par les bactéries du compost est récupérée par un système de tuyauterie qui chauffe l’eau de mes bassins [qui sont placés dans une serre, ndlr]. Les racines de mes plantes trempent dans l’eau chaude. »

Related: