background preloader

Les maladies émergentes - Corpus - réseau Canopé

Les maladies émergentes - Corpus - réseau Canopé
Le concept de maladie émergente concerne des pathologies concernant parfois les jeunes adultes. Tel est le cas du syndrome d’immunodéficience acquise ou Sida dont les premiers cas cliniques ont été décrits aux USA vers 1981. En inscrivant les élèves dans un cadre épidémiologique, il peut être intéressant de les inviter à retracer l’historique de ce syndrome ainsi que celui de l’agent pathogène responsable (le VIH). Related:  Agents pathogènesMST - IST - VIH ...Crise du coronavirus et EDD

La vaccination - Corpus - réseau Canopé Jean-François Bach explique que les vaccins, qui représentent une des plus grandes avancées médicales, ont permis d’enrayer de nombreuses maladies infectieuses, parfois mortelles. Pourtant, les campagnes de vaccination ne fonctionnent pas aussi bien qu’on l’espérerait. Des rumeurs persistantes apparaissent dans certains pays et laissent entendre la dangerosité des vaccins, même quand il est prouvé scientifiquement qu’ils sont efficaces et qu’il n’y a pas d’effets secondaires reconnus.Par crainte d’effets secondaires alors qu’il n’y en a pas, les gens renoncent au vaccin. C’est ce qui s’est produit pour la dernière épidémie de grippe : seuls 8 % de Français ont accepté de se faire vacciner, contrairement à d’autres pays européens (65 % en Suède).

La lutte contre le Sida - Corpus - réseau Canopé En lien avec le programme de terminale S, cette séquence pourra être utilisée en introduction de l’étude du Sida. Le sujet du sida et l’importance de la prévention face au VIH sont abordés dans le cadre des maladies liées à une immunodéficience acquise du système immunitaire.Au collège, dans le cadre de l’éducation à la santé, cette séquence accompagnera d’autres ressources visant à sensibiliser les élèves à l’importance du dépistage et de la protection face à la contamination, par exemple via l’étude de campagnes publicitaires au service de la prévention, ou via la consultation de sites tels que Sida Info Service ou Sidaction.On peut compléter cette étude en visionnant des vidéos de l’émission « C’est pas sorcier » consultables sur lesite.tv, puis de répondre à un QCM.Enfin, on peut faire une petite expérience à l’aide de tubes à essai. Chaque élève en prend deux : l’un comme témoin, l’autre pour l’expérience.

La pollution de l'air est une « autoroute » pour le coronavirus La pollution a constitué un vecteur important de l'accélération de la propagation du coronavirus en Italie, rapporte une étude. Non seulement les particules fines jouent le rôle de « transporteur » pour le virus, ce qui remet en cause la distance de sécurité d'un mètre, mais elles fragilisent les personnes vulnérables et aggravent les symptômes du Covid-19. La vitesse fulgurante à laquelle s'est propagée l'épidémie de coronavirus en Italie pourrait s'expliquer en partie par la pollution, selon une étude de la Société italienne de médecine environnementale (Sima). Les médecins, qui ont collaboré avec les universités de Bari et de Bologne, ont mis en parallèle les nouveaux cas de contagion au Covid-19 et les dépassements des limites légales pour les concentrations de particules fines PM10 dans les différences provinces italiennes enregistrés entre le 10 et le 29 février -- en prenant en compte le temps d'incubation du virus. Une accélération anormale de l’épidémie dans le nord de l’Italie

Le sida : la géographie - Corpus - réseau Canopé Vivre avec le VIH, telle est la situation actuelle de plus de 35 millions de personnes à travers le monde. Depuis plusieurs années, les mesures préventives combinées et la prise en charge thérapeutique, de plus en plus efficace, des patients séropositifs au VIH ont permis de diminuer significativement la mortalité liée au sida.Cependant, cet accès aux traitements de qualité est inégalement réparti à la surface de la planète.Et pourtant… Les efforts, portés (entre autres) sur les populations africaines, montrent, avec 30 % de patients supplémentaires pris en charge, qu’il est actuellement possible d’augmenter la couverture thérapeutique. Plusieurs pays émergents tels que le Brésil ou le Mexique ont ainsi réussi à placer leur population sous couverture universelle.

Comprendre la propagation des maladies - Corpus - réseau Canopé Cette séquence peut amener les élèves de cycle 4 à s’interroger sur le risque infectieux mondial, et peut être rattachée à l’actualité. Par exemple, il est possible de la compléter avec un extrait de journal écrit ou télévisé concernant la transmission du virus Ebola.Elle peut être exploitée en début de la partie « Risque infectieux », en illustrant visuellement comment un micro-organisme peut se propager d’un individu à un autre, et aboutir au problème suivant : comment se transmettent les micro-organismes pathogènes ?Le lien peut être fait avec d’autres disciplines (sciences, technologie et sociétés, épidémies, gestion de la santé publique).On peut également l’exploiter en complément de la notion de vaccination (corps humain et santé, politiques de prévention et de lutte contre la contamination et/ou l’infection), afin d’illustrer l’intérêt de la vaccination sur la propagation globale d’une épidémie.

Le sida : l’histoire - Corpus - réseau Canopé Issu, selon l’hypothèse la plus probable, d’une mutation ayant affecté le VIS (Virus de l’immunodéficience simienne), le VIH, agent viral responsable du sida, défraie véritablement la chronique à la fin des années 1970. En effet, à cette date, la recrudescence de patients diagnostiqués immunodéprimés par le Center for Disease Control and Prevention d’Atlanta (États-Unis) met en alerte les autorités médicales américaines et françaises notamment. C’est d’ailleurs à l’institut Pasteur (Paris), en 1983, que l’on découvre l’identité de l’agent infectieux responsable. Coronavirus : Le réchauffement climatique et la déforestation favorisent l'émergence de nouveaux virus TV5Monde : Les grandes pandémies sont-elles la prochaine menace pour nos civilisations ? Frédéric Adnet : Les grandes pandémies dévastatrices, on en a par récurrence. On se souvient de la peste, avant l’avènement de l’antibiotique, avec des villes confinées et des gens qui mourraient partout. Les grandes pandémies grippales ont fait des millions et des millions de morts. Nous n'en sommes pas à l’abri, effectivement, avec un virus qui serait extrêmement dangereux et hautement transmissible. On augmente la surface d’échange entre les humains et ce monde sauvage, animal, peu étudié et porteur de virus inconnus Frédéric Adnet, chef de service des urgences de l'hôpital Avicenne Qu’est-ce qui favorise la création de nouveaux virus et pandémies ? Un ensemble de facteurs font qu’un virus peut infecter l'humain, et à la fois, se transmettre de plus en plus rapidement. Les pluies et le réchauffement climatique pourraient jouer un rôle dans la diffusion de ces nouvelles épidémies

Le sida : le corps - Corpus - réseau Canopé La contamination par le VIH peut s’opérer de différentes manières : par voie sexuelle, sanguine et/ou par voie materno-fœtale. Après contamination, le virus, parasite cellulaire obligatoire, infecte rapidement ses cellules hôtes, notamment les cellules CD4+, pièces maîtresse du système immunitaire. Dans ces cellules, le VIH peut, en détournant la machinerie cellulaire, se répliquer et faire bourgeonner de très nombreuses copies virales. Cette dernière phase coïncide avec l’effondrement des défenses immunitaires caractérisant l’état d’immunodéficience.Ce stade clinique est celui où les agents infectieux opportunistes peuvent coloniser l’organisme affaibli, favorisant l’apparition et le développement de maladies dites opportunistes, telles que la tuberculose ou la toxoplasmose.

Réseau Sentinelles > France > Accueil La surveillance des IRA a pour objectif le suivi des épidémies de COVID-19, de GRIPPE ainsi que celles dues aux autres virus respiratoires saisonniers (VRS, rhinovirus et métapneumovirus).En France métropolitaine, la semaine dernière (2021s41), le taux d’incidence des cas d’infection respiratoire aiguë (IRA) vus en consultation (ou en téléconsultation) de médecine générale a été estimé à 132 cas pour 100 000 habitants (IC 95% [116 ; 148]). Ce taux est en augmentation par rapport à la semaine 2021s40 (données consolidées : 112 [101 ; 123]). Au niveau régional, les taux d’incidence les plus élevés ont été observés en : Provence-Alpes-Côte d’Azur (231 [151 ; 311]), Bretagne (179 [82 ; 276]) et Occitanie (176 [125 ; 227]). Surveillance de la grippe : deux prélèvements ont été testés positifs pour un virus grippal depuis la reprise de la surveillance. Il s’agissait de deux cas de virus grippaux de type A. Les deux ont été isolés en semaine 38 (mi-septembre).

Le sida : le soin - Corpus - réseau Canopé La lutte contre l’épidémie du sida s’organise autour de trois axes majeurs : la mise en œuvre de dispositifs de prévention tenant compte des différents modes de transmission du virus, le dépistage rapide et sûr des sujets séropositifs au VIH et enfin, l’application de traitements thérapeutiques (antirétroviraux ou ARV) capables d’inhiber efficacement et durablement la prolifération virale.Malgré cet arsenal préventif et thérapeutique, le virus n’est toujours pas vaincu. Sa capacité à muter impose au corps médical de surveiller régulièrement la virémie plasmatique de chaque patient séropositif au VIH et d’ordonner, le cas échéant, l’application d’une nouvelle multithérapie, une nouvelle combinaison d’antirétroviraux (ARV).Les ARV sont aussi prescrits en prévention pour les populations à risques, telles que les femmes enceintes.Quant à la mise au point d’un vaccin anti-VIH, les mutations fréquentes du virus ont, pour l’instant, toujours raison des recherches avancées dans ce domaine…

Pour le climat, il y aura « un avant et un après coronavirus » Populations confinées, usines à l’arrêt, transports paralysés… Le coronavirus pèse sur l’économie mondiale et grippe l’activité industrielle avec, comme corollaire inattendu, une chute des émissions de gaz à effet de serre. C’est sans doute l’un des rares effets positifs de la crise sanitaire : dans de nombreux pays, la pollution de l’air a considérablement diminué, offrant à la planète un bref moment de répit. Ce phénomène est particulièrement visible en Chine, le berceau de l’épidémie, où plusieurs instances scientifiques ont scruté, depuis l’espace et à travers les données récoltées par leurs satellites, les évolutions du taux de particules fines et de polluants dans l’atmosphère. Leur constat est sans appel. En janvier et février dernier, la concentration de dioxyde d’azote (NO2), un gaz très toxique émis par les véhicules et les sites industriels, a diminué de 30 % à 50 % dans les grandes villes chinoises par rapport à la même période en 2019. Puisque vous êtes ici…

Related: