background preloader

Le livre numérique en bibliothèques, entre absences et attentions

Communication du 24 novembre 2015Biennale du numérique (Enssib) Comment se dessinent les offres de livres numériques qui sont actuellement ou seront proposées demain aux usagers des bibliothèques ? Si le livre numérique est réputé immatériel, le faire entrer dans les catalogues des bibliothèques exige des opérations qui, quant à elles, s’inscrivent dans des dispositifs sociotechniques, des interactions, des organisations, des savoir-faire ou bien encore des usages loin d’être évanescents. Ce sont notamment ces allers-retours incessants entre éditeurs, distributeurs, agrégateurs de contenus, médiateurs et usagers, sans oublier les représentants des différentes tutelles nationales ou locales, qui conforment les offres de livres numériques et les usages qui sont susceptibles d’en être faits. La numérisation bouscule les notions d’acquisition, de fonds documentaires ou bien encore de pérennité d’accès. Notre propos repose sur l’exploitation des deux enquêtes. Bibliographie Richard A. Related:  Bibliothèques

Collaboration, organisation : l’impact du numérique Communication du 23 novembre 2015Biennale du numérique (Enssib) Introduction Orhion (Observatoire des organisations et des ressources humaines sous l’impact opérationnel du numérique), créé fin 2009 à la Bibliothèque nationale de France, s’est donné pour mission d’observer et d’analyser la mise en place des grands projets numériques à la BnF (numérisation de masse, DL web, Spar – préservation du numérique) et de contribuer à la définition de la collection numérique. Rassemblant des cadres opérationnels, Orhion s’est concentré sur les projets numériques et leur mise en place, avant de s’intéresser aux métiers et leurs évolutions dans un contexte numérique (signalement et magasinage numérique). Orhion travaille actuellement sur les rôles transverses. Orhion propose ici un état des lieux de ses observations autour de deux axes principaux : Pourquoi l’observatoire s’est-il interrogésur le travail collaboratif ? Face au leitmotiv « merci, les métiers vont bien ! Par exemple : Bibliographie

La place du livre numérique dans les bibliothèques publiques françaises - épisode 2 Au-delà d'une analyse sur les freins au développement du livre numérique dans les bibliothèques publiques conduite dans le contexte éditorial actuel, les chercheurs mettent le doigt sur les carences du modèle français et proposent deux axes de réflexion, juridique et organisationnelle, pour pallier aux déficiences et fragilités de l'écosystème et renforcer la présence du livre numérique dans l'édifice documentaire des bibliothèques. La nécessité d’un cadre législatif prenant en compte les bibliothèques publiques La définition et l'adaptation d'un cadre législatif aux nouveaux enjeux éditoriaux soulevés par le livre numérique en général et par le prêt numérique en bibliothèques en particulier font défaut. Développer un service de prêt numérique impliquant tous les acteurs Cette concentration des intérêts n'est pas sans danger sur l'équilibre global des forces en présence. [3] Maurel, Lionel. 2013.

Prêt numérique en bibliothèque : les éditeurs rejettent l'idée d'une nouvelle exception ActuaLitté, CC BY SA 2.0 Dans une longue réponse, publiée ci-dessous dans son intégralité, le SNE a pris position contre EBLIDA et l’ABF. Les bibliothécaires réclament en effet l’application du droit de prêt pour le livre numérique. Mais le SNE réfute totalement cette idée. Rappelons, à toutes fins utiles, que pour l'heure aucune organisation d'auteurs pas plus que le ministère de la Culture ne sont intervenus sur le sujet. LE PRET DE LIVRES NUMÉRIQUES EN BIBLIOTHÈQUES PUBLIQUES - la position du Syndicat national de l'édition La publication de commentaires erronés sur l’arrêt de la Cour de Justice de l’Union Européenne du 10 novembre 2016 concernant le prêt de livres numériques en bibliothèque incite le Syndicat national de l’édition (SNE) à faire un point chiffré sur le dispositif « Prêt numérique en bibliothèque » (PNB). 130 000 titres au catalogue et 2 000 bibliothèques utilisatrices • 890 éditeurs ont déjà rendu disponible 65 % de leur catalogue numérique dans PNB.

Ressources numériques dans les bibliothèques publiques : état des lieux En partenariat avec l’association Carel (Coopération pour l'Accès aux Ressources Numériques en Bibliothèque), le Service du Livre et de la lecture a réalisé d’octobre à décembre 2013 une enquête sur les ressources numériques des bibliothèques publiques : politiques documentaires, usages, médiations et attentes des bibliothécaires.L’enquête constate une hausse très nette des usages à distance. Certaines ressources d’autoformation sont plébiscitées (code de la route, manuels de langue), ainsi que les vidéos de fiction. Lire la suite : Acquisitions de ressources numériques par les bibliothèques publiques : publication d'une étude, site Livre et lecture du Ministère de la Culture et de la communication, 21 mars 2014. Pour aller plus loin :

Professeur-Documentaliste : un tiers métier. Coord. par Isabelle Fabre ; préface de Yves Jeanneret Analyse de Christian Bourret Christian.Bourret[at]univ-mlv.fr Cet ouvrage part des pratiques pour présenter un métier de médiation très spécifique, celui de professeur-documentaliste. Il insiste sur la figure dutrait d'union qui caractérise ce bi-métier, articulant une composante pédagogique et une composante documentaire. Il pose des questions centrales,notamment pour les relations entre information et communication. Dans sa préface, Y. La 1re partie de l'ouvrage correspond aux regards scientifiques sur un métier complexe de médiation. La 2e partie de l'ouvrage est consacrée aux dynamiques de ce métier. Une 3e partie rassemble les réflexions sur le trait d'union et le tiers-métier. À partir de regards disciplinaires différents, cet ouvrage met bien en évidence toute la complexité, la difficulté d'un métier de médiation spécifique dansl'enseignement secondaire.

Collections numériques, collections physiques Il existe un degré zéro de l’articulation entre collections physiques et collections numériques : c’est la disparition pure et simple des premières. Rêve ou cauchemar ? En tout cas, idéal possible de la bibliothèque contemporaine. Accessibilité universelle, en tout temps : la bibliothèque totalement numérique réunit quelques-uns des traits qui caractérisent la puissance divine. C’est sans doute une des raisons de son attrait. À l’opposé de ce rêve futuriste, les affirmations d’un Darnton 1 ou d’un Eco 2 : non le livre ne va pas disparaître, il ne peut que survivre, il est irremplaçable, sous la forme que nous lui connaissons depuis un peu plus de cinq siècles, le livre imprimé. Il ne sera bien sûr pas question ici de se situer à ces hauteurs. Nous resterons donc au présent. La numérisation : mort ou transfiguration Ancien, rare ou précieux Dans ces cas-là, l’apparition sous forme électronique n’enlève rien au support original papier. Numérisation de masse Le numérique natif Mars 2010

Prêt en bibliothèque : la loi de 2003 concerne livres imprimés et numériques ActuaLitté, CC BY SA 2.0 À ce jour, le fonctionnement est en effet simple : pour les ouvrages papier, la divulgation d’une œuvre littéraire – mais également scientifique ou artistique – implique le prêt, effectué par des établissements publics. Il s’agit là d’une exception au droit d’auteur, consentie en ce que l’ayant droit est rémunéré pour le prêt. En France, elle fit l’objet d’une modification du Code de la propriété intellectuelle, avec la loi du 18 juin 2003. Au commencement était le traité de l'OMPI, puis... En échange de cette contrepartie financière, l’auteur perd le droit de s’opposer à ce que son ouvrage soit communiqué dans les bibliothèques de prêt. Le litige en question opposait l’association Vereniging Openbare Bibliotheken à la Stichting, fondation mandatée par le ministère de la Justice néerlandais et qui perçoit la rémunération au titre du prêt. Location et prêt, deux éléments très distincts Première vente et copie légale = prêt numérique

Le métier d’enseignant documentaliste Communication du 23 novembre 2015Biennale du numérique (Enssib) Introduction L’enseignant documentaliste n’est ni un bibliothécaire, ni un enseignant, ni un informaticien. Dans le cadre de ses missions, il doit gérer un centre de documentation à destination des élèves, impulser la mise en place de formations relatives à l’éducation aux médias et à l’information (EMI) en utilisant le numérique comme principal levier de son action (loi 2013, décret 2014). Un processus de changement des pratiques professionnelles, lorsqu’il est descendant et obligatoire, peut être vécu de manière négative. Nous commencerons par présenter nos hypothèses et la méthodologie utilisée, pour ensuite aborder les principaux résultats liés à l’analyse des évolutions du métier de professeur documentaliste. Hypothèse Méthodologie Un métier en évolution En 1958 est créé le premier service de documentation dans un lycée d’enseignant secondaire. L’innovation comme levier d’acceptation des évolutions La stratégie du détour

Des bibliothèques numériques de prêt Bibliothèque numérique de l'éducation. In : Numilog [en ligne]. Réseau Canopé. [Consulté le 7 juin 2015]. Disponible à l'adresse : Les ateliers Canopé des académies de Besançon, Bordeaux, Créteil, Dijon, La Martinique, La Réunion, Lyon, Montpellier, Paris, Versailles proposent un service de consultation et de prêt de plus de 400 livres numériques.

PNB “n'est pas exclusif du développement d'autres formules” pour le prêt numérique La réponse était attendue depuis le mois d'octobre 2015. L'Association des Bibliothécaires de France avait diffusé un communiqué mettant en cause « la transparence » du système PNB, Prêt Numérique en Bibliothèque. L'organisation professionnelle mettait également en cause le rôle du Ministère de la Culture, qui présentait PNB comme le seul système viable. Le courrier de la ministre s'adresse à Anne Verneuil, présidente de l'ABF (ActuaLitté, CC BY SA 2.0) En décembre 2014, à l'issue des 8es Assises des Bibliothèques, le ministère de la Culture proposait à 9 acteurs de l'interprofession du livre de signer des Recommandations pour une diffusion du livre numérique par les bibliothèques publiques. La signature fait foi : il convient malgré tout de rappeler que l'ABF avait fait part d'une certaine retenue dans son adhésion au texte, dès sa publication. « Le Ministère a souhaité que ces recommandations ne portent donc que sur le seul cadre légal possible, celui de la voie contractuelle.

Les bibliothécaires, médiateurs dans l’océan du web Les années 90 ont vu la consécration de la notion de collection à travers celle de politique documentaire. J’ai fait partie de ce « mouvement » (j’étais même dans feu le groupe poldoc) et je me suis beaucoup intéressé aux questions de politiques documentaire. Je l’écrivais il y a plus de 2 ans : trop souvent dans les bibliothèques les politiques documentaires ont été tirées vers une gestion des collections intelligente/réfléchie (dans le meilleur des cas hein, au pire une conception purement techniciste à base de taux de rotation ou d’une charte documentaire imposée par la direction) sans véritablement prendre en compte concrètement la médiation de ces collections. Par exemple, dans le livre “Conduire une politique documentaire” de Bertrand Calenge ne figure pas de partie consacrée à l’accueil, ne serait-ce que sous l’angle des procédures. Accueil d’un côté, contenus de l’autre. Contenus, publics, médiation, le triptyque est toujours le même. Paralysé ? Au fait, bonne rentrée !

" Les plus jeunes, comme les plus âgés, se montrent moins enclins que les autres à déployer une grande variété de pratiques en bibliothèques, comme d’autres études avant la nôtre l’ont déjà montré (Poissenot, 1997). Ainsi, lorsque l’on construit des indicateurs permettant d’attribuer un score pour chacune des pratiques documentaires déclarées en bibliothèque ou à domicile (pratiques numériques ou non), l’éclectisme culturel est moins marqué chez les fractions jeunes de l’échantillon. L’indicateur consistant à compter le nombre de pratiques déclarées indique une nette surreprésentation des plus jeunes parmi les individus au score inférieur à 4 (29 % contre 20 % de l’échantillon global), ainsi que des plus âgés (20 % score inférieur à 4 et 24 % score de 4 à 6 contre 18,5 % de l’échantillon global). Présents plus longtemps, davantage investis dans la consultation que dans les emprunts, les plus jeunes déploient dans la bibliothèque un spectre de curiosités moins large que les usagers d’âge moyen et qui présentent plutôt un profil inversé." by litteraturenumerique Apr 15

Related: