background preloader

Un journaliste refuse la Légion d'honneur et dénonce l'état de la liberté de la presse en France

Un journaliste refuse la Légion d'honneur et dénonce l'état de la liberté de la presse en France
Le journaliste Hervé Kempf a rejeté la prestigieuse décoration que lui a proposée le cabinet de la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal, critiquant le rôle du gouvernement dans la limitation de la liberté des médias en France. «Je vous remercie de votre attention, mais ai l’honneur de refuser cette distinction. Elle me parait tout à fait incompatible avec l’exercice du métier de journaliste, dont un principe de base est, pour assurer sa liberté, de se tenir à distance des personnes de pouvoir.» Dans un éditorial au ton acide publié dans le magazine en ligne écologiste Reporterre, son rédacteur en chef, Hervé Kempf, révèle avoir été contacté par le cabinet de la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal afin d'être décoré de l'ordre national de la Légion d'honneur... et annonce publiquement son refus. Lire aussi : Alain Nicolas rend sa légion d’honneur pour protester contre celle remise au prince saoudien Nayef Lire aussi : Ségolène Royal candidate pour 2017 ? Related:  F. Hollande - A Classer

Laïcité en entreprise : un guide inutile du fait religieux Myriam El Khomri, dont on avait bien failli oublier l'existence, se rappelle à notre souvenir. Il semble qu'elle soit toujours ministre du Travail, puisqu'elle annonce la parution imminente d'un guide du fait religieux dans l'entreprise privée. En vérité, ce guide existe déjà, il a été élaboré en 2013 par l'Observatoire de la laïcité et se trouve sans difficulté sur le site du Premier ministre. La ministre du Travail estime nécessaire d'en produire une nouvelle version, en raison des manifestations de plus en plus fréquentes du fait religieux dans l'entreprise. On ne saurait rater une occasion de communiquer, fût-ce en publiant, sous l'en-tête du ministère du Travail, et sans rien apporter de nouveau, ce qui se trouve déjà en ligne sur le site de Matignon. L'objectif de cette publication serait de prévenir les conflits, en fournissant aux salariés et aux employeurs du secteur privé les réponses légales aux questions qu'ils pourraient se poser. et

Révélations d’assassinats ciblés par drone : la destitution de Hollande évoquée par un député Le député (LR) Pierre Lellouche a estimé que la question de la destitution du président de la République était posée, en raison des confidences de celui-ci à des journalistes au sujet d’assassinats de djihadistes par la France durant son mandat. François Hollande peut-il être déchu de sa fonction de chef d’Etat pour avoir dévoilé aux auteurs de l’ouvrage Un président ne devrait pas dire ça, ses ordres d’assassinat par drone d’au moins quatre personnes, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme islamiste ? C’est en tout cas ce que semble penser le député Pierre Lellouche (Les Républicains) qui, lors d’un débat à l’Assemblée nationale sur les opérations extérieures de la France, le mercredi 19 octobre, a estimé que «la question de l’application de l’article 68 [était] désormais posée». Hollande, passible de jugement par la Cour Pénale Internationale ? source:

Monsieur le Président, Faites Payer les Banquiers, pas les Particuliers | Le Vaillant Petit Economiste MADAME, MONSIEUR, Une étape importante de notre combat contre la réquisition de nos assurances vie a été franchie : Le Conseil Constitutionnel est saisi. Merci infiniment de votre mobilisation sans précédent qui a pesé dans la décision des 60 députés qui se sont réunis pour demander la saisine du Conseil Constitutionnel contre l’article 49 de la Loi Sapin 2. (1) Exactement comme nous le demandions ! Sur les 169 articles de la loi fleuve Sapin 2, seuls 3 ont été déférés devant le Conseil Constitutionnel, dont le fameux article 49 qui devait permettre à l’État de réquisitionner votre assurance vie sur simple décision administrative et sans limite de durée. Les députés se sont fondés sur notre analyse en demandant la saisine au titre de l’article 17 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen sur le droit fondamental de propriété. Le Conseil Constitutionnel a maintenant un mois pour rendre sa décision. Cela veut dire que nous avons un mois pour agir. Ne baissons pas la garde !

Bercy veut supprimer le dispositif de remboursement des maladies chroniques En dix ans, la part des patients remboursés à 100 % parce qu'ils sont touchés par une maladie chronique augmentera de 15% à 25%, selon une étude du Trésor. «Il n'est pas question de remettre en cause le dispositif», a précisé le cabinet de la ministre de la Santé Marisol Touraine. Vieillissement de la population et recrudescence des maladies chroniques… le nombre de patients remboursés à 100% par l'Assurance maladie parce qu'ils souffrent d'une maladie grave va exploser ces prochaines années, alerte dans une note l'administration du Trésor, qui dépend du ministère de l'Economie. Ces personnes, qui bénéficient du dispositif «d'affection de longue durée» (ALD), représentaient 14,5 % de la population en 2011, mais près de 20 % en 2025. Bref, dans dix ans, un Français sur cinq sera en ALD. Aujourd'hui, le dispositif ALD coûte 12,2 milliards d'euros à l'Assurance maladie, sur un budget d'environ 170 milliards, ce qui représente moins de 10 % des dépenses, a calculé le Trésor.

La fin de non-recevoir de Marisol Touraine au cri d'alarme des infirmières VIDÉO - Plusieurs milliers d'infirmiers et d'aides-soignants ont défilé mardi, partout en France, pour réclamer une revalorisation de leurs salaires, de meilleures conditions de travail et une reconnaissance de leur activité. En réponse, la ministre de la Santé a évoqué un vague plan à venir d'accompagnement des personnels de santé. Alors que Marisol Touraine s'est glorifiée fin octobre d'avoir mis fin au «trou de la Sécu», on avait l'impression depuis la présentation du projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) que tout allait mieux... À Paris, le cortège était composé de 3500 manifestants, selon la préfecture de police. «Infirmiers méprisés, patients en danger», ont scandé les manifestants vêtus de blouses blanches ou bleues, masques sur le visage et calot sur la tête. «Bien sûr, j'aimerais gagner plus, mais ce n'est pas mon souci prioritaire. Une chose est sûre, cette manifestation est symptomatique d'un malaise profond au sein des personnels de santé.

La droite tente de supprimer une mesure sur l'inéligibilité des élus condamnés pour corruption Comme un malaise dans les rangs de Les Républicains. Ce 7 juin, les parlementaires plongés dans l'examen de la loi Sapin 2 ont eu une étrange surprise lorsque Olivier Marleix, député LR de l'Eure-et-Loir, a pris le micro. Au nom de l'ensemble de son groupe, l'élu a ainsi défendu la suppression d'une disposition introduite en Commission qui "érige la peine d'inéligibilité en peine complémentaire obligatoire en matière d'atteintes à la probité". Une proposition inspirée du rapport Nadal sur l'exemplarité des responsables publics. Concrètement, un élu condamné pour corruption devait également être condamné à une peine d'inéligibilité et les parlementaires LR n'en voulaient pas. Allez savoir pourquoi ? "L’exigence d’exemplarité et de transparence de la vie publique, notamment au travers de l’action des responsables publics et des élus, doit être une priorité. "C'est une responsabilité politique majeure que prend le groupe Les Républicains. A retrouver en vidéo ci-dessous :

Valls: la victoire de Trump marque "le besoin de frontières" Le Premier ministre Manuel Valls lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale le 9 novembre 2016 ( AFP / Eric FEFERBERG ) "Que nous dit la démocratie américaine et chacun bien sûr a son analyse: le besoin de frontières, le besoin de réguler l'immigration, la nécessité bien sûr (...) de combattre le terrorisme et de nommer le totalitarisme islamiste. Le besoin aussi de mieux redistribuer les richesses, le besoin de protection pour les classes moyennes qui vivent ce sentiment de déclassement", a énuméré le chef du gouvernement, lors de la séance des questions à l'Assemblée nationale. Le Premier ministre, qui s'en était pris publiquement à M. Trump ces derniers mois alors que l'usage veut qu'on ne se mêle pas des élections étrangères, a également fait allusion au risque d'un triomphe populiste en France en 2017, jugeant que le pays "n'était pas à l'abri de ces risques". "Je ne crois pas au triomphe de la simplicité ou de la démagogie s'emparant des esprits.

Les Républicains de l'Assemblée nationale soutiennent la proposition de destitution de Hollande Les députés LR ont apporté leur soutien unanime au projet de résolution lancé par le député Pierre Lellouche, visant à destituer le président de la République pour divulgation d'informations secrètes concernant la sécurité nationale. «Nous enclenchons la procédure de destitution, sur la base de l'article 68 de notre Constitution, parce que nous considérons que le président de la République a manqué à ses responsabilités vu ce qui est publié dans le livre [Un président ne devrait pas dire ça] sur différentes opérations, des rançons, des cartes classées secret défense», a annoncé le président du groupe Les Républicains (LR) à l'Assemblée nationale, Chritsian Jacob, lors d'une conférence de presse du mardi 8 octobre citée par l'agence AFP. L'article en question stipule notamment que le chef d'Etat peut être destitué «en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l'exercice de son mandat». Détails à suivre...

Related: