background preloader

Les Shadoks, La logique des passoires ! (Saison II Eps 6)

Les Shadoks, La logique des passoires ! (Saison II Eps 6)
Related:  cerveau droit, cerveau gauche

Développement personnel Alors qu'au milieu du 18ème siècle, Benjamin Franklin lançait une pétition en faveur d'une éducation ambidextre, Léonard de Vinci, uomo universalis, avait déjà 200 ans plus tôt compris l'importance des 2 côtés du corps dans l'épanouissement de l'intellect et de l'esprit. Nous allons ici examiner dans quelle mesure utiliser sa main non dominante peut faire de vous une personne intellectuellement plus polyvalente et globalement plus talentueuse. Ce sont en fait 2 faits scientifiques reconnus depuis longtemps déjà qui permettent aujourd'hui de valider rationnellement ce qui n'était autrefois que des intuitions. - Le premier fait est que, d'une part, les 2 hémisphères cérébraux ne gèrent pas les mêmes fonctions cognitives chez l'Homme. - Le second fait est que, d'autre part, chacun des hémisphères est stimulé par la partie du corps opposée. En attendant de maîtriser l'ambidextrie à la perfection, une certaine dose d'entraînement vous sera nécessaire.

Cloud Atlas - Bande annonce version longue VOST L'empathie inhiberait la pensée analytique et vice-versa -- La Science de l'Esprit Une nouvelle étude pourrait aider à expliquer pourquoi même les personnes les plus intelligentes peuvent se faire prendre par les histoires d'escrocs (ou de politiciens véreux, ndlr), commentent ses auteurs. Une contrainte cérébrale empêcherait d'être à la fois empathique et analytique. Quand le réseau de neurones permettant l'empathie s'active, celui qui est utilisé pour la pensée analytique serait inhibé et vice versa, selon cette étude publiée dans la revue NeuroImage. Anthony Jack de la Case Western Reserve University et ses collègues ont mené cette étude avec 45 étudiants. Des images du cerveau par résonance magnétique étaient prises alors qu'ils se faisaient présenter des problèmes faisant appel à l'empathie ou des problèmes de physique. Les images cérébrales montraient que les problèmes sociaux désactivaient les régions associées à l'analyse et activaient le réseau de la pensée sociale et vice versa.

Colargol part 3 of 4 Système 1/Système 2 : les deux vitesses de la pensée -- La Science de l'Esprit Comment pensons-nous ? Qu'est-ce qui guide nos préférences, nos jugements, nos décisions ? Quand faut-il ou non faire confiance à notre intuition ? Pourquoi agissons-nous souvent contre notre propre intérêt ? Telles sont quelques-unes des questions qui servent de fil rouge à cet ouvrage, dans lequel Daniel Kahneman nous emmène à la rencontre des « deux personnages » qui se partagent notre esprit. Le « Système 1 » est ultra-rapide, intuitif et émotionnel ; le « Système 2 » est plus lent, plus réfléchi, plus contrôlé et plus logique. Fruit de toute une vie de recherche aux confins de la psychologie et de l'économie, Système 1/Système 2 dessine une théorie brillante, qui offre des prolongements pratiques immédiats dans la vie quotidienne et professionnelle. Spécialiste de psychologie cognitive et d'économie comportementale, Daniel Kahneman est professeur émérite à l'université de Princeton. Pourquoi se soucier des ragots ? Ce livre est en grande partie consacré aux défauts de l'intuition.

atypique-HPI-surdoué-mind mapping-neuro-droitier-complexité- personnalité complexe Dans ma pratique, je rencontre des prescripteurs de coaching qui, impuissants à saisir le mode de fonctionnement de l’un de leurs collaborateurs, le présentent comme « UN CAS », inadapté, ingérable ou mettant en défaut sa hiérarchie. Qu’en est-il exactement ? Est-il justifié de qualifier une personne de « cas » alors qu’il est seulement « atypique » dans un environnement considéré? En effet, il est des clients qui nous surprennent à chaque occasion en situation de coaching. Le coach sait bien, parfois par convention, parfois par vécu expérientiel, que le partage de la vision du monde d’un être humain et d’un autre se réduit la plupart du temps au plus petit dénominateur commun. Je vous propose aujourd’hui de découvrir un profil atypique, dit « neuro-droitier », par opposition au « neuro-gaucher ». Ce mode ou plutôt, ce modèle de fonctionnement, dit « neuro-droitier », concerne à peu près 15 à 30 % de la population totale, sexes confondus. Hémisphère gauche Hémisphère droit

Myers-Briggs Type Indicator (MBTI) - European distributor A foundation for life-long personal development By defining personality type, the MBTI® (Myers-Briggs Type Indicator) tool builds a robust foundation for life-long personal development. It provides a constructive, flexible and liberating framework for understanding individual differences and strengths. The MBTI tool: personality type revealed The MBTI instrument is the best known and most trusted personality assessment on the market, and OPP is its exclusive European distributor. MBTI Step I identifies personality type, made up of four basic preferences, and provides a positive framework to explain how we interact with the world and each other MBTI Step II drills into the detail of Step I preferences, providing insight into the unique way in which we express our personality type Starting with an understanding of MBTI type, the MBTI framework supports a far-reaching and lifelong Development Journey which embraces many common challenges in the workplace, and outside it:

Modèle Herrmann Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Profil de préférences cérébrales Herrmann (en anglais : Herrmann Brain Dominance Instrument, HBDI) a été développé par William "Ned" Herrmann (1922-1999) (Caroline du Nord). Il s'agit d'un outil de connaissance de soi visant à identifier les modes préférentiels de traitement de l'information des individus[1]. Le HBDI est un outil breveté (sous licence Herrmann International) utilisé en management pour établir des profils individuels et des profils d'équipes. Le modèle Herrmann garde toute sa pertinence au regard des connaissances en neurobiologie cognitive, après plus de 20 ans d'expansion continue de par le monde, au-delà même de la validation de l'outil de mesure (HBDI) qui a été créé pour exploiter le modèle. L'approche de Ned Herrmann dite "à cerveau total " (Whole Brain Thinking) permet de sortir des jugements de valeurs sur le "bon" ou le "mauvais" fonctionnement d'une personne dans un groupe. Concept[modifier | modifier le code] A.

Comment notre cerveau détermine quand un visage est réellement un visage ? Nos cerveaux (droit et gauche) sont faits pour trouver des visages. En fait, ils sont si performants pour capter les visages humains que parfois nous en apercevons dans un fatras de roches, un nuage dans le ciel, ou dans certains cratères de la Lune ou de Mars… Mais une autre chose étonnante au sujet de notre cerveau, c’est que nous ne nous trompons jamais réellement en pensant que c’est une vraie personne qui nous regarde. Nous pourrions faire un deuxième focus, mais les cerveaux les plus normaux peuvent faire la différence entre un homme et un lavabo du premier coup. Les neuroscientifiques de l’Institut de technologie du Massachusetts (MIT) ont voulu étudier comment le cerveau décide exactement de ce qui est et n’est pas un visage. Pawan Sinha, professeur de sciences cognitives et du cerveau au MIT et ses élèves, ont créé un cortège d’images allant de celles ne ressemblant en rien aux visages à d’authentiques visages. Ci-dessous : le visage de Mars.

08. Puissance et complexité La motricité Il y a fort longtemps que l’on sait que c’est le cerveau qui commande la motricité. Gallien, au IIème siècle après Jésus Christ, le premier, observa que les nerfs moteurs remontaient jusqu’au cerveau. Le fait de marcher qui nous semble si naturel et que l’on exécute sans même y penser est en fait une opération très complexe. Aujourd’hui encore malgré la puissance de la technologie moderne on ne sait pas la reproduire dans sa légèreté, sa fluidité, ce que tous les petits d’hommes savent faire vers l’âge de 1 an. Très schématiquement on pourrait dire qu’en terme de motricité notre système nerveux se divise en deux. Le fait de porter la main devant sa bouche quand on baille est typiquement l’expression du système pyramidal, c’est un geste volontaire, même s’il est exécuté sans que l’on y prête attention. Le bâillement, quand à lui, est typiquement l’expression du système extra-pyramidal dans ce qu’il a d’irrésistible, de non reproductible, de spontané. La perception Voir

Related: