background preloader

Ramsar : convention protection des zones humides

Ramsar : convention protection des zones humides
La Convention sur les zones humides d’importance internationale, appelée Convention de Ramsar, est un traité intergouvernemental qui sert de cadre à l’action nationale et à la coopération internationale pour la conservation et l’utilisation rationnelle des zones humides et de leurs ressources. Négocié tout au long des années 1960 par des pays et des organisations non gouvernementales préoccupés devant la perte et la dégradation croissantes des zones humides qui servaient d’habitats aux oiseaux d’eau migrateurs, le traité a été adopté dans la ville iranienne de Ramsar, en 1971, et est entré en vigueur en 1975. La Convention est le seul traité mondial du domaine de l’environnement qui porte sur un écosystème particulier et les pays membres de la Convention couvrent toutes les régions géographiques de la planète. » Le texte de la convention est ici. La mission de Ramsar Le concept d’utilisation rationnelle Related:  9.3.2. Diversity

UNESCO : héritage naturel mondial Description Le territoire bissau-guinéen est divisé en deux zones principales: la zone continentale et la zone insulaire, communément appelée l'Archipel des Bijagós, constituée par 88 îles et îlots parmi lesquels 23 sont habités. C'est la zone la plus riche en Guinée-Bissau, en termes de la biodiversité. L'Archipel des Bolama-Bijagos occupe une superficie totale de plus de 10.000 km2, dont 1.600 km2 de zones intertidales (bancs de sable et vasière). Dix pour cent (10%) de cette étendue (dont 350 km2 de mangroves) qui représentent près d'un tiers (1/3) de la superficie des îles sont considérés comme terres émergées. Le climat est caractérisé par l'existence de deux saisons bien différenciées : la saison sèche (novembre à avril) et la saison des pluies (mai à octobre). La faune est riche et diversifiée. L'Archipel des Bijagós est le deuxième site le plus important pour les oiseaux migrateurs en Afrique de l'Ouest après le Banc d'Arguin en Mauritanie. Comparison with other similar properties

Accueil | RhoMeO Réseau de zones humides du monde Créé lors de la Conférence mondiale des ONG à la veille de la COP10 de Ramsar, qui s'est déroulée en novembre 2008 à Changwon, en Corée du Sud, le Réseau mondial des zones humides ou WWN (World Wetland Network) est un jeune réseau international de 1500 ONG travaillant dans le domaine des zones humides. Né de la nécessité pour les ONG de garder le contact entre chaque réunion de la Convention de Ramsar, il a également pour vocation de faciliter l'échange d'informations, le partage de bonnes pratiques et le lobbying en faveur des problèmes spécifiques aux zones humides. Le WWN permettra également aux ONG plus modestes d'arriver aux Conférences des Parties Contractantes de Ramsar (COP) bien préparées afin de participer pleinement à la rencontre Ramsar elle-même. Les ONG présentes à la COP de Ramsar se sont réunies plusieurs fois, et ont convenu d'un mandat ainsi que d'un plan strategique pour le réseau. Un comité de membres de chaque continent a été désigné dans ce mandat. M. Contacts

Comité français de l'UICN IPCA - Indo-Pacific Conservation Alliance brochure_enquete_zone_humide-2.pdf Journées mondiales des zones humides Qu'est-ce que la Journée mondiale des zones humides? Chaque année le 2 février, nous célébrons la Journée mondiale des zones humides pour commémorer la signature de la Convention sur les zones humides, le 2 février 1971, dans la ville iranienne de Ramsar, au bord de la mer Caspienne. Chaque année depuis 1997, des organismes gouvernementaux, des organisations non gouvernementales et des groupes de citoyens à tous les niveaux de la société profitent de l'occasion pour lancer des actions de sensibilisation du public aux valeurs et aux avantages des zones humides en général, et de la Convention de Ramsar en particulier. Cliquez ici pour voir les spécimens de la traduction et de l'adaptation des affiches Ramsar dans le monde entier. Matériel mis à disposition:

Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services (IPBES) - Intergovernmental Science-Policy Platform on Biodiversity and Ecosystem Services (IPBES) Agence des aires marines protégées Les publications du Pôle-relais tourbières Accueil du site > Documentation > Les publications du Pôle-relais tourbières Les publications du Pôle-relais tourbières Guide de gestion : Tourbières & marais alcalins des vallées alluviales de France septentrionale Guide de gestion "tourbières des montagnes françaises" Travaux en zones humides - Vade-mecum des bonnes pratiques L’Echo des tourbières Les cahiers scientifiques et techniques Voyage au pays des tourbières... Ouvrages réalisés en collaboration avec le Pôle-relais tourbières Cahier technique - Restauration et gestion des habitats à Liparis de Loesel Les autres pôles-relais Le portail national zones humides Les Pôles-relais contribuent au portail national zones humides Nous contacter | Mentions légales | Plan du site | Conception : La Compagnie Hyperactive

Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel La Conférence générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture, réunie à Paris du 17 octobre au 21 novembre 1972, en sa dix-septième session, Constatant que le patrimoine culturel et le patrimoine naturel sont de plus en plus menacés de destruction non seulement par les causes traditionnelles de dégradation mais encore par l'évolution de la vie sociale et économique qui les aggrave par des phénomènes d'altération ou de destruction encore plus redoutables, Considérant que la dégradation ou la disparition d'un bien du patrimoine culturel et naturel constitue un appauvrissement néfaste du patrimoine de tous les peuples du monde, Considérant que la protection de ce patrimoine à l'échelon national reste souvent incomplète en raison de l'ampleur des moyens qu'elle nécessite et de l'insuffisance des ressources économiques, scientifiques et techniques du pays sur le territoire duquel se trouve le bien à sauvegarder, I. Article premier Article 2 Article 3 II. a.

The Biodiversity Hotspots Page Content Life on Earth faces a crisis of historical and planetary proportions. Unsustainable consumption in many northern countries and crushing poverty in the tropics are destroying wild nature. Biodiversity is besieged. Extinction is the gravest aspect of the biodiversity crisis: it is irreversible. While extinction is a natural process, human impacts have elevated the rate of extinction by at least a thousand, possibly several thousand, times the natural rate. In a world where conservation budgets are insufficient given the number of species threatened with extinction, identifying conservation priorities is crucial. The biodiversity hotspots hold especially high numbers of endemic species, yet their combined area of remaining habitat covers only 2.3 percent of the Earth's land surface. Hotspots in Context Hotspots Defined Impact of Hotspots Hotspots Revisited Conservation Responses Subsection 01 Subsection 02 Subsection 03 Subsection 04 Subsection 05

Related: