background preloader

Bienvenue à la SNPN - Société Nationale de Protection de la Nature

Bienvenue à la SNPN - Société Nationale de Protection de la Nature

http://www.snpn.com/

L’Inventaire National du Patrimoine Naturel L’Inventaire National du Patrimoine Naturel (INPN) Initié en 2003 par le Muséum national d'Histoire naturelle qui répond à sa mission stipulée dans le code de l’environnement (art L411-5), l’Inventaire National du Patrimoine Naturel intègre les données naturalistes du muséum et de l’ensemble des programmes nationaux de connaissance, de conservation et de protection de la Nature. Ce système d’information recense les espèces animales et végétales, actuelles et anciennes, continentales et marines, les habitats naturels, les espaces protégés et le patrimoine géologique, en métropole et en outre-mer. Depuis 10 ans, ce travail se réalise en associant l’État, les scientifiques, les collectivités territoriales et les associations de protection de la nature.

Découvrez AYYA : une association qui veut renouveler l’écologie Elle est toute jeune et pourtant déjà suivie dans les réseaux de l’écologie : l’association AYYA débarque dans le paysage français et ambitionne de renouveler les façons de penser l’écologie. Vers la création d’un nouvel imaginaire de l’écologie. AYYA déploie dans ses espaces de création des personnages anthropomorphes représentant les interfaces dynamiques entre nature et culture. ©AYYA – Palmyre Roigt Pendant longtemps l’action sociale et politique a séparé les espaces de conservation et les espaces de développement humain.

Page d’index Nous sommes le 21 Avr 2014 04:32 Vos observations : De la loupe au microscope ... Vos enquêtes macro et microscopiques ! BIOINDICATION : UN DIAGNOSTIC PAR ET POUR LES ESPÈCES Appréhender l’état écologique des milieux aquatiques est essentiel pour cibler les actions destinées à améliorer la qualité de l’eau. Or certaines espèces dites « bioindicatrices » s’avèrent d’excellents révélateurs de l’état de santé de leur environnement. L’Onema apporte un appui technique, scientifique et financier pour développer des outils de bioindication toujours plus efficaces et complets. Apposer un diagnostic écologique à partir des informations que donnent les espèces bioindicatrices sur les altérations physiques et chimiques pourrait sembler simple, par exemple pour identifier la présence de métaux lourds ou de nitrates, ou encore suivre l’impact d’un seuil sur la reproduction des poissons… Il n’en est rien car les milieux aquatiques ne peuvent être suivis à l’identique, qu’il s’agisse de cours d’eau, de plans d’eau, d’estuaires ou d’eaux côtières.

S'engager Alors qu'elles n'étaient que 1 600 dans les années 80, on dénombre aujourd'hui plus de 3 700 Organisations Non Gouvernementales dans le monde. Les ONG jouent un rôle primordial d'interface entre les citoyens et les décideurs, sur lesquels elles essayent de faire pression. Si vous voulez agir pour l'environnement, voici une liste (non-exhaustive) d'organisations que vous pourriez rejoindre. N'oubliez pas qu'elles sont toujours en quête de soutien financier ou humain. Les Amis de la Terre : le plus grand réseau écologiste mondial

Fédération des Conservatoires botaniques nationaux La constitution d’un système d’information national thématique sur la flore, la fonge, la végétation et les habitats est un préalable indispensable à l’accompagnement des politiques publiques en faveur de la conservation de la flore sauvage, des végétations et des milieux naturels et semi-naturels. La constitution d’un tel système d’information vise ainsi, en particulier, à alimenter la plateforme nationale du système d’information sur la nature et les paysages (SINP). En 2013, la FCBN s’est attachée à développer le volet « données d’observations flore » du système d’information. Le projet a pu se concrétiser grâce à une implication forte des CBN pour mettre à disposition au niveau national les données contenues dans leur système d’information. Cette intégration a nécessité, en amont, un travail conséquent de rattachement des données au format standard défini au préalable et qui prend notamment en compte le référentiel TAXREF dans sa version 5.

Le concept d'écologie de la nutrition Qu'est-ce que l'écologie de la nutrition ? Le terme d'écologie de la nutrition a été inventé en 1986 par un groupe de nutritionnistes de l'université de Giessen, en Allemagne. Il s'agit d'une science interdisciplinaire qui étudie les conséquences globales de nos modes alimentaires et par incidence leur viabilité à plus ou moins long terme. En effet, notre façon de nous nourrir impacte directement non seulement notre santé, mais également l'environnement, et a des répercussions sociales et économiques considérables. L'écologie de la nutrition étudie l'ensemble de ces interactions dans une perspective systémique, c'est-à-dire en prenant en compte toutes les étapes du système alimentaire : production, récolte, conservation, stockage, transport, transformation, conditionnement, commercialisation, distribution, préparation, composition et consommation des aliments, ou encore élimination des déchets.

SILENE, Système d'Information et de Localisation des Espèces Natives et Envahissantes Silene-PACA a fêté ses 10 ans : Voir les informations et les présentations 01/08/2017 : Mise à jour des données pour la région PACA. - 4 300 000 observations disponibles - Nomenclature : TAXREF v7 La liste rouge régionale de la flore de Provence-Alpes-Côte-d’Azur est publiée. Rapport WWF : 30% des sites Unesco menacés par le trafic d’espèces sauvages Mondialement connus pour la richesse de leur biodiversité, les sites classés au Patrimoine mondial de l’Unesco abritent des milliers de plantes et d’espèces rares. Bien qu’ils soient reconnus pour leur beauté naturelle, leur biodiversité, leurs caractéristiques géologiques et écologiques, près de 30 % des sites classés au Patrimoine mondial sont menacés par le braconnage, l’exploitation forestière et la pêche illégale. Ces activités destructrices mettent à la fois en péril les espèces qui vivent sur ces sites et les communautés locales dont les moyens de subsistance en dépendent. Ce sont les conclusions du rapport "Pas à vendre" publié aujourd’hui par le WWF qui appelle à une meilleure collaboration entre les organes de gouvernance de la CITES* et de la Convention du patrimoine mondial pour mettre fin au commerce illégal sur les sites classés. « Les sites du Patrimoine mondial ont une valeur universelle.

Related: