background preloader

Eye Exercises for Visual Health and School Success

Eye Exercises for Visual Health and School Success
Related:  Dyslexia ResourcesCerveau et EducationNeuro Science

Words and Pictures - Starwords Home L'étonnante plasticité du cerveau humain Tous les mois dans Le Figaro , des membres de l'Académie des sciences répondent aux grandes questions de l'actualité scientifique. Pierre-Marie Lledo, neurobiologiste au CNRS et à l'Institut Pasteur vous répond. Avec ses 86 milliards de cellules nerveuses et ses millions de milliards de connexions, le cerveau de l'homme moderne est une merveille de complexité qui n'a pourtant rien d'immuable et de figé comme le sont les composés d'un ordinateur. Si connexions, mémoire et langage il y a, ceux-ci sont faits de chair vive: matière changeante construite pour le changement et qui n'existe elle-même que par le changement. Cela veut dire que cet organe incarne un devenir: il confère la faculté d'accomplir demain des opérations que nous sommes incapables de réaliser aujourd'hui. La première singularité concerne la lente croissance de notre cerveau qui nécessite plusieurs décennies pour s'accomplir. Programmés pour apprendre » Le cerveau humain a rétréci depuis Cro-Magnon

Cerveau droit, cerveau gauche, la différences entre les hommes et les femmes Vous avez de la chance aujourd’hui : vous aurez droit à deux conférences… Et comme je dispose de peu de temps, je ferai ces deux conférences en même temps ! … Une pour les femmes ; une autre, pour les hommes ! … D’ailleurs, j’ai déjà commencé ! Les quelques mots que je viens de prononcer, les femmes et les hommes ici présents ne les ont pas entendus de manière identique ! Tout d’abord, les femmes, (en moyenne statistique, bien entendu, et avec de larges variations individuelles)(3) • entendent deux fois plus fort (2,3 fois, en moyenne)(5) : elle m’entendent donc « crier » — et me croient agressif ou en colère… Tandis que les hommes ont le sentiment que je parle de manière « confidentielle et complice »… • elles m’entendent avec leurs deux hémisphères, tandis que les hommes m’écoutent essentiellement avec l’hémisphère gauche, verbal, logique — et donc, critique. En fait, nous appartenons à deux « espèces » différentes ! Pourquoi ces différences ?

Mama OT | Tips and tricks for those who care for childrenMama OT | Tips and tricks for those who care for children Dolch Word Y-a-t-il un Google dans notre cerveau ? Les résultats publiés par Alexander Huth, chercheur à l’Institut de neurosciences Helen Wills de l’université de Californie à Berkeley, et ses collègues dans la revue Neuron du 20 décembre 2012 conduisent à se poser la question: “Y a-t-il un Google dans notre cerveau ?” Un sous Google ? Un super Google ? Comment sommes-nous capables de retrouver ou de reconnaître, souvent instantanément, un mot, une image, une notion, une action? Une autre étude devra le déterminer, mais celle-ci montre déjà comment nous rangeons la multitude d’objets et d’actions que nous voyons dans notre matière grise. 1.705 catégories d’objets et d’actions “Si l’être humain peut voir et nommer des milliers de catégories d’objets et d’actions, il est peu probable qu’une zone distincte du cerveau soit affectée à chacune de ces catégories”, précisent les chercheurs. De quoi construire une représentation de la répartition corticale de 1.705 catégories d’objets et d’actions. 30.000 voxels Cartographie 3D interactive

The astonishing maps that reveal how our brain organises everything we see UC Berkeley team use fMRI to find out where semantically linked concepts are processed in the brainFindings are a quantum leap from previous research mapping concepts to brain regionsTeam create video and interactive website to present their incredible discoveries By Damien Gayle Published: 13:56 GMT, 20 December 2012 | Updated: 17:48 GMT, 20 December 2012 Scientists have put together the first ever map of how the brain organises the thousands of images that come flooding in through our eyes every day. A team at the University of California, Berkeley, have found that the brain is wired to put in order all the categories of objects and actions that we see. To illustrate their findings, they have created the first map of how the brain organises these categories across the cortex. Click here to open the interactive version of the map in a new window (may take some time to load) Nevertheless, the researchers found that different people share a similar semantic layout.

Occupational Therapy Learning Activities for Kids SEN Teacher Home Page ⋆ Special Educational Needs LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! Le phénomène de latéralisation dans le cerveau implique qu’une fonction donnée est contrôlée préférentiellement par un côté du cerveau. Les hémisphères droit et gauche du cerveau sont ainsi le siège de fonctions cognitives distinctes dont la complémentarité est assurée par le corps calleux, principal faisceau de fibres nerveuses reliant les deux hémisphères. La latéralisation semble être une ingénieuse stratégie mise en place au cours de l’évolution pour rentabiliser au mieux l’espace disponible dans le cerveau. Elle augmente par exemple la vitesse de traitement en évitant les longues connexions nécessaires pour relier entre elles deux régions situées de part et d’autre de l’encéphale. De plus, lorsque deux zones symétriques n’assument pas la même fonction, on « double » d’une certaine manière les capacités cognitives du cerveau. La préférence manuelle et le langage sont deux fonctions particulièrement latéralisées.

The role of emotion in memory | Mempowered Does emotion help us remember? That's not an easy question to answer, which is unsurprising when you consider the complexities of emotion. First of all, there are two, quite different, elements to this question. The effect of emotional content It does seem clear that, as a general rule, we remember emotionally charged events better than boring ones. Latest research suggests that it is the emotions aroused, not the personal significance of the event, that makes such events easier to remember. The memory of strongly emotional images and events may be at the expense of other information. It does seem that memories are treated differently depending on whether they are associated with pleasant emotions or unpleasant ones, and that this general rule appears to be affected by age and other individual factors. The effect of mood Another aspect of emotion is mood - your emotional state at the time of encoding or retrieving. Brain regions involved in the emotion-memory interaction . ). . gyrus

Visual Perception < Back to Fine Motor Skills Overview Click here for PDF What is visual perception? Visual Perception refers to the brain's ability to make sense of what the eyes see. Why is it important? Good visual perceptual skills are important for many every day skills such as reading, writing, completing puzzles, cutting, drawing, completing math problems, dressing as well as many other skills. Building blocks necessary to develop visual perception include: You can tell there are problems with visual perception if the child: Has trouble completing puzzles or dot to dots.Has difficulty planning actions in relation to objects around him/her.Has difficulty with spatial concepts such as "in, out, on, under, next to, up, down, in front of." When you see difficulties with visual perception, you might also see difficulties with: What can be done to improve visual perceptual skills? Activities that can help improve visual perception include: Left untreated, difficulties with visual perception can lead to:

A to Z Teacher Stuff Connecté à vie : notre cerveau, le meilleur des réseaux (3/3) - Thema - Museum cc by-nc-sa Argonne National Laboratory On peut théoriquement concevoir de traiter ces maladies par une greffe de cellules souches neurales qui permettraient, en recolonisant les territoires perdus, de restaurer les fonctions cognitives. Cependant, les essais réalisés sur des modèles animaux ont montré les limites de ces approches. Très récemment, on a montré que les cellules adultes de différents tissus, en particulier celles provenant de la peau ou du tissu adipeux, pouvaient être reprogrammées en neurones. © Inserm, C. Cependant, si le patient souffre d'une forme familiale de la maladie, c'est à dire liée à la mutation d'un gène, l'utilisation de ses propres cellules ne peut s'envisager car la reprogrammation ne permet pas d'éliminer les mutations et les cellules reprogrammées ne pourraient que reproduire la maladie. Notre cerveau est à la fois incroyablement puissant et extrêmement fragile.

Related: