background preloader

Hoax, rumeurs et désinformation, comment les dénoncer ?

Hoax, rumeurs et désinformation, comment les dénoncer ?
Déroulement de la séquence Séance 1 : Qu’est-ce qu’une rumeur ? Pourquoi y croit-on ? 1 – Analyse d’une rumeur : Qui parle ? Amorce des notions de date/auteur/média/validité Comment la rumeur s’est-elle arrêtée ? 2- Brainstorming : pourquoi croit-on à la rumeur ? Réalisation collective sur Mindmup d’une carte mentale numérique sur les caractéristiques de la rumeur Séance 2 : Analyser la rumeur et sa propagation En petits groupes, analyse de documents porteurs d’une rumeur image / vidéo / tweet / fichier son Qui parle ? Vérification par une recherche internet sur le sujet.Mise en commun : Pourquoi ne vérifie-t-on pas ? Séance 3 : Comprendre les phénomènes de propagation des rumeurs et des fausses informations : la rumeur électronique supports : mails + reportage audio sur france info sur les chaines magiques. Séance 4 : Réaliser une infographie, des slogans (l’attitude face à la rumeur) Séance 5 : Réaliser une émission radio sur les nouveaux médias et la fiabilité de l’information Related:  Activités / ExercicesDérives de l'information

La presse par Magaly sur Genially Informer, s'informer, déformer,IV - Delorce a accepté de payer Yochka ce qui n’est pas déontologique mais il ignoraitce que le cameraman avait manigancé. C’est en quelque sorte le naïf de l’histoire. Le cameraman, lui avait tout planifié, il a trouvé Yoshka et avait manigancé pour qu’il soit tué devant la caméra.Ce reportage a eu beaucoup de succès, la chaîne, satisfaite a permis à Delorce de rentrer à Paris. Les réseaux sociaux, quelles pratiques ? Détails Détails Catégorie : Pratiques pédagogiques Publié le samedi 16 novembre 2013 16:07 Écrit par Tania Mayer Affichages : 205 Tweet " Les réseaux sociaux, quelles pratiques ?" Auteur du scénario et établissement : Manon Campese Professeur documentaliste - Lycée Saint Exupéry - Fameck (57) manon.campese@ac-nancy-metz.fr 4. Cette séance a pour but de faire s’exprimer les élèves sur leurs usages des réseaux sociaux en leur montrant des exemples concrets. Cliquez ICI pour consulter le descriptif complet de la séquence.

De "fake news" à "infox", le parcours des mots vers leur francisation Ne dites plus "fake news", préférez "information fallacieuse" ou "infox", un néologisme formé à partir des mots "information" et "intoxication". Ainsi en a décidé la Commission d'enrichissement de la langue française, dont la recommandation a été publiée ce jeudi au Journal Officiel. Cela signifie qu'à partir de ce jour toutes les administrations se doivent d'employer ce terme. Elles peuvent également recourir à des termes qui existaient déjà, à savoir : "nouvelle fausse", "fausse nouvelle", "information fausse" ou "fausse information". Pourquoi vouloir franciser les mots venus de l'étranger ? Il s'agit d'une idée assez ancienne. Depuis cette époque, bien d'autres lois se sont ajoutées, mais celle par laquelle nous sommes régis aujourd'hui est la "loi Toubon" de 1994 (loi relative à l'emploi de la langue française) qui garantit l'emploi du français dans la vie sociale. Comment les mots qui doivent être francisés sont-ils choisis ? Certains mots s'imposent. Il y a tout un dispositif.

Attentats : décrypter le complotisme et les « infaux » avec la parodie en « Classe Médias » Après Charlie Hebdo, Lionel Vighier, prof de lettres, avait dédié une séquence aux théories du complot, pour ses "3e Médias". Pour l'après-13 Novembre, il s'attaquera aux fausses informations. Avec le même objectif : développer l'esprit critique des élèves. Les théories du complot / Lionel Vighier Un an après Charlie Hebdo, 2 mois après le 13 Novembre, comment agir auprès des élèves afin de les armer face à la désinformation ? Au collège Picasso de Montesson, Lionel Vighier, prof de français, participe à un projet “transdisciplinaire” mis en place en 2014 : une classe à projet, centrée sur l’éducation aux médias. Éduquer aux médias toute l’année Les 3e Médias préparent une « Journée du Direct » : ils couvrent l’actu du jour sur Twitter. Objectif : développer l’esprit critique “par rapport aux médias en les décryptant”, mais aussi “sensibiliser aux enjeux liés à la publication d’informations, en rendant l’élève acteur”. “Les élèves entendent parler des médias tous les jours. Fabien Soyez

Lutter contre les fake news Le site de l'ABDU, association des directeurs et personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation, publie les captations vidéo de la journée d'étude organisée le 5 juin 2018 en partenariat avec The Conversation France, La Croix, le CARISM et France Info. Cette journée, précise l'ABDU, « s’est positionnée sans équivoque en faveur de l’éducation aux médias et a valorisé les initiatives des acteurs de l’IST contre la désinformation. Enfin, elle a promu le développement de bonnes pratiques informationnelles et l’engagement de ses organisateurs et intervenants en faveur de l’esprit critique, de la maîtrise de la documentation et de la valeur de l’information ». Sources Réseaux et médias sociaux

Face à l'info… je décrypte ! Savoir adopter un regard critique face à la pluralité de formes que peuvent prendre les diverses informations qui circulent autour des adolescents, est une compétence essentielle pour le futur citoyen. Créé dans le cadre du MoocMedias, en lien avec l’EMI, ce scénario pédagogique propose à l’élève des clés pour cerner les formes liées aux fausses informations et à leur viralité, notamment par le biais des médias sociaux. Référent Titre de la séquence : Face à l’info; je décrypte ! Présentation de l’action : Savoir cerner les différentes formes de fausses informations (rumeur, canular, hoax, etc) et adopter des réflexes de décryptage critique afin d’acquérir une démarche citoyenne et réfléchie face à ce qu’on lit ou partage avec autrui, notamment à l’heure des réseaux et des médias numériques de plus en plus réactifs. E-mail : Cadre Domaine de compétences et capacité(s) du B2i : Logiciels et outils TICE : carte mentale / création multimédia (Powtoon) – infographie – Thinglink/ Active presenter

5 tests faciles pour voir tout ce que Google sait sur vous Google vous connaît mieux que certains de vos proches, et ce grâce aux traces que laissent vos actions sur ordinateur ou sur smartphone, collectées par défaut. Et si vous ne nous croyez pas, vous n'avez qu'à vérifier en 5 étapes ce que le géant du web sait sur vous (pour cela, il vous faudra sans doute vous connecter à votre compte Google) : 1. Ce que Google sait de vos centres d'intérêt Les sites sur lesquels vous surfez, les recherches effectuées sur Google ou encore les vidéos que vous visionnez sur YouTube... Toute votre activité aide Google à déterminer quels sont les sujets qui vous intéressent. Pour voir ce que Google sait de vos centres d'intérêt, cliquez-ici. Astuce : Sachez qu'il vous est possible de désactiver la proposition d'annonces basées sur vos centres d'intérêt, mais pas de les supprimer totalement. 2. Le GPS installé dans votre smartphone, Google Maps, est une mine de renseignements pour Google, qui garde ainsi une trace de tous vos déplacements. 3. 4. 5.

Trump et les journalistes : alerte à la Maison Blanche ! Quel rapport Donald Trump entretient-il avec les médias ? Comment les journalistes politiques américains pourront-ils désormais exercer leur métier ? L’entrée en fonction du 45ème président des Etats-Unis a consisté à cogner de manière spectaculaire sur les journalistes, qualifiés « d’êtres humains parmi les plus malhonnêtes de la planète ». S’en suit une déclaration choc du porte-parole de la Maison Blanche : « l’investiture de Donald Trump a réuni la plus grande foule jamais vue et tous les médias qui insinuent le contraire font un travail honteux ». S’en suit une déclaration de la conseillère du président sur NBC : « le porte-parole ne dit pas des choses fausses, non, il propose des faits alternatifs ». A la Maison Blanche, il n'y a plus de frontière entre les faits et les mensonges. Avec nous, ce matin : Nicholas Vinocur, correspondant du site d’information Politico et Adam Nossiter, journaliste au New York Times.

Histoire Géographie - Grenoble - Numérique responsable « Le "socle commun de connaissances et de compétences et de culture" présente ce que tout élève doit savoir et maîtriser à la fin de la scolarité obligatoire. Introduit dans la loi en 2005, il rassemble l'ensemble des connaissances, compétences, valeurs et attitudes nécessaires pour réussir sa scolarité, sa vie d'individu et de futur citoyen » ( Parmi les attendus, le numérique est au cœur des objectifs et des démarches pour permettre d’utiliser les ressources/outils numériques afin d’établir une plus-value par et pour les élèves. Fiche de synthèse 6ème Partie III : l'habitant (ou semaine de la presse) Que s'est-il passé dans l'actualité cette semaine? 5ème Partie I : Des êtres humains, une seule humanité Quelle est la mission du défenseur des droits? 4ème Partie I: L'exercice des libertés en France Par Alexandre Bouineau et Anthony Merle, 2014 Partie II : Droit et justice en France

Bientôt l’ère post-news ? Et si finalement, les citoyens, fatigués de réalités parallèles inconnues ou complexes, submergés par les images et les sons, saturés de mauvaises nouvelles, tournaient le dos à une information perçue comme lointaine, partiale, et jugée de moins en moins pertinente ? Au pire moment, en plus : celui où les mouvements extrémistes font l’agenda, celui où les démocraties sont hackées par la désinformation. Et si après l’ère des fausses nouvelles et de la post-vérité, le redoutable défi des rédactions devenait celui d'une ère post-news ? Car l’air du temps est bien au repli, à la crainte de l’avenir. « Bonheur privé, détachement collectif » titrait, cet été, la dernière étude SocioVision, baromètre de la société française depuis 1975. La stratégie de l’autruche fonctionne : le désintérêt des citoyens pour l’actualité internationale et nationale est bien en progression, précise l’Ifop. Back to local ! Face à un monde de plus en plus complexe et incertain, les gens se replient dans leur bulle.

Hoax, rumeur et désinformation A l’heure ou les élèves utilisent quotidiennement les mails, les réseaux sociaux, il nous a semblé indispensable de les faire réfléchir sur ce qu’est la rumeur, la manière de la détecter, avec un esprit critique. Dans le cadre du Mooc Médias, nous avons décliné cette idée en l’adaptant à deux situations différentes avec une trame commune mais des étapes et des outils adaptés : une classe média impliquant le professeurs de lettres et le professeur documentaliste d’une part, et une séquence anglais / documentation d’autre part. Nom des enseignants : Margaret Tisserand, Delphine Poirier, Sarah Staunton, Cécile Diet E-mail : margaret.tisserand@ac-besancon.fr *protected email* , delphine.binetruy@ac-besancon.fr , sarah-alison.staunton@ac-besancon.fr , cecile.diet@ac-besancon.fr Descripteurs : désinformation, source d’information, évaluation de l’information, éducation aux médias Date de la création de la ressource : Mai 2016 Date de péremption de la ressource : Mai 2021 Compétences Compétences EMI

L'accompagnement personnalisé dans le quotidien de la classe L’ouvrage de Michèle Sanchez et Jean-Pierre Bourreau s'appuie sur des actions effectivement mise en place de toutes parts dans le système éducatif. Leur livre revêt l’avantage de mettre en exergue des expériences pionnières et des tâtonnements pédagogiques. Les auteurs ne sont pas des universitaires spécialistes de l'Accompagnement avec un grand A, mais avant tout des praticiens. Leur livre est la vibration d’une démarche de terrain. Existe-t-il une genèse de l'accompagnement ? Quels sont ses défricheurs ? Nous pensons plus particulièrement à la pédagogie Freinet dans laquelle l’enseignant fait de l'accompagnement sans le nommer, tout comme M. Tous mettent en évidence la dimension anthropologique de l'accompagnement dont l'origine se confond avec celle du processus d'humanisation. Pour accompagner quelqu’un il faut lui demander où il veut aller. Il s’agit bien là d’une question centrale et récurrente pour l'accompagnateur. Sur le terrain ça donne quoi ? Notes 1 Boutinet J.

Related: