background preloader

Les boutiques de musées

Les boutiques de musées
Related:  Politiques Patrimoniales Nationales

Hopper - Le catalogue de l'exposition Achetez le catalogue Hopper si vous ne l'avez pas encore Catalogue officiel de l'exposition Edward Hopper. Grand Palais du 10 octobre 2012 au 28 janvier 2013 L'œuvre d' Hopper (1882 - 1967) s'est imposée comme un passage central de la peinture américaine du XXe siècle. En rupture avec l'académisme dominant, l'artiste a fondé un réalisme moderne, revendiquant la nécessité de s'ancrer dans une tradition américaine, émancipée de l'influence française. L'ouvrage étudie enfin sa postérité et l'influence qu'il a pu jouer à son tour sur le monde de l'art, de la peinture, du cinéma et de la photographie. Didier Ottinger est conservateur et directeur adjoint au Musée national d'art moderne - Centre Georges Pompidou, spécialiste des mouvements surréaliste, futuriste et néo expressionniste, commissaire de la seconde édition de La Force de l'Art en 2009 au Grand Palais et de Parade. Tomás Llorens est directeur honoraire du musée Thyssen - Bornemisza, Madrid.

Trésors nationaux - Musées Les trésors nationaux sont des biens culturels qui, présentant un intérêt majeur pour le patrimoine national au point de vue de l'histoire, de l'art ou de l'archéologie, ont fait l’objet d'un refus temporaire de sortie du territoire concrétisé par un "refus de certificat", au sens de la loi n° 92-1477 du 31 décembre 1992 modifiée. Plus d'une trentaine d’œuvres majeures étaient concernées par ces dispositions au moment de l'édition de ce document. Pour les œuvres considérées comme "trésor national", dès que le certificat d'exportation est refusé, et dans les 30 mois qui suivent, l'administration peut faire une offre d'achat au propriétaire, la détermination du prix étant confiée à des experts en cas de refus de ce dernier. Ensuite l’État peut maintenir son offre d'achat.

DVD La toile blanche de Edward Hopper Publié à l'occasion de l'exposition Edward Hopper. Grand Palais du 10 octobre 2012 au 28 janvier 2013. A l'occasion de la rétrospective Edward Hopper au Grand Palais, le documentaire de Jean-Pierre Devillers livre une vision renouvelée de l'œuvre du peintre américain. A l'aune de l'histoire culturelle et politique américaine, l'auteur traque le paradoxe d'une œuvre qui s'affiche sous les auspices du réel pour déjouer les valeurs d'une civilisation conquérante. Jean-Pierre Devillers est réalisateur et auteur. Il a réalisé de très nombreux documentaires, souvent des portraits d'artistes (Maurice Pialat, l'amour existe, sélection officielle au Festival de Cannes 2007, Béatrice Dalle, David Lynch, Chabrol, Ernest Hemingway...) ainsi que de nombreuses émissions de télévision. Didier Ottinger est le commissaire de l'exposition Hopper au Grand Palais (2012-2013).

Monuments historiques - Monuments historiques & Espaces protégés Un monument historique est un immeuble ou un objet mobilier recevant un statut juridique particulier destiné à le protéger, du fait de son intérêt historique, artistique, architectural mais aussi technique ou scientifique. Le statut de « monument historique » est une reconnaissance par la Nation de la valeur patrimoniale d'un bien. Cette protection implique une responsabilité partagée entre les propriétaires et la collectivité nationale au regard de sa conservation et de sa transmission aux générations à venir. Dès l'époque révolutionnaire, le conseil des bâtiments civils puis à partir de 1837 la Commission des monuments historiques ont donné des avis et des orientations sur les interventions à mener sur les palais nationaux, les monuments de l'État ou ceux « classés » par la commission des monuments historiques. Au cours de ces dernières années, le régime législatif et réglementaire des monuments historiques a connu de profondes évolutions.

Les Éditions Paris Musées | Catalogues d'expositions Paris Musées est un éditeur de livres d’art qui publie chaque année une trentaine d’ouvrages - catalogues d’expositions, guides des collections, petits journaux- , autant de beaux livres à la mesure des richesses des musées de la Ville de Paris et de la diversité des expositions temporaires. Au-delà de la prolongation de moments privilégiés vécus par le visiteur, ce sont des ouvrages de référence, à conserver précieusement dans sa bibliothèque ! Perfectionnistes sur la forme, les éditions Paris Musées font appel aux meilleurs graphistes qui allient savoir-faire, créativité et haute technologie. Dans la tradition du bel ouvrage, la sélection des papiers, le choix des typographies, la qualité du façonnage concourent au niveau d’excellence atteint par ces publications. Plaisir des yeux et du toucher, bonheur de découvrir ou d’approfondir : les éditions Paris Musées offrent l’une des plus belles signatures dans l’univers du livre d’art français

Intervenir dans un secteur sauvegardé - Monuments historiques & Espaces protégés Les travaux en secteur sauvegardé La création d'un secteur sauvegardé génère un périmètre à l'intérieur duquel tous les travaux sont contrôlés, par l'architecte des bâtiments de France (ABF), qui doit donner son accord dans le cadre de l'instruction des demandes d'autorisation de travaux. Un plan de sauvegarde et de mise en valeur (PSMV), qui a valeur de document d'urbanisme, fixe précisément les règles applicables aux immeubles, y compris à l’intérieur des immeubles, et aux espaces concernés.Ce document, élaboré en concertation avec les élus et les professionnels du patrimoine - dont les architectes des bâtiments de France - répond à la nécessité de conserver le secteur sauvegardé et de le mettre en valeur. Dans un secteur sauvegardé, tous les travaux ayant pour effet de modifier l'état des immeubles sont soumis à permis ou à déclaration préalable, dans les conditions prévues par le code de l'Urbanisme, après accord de l'architecte des bâtiments de France.

La Révolution française La collection révolutionnaire du musée Carnavalet, musée de l’Histoire de Paris, est sans équivalent au monde. L’abondance, comme la variété des œuvres conservées – peintures, dessins, sculptures, mobilier, faïences et porcelaines, reliques de la vie quotidienne… –, permet une extraordinaire moisson d’images. Avec autant de science que de curiosité, Philippe de Carbonnières s’est penché sur les pièces les plus riches de souvenirs : une toile d’Hubert Robert, une maquette de la Bastille, le nécessaire de toilette de Danton, le portrait de l’Incorruptible, la chambre de la famille royale au Temple… Mieux qu’un guide, ce sixième titre de la collection « Petites Capitales » est une invitation à prêter l’oreille à la voix des choses, à retrouver les grands acteurs comme les temps forts d’une histoire décisive.

PCI, qu'est ce que c'est? - Patrimoine culturel immatériel La France a ratifié en 2006 la convention de l’UNESCO du 17 octobre 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI). Depuis cette date, la mise en œuvre de la convention a été confiée à la Mission ethnologie. Depuis janvier 2010, le département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique de la direction générale des patrimoines est le service compétent pour l’ethnologie et le patrimoine culturel immatériel. On entend par patrimoine culturel immatériel l’ensemble des pratiques, expressions ou représentations qu’une communauté humaine reconnait comme faisant partie de son patrimoine dans la mesure où celles-ci procurent à ce groupe humain un sentiment de continuité et d’identité. Le département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique assure la coordination des actions liées à la convention de 2003 par l’animation du comité interdirectionnel du patrimoine culturel immatériel.

La Fée Électricité Commandé à Raoul Dufy pour le hall du palais de la Lumière et de l’Électricité construit par Robert Mallet-Stevens pour l’Exposition internationale des arts et techniques dans la vie moderne de 1937, « le plus grand tableau du monde » qu’est La Fée Électricité était promis à l’existence éphémère d’un décor de pavillon d’exposition universelle… Et pourtant, elle est toujours là : son commanditaire, la Compagnie parisienne de distribution d’électricité, la conserva soigneusement, puis la donna après la guerre à la Ville de Paris, qui ne put entreprendre qu’en 1964 les travaux qu’exigeait son installation au cœur du musée d’Art moderne auquel elle semble désormais indissolublement liée. Apogée des recherches que poursuivait Dufy depuis sa période fauve sur ce qu’il appelait la « couleur-lumière », La Fée Électricité fut aussi pour le peintre l’amorce d’un nouveau commencement.

Related: