background preloader

Énergie libre: Les injustices commises contre l'humanité

Related:  humanité

Manifeste pour l'économie positive LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Jacques Attali, économiste Notre modèle économique semble avoir atteint ses limites. Les crises s'enchaînent et se nourrissent, inextricablement liées : de crise financière en crise économique. De crise sociale en crise environnementale. De crise politique en crise philosophique. En premier lieu, parce que les modèles qui ont organisé le XXe siècle ont mené à l'impasse. De son côté, le capitalisme financier, qui ne cherchait plus qu'à se protéger du risque, a imposé partout un modèle construit sur l'incitation financière. Ensuite, parce que la dictature du court terme est suicidaire. Enfin, parce que l'avenir défie la raison marchande. Or, ces secteurs sont devenus fondamentaux. Nous ne ferons pas face à ces transformations en faisant "plus" de ce que nous faisions déjà. Mais qu'est-ce que l'économie positive ? L'économie positive, c'est d'abord une vision positive de l'homme. L'économie positive, c'est une prise en compte de l'autre.

Pour un véritable accès universel à une énergie renouvelable, décentralisée et à petite échelle ! Pour un véritable accès universel à une énergie renouvelable, décentralisée et à petite échelle ! COMMUNIQUÉ DE PRESSE - Bruxelles, le 02 février 2012 Coopération au développement – Pour un véritable accès universel à une énergie renouvelable, décentralisée et à petite échelle ! Ce jeudi 2 février, le Parlement européen a voté en faveur du rapport Neuser sur la coopération au développement de l’UE en vue de l’objectif de l’accès universel à l’énergie d’ici 2030. Catherine Grèze, députée européenne du Groupe des Verts/ALE, Coordinatrice de la commission du Développement, estime que : “Ce rapport sur l’accès universel à l’énergie contient un certain nombre de préoccupations depuis longtemps mises en avant par le Groupe des Verts. Nous savons qu’il existe actuellement de forts déséquilibres en matière d’investissements en énergie, il faut les dénoncer !

Intolérance au gluten : le désherbant de Monsanto en cause MONSANTO. Et si l'intolérance au gluten était due au Roundup, l'herbicide le plus utilisé dans le monde et commercialisé par Monsanto ? C'est en tout cas ce que révèlent deux chercheurs américains, Anthony Samsel et Stéphanie Seneff. Ils ont récemment publié les résultats de leurs travaux de recherche dans la revue Interdisciplinary Toxicology. L'intolérance au gluten, se manifestant par "des douleurs abdominales, une diarrhée chronique, un amaigrissement, des pathologies osseuses, l'anémie et la fatigue", ne doit pas être confondue avec l'allergie au gluten, dont souffrent de nombreux Français comme le premier ministre Manuel Valls. 500 000 personnes intolérantes au gluten en France PRÉVALENCE. RÉSULTATS. De nouveaux tests à prévoir TOXICITÉ. Même si sa toxicité n'est pas prouvée, le Roundup est bien présent dans l'organisme humain. ENVIRONNEMENT. CONTROVERSE.

« L’énergie va devenir gratuite, comme l’est déjà l’information » XEnvoyer cet article par e-mail "L'énergie va devenir gratuite, comme l'est déjà l'information" XEnvoyer cet article par e-mail"L'énergie va devenir gratuite, comme l'est déjà l'information" Jeremy Rifkin Le prospectiviste américain explore la probabilité d’une troisième révolution industrielle Heureux comme un poisson dans l’air ! Car, ce que décrit le prospectiviste américain repose sur une vraie dynamique économique, de la puissance de celles qui ont alimenté les deux précédentes révolutions, celle de la vapeur, puis du moteur à explosion. “Tout changement d’ère économique est marqué par l’apparition d’un nouveau régime énergétique. Il n’y a aucune perspective, dans ces conditions, de vrai retour de la croissance. Les symptômes du déclin inéluctable Juillet 2008 représente une balise historique pour comprendre ce qui est en train de se produire. La crise financière s’est déclenchée deux mois après le point haut atteint par le baril et se présente comme un aboutissement de ce processus.

Statistiques mondiales écologiques Energies renouvelables : le financement participatif bientôt facilité Le lancement de la troisième collecte d'Energie partagée souligne l'engouement des citoyens pour le financement participatif en faveur des énergies renouvelables. Le projet de loi sur la transition énergétique prévoit des mesures pour l'inciter. Après avoir recueilli 6,5 millions d'euros lors de deux collectes d'investissements citoyens en 2011 et 2012, le fonds d'investissement Energie partagée récidive, en lançant une troisième collecte. "L'objectif est de collecter trois millions d'euros pour financer en fonds propre les nombreux projets citoyens en attente de soutien", souligne le mouvement. De nombreux observateurs soulignent le rôle croissant que devrait prendre le financement citoyen dans le développement des énergies renouvelables. Le gouvernement s'est donc résolu à lever ces barrières. Ouvertures de capital aux collectivités et aux citoyens Une incitation insuffisante ? Comme de nombreux observateurs, Energie partagée se félicite de ces évolutions.

La science prédit l'effondrement de notre civilisation industrielle De nouveaux travaux scientifiques prédisent la fin de notre civilisation industrielle : incapable d'évoluer, elle pourrait s'effondrer comme d'autres dans l'histoire de l'Humanité, principalement à cause des inégalités dans la répartition des richesses et de la surexploitation soutenue et croissante de ressources limitées. La « fin du monde » ou plutôt la fin de nos civilisations actuelles est un sujet récurent et tout à fait plausible ne serait-ce que par les menaces d'origines naturelles. Mais c'est bien l'Homme qui est devenu la cause la plus probable et immédiate de sa propre extinction : « l'Homme est un loup pour l'Homme » reprenait déjà Sigmund Freud dans son livre Malaise dans la civilisation, une locution qui prend tout son sens à l'aube d'un désastre. Cette étude note que les prédictions de fin du monde, de plus en plus fréquentes, sont très controversées et souvent jugées peu sérieuses. Notre monde actuel est très proche de l'effondrement Sources Auteur

Inspire Institut, réconcilier développement économique et biosphère. | Réconcilier développement économique et biosphère Jean-Marie Pelt Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Pelt. Jean-Marie Pelt Biographie[modifier | modifier le code] Carrière universitaire[modifier | modifier le code] Jean-Marie Pelt est diplômé en Biologie en 1958 et commence en 1962 une carrière de professeur de botanique, de biologie végétale et de cryptogamie à la Faculté de pharmacie de Nancy[3]. Il effectue de nombreuses missions scientifiques à l’étranger. Il est président d’honneur de la Société Française d'Ethnopharmacologie[1] (SFE, président actuel : Jacques Fleurentin[1]). Il est professeur honoraire de l’Université Paul-Verlaine (Metz). Convictions et engagements[modifier | modifier le code] Pour sa commune[modifier | modifier le code] Entre 1971 et 1983, il occupe le poste de maire adjoint de la ville de Metz. En faveur de l'environnement[modifier | modifier le code] — Jean-Marie Pelt, L’homme re-naturé, 1977 L'environnement le préoccupe depuis longtemps. Foi et sciences[modifier | modifier le code]

Pesticides : vers le risque zéro Audition de M. Jean-Marie Pelt, professeur émérite des universités en biologie végétale, président de l'Institut Européen d'Ecologie (IEE) (12 juin 2012) Mme Sophie Primas, présidente. - Nous sommes très heureux de vous recevoir. Cette mission a été créée à l'initiative de Mme Nicole Bonnefoy, sénateur, élue de Charente, suite aux difficultés rencontrées par un agriculteur de sa région, M. La mission a choisi de traiter en priorité la question des pesticides et de la santé de leurs utilisateurs. M. Pendant la décennie 1970, les dossiers de la commission européenne des pesticides contenaient des essais de toxicologie aiguë. M. Dans les années 1980, nous avons été alertés par les premières études menées sur les effets reprotoxiques en tant que perturbateurs hormonaux. Leurs éleveurs ont bientôt constaté que ces alligators ne faisaient plus de bébés. Ces résultats nous ont alertés. Je me souviens du bruit provoqué par cette étude dans le Landerneau des scientifiques concernés. Le Pr. M.

Rob Hopkins Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Rob Hopkins (né en 1968 à Londres)[1] est un enseignant en permaculture. Il est l'initiateur du mouvement des villes en transition[2],[3]. Biographie[modifier | modifier le code] Prix[modifier | modifier le code] 2008 Schumacher Award [6].2009 Ethical Award de The Observer[7].2009 'Green Community Hero' par Energy Saving Trustin et The Guardian[8]. Bibliographie[modifier | modifier le code] en anglais[modifier | modifier le code] (en) The Transition Handbook : From Oil Dependency to Local Resilience, Chelsea Green Publishing,‎ 2008, 320 p. en français[modifier | modifier le code] Manuel de Transition : de la dépendance au pétrole à la résilience locale, Les Éditions écosociété,‎ 2010, 216 p. Voir aussi[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Références[modifier | modifier le code]

Pierre Rabhi Agriculteur, écrivain et penseur français d'origine algérienne, Pierre Rabhi est un des pionniers de l'agriculture biologique et l’inventeur du concept "Oasis en tous lieux". Il défend un mode de société plus respectueux des hommes et de la terre et soutient le développement de pratiques agricoles accessibles à tous et notamment aux plus démunis, tout en préservant les patrimoines nourriciers. Depuis 1981, il transmet son savoir-faire dans les pays arides d'Afrique, en France et en Europe, cherchant à redonner leur autonomie alimentaire aux populations. Auteur, philosophe et conférencier, il appelle à l'"insurrection des consciences" pour fédérer ce que l'humanité a de meilleur et cesser de faire de notre planète-paradis un enfer de souffrances et de destructions. Son dernier ouvrage Graines de Possibles est co-signé avec Nicolas Hulot. "De ses propres mains, Pierre Rabhi a transmis la Vie au sable du désert... Yehudi Menuhin 1960 : La guerre d’Algérie accentue le clivage.

A quoi ressemblera la grande épidémie de demain C’est une menace que le cinéma adore mettre en scène : LA maladie sans remède connu, qui se propage à toute vitesse sur le globe, apportée par des primates aux dents pointues plantées dans de la chair humaine, ou dispersée dans le métro d’une grande ville par des bio-terroristes masqués. Brrrr. Des scénarios catastrophes que politiques et scientifiques tentent d’anticiper, pour éviter qu’ils ne deviennent réalité. Les maladies infectieuses ont longtemps représenté la principale cause de mortalité dans le monde. Des maladies qui voyagent, et vite Dans les décennies à venir, de nouvelles épidémies vont inévitablement émerger. Parce qu’à l’heure de la mondialisation, les maladies infectieuses ne respectent pas les frontières. « Le monde n’est pas bien préparé à une crise sanitaire mondiale » « En 2009, on pensait que le virus était à nouveau le H5N1. La menace viendra-t-elle de l’animal ? A quoi ressemble le pire des scénarios ? L’épidémie, un défi pour la démocratie ? A l’abri de rien…

Related: