background preloader

Les Occidentaux suscitent de nouveaux séparatismes en Irak et en Syrie

Les Occidentaux suscitent de nouveaux séparatismes en Irak et en Syrie
Les États-Unis, la Turquie et Israël soufflent sur les braises : tous trois encouragent de nouveaux séparatismes, inconnus jusqu’ici, qui pourraient participer au démantèlement de l’Irak et de la Syrie. En quelques jours, les yézidis, les chrétiens et les Turkmènes (photo) d’Irak ont demandé à disposer chacun d’une région autonome à l’image de celle des Kurdes. Le yézidisme est une religion dérivée du mithraïsme antique dont se réclament une partie des Kurdes d’Irak. Les Turkmènes forment le troisième groupe ethnique d’Irak (après les arabes et les Kurdes). Ils sont plus de 3 millions sur 34 millions d’Irakiens. Leur revendication est évidemment liée d’une part au plan visant à repousser Daesh de Mossoul vers la Syrie, et surtout à la présence illégale en Irak de soldats turcs. La majorité des Turkmènes d’Irak se méfient pourtant de la Turquie. En outre, une forte minorité de Turkmènes est de confession chiite.

http://www.voltairenet.org/article193723.html

Related:  GEOPOLITIQUE : Quelques sites et pages d'information 10POUVOIR MONDIAL 2Les USA ou SAM le POULPE 6Les OEUVRES des USA 6Les "BASSES BESOGNES" de L'OCCIDENT, USA, UE, OTAN... ONU - 3

La nouvelle méthode étasunienne de faire la guerre Le 17 octobre 2016 – Source Moon of Alabama Un article intéressant du New York Times se penche sur la façon secrète dont les États-Unis font désormais, le plus souvent, la guerre. Il prend comme exemple la Somalie, où les États-Unis sont en guerre contre le peuple de ce pays depuis plus de 25 ans. Mais, comme le notent les auteurs, le même modus operandi est utilisé ailleurs. L’administration Obama a intensifié la guerre clandestine en Somalie au cours de l’année dernière, en utilisant des troupes d’opérations spéciales, des frappes aériennes, des firmes privées et des alliés africains dans sa campagne de plus en plus violente contre les militants islamistes dans la nation anarchique de la Corne de l’Afrique.

Armée syrienne : les Etats-Unis comptent aider les combattants de l'EI à fuir Mossoul pour la Syrie Alors que les forces irakiennes tentent de reconquérir la ville de Mossoul, l'armée syrienne a accusé la coalition internationale menée par les Etats-Unis de préparer le transfert des djihadistes de Daesh présents dans la ville vers la Syrie. «Toute tentative de traversée de la frontière [irako-syrienne] est une attaque à la souveraineté de la Syrie [...] et sera traitée avec toutes les forces disponibles», a prévenu l'armée syrienne dans un communiqué publié dans un média d'Etat, mardi 18 octobre. Celle-ci, en effet, accuse la coalition conduite par les Etats-Unis d'avoir pour projet de permettre aux combattants du groupe terroriste Etat islamique (EI) se trouvant dans la ville de Mossoul, prise d'assaut par les troupes irakiennes, de fuir cette dernière et de pénétrer en Syrie. Détails à suivre...

L'Otan va renforcer sa sécurité collective pour répondre à la Russie International URL courte La plupart des militaires de l'Otan vont passer à un régime renforcé en réponse à l'activité de la Russie, a déclaré le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg. « Nous avons vu à quel point la Russie devenait plus active sur bien des points. Nous avons vu que la Russie accroissait sa puissance militaire depuis des années. Nous avons également vu comment la Russie utilisait la propagande en Europe chez les alliés de l'Otan et c'est à cause de cela que l'alliance réagit », a déclaré M.

Mémorandum d’alerte appelant le président Obama à désamorcer les tensions avec la Russie MÉMORANDUM D’ALERTE POUR : Monsieur le Président DE : Veteran Intelligence Professionals for Sanity Nous vous écrivons afin de vous alerter, comme nous l’avions fait pour le Président George W. Syrie : des bus chargés d'évacuer deux localités contrôlées par le gouvernement attaqués Des hommes armés ont attaqué des bus participant à l'évacuation des habitants de deux villages syriens, dimanche 18 décembre. Pour autant, ces assauts ne devraient pas remettre en cause l'évacuation de la ville d'Alep. Cinq bus ont été pris d'assaut et incendiés par des «terroristes armés», alors qu'ils se dirigeaient vers les localités chiites de Foua et Kafraya afin d'en évacuer les civils, dans la journée du dimanche 18 décembre, a rapporté la télévision publique syrienne. Les deux villages de la province d'Idleb, voisine de celle d'Alep, sont contrôlés par les autorités syriennes et assiégées par les combattants rebelles. Les assaillants ont fait descendre les chauffeurs, ont mitraillé les véhicules puis ont mis le feu à leurs réservoirs. Des clichés de ces véhicules en flammes ont été diffusés par Murad Gazdiev, un reporter de RT en Syrie.

Manifestations policières : l'impasse de Cazeneuve La révolte qui gronde chez les fonctionnaires de la police nationale revêt un caractère particulier qui met le gouvernement, et en première ligne Bernard Cazeneuve, dans une situation inédite. En effet, si le mouvement de protestation des policiers, le 17 octobre à Paris, semble avoir pris de court le ministère de l’Intérieur, sa particularité tient au fait qu’il s’agit d’une initiative lancée délibérément en dehors de toute représentation syndicale. Ce désaveu peut s’expliquer par deux reproches adressés par les policiers à leurs syndicats : celui de passer plus de temps à s’entre-déchirer qu’à défendre leurs intérêts, et celui d’être coresponsables de la situation qui est aussi la leur, en ce qu’ils gèrent collectivement avec l’administration, par le biais des commissions administratives paritaires, le fonctionnement de la police nationale.

Ça ose tout : juger Poutine pour crimes de guerre… Kerry parle comme un homme frustré et vaincu. Même pendant la guerre froide, les États-Unis n’ont jamais appelé à juger l’Union soviétique pour crimes de guerre Par M.K. La Russie, la Chine et l’Arabie saoudite mettent en échec l’hégémonie du dollar, par Ariel Noyola Rodríguez La suprématie de Washington sur le système financier mondial a subi un terrible coup en août dernier : la Russie, la Chine et l’Arabie saoudite ont vendu des bons du Trésor des États-Unis pour la somme de 37,9 milliards de dollars, selon la dernière mise à jour des données officielles publiée il y a quelques jours [1]. Dans une perspective globale, les investissements mondiaux dans la dette publique des États-Unis ont chuté à leur niveau le plus bas depuis juillet 2012. De toute évidence, le rôle du dollar comme monnaie de réserve mondiale est de nouveau remis en question. En 2010, l’amiral Michael Mullen, ancien président du Comité des chefs d’état-major US a averti que la dette était la principale menace contre la sécurité nationale de son pays [2]. Pékin a massivement acheté de l’or au cours des dernières années, et la Banque centrale de Russie a fait de même. Face aux brutales secousses du dollar, il est crucial d’acheter des actifs plus sûrs, comme l’or.

Les Etats-Unis auraient commis de crimes de guerre en Afghanistan selon la CPI Le procureur de la Cour pénale internationale accuse les forces armées américaines et la CIA d'avoir commis des crimes de guerre en Afghanistan sur des détenus, notamment des actes de torture et des traitements cruels. «Il existe une base raisonnable permettant de croire que, lors de l'interrogatoire de ces détenus, des membres des forces armées américaines et de la CIA ont eu recours à des méthodes constitutives de crimes de guerre», a affirmé lundi 14 novembre la procureure de la CPI, Fatou Bensouda. La procureure estime que des soldats américains auraient fait subir «à au moins 61 détenus des actes de torture, traitements cruels, des atteintes à la dignité de la personne sur le territoire afghan». Fatou Bensouda a également indiqué que des membres de la CIA «auraient infligé à au moins 27 détenus» ces mêmes actes en Afghanistan et sur le territoire d'autres Etats membres de la CPI, en Pologne, Roumanie et Lituanie.

Deuxième front majeur en Syrie : la Province d'Idlib - LAFAUTEAROUSSEAU Par Antoine de Lacoste Cette note - en quelque sorte une note d'information et de réflexion - fait suite à un premier article déjà publié dans Lafautearousseau : « Opérations militaires en Syrie : trois fronts concomitants et tout d’abord Alep ». On s'y rapportera avec profit. L'Afrique du Sud se retire de la Cour pénale internationale Après le Burundi le 18 octobre, c'est au tour de l'Afrique du Sud d'annoncer son retrait de la Cour pénale internationale (CPI) le vendredi 21 octobre. Dans une lettre adressée aux Nations unies signée par le ministre des Relations internationales, Maite Nkoana-Mashabane, le gouvernement sud-africain a estimé que «ses obligations au regard de la résolution pacifique des conflits étaient parfois incompatibles avec l’interprétation donnée [par la CPI]». Le retrait de l’Afrique du Sud est un coup dur et un véritable camouflet pour ce tribunal permanent chargé de juger les crimes de guerre, crimes contre l'humanité et génocides. La Cour pénale internationale est de plus en plus remise en cause par certains Etats africains. Lire aussi : le Congolais Jean-Pierre Bemba reconnu coupable de subornation de témoins par la CPI

Poutine interviewé par Bloomberg [3/4] Avenir de l’euro – Politique de change – Politique budgétaire – Élections US – Relations avec la Grande-Bretagne Le 3 septembre 2016 – Source bloombergLe 1er Septembre, Vladimir Poutine a donné, à Vladivostok, une interview au rédacteur en chef de la société internationale de médias Bloomberg. [Imaginez une seconde Obama acceptant une interview de Russia Today, NdT]

Related: