background preloader

Changer l'école, c'est possible !

Changer l'école, c'est possible !
Related:  Vers d'autres pédagogies ?

Changer le collège c’est possible ! "A l’heure de la mondialisation nos enfants grandissent dans un monde de plus en plus complexe. Pour affronter ces enjeux, ils ont besoin de connaissances qui évoluent à une vitesse inconnue de leurs parents. Dans ce contexte, notre école, malgré ses objectifs ambitieux, ses tentatives de réforme pour coller aux exigences de son époque et la bonne volonté et la compétence de son personnel, ne remplit pas sa mission. Le collège n’est pas la source d’épanouissement qu’il devrait être. Les enfants sont très vite largués, s’ennuient, voire pire. Les connaissances sont oubliées à peine mémorisées. Pourtant d’autres pratiques pédagogiques ont montré leur efficacité en France et ailleurs. Oui ! Ci dessous le chapitre 3 intitulé : L’une des caractéristiques de notre projet, c’est qu’il n’épargne aucun des nombreux tabous qui plombent notre système éducatif. Et d’abord, les programmes Tout le système est construit en descendant, à partir des classes préparatoires aux grandes écoles.

Digital Campus » De nouvelles obligations pour le monde des Sciences & des Techniques Galileo Travailler sur l’accès à des énergies nouvelles, économiser nos ressources ou améliorer l’habitabilité de notre planète, modifier nos écosystèmes me paraît désormais plus urgent que d’envisager de modifier celui de Mars pour y vivre un jour. Savants, chercheurs, si nous commencions par nettoyer devant notre porte ! Le 20 juin 2009, Le Collège de France a organisé une réunion sur le thème : Sciences, Recherche et Société. Une première qui soulignera à la fois l’importance de la R&D française dans certaines disciplines et la construction d’un lien, d’une relation plus forte entre les scientifiques et la Société. Depuis le début du XXème siècle, bien que parfois chèrement payé, le progrès qu’illustraient les victoires contre la rage, les maladies infectieuses, la tuberculose, l’amélioration des conditions de production agricole et vétérinaire était perçu comme une conquête collective. La peur du progrès s’inscrit en creux des magnifiques découvertes du XXe siècle. Denis C.

Qui est Hoaxbuster, le site qui démonte les rumeurs ? Rencontre avec le fondateur et les équipes du site qui, bénévolement et depuis quinze ans, s'attachent à démêler le vrai du faux sur Internet. Un jour de la fin des années 1990, Guillaume Brossard en a eu assez que ses collègues de bureau croient ce qu'ils lisaient et pas ce qu'il leur disait. Dans leurs boîtes e-mails, alors le grand outil d'échange de cette lointaine époque d'avant les réseaux sociaux, venait d'arriver le énième canular laissant croire que Microsoft allait sauver un petit enfant malade si tout le monde voulait bien faire suivre ce message. « Je n'arrêtais pas de leur répéter : “Arrêtez de transférer n'importe quoi”, se souvient-il. Avec deux copains de lycée de Poitiers, Guillaume Brossard décide de marier le nouveau terme avec un vieux souvenir de film commercial. En quinze ans, la tâche n'a cessé d'augmenter. C'est d'ailleurs parmi ces contributeurs que les fondateurs puisent les bénévoles, qui deviennent de précieuses aides dans la gestion quotidienne du site.

Descoings : « enseigner le sens de ce qu’on enseigne » D e nombreux élèves poursuivent des études sans forcément en percevoir le sens. Ce phénomène est-il lié à ce qu’on appelle la « massification »de l’enseignement ? L’interrogation autour du sens des apprentissages n’est pas nouvelle, loin s’en faut. Quand Jules Ferry, à la fin du XIXe siècle, a instauré l’instruction obligatoire, il a dû convaincre les parents de l’intérêt que représentait la classe pour leurs enfants. Il a d’ailleurs été prévu, en guise de compromis, de longues vacances scolaires pour permettre à ces derniers de participer aux moissons. J’ajoute qu’il a aussi fallu vaincre de fortes réticences s’agissant de l’instruction des filles. Aujourd’hui, même si nombre d’élèves ont du mal à percevoir la finalité des études, nul ou presque ne se demande si cela vaut la peine de lutter contre l’illettrisme et de permettre aux jeunes d’acquérir les connaissances du socle commun à la fin du collège. Comment, malgré tout, aider ces élèves à percevoir le sens des apprentissages ?

CL@SSINNOV - Le blog des classes innovantes du lycée Louis Armand Pour ce premier conseil d'élèves, M. Frateur s'est chargé de présider le conseil. Guillaume a été le maître du temps. Anissa s'est chargée d'être secrétaire et Carla a été maître de la parole. Nous avons tout d'abord parlé de rajouter un distributeur de boisson/nourriture : - Il a été dit "non" à cause de la malnutrition, mais que cela pourrait être possible, M Frateur se propose de demander à M Ballarin pour avoir un distributeur soit dans la salle ou dans le foyer. Nous avons ensuite débattu des responsabilités : - Anissa et Maximin ont pris la responsabilité de s'occuper de la bibliothèque. -Tyfenn prend la responsabilité de l'AP. Nous avons ensuite parlé du plan de classe : - La priorité n'est pas de faire un plan de classe mais de créer un groupe de travail. - Yvan, Guillaume, Anissa, Maximin,Gabrielle, Logan, Salima, Baptiste, Luxon se chargent de réaliser le plan de classe sur la deuxième heure d'AP (de11h30 à12h30) le 11/09 avec M Frateur. Nous avons ensuite parlé du CVL:

Coach Collège par Jerôme SALTET Engagement personnel et humilité (hansei) : des qualités pour réussir les démarches Lean ? | AVL Consulting.fr Dans les 14 principes du Lean Management, le Toyota Way met en avant l’amélioration continue (kaizen) et le fait de devenir une organisation apprenante par une « réflexion incessante » (hansei). En organisant systématiquement, à chaque fin d’activité, un retour d’expérience, le géant de l’automobile a pu capitaliser à la fois sur les échecs ET les réussites ! Les interactions entre individus sont favorisées (hiérachie, collègue, successeurs, prédécesseurs etc.) dans le but de faire progresser le système, d’où le concept d’organisation apprenante. Les erreurs sont des occasions d’apprendre. Au lieu de blâmer des individus, l’entreprise prend des contre-mesures et diffuse largement les leçons de chaque expérience. L’apprentissage est un processus continu et collectif.- Toyota Motor Corporation Le hansei nécessite de l’humilité pour accepter ses erreurs et leurs conséquences, en sortant d’un système de culpabilisation et de jugement de valeurs.

Définir les compétences transversales pour les enseigner Francis TILMAN, Le GRAIN asbl, 13 octobre 2006 Peut-on faire apprendre des compétences transversales ? Pour répondre à cette question, il faut pouvoir en priorité s’entendre sur ce qu’est une compétence transversale. Qu’est-ce qu’une compétence ? La compétence transversale est d’abord une compétence. Ce savoir-agir requiert la maîtrise d’un certain nombre d’aptitudes (connaissances, capacités cognitives, habiletés manuelles et attitudes socio-affectives) et la faculté de les mobiliser dans la résolution de problèmes. L’accent est mis d’abord sur le potentiel à acquérir pour pouvoir réaliser une tâche. Un « pouvoir agir » n’est donc jamais dissocié des potentialités qui en permettent l’exercice. Notre définition postule encore l’existence d’un savoir-faire particulier : le pouvoir de mobiliser des ressources pour résoudre des problèmes. Une telle conception de la compétence montre que cette dernière est toujours « contextualisée ». Les compétences transversales Références You are searching

Related: