background preloader

Participle - Home

Participle - Home
Related:  INNOVATION publique

ZMOT, un moment clé au coeur des décisions d'achat Qu'est-ce que le ZMOT ? A l'origine du concept on retrouve, en 2005, le FMOT (First Moment of Truth) de Procter & Gamble. Ce concept évoquait le fait qu'un stimulus (principalement issu des médias classiques comme la télévision) poussait le consommateur vers le magasin où le contact (FMOT) avec le produit/service était l'origine du déclenchement d'une intention d'achat. Le SMOT (Second Moment of Truth) fait référence quant à lui au moment où le consommateur utilise le produit /service et acquière un retour d'expérience. Avec l'expansion du web et l'utilisation croissance des médias sociaux et des moteurs de recherche, Google ajoute une nouvelle étape dans le processus d’achat, le ZMOT (Zero Moment of Truth). Comment se préparer pour gagner le Zero Moment Of Truth ? Vous pouvez découvrir la liste de ces différents outils dans l'article original ZMOT, comment être visible dans Google au bon moment ?

Facility management XEnvoyer cet article par e-mail Nouveau ! Pas le temps de lire cet article ? Classez le dans vos favoris en cliquant sur l’étoile. Vous pourrez le lire ultérieurement (ordinateur, tablette, mobile) en cliquant sur « votre compte » Fermer Services généraux Les entreprises multiplient les services aux salariés : conciergeries et crèches d’entreprise, espaces verts, gestion des commodités, pressing, etc Pour fidéliser les salariés, assurer un environnement de travail sain et agréable, améliorer la productivité tout en améliorant leur marque employeur, les entreprises multiplient les services : conciergeries et crèches d’entreprise, espaces verts, gestion des commodités, propreté, sécurité… La frontière entre vie privée et vie professionnelle est bel et bien tombée dans ces organisations qui font du bien-être de leurs salariés un élément de leur réussite.

Actions innovantes La plateforme de MOOC FUN, lancée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche en octobre 2013 et mise à disposition des établissements de l’enseignement supérieur français et de leurs partenaires académiques propose à tous les publics d’accéder à des cours variés et de qualité en France et dans le monde. Le Mooc « Informatique et liberté sur Internet« , s’adresse au grand public et présente les règles applicables en matière de protection des données et de la vie privée sur internet. Il a deux objectifs : – Sensibiliser les internautes sur leurs droits et sur les règles juridiques applicables à internet en matière de protection des données. – Sensibiliser les professionnels ou les étudiants sur les obligations qui existent en la matière, afin d’en tenir compte dans leurs pratiques professionnelles.

Fluicity, l’application qui veut révolutionner la démocratie participative (Crédit : Fluicity) “En France, plus de 8 personnes sur 10 considèrent que les politiques ne se préoccupent pas de leur opinion, 71 % des personnes interrogées trouvent que la démocratie ne fonctionne plus. Il faut réconcilier le citoyen et la mairie”, avance Julie de Pimodan, fondatrice de Fluicity , qui a couvert en tant que journaliste le Printemps arabe avant d'être embauchée chez Google, où elle a aidé de grandes entreprises choisir leurs annonces publicitaires. Alors que les réflexions sur la démocratie participative se multiplient, Fluicity espère y apporter une contribution avec son application mobile. L'objectif de cette "innovation civique" est de renforcer les liens entre élus et citoyens. Avec cette plateforme, le maire pourra s'adresser à ses administrés afin de les informer des actualités culturelles ou d'un nouveau projet urbain. Selon sa fondatrice, l'entreprise Fluicity souhaite être "un outil d'anticipation et d'aide à la prise de décision" pour les élus.

L'innovation territoriale, une porte de sortie pour des collectivités en crise « Faire autrement tout de suite », « faire mieux », « faire plus intelligemment donc ensemble », etc. Par-delà les slogans creux, les bonnes volontés désireuses de réformer en profondeur l’action publique ne manquaient pas, mardi 17 février au café « Monde et Médias » du groupe SOS, leader français de l’économie sociale et solidaire (ESS). Parmi eux : des professionnels du secteur public, de l’Etat comme des collectivités territoriales, mais aussi des entrepreneurs sociaux et des acteurs associatifs. Refonder l’intervention publique Première série d’un cycle de conférences amené à être reproduit dans plusieurs villes de France au cours des prochaines semaines, la matinée de débats « Territoires : nous sommes innovation » a également pu compter sur la présence de la ministre de la Décentralisation, Marylise Lebranchu, qui avait pris place aux côtés de plusieurs élus locaux. Crise sociale, démocratique et économique Faire vivre l’innovation territoriale Participation des habitants

Faut-il implanter des cafés dans les villes pour attirer l'innovation? Après la crise de 2008, l’économie britannique a eu un redémarrage exceptionnellement rapide grâce au rebond de l’économie londonienne. Une vigueur surprenante que l’on doit selon l’économiste Douglas McWilliams aux activités liées au numérique. Economiste dont les analyses sont respectées (en dépit d'une réputation récemment ternie par une accusation de violence contre une prostituée), ancien conseiller du maire de Londres Boris Johnson et du ministre des finances George Osborne, président d’un think tank économique londonien, le Center for Economic and Business Research (Cerb), McWilliams a baptisé le secteur qu’il étudie du nom de «Flat White economy». Il s’agit d’un écosystème d’entreprises du numérique qui opèrent dans un secteur de l’East London, surnommé le Silicon Roundabout par analogie avec la Silicon Valley et le rond-point Old Street Roundabout situé au coeur du quartier. Les employés de ce secteur sont jeunes, diplômés et geeks bien évidemment. Pierre Veltz Odile Soulard

Innovation dans le secteur public : 6 virages à prendre pour une administration du 21e siècle (Partie 2). Cet article présente une analyse du mouvement à engager dans l’administration pour faire de l’innovation un véritable moteur de transformation. Après le numérique (virage n°1), la co-conception de l’action publique (virage n°2) et l’innovation managériale et collaborative (virage n°3), trois autres virages sont à négocier pour l’action publique : l’intelligence-décision-action collective (virage n°4), l’innovation ouverte (virage n°5), l’innovation territoriale (virage n°6). Quatrième virage : l’intelligence, la décision, l’action collective. La nouvelle quête semble être de trouver les « nouvelles formes de participation citoyenne ». Les thinktank planchent furieusement sur le sujet, les intellectuels en font la condition essentielle du renouveau démocratique, les administrations tentent quelques expériences, les élus font preuve d’une relative frilosité. En France, la ville de Paris fait figure de locomotive, et l’on est vite tenté de se référer à l’initiative de budget participatif.

Co-conception, co-design : l'utilisateur final, source d'innovation - Actualités L’utilisateur final, source d’innovation Par Bruno Dubois, chef de projet R&D au PICOM, Pôle de compétitivité des Industries du Commerce. Favoriser l’usage avant la technologie La co-conception, le co-design sont deux manières de concevoir en s’appuyant sur la contribution de plusieurs personnes, toutes impliquées à des degrés divers dans le processus d’innovation : experts, ingénieurs, psychologues, utilisateurs finaux… L’objectif est de développer la créativité et favoriser de façon primordiale l’usage avant la technologie. La valeur communautaire est au cœur de ce process d’innovation. Co-conception / co-design : des accélérateurs d’innovation L’intérêt d’entreprendre une démarche de co-conception / co-design est de prendre en compte l’ensemble des contextes d’usages pour anticiper au mieux l’utilisation finale avant l’étape de développement technique. Entreprendre une démarche de co-design / co-conception… Pour en savoir plus : Nicolas Delcourt, le dirigeant de Keyneosoft, témoigne.

Etre facilitateur ? | SUV [sens & utilités en vrac] Beaucoup de personnes en transition professionnelle ont subi de la violence dans les relations au travail, de la difficulté à exprimer leurs idées dans le milieu professionnel, etc.. Souvent, elles découvrent à travers des expériences en intelligence collective, qu’il est possible de travailler autrement. C’est en partie grâce aux méthodes d’intelligence collective, mais surtout grâce au facilitateur et à sa posture. Travailler en bonne intelligence, avec de l’écoute, une responsabilisation de chacun, dans un cadre de coopération, c’est tellement évident et agréable, que tout le monde a envie de devenir facilitateur. Un métier méconnu Un facilitateur est une personne qui aide un groupe à comprendre ses objectifs communs et l’assiste à s’organiser pour atteindre ces objectifs. Plus connue en Amérique du Nord, j’ai vraiment découvert ce métier en 2009, alors que j’étais en difficulté dans mon poste de directrice dans un environnement très conflictuel. Travailler autrement Faciliter, oui !

Related: