background preloader

2 ans de datajournalisme vus par le Guardian

2 ans de datajournalisme vus par le Guardian
Premier média au monde à se mettre au data journalisme, le quotidien britannique The Guardian revient sur ses deux ans d’expérience et les leçons à en tirer. Tous les liens de l’article sont en anglais. Voilà une information intéressante : le data journalisme a désormais gagné ses lettres de noblesse. Pas à la manière de l’élite d’Oxbridge (bien qu’il y ait des données là-dessus), mais plutôt en devenant une norme de l’industrie. Il y a deux ans, quand nous avons lancé le Datablog, tout ça était nouveau. Entre-temps, chaque jour amène de nouveaux journalistes toujours plus innovants dans ce domaine. Voilà quelques pistes issues de mes récentes conférences. 1. Le data journalisme existe depuis que des données existent, au moins depuis les fameux schémas et reportages de Florence Nightingale sur les conditions de vie des soldats britanniques en 1858. La grosse différence avec cette époque ? 2. 3. Parfois. 4. Read more about this map 5. C’est tout. 6. 7. 8. 9. 10. Related:  Datajournalisme

Le datajournalisme en 5 leçons Le datajournaliste n’est ni un infographiste, ni un statisticien, ni ce magicien capable de tirer sa rédaction de tous les mauvais pas (en particulier lorsqu’un annonceur s’est désisté et qu’il reste une pleine page vide dans l’édition du lendemain) ! Tirant le bilan des expériences passées au sein du RechercheDesk de la SonntagsZeitung et du Matin Dimanche, Julian Schmidli nous a livré le 17 septembre dernier 5 “leçons de datajournalisme tirées de la pratique” dans le cadre de la journée DatenJournalismus (InfoCube Orell Füssli, à Zürich). “Peut-on l’imprimer ?” C’est par ce titre un peu laconique que débute la présentation de Julian Schmidli, en écho à l’éternel souci des rédacteurs en chef de médias papier de rendre les projets fous de leurs datajournalistes préférés compatibles avec leur mode de production traditionnel. Avec son accord, je donne à ce compte-rendu une forme qui tente d’en synthétiser les éléments-clés: 1. 2. 3. 4. 5.

Un néo-journalisme en prise directe Aux États-Unis, le néo-journalisme, connecté aux réseaux sociaux, est déjà enseigné dans les écoles. Une mutation nécessaire du métier pas encore évidente de ce côté de l'Atlantique, selon notre maître du genre, Damien Van Achter. Être journaliste professionnel et refuser de se créer un compte sur Facebook, devrait, à mon sens, être considéré comme une faute professionnelle grave. Libre à eux de continuer à croire que les habitants du web ne sont qu’une tribu de sauvages pédophiles qui violent les comptes en banque pour se payer de la coke dans la Vallée du Silicone. Pour Dave Winer, ancien d’Harvard et pionnier du web, c’est le journalisme lui-même qui est en passe de devenir obsolète. Avant qu’internet n’arrive, cela coûtait très cher de transporter de l’information jusqu’aux consommateurs finaux, il fallait un fameux capital, des rotatives, des tonnes de papiers et une armada de camions et de paperboy. Mutation irréversible de l’ADN du journalisme Devenir journaliste ? Photos FlickR

Carte suisse des accidents From Gatekeepers to Guides Almost everyone understands the power and reach of digital these days. Still, to see it mapped out, over the course of a breaking news event, is pretty amazing. In the hours preceding President Obama’s address on the death of Osama bin Laden, online and broadcast speculation ranged from the predictably ridiculous to the surprisingly prescient. As SocialFlow shows in a terrific study, Keith Urbahn, chief of staff at the office of Donald Rumsfeld, had the timing and authority to drive his tweet from his network of 1,000 followers into vastly larger networks, within minutes. It’s vital that communication professionals be able to accurately analyze and act on today’s rapidly changing influence ecosystem, and to intuitively understand how influence moves and spreads within it. Public relations used to be primarily about access. Gary Stockman is Chief Executive Officer.

Les enjeux du data-journalisme pour la Presse: Part II 17 octobre, 2013 0 commentaire Par Estelle Prusker-Deneuville, Doctorante Université Panthéon-Assas, Responsable des enseignements Media SciencesCom Audencia Group – le site de Sciencescom. Une révolution dans les salles de rédaction Le data-journalisme appelle à une nouvelle organisation des salles de rédaction. Source : Data Driven Journalism Roundtable – M. Pour entrer dans les salles de rédaction, le data-journalisme suppose donc une nouvelle organisation en mode projet autour d’une triple compétence journaliste-designer-développeur. En France, le data-journalisme peine encore à rentrer dans les salles de rédaction. De nombreux freins au développement du data-journalisme Si les rédactions françaises préfèrent encore sous-traiter leurs productions de data-journalisme aux « pure-players », c’est que les freins au développement de cette nouvelle forme de journalisme au sein des rédactions sont encore nombreux. Un rôle clé dans les futurs business model des groupes de Presse

Les enjeux du data-journalisme pour la Presse: Part I 17 octobre, 2013 0 commentaire Par Estelle Prusker-Deneuville, Doctorante Université Panthéon-Assas, Responsable des enseignements Media SciencesCom Audencia Group – le site de Sciencescom. La Presse écrite est en danger Depuis quelques années, la conjoncture du marché de la Presse écrite est mauvaise : recul des ventes et abonnements, baisse continue des audiences, effondrement des investissements publicitaires, … nombreux sont les groupes de Presse fragilisés. Aux Etats-Unis, 3.775 postes de journalistes ont ainsi été supprimés sur l’année 2011, soit 30% de plus qu’en 2010 (Source Blog Paper Cuts : La révolution des usages La nature de l’information a changé Mais cette multiplication des sources d’information n’est pas aujourd’hui sans poser question : en mettant l’individu en situation de sur-information, on risque l’overdose et « l’infobésité » (« Le concept d’infobésité : l’information en péril », Mathieu Collet, Ergonomie) n’est pas loin.

KML Documentation Introduction - Keyhole Markup Language If you're new to KML, begin by browsing the KML Tutorial, which presents short samples of KML code that you can view in Google Earth and Google Maps. The KML Reference provides detailed syntax for all KML elements, with explanations and diagrams of how to specify them. The Developer's Guide contains in-depth conceptual material and examples. You can create KML files with the Google Earth user interface, or you can use an XML or simple text editor to enter "raw" KML from scratch. KML files and their related images (if any) can be compressed using the ZIP format into KMZ archives. To share your KML and KMZ files, you can e-mail them, host them locally for sharing within a private internet, or host them publicly on a web server. Many applications display KML, including Google Earth, Google Maps, Google Maps for mobile, NASA WorldWind, ESRI ArcGIS Explorer, Adobe PhotoShop, AutoCAD, and Yahoo!

[tuto] Editorialiser une carte des communes sous Google Maps avec Google Fusion Exemple : vous travaillez sur le ratio de médecins par communes, et souhaitez illustrer vos résultats via une carte. Soit vous utilisez la fonction Mes cartes de Google Maps, et vous pleurez devant le nombre de communes de votre département. Soit vous rentrez dans la logique du journalisme de données, à savoir commencer par bidouiller des tableurs – pleurer sur des fichiers excel, donc – pour finir par les importer dans Google Maps ou Open Street Map. button Arnaud, Joel ou Jean proposent déjà de nombreux billets en mode tutoriel, l’idée de celui-ci est de compléter leurs partages avec mon expérience du jour. Vous trouverez ci-dessous un pas à pas sous forme de captures d’écran légendées, qui devrait vous permettre de mieux comprendre la logique. Le matériel nécessaire . un fichier csv qui contient les données kml de votre territoire. Et voici donc le tutoriel à proprement parler, bonne lecture !

Le Miso Project du Guardian: le data journalisme à la portée de tous | Horizons Médiatiques - Edition europe Le site internet du journal anglais le Guardian a mis à disposition des journalistes du monde entier ces derniers jours, un premier "pack d’outils", faisant parti du Miso Project, contenant certains codes sources des logiciels qu’ils utilisent pour créer des tableaux de visualisation de données. Concrètement à quoi cela correspond ? Un schéma, un graphique, une carte où chaque rubrique ou sujet abordée possède un code (couleur le plus souvent), selon la valeur des données une taille plus ou moins importante, et quelques fois même une interaction avec les autres domaines par superposition. Ci-dessus, une carte de la répartition et quantité d’ambassades américaines dans le monde parue sur le site du quotidien allemand Der Spiegel Représentation des dépenses du gouvernement anglais parue sur le site de The Guardian. Pour plus d’exemples et d’infos, visitez le Datablog du Guardian. Like this: J'aime chargement…

The Insanely Illustrated Guide To Your First Data-Driven TileMill Map | Data For Radicals TileMill is a free-to-download application for Windows and the Mac that will let you build beautiful, data driven maps. If the bland sameness of Google maps is giving you ennui, TileMill might be a good alternative for you. There are many beautiful stylesheets to make TileMill maps visually distinct, and you can control the colors, line widths, and much more about your map using Carto, a CSS-derived language. Here’s a beautiful map of Montreal using a watercolor-like stylesheet: What follows is a detailed, highly-illustrated guide to creating your first map in TileMill. First, download and install TileMill. Remember: you must click many of the images below to see them full size — you’ll need to do that for many of these images. Without a dataset to play with, our map will be pretty boring. Step 1: Visit RI Data Hub And Browse The Data Catalog Go to RIDataHub.org and click Data Catalog. Step 2: Grab Your Data In the “Text Search” box, type “early intervention” (no quote marks). {PSST! Wow!

« Pour faire du datajournalisme, il faut savoir maîtriser Excel » Nicolas Kayser-Bril, datajournaliste chez Owni | Data News Vidéo – Star française du Data Journalisme, NKB répond à Data News pour une interview 75% data et 25% LoL, parce qu’il faut pas déconner, quand même. DataNews : Ca fait un moment qu’on parle du data journalisme et de l’ouverture des données, où en est-on aujourd’hui ? Nicolas Kayser-Bril : L’accès aux données reste très compliqué encore aujourd’hui. Pas mal d’initiatives ont lieu sur l’ouverture des données publiques mais on reste dans une logique très topdown où c’est le décideur qui va gracieusement mettre en ligne cinq ou dix jeux de données. C’est ce qui s’est passé pour l’ouverture des données publiques à Paris où on nous présente quinze jeux de données et on nous dit “voilà on a ouvert !”. Y a t-il plus de datajournalistes ? Je ne sais pas s’il y a plus de data journalistes. Les grands médias s’ouvrent-ils au datajournalisme ? Oui, ils ont en tous cas envie d’essayer de faire de nouvelles choses sur Internet. Tu as vu naître des vocations de datajournaliste ? Non je ne pense pas.

Related: