background preloader

La porte aux étoiles, le portail de l'astronomie

Related:  A Classer

Cours d’Astronomie Éclipse solaire Dans des époques reculées, mais aussi dans certaines cultures actuelles, il est attribué aux éclipses solaires des propriétés mystiques. Les éclipses solaires peuvent être effrayantes pour des personnes ignorant la nature relativement inoffensive de ce phénomène astronomique. En effet, le Soleil disparait soudainement au cours de la journée et le ciel s'obscurcit en quelques minutes. Les éclipses totales de Soleil à un endroit donné de la Terre sont des événements très rares et de courte durée (pas plus de 8 minutes[1]). L'éclipse totale de 1999 en Europe était considérée, au moment où elle eut lieu, comme l'éclipse qui eut le plus d'observateurs de l'histoire humaine[2] , ce qui a permis d'augmenter l'information du public sur cette curiosité particulière. Types[modifier | modifier le code] Il existe 4 types d'éclipses solaires : Une éclipse totale se produit lorsque le Soleil est complètement occulté par la Lune. Terminologie[modifier | modifier le code] Schéma d'une éclipse solaire.

MES LIENS D'ASTRONOMIE LES PLUS UTILES - Micromegas, le blog d'Yvaton Je vais remplir cette page au fur et à mesure de mon temps disponible et de mes recherches, donc mille excuses à ceux qui n'y sont pas mais qui vont bientôt en être !!! LOGICIELS A TELECHARGER Cartes du ciel, éphémérides : Stellarium, logiciel Carte du ciel en 3D Stellarium est un logiciel de planétarium open source et gratuit pour votre ordinateur. Cartes du ciel de Patrick Chevalley Une des meilleures si ce n'est la meilleure Carte du Ciel, elle permet aussi de piloter le GOTO avec les interfaces Ascom, Meade… C’est celui que j’utilise pour piloter ma monture Sirius EQ.G avec EQMOD et interface ASCOM. C2A, autre logiciel de cartographie du ciel, on peut aussi piloter une monture avec lui. Celestia, carte du ciel 3D Sur Clubic.com, site de téléchargements. Logiciels de pré-traitement et traitement pour la photo numérique : Avistack, empilage et registration d’AVI. Registax V4 ou V5, empilage et registration d’images numériques AVI ou BMP. Tutoriel REGISTAX V5 WcRmac, toujours de Martin Burri.

La NASA a dévoilé ses enregistrements sonores de l’Univers… Ils vont vous glacer le sang L’immensité de l’espace ne cesse de fasciner petits et grands depuis la nuit des temps. Histoire d’alimenter un peu plus le fantasme qui règne autour de cet Univers plongé dans le noir, la NASA a récemment enregistré les sons qui rythment le quotidien de la vie spatiale. On vous fait découvrir ce ballet sonore aussi fascinant qu’angoissant… Quels bruits y a-t-il dans le vide intersidéral ? C’est donc grâce à plusieurs sondes envoyées dans l’espace par la NASA que ces ondes ont pu être traduites de façon sonore. Le moins que l’on puisse dire c’est que ces enregistrements sonores font froid dans le dos : autour de la Terre, on croirait presque entendre des voix humaines !

Le blog de Dany Le Du La sphère locale Tout d'abord, notre perception du ciel est celle d'une sphère : étoiles et planètes sont toutes -apparemment- à la même distance de nous. Notre perception du relief, grâce à nos deux yeux, s'arrête en effet, à quelques dizaines de mètres de nous : au-delà, nous ne percevons plus de relief, donc plus de distances mais seulement des angles. Nous sommes donc, chacun d'entre nous, le centre d'une sphère sur laquelle nous voyons les corps célestes : on l'appelle la sphère céleste locale et on va mesurer des angles sur cette sphère, puis à partir de ces angles et d'un modèle d'univers, on va en déduire la distance de ces points brillants que nous observons. Dans la sphère céleste locale, on donne la position d'un astre avec deux valeurs, l'angle entre l'astre et l'horizon (mesuré verticalement) et l'angle entre la direction de l'astre et une direction fixe, par exemple le Sud (mesuré horizontalement). Ce repère local dépend de l'observateur et varie d'un point à l'autre sur Terre.

Écliptique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'écliptique et sa relation avec l'équateur céleste et l'axe de rotation de la Terre. D'un point de vue géocentrique, l’écliptique est le grand cercle sur la sphère céleste représentant la trajectoire annuelle du Soleil vue de la Terre. Position et mouvement des astres par rapport à l'écliptique[modifier | modifier le code] La plupart des planètes du Système solaire ont une orbite qui est peu inclinée relativement au plan de l'écliptique. Points particuliers de l'écliptique[modifier | modifier le code] L’écliptique et l’équateur céleste se croisent en deux points, directement en vis-à-vis l’un de l’autre. Équinoxes et solstices[modifier | modifier le code] On appelle équinoxes les moments où le Soleil apparaît à ces points (c'est-à-dire, du point de vue héliocentrique, lorsque la Terre se situe sur ces points de son orbite). Nœuds[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code] Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sphère céleste Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Céleste. Genèse du concept[modifier | modifier le code] La notion de sphère céleste a été inventée par les philosophes grecs de l'Antiquité. L'idée plaisait aux philosophes grecs pour qui la sphère était une figure géométrique parfaite. Durant l'Antiquité et le Moyen Âge, les étoiles étaient donc considérées comme équidistantes de la Terre et cette sphère comme une représentation exacte de l'univers. Le système de représentation[modifier | modifier le code] Pendant que la Terre tourne sur son axe, les points situés sur la sphère céleste semblent tourner autour des pôles célestes en 24 heures : c'est le mouvement diurne apparent. Tous les astres peuvent être également représentés sur la sphère céleste, y compris le Soleil, et on appelle écliptique le grand cercle qui est la projection de la trajectoire du Soleil sur la sphère céleste : c'est l'intersection du plan de l'écliptique et de la sphère céleste.

Astrophysique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’astrophysique (du grec astêr = étoile, astre et physis = science de la nature, physique) est une branche interdisciplinaire de l'astronomie qui concerne principalement la physique et l'étude des propriétés des objets de l'univers (étoiles, planètes, galaxies, milieu interstellaire par exemple), comme leur luminosité, leur densité, leur température et leur composition chimique. Actuellement, les astronomes ont une formation en astrophysique et leurs observations sont généralement étudiées dans un contexte astrophysique, de sorte qu'il y ait moins de distinction entre ces deux disciplines qu'auparavant. Disciplines de l'astrophysique[modifier | modifier le code] Il existe différentes disciplines en astrophysique : (Pour la hiérarchie des disciplines scientifiques voir en français la Liste des disciplines scientifiques.) Historique[modifier | modifier le code] Copernic (1473-1543). Aristarque de Samos (310 av. Newton (1642-1727).

Les magnétars dament le pion aux trous noirs | Astronomie et espace Les magnétars (contraction de «magnetic star») sont les étranges vestiges, incroyablement denses, de l'explosion d'une étoile massive qui s'effondre sous son propre poids. Sauf que dans la grande majorité des cas, une telle explosion de supernova donne lieu, soit à une étoile à neutrons, soit à un trou noir. Or, si les magnétars sont bien des étoiles à neutrons, ils paraissent bien «exotiques» aux yeux des scientifiques. «Ils sont caractérisés par de faibles dimensions et une densité extrême», indique dans un communiqué l'Observatoire européen austral (ESO), soulignant qu'une cuillère à café de matière présente dans un magnétar pèserait à elle seule plusieurs milliards de tonnes! Leur intensité magnétique est également extraordinaire, «des millions de fois supérieure à celle des aimants les plus puissants qui existent sur Terre.» - Étoiles fuyantes - Quant à l'étoile compagnon, si elle n'avait pas régurgité toute cette matière, elle se serait changée en trou noir.

Céphéide Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une céphéide est une étoile variable, géante ou supergéante jaune, de 4 à 15 fois plus massive que le Soleil et de 100 à 30 000 fois plus lumineuse, dont l'éclat varie de 0,1 à 2 magnitudes selon une période bien définie, comprise entre 1 et 135 jours, d'où elle tire son nom d'étoile variable. Elles ont été nommées d'après le prototype de l'étoile δ de la constellation de Céphée. L'étoile polaire est une Céphéide (du moins jusqu'en 1994 où il est apparu que son éclat était devenu stable sans qu'une explication ait pu être trouvée à ce changement - voir Alpha Ursae Minoris). Histoire[modifier | modifier le code] Henrietta Leavitt, dans les années 1910 1920, à l'université Harvard, classe les céphéides des nuages de Magellan. Caractéristiques[modifier | modifier le code] Rôle dans le calcul des distances[modifier | modifier le code] 5 × log10d = MV + a × log10P – b × ( MV – MI ) + c ( a ; b ; c ) = ( 3,34 ; 2,45 ; 7,52 )[1], ↑ (en) G.

Astronomie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L’astronomie (Grec ancien ἀστρονομία [astronomia], « la loi des astres »)[1] est la science de l’observation des astres, cherchant à expliquer leur origine, leur évolution, ainsi que leurs propriétés physiques et chimiques. Avec plus de 7 000 ans d’Histoire, les origines de l’astronomie remontent au-delà de l’Antiquité dans les pratiques religieuses préhistoriques. L’astronomie est l’une des rares sciences où les amateurs jouent encore un rôle actif. Elle est pratiquée à titre de loisir par un large public d’astronomes amateurs. Historique[modifier | modifier le code] Sur tous les continents et depuis la haute antiquité, l'observation du ciel a une grande importance (Codex Duran). L'astronomie est considérée comme la plus ancienne des sciences[2]. Antiquité[modifier | modifier le code] À ses débuts, l'astronomie consiste simplement en l'observation et en la prédiction du mouvement des objets célestes visibles à l'œil nu. Stonehenge

Related: