background preloader

LA MUTATION DU COMMERCE INTERNATIONAL

LA MUTATION DU COMMERCE INTERNATIONAL
Related:  La mondialisation en fonctionnementLes flux de marchandises mondiauxBazar temporaire 18

Carto (septembre 2016) sur les migrations CARTO n° 37, Septembre-Octobre 2016 Par Guillaume Fourmont Aux yeux du monde, plus précisément des sociétés occidentales, le migrant est devenu cette personne fuyant la guerre, et uniquement la guerre. La situation au Moyen-Orient n’aide en rien à changer cette image. Retrouvez l’équipe de Carto au FIG, du 30 septembre au 2 octobre 2016. Au sommaire : Dossier Migrations et environnementLes défis du changement climatique au XXIe sièclepar Daria Mokhnacheva, Dina Ionesco, et François Gemenne L’actualité vue par les cartes Europe • Syndicalisme : une défiance française • Les défis de la Slovaquie à la tête de l’Europe • Inégalités à l’école en France : une ségrégation prégnante • Géopolitique et soft power de la religion orthodoxe Asie-Océanie • Géopolitique du marché des hydrocarbures en Asie centrale • Afghanistan : l’impossible retrait américain ? Enjeux internationaux : Carte détachable • La Belgique : un État ingouvernable et viable ?

Du Vietnam à la Chine, le périple en time-lapse d’un porte-conteneurs De la mer de Chine à la baie de Hangzhou, les images de Toby Smith montrent le voyage d’un porte-conteneurs pendant vingt-quatre heures (Toby Smith/YouTube). On peut trouver de la beauté partout, même dans le spectacle du chargement d’un porte-conteneurs au cœur du trafic commercial en mer de Chine. Dans une vidéo réalisée en time-lapse, un effet d’accélération de l’image, le photojournaliste Toby Smith, spécialisé dans l’environnement et l’énergie, a suivi le périple de l’un de ces porte-conteneurs depuis Hô Chi Minh-Ville, au Vietnam, jusqu’à Ningbo, en Chine. Comme l’explique le site Fstoppers, spécialisé dans la photographie et la vidéo, les images ont été tournées en « 4k », une très haute définition d’images numériques, depuis le pont du cargo. Selon le site, les images de ce voyage de vingt-quatre heures, résumé en sept minutes, montrent « à quel point tout peut être paisible à la surface de cette mer imprévisible ». Signaler ce contenu comme inapproprié

REPORTAGE : SHANGHAI VOYAGE AU CENTRE DU MONDE Raconter Shanghai c’est raconter l’une des mutations urbaines les plus rapides de l’Histoire. Un modeste archipel de pêcheurs devenu, en un temps record, une mégapole de 25 millions d’habitants.La ville la plus peuplée de Chine sera demain, sans doute, la plus grande cité du monde et un carrefour maritime incontournable. Son port est, déjà, celui de la démesure : des kilomètres de quais, une forêt de grues, une fourmilière humaine sur une île artificielle reliée à la ville par un pont de ... 32 kilomètres ! Yvonne Wang la riche femme d'affaires. « A Shangai, il y a un pouvoir d’achat de folie et donc une consommation déraisonnable.» Yvonne Wang est l’une des plus grandes fortunes de Shanghai. Dragons », une réplique de Venise grandeur nature. Paul Pairet, restaurateur. « Shangai est une carte postale à 360° et j’ai l’impression de faire partie de la carte postale tous les jours » Paul Pairet, chef français, a crée le restaurant de ses rêves. Shihai Chen, pêcheur. Nina, petite fille de 9 ans.

« Total s’est érigé en autorité souveraine capable de rivaliser avec les Etats » Pour le philosophe Alain Deneault, le groupe pétrolier français échappe à la portée législative des pays où il opère. Docteur en philosophie de l’université Paris-VIII et directeur de programme au Collège international de philosophie de Paris, le Canadien Alain Deneault, a publié, en février, De quoi Total est-elle la somme ? Multinationales et perversion du droit. Fruit d’un travail minutieux de deux ans et demi, ce livre de plus de 500 pages détaille comment la firme, par un entrelacs de sociétés, est devenue « une autorité souveraine, capable de rivaliser avec des Etats et de générer un nouveau rapport à la loi ». Lire aussi : Total en Angola, Areva au Niger : plus de 100 millions de dollars évaporés Beaucoup de livres ont été écrits sur Total. Alain Deneault Nous sommes aujourd’hui confrontés à une firme qui communique énormément, qui commente tout, qui est présente partout et qui dépasse largement ce qu’on peut attendre d’une compagnie pétrolière. Avez-vous un exemple précis ?

Le monde se referme : la carte des murs aux frontières 65 murs construits et planifiés, soit 40.000 km de long, ou la circonférence de la Terre Circulez dans cette carte qui représente les murs en construction, construits et utilisés aujourd'hui, survolez ou cliquez sur les pays pour obtenir des informations concernant les dates de construction des murs, les principales raisons invoquées et les éventuels autres murs prévus par pays : _Source : Elisabeth Vallet, Chaire Raoul-Dandurand, Université du Québec, Montréal, AFP, RFI, Courrier international, Wikipedia. NB : les tracés ne reflètent pas la longueur ou la localisation précise des murs et barrières, mais indiquent les frontières concernées. Cliquez ici pour voir la carte en grand_ "On assiste à un phénomène de refermeture des frontières, depuis deux décennies", qui s'est accéléré ces derniers mois, notamment en Europe, analyse Elisabeth Vallet, interrogée par Thierry Garcin dans "Les Enjeux internationaux". Les murs ne servent à rien car ils induisent des logiques de transgression.

Commerce international. L’évolution des grandes routes maritimes mondiales Le monde de la mer est central et même vital : il conditionne de très nombreuses activités humaines. D’ailleurs, environ 71 % du globe est constitué de mers et d’océans. Et le commerce maritime mondial, sous toutes ses formes, assure plus de 90 % du transport de marchandises. Le lundi 16 janvier dernier, nous avions d’ailleurs montré l’importance décisive des câbles sous-marins (en fait, la quasi-totalité des communications de données, d’images…). De plus, les hommes habitent très près des côtes. Et même s’il y a un déport remarquable de l’économie mondiale vers l’Asie (ou les Asie), l’Europe elle-même, en partie océanique, dépend beaucoup de la mer.

À bord d’un géant des mers sur la nouvelle route maritime de la soie Chine-France, la mondialisation par la mer (1/3). Sur le chalutier chinois, les hommes relèvent précipitamment leurs filets. À quelques dizaines de mètres, le monstre des mers français fait tonner sa corne de brume, traçant sa route au milieu d’une nuée de petits bateaux de pêcheurs. Inquiets du typhon annoncé, ceux-ci ont choisi comme zone de pêche l’autoroute maritime qui ouvre l’accès au port artificiel de Shanghaï-Yangshan, premier terminal mondial pour les conteneurs. Un peu comme si un laboureur traçait son sillon sous le nez des A380 approchant l’aéroport parisien Charles-de-Gaulle. 55 000 navires en service Ce vieux loup de mer commande le Christophe Colomb, géant de la compagnie française CMA-CGM (la troisième mondiale) qui fut, il y a seulement six ans, le plus gros porte-conteneurs du monde. > A (re)lireVoyage à bord d’un porte-conteneurs Aujourd’hui, 90 % du commerce mondial se fait par mer, grâce à 55 000 navires transportant huit milliards de tonnes de marchandises.

Expliquez-nous ... le G7 Au départ, le G7 est le sommet des sept pays les plus industrialisés des années 70. Etats-Unis, Japon, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Italie et Canada. Pour comprendre l'histoire du G7 il faut remonter 40 ans en arrière. En novembre 1975, le président français Valery Giscard-d’Estaing organise le premier sommet du G6 à Rambouillet. On parle de G6 parce que le Canada ne fait pas encore partie de ce petit club privilégié. Lors de ce sommet, les six grands dirigeants décident de se réunir chaque année pour parler économie de manière informelle, décontractée. Il faut se replacer dans le contexte des années 70 avec notamment, un VGE fraichement élu président. Pour en revenir au G7, il devient un sommet à sept l’année suivante en 1976 avec l'arrivée du Canada. Le président de la Commission européenne est également présent lors de ces sommets qui sont préparés des mois à l’avance par des "sherpas", des conseillers surdiplômés qui mâchent le travail pour les chefs d'Etat et de gouvernement.

Qu'est-ce qu'un paradis fiscal - vidéo (LeMonde.fr) Le concentré de tomate, un produit agro-industriel mondialisé La parution de l'ouvrage de Jean-Baptiste Malet, L’Empire de l’or rouge. Enquête mondiale sur la tomate d’industrie (Fayard, 2017, 288 pages) a conduit la presse d'actualité à publier de nombreux articles sur la tomate dans la mondialisation. L'auteur enquête sur l'histoire et la géographie du concentré de tomates, produit phare de l'industrie agro-alimentaire. Pour compléter :

Related: