background preloader

Faites tourner] ALERTE CITOYENNE: NON À ACTA STOP AU KRAKEN - une vidéo Actu et Politique

Faites tourner] ALERTE CITOYENNE: NON À ACTA STOP AU KRAKEN - une vidéo Actu et Politique
Related:  La Quadrature du Net

L'Etat s'attaque aux lanceurs d'alertes Ils donnent l'alerte avant que ne surviennent les dégâts... Amiante, plomb, dioxine, ogm, nucléaire. Et bientôt ondes électromagnétiques (micro-ondes, portables, wifi...) pesticides et herbicides, effets secondaires des vaccins et médicaments chimiques, liste non exhaustive... Voici ce qu'écrivait Patrick Piro déjà en 2006 Source Politis n°872 Dans l’Antiquité grecque, la princesse Cassandre prédisait la chute de Troie. Les effets nocifs de la poussière d’amiante ont entraîné un examen microscopique de la poussière minérale par l’inspecteur médical du ministère de la Santé. Pour saisir toute la portée de ces quelques lignes, il faut savoir qu’elles ont été rédigées en... 1898 ! Les anglophones ont inventé un nom pour désigner les individus de la catégorie de Lucy Deane : whistleblowers lanceurs d’alerte, en français, selon le terme forgé par Francis Chateauraynaud, sociologue à l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Politis n° 872 Voir Fondation Sciences Citoyennes

La Quadrature du Net Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Jérémie Zimmermann Jérémie Zimmermann, de la Quadrature du Net, lors de la conférence internationale d'activisme "Mobilize!" en mars 2013. Jérémie Zimmermann, né en 1978 à Paris, est le cofondateur et l'ex porte-parole[1] de La Quadrature du Net, une organisation de défense des droits et libertés des citoyens sur Internet Présentation[modifier | modifier le code] Il est le cofondateur et l'ex porte-parole de La Quadrature du Net de 2008 à 2014. Il a reçu le EFF Pioneer Award 2012 de l'Electronic Frontier Foundation, en même temps que d'autres personnalités ou groupes[3]. Il tient un site où il poste des photos urbaines de divers lieux[5]. Œuvres[modifier | modifier le code] Livres Menace sur nos libertés : Comment Internet nous espionne. Notes et références[modifier | modifier le code] Annexes[modifier | modifier le code] Articles connexes[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code]

De La Servitude Moderne [Jean-François Brient] Fr 2009 Clouer le bec à un lobbyiste anti-partage Vous êtes autour d'une table garnie de militants anti-partage sur Internet ? Pas de panique, Philippe Aigrain, cofondateur de la Quadrature du Net, a développé un argumentaire en béton armé. Une sorte de manuel de savoir-vivre pour sociétés de l'information traversées par de menues contradictions. Nul n’est à l’abri en ces temps pré-électoraux. Or ces personnes s’emploient en ce moment à plein temps à avertir nos concitoyens, et parmi eux particulièrement un candidat à l’élection présidentielle, des immenses dangers que la mise en place de nouveaux financements associés à la reconnaissance du partage non-marchand entre individus des œuvres numériques feraient courir aux fleurons français de la culture. Voici donc quelques éléments qui vous permettront de relancer la conversation tout en restant polis, bien sûr. 1. Vous remarquerez tout d’abord que vos interlocuteurs s’en prennent à une créature baptisée licence globale. 2. 3. Non, il faut vous en sortir autrement. 4. 5. 6.

Piratage, Hadopi, etc « Initiative ISCN ? mouvance geek (branche piratage intégral si vous voulez) : tout doit être gratuit, libération, ouvert, partage, etc, etcc’est du point à point, ya pas de centre !!mouvance légale : c’est interdit d’une part, et d’autre part le centre c’est la loi , c’est à dire le texte des loissolution adoptée : réprimer les utilisateurs finauxor la vérité : quoiqu’on en dise toujours des centres dans le piratage, du fait du besoin de catalogue entre autrespar exemple the pirates bay est un centre, ou les sites de direct downloadsolution commercialo politique adoptée : utilisez donc les "services" légaux ! Note : On me reproche l’usage bien trop général du terme "geek" dans le premier bullet, il faut donc lire "mouvance geek tendance piratage intégral", et non "mouvance geek" tout court dans cet item, ainsi que dans la suite. Néanmoins, on ne peut nier que par exemple, un menu item geek est présent dans le magasin en ligne ci-dessous : Ou : Like this:

Comment résister à la surveillance générale - Conseils pour être invisible Paru dans le numéro 4 de la revue Ravages (éditions JBZ & Cie) Lire aussi : 3 questions à Isabelle Sorente, co-fondatrice de Ravages Devenir invisible Depuis 1989, l'Institute for Applied Autonomy - Institut d'Autonomie Appliquée ou IAA - s'est donné pour mission "d'étudier les forces et les structures qui affectent l'auto-détermination des individus et de promouvoir les technologies qui élargissent leur autonomie". Ce qui signifie ? Le développement de divers projets pour devenir véritablement autonomes - libres de toute surveillance. • Le projet "I-see" dresse une carte de Manhattan listant les caméras de surveillance qui la jalonnent et dévoilant les trajets qui permettent d'y échapper. • Les robots "Oui, oui !" Le Guide du renard donne également un aperçu du projet ubermatic, qui permet de se connecter, à l'aide d'un matériel simple à fabriquer soi-même, aux réseaux de surveillance et de voir ce qu'ils voient. Surveiller les surveillants S'armer pour le futur

ACTA pour les nuls ACTA pour les nuls Après nous l'avoir bien mis profond avec Hadopi, (et Loppsi), ACTA continue son petit bonhomme de chemin... Le dossier ACTA est assez complexe et j'avoue ne pas encore tout maitriser sur le sujet. Mais Hadrien, fidèle lecteur de Korben.info vient de m'envoyer une vidéo que j'avais laissé passer il y a quelques jours... Un bon moyen de s'informer simplement sur ACTA, pour en comprendre les implications sans forcement se plonger dans toute la doc. L'avenir nous dira ce que ça va donner mais à mon avis, contraire à la Hadopi qui est juste une vaste blague, ACTA c'est du terrorisme international gouvernemental en puissance. Affaire à suivre. Merci Hadrien [photo] Vous avez aimé cet article ?

Acta : la résistance continue Posté le 12 février 2012 par Place au Peuple dans S'INFORMER Place au Peuple Site officiel de la campagne du Front de gauche, www.placeaupeuple2012.fr agrège non seulement les productions des élus, des militants, des sympathisants, mais aussi plus largement des citoyen-ne-s qui tiennent des sites d'information ou des blogs. Négocié entre les États-Unis, l’Union Européenne, le Japon, le Canada, la Nouvelle-Zélande, l’Australie, le Mexique, Singapour, la Corée du Sud, le Maroc et la Suisse, ACTA vise à lutter contre la contrefaçon au sens large, de celle des médicaments aux produits de luxe en passant par le téléchargement illégal et le partage de fichiers. À Paris, ils étaient plus d’un millier à dénoncer l’accord anti-contrefaçon. Emmitouflée dans un long manteau, une écharpe en cache-nez et le front couvert de son bonnet, une jeune femme reprend les slogans en chœur avec la foule. Sylvain, 32 ans, lui, ne comprend pas. Écoutez ce reportage de Abdelhak El Idrissi pour France Info :

Anti SOPA/PIPA Graphics and Memes [Pics] If 2012 is really the end of the world, SOPA (Stop Online Piracy Act) could be the first sign. Though it is constructed in the way that it might protect the intellectual property from the possible copyright infringement, it is so powerful that the big industry players could even take down a website first without any investigation, and this is called Domain Name System Blocking. Basically it has no much difference from the censorship seen in certain countries. (Image Source: sakimichan) The great news is that the DNS blocking feature is finally intended to be discussed by the sponsor of the SOPA bill, which could mean the semi-victory of the Anti-SOPA people. While the war against the SOPA and PIPA hasn’t ended, we can understand more about the SOPA from these quality works, and even share them to the world to let every people stand up to fight for the American’s freedom of speech, and to protect user-centered sites like Google, YouTube or deviantArt from being taken down or censored!

"Si on laisse Internet dériver, il ne sera bientôt plus libre" Atlantico : Google qui affiche des bénéfices records. Facebook dont l'entrée en bourse est particulièrement attendue : Internet est-il désormais entre les mains des grandes sociétés ? Benjamin Bayart : Actuellement, je trouve qu’Internet est en train de passer aux mains de gens qui ne sont pas du tout des "pures players" et qui n’ont pas du tout ce mode de pensée là, c’est-à-dire, la liberté de leur contenu. Quand Internet a été créé, sa devise était de pouvoir tout y faire, autrement dit Internet permet tous les usages, ce qui est la source de toutes les innovations sur le réseau. Mais nous sommes en train de tuer petit à petit la possibilité de pouvoir tout faire sur Internet. Internet est donc moins libre qu'avant ? Si on le laisse dériver comme nous le faisons actuellement, Internet ne sera plus libre. Que serait un Internet totalement libre ? Il ne manque pas beaucoup de choses sur l’Internet actuel pour qu’il soit totalement libre. Les gens doivent faire attention.

Related:  Internet