background preloader

Louise Merzeau : "Il n'y a pas de mémoire sans une pensée de l'oubli"

Louise Merzeau : "Il n'y a pas de mémoire sans une pensée de l'oubli"
Vous travaillez sur la question de la mémoire et des traces. En quoi le numérique a-t-il marqué une mutation dans ce domaine ? Je qualifie volontiers cette mutation de tournant anthropologique. En effet, si jusqu'à l'avènement du numérique, la lutte contre l'oubli nécessitait un véritable déploiement d'énergie, de moyens et d'innovations technologiques, le numérique a introduit une rupture, voire une inversion de ce processus : les systèmes de communication, de production, d'inscription et de partage via les réseaux ou les supports numériques ont engendré une traçabilité automatique, condition de nos activités et donc préalable à toute véritable intention de "faire trace". Par exemple, le simple fait de consulter un site internet laisse une trace numérique bien que nous ne soyons alors pas dans une démarche "d'expression". Il y aurait donc aujourd'hui une inversion dans l'équilibre entre mémoire et oubli ? Il faudrait donc repenser l'oubli ? Tout à fait. Et dans un second temps ?

http://www.archimag.com/archives-patrimoine/2016/09/13/louise-merzeau-memoire-pensee-oubli

Related:  sodocveilleRevue de presse métier des bibliothéques et de la documentation

Innover ou anticiper En participant à la création de l’Office international de bibliographie (OIB) en 1895, Paul Otlet désire avant tout marquer de son empreinte le fonctionnement des bibliothèques, et ériger la bibliographie au rang de science. Il ignore alors que cette démarche fortement influencée par le positivisme ambiant l’entraînera vers des horizons et des applications très variés comme les sciences de l’information et de la communication, la documentation, la pédagogie ou encore l’édition. L’accès aux connaissances, ses différents supports, alors en pleine effervescence, réorientent sa réflexion et les missions de l’OIB. Dès lors, à l’issue de quarante années d’intense travail personnel, on est en droit de se questionner sur la singularité de son parcours, qui porte tous les ferments de l’innovation ou, plus conformément aux termes utilisés par Paul Otlet lui-même, de l’anticipation. Le Répertoire bibliographique universel

Une artiste publie l'ensemble de ses recherches Google dans un livre et lance l'autobiographie numérique "medailke distinction france . axelle tessandier . confidentiality guaranteed . hacker citizen kickstarter . ancre html kickstarter" : voici les recherches effectuées par Albertine Meunier sur Google le 6 octobre dernier. Cela fait maintenant dix ans que cette artiste numérique dresse l'inventaire de toutes ses recherches sur internet et les publie sur son site web. Albertine les a même publiées dans un livre papier en 2011, My Google Search History (période de 2006 à 2011) et prépare actuellement le tome 2. Les métamorphoses numériques du livre II > Métamorphoses numériques du livre Si, de tous les médias, le livre imprimé est celui qui semble offrir le plus de résistances à l'extension du numérique, il serait inconcevable de ne pas interroger les tendances qui remettent en cause, sinon son existence ou sa survie, du moins l'éminence de son rôle dans la vie culturelle. Certaines de ces tendances se sont développées de manière autonome et sont parfois antérieures à l'apparition du numérique : la baisse quantitative de la lecture du texte imprimé est attestée depuis le début des années 90, et la situation est comparable pour la baisse des performances de lecture, constatée régulièrement par les enquêtes nationales ou internationales. Elles n'en forment pas moins le contexte dans lequel se déploie précisément le numérique comme média universel, emportant le livre imprimé, au même titre que les autres médias, dans un processus de déstructuration et de remédiation.

Le marché du livre numérique reste dans le flou La part du chiffre d'affaires numérique dans le chiffre d'affaires global de l'édition est passé de 4 à 5 % en 2016. Selon le baromètre réalisé par le cabinet KPMG, le marché français du livre numérique progresse de 25 % en un an mais les éditeurs font preuve de prudence et reconsidèrent leurs prévisions de parts de marché numérique à la baisse pour 2020. "De manière très nette, nous constatons, si ce n’est une remise en question du modèle, du moins une vraie prudence sur le marché, après l’engouement des années 2011 et 2012 et l’arrivée des tablettes, qui semblait annoncer alors un changement des paradigmes pour le monde de l’édition" explique KPMG. ePub, PDF et formats propriétaires Les catalogues numériques des éditeurs s'en ressentent. L'offre digitale varie de 100 % pour la littérature policière, imaginaire et sentimentale à 80 % pour les essais et la bande dessinée.

Des banques d'images pour l'enseignement Lorsque l’on est enseignant, il n’est pas rare que l’on ait besoin d’images pour illustrer une leçon, une affiche ou tout autre support au sein de sa classe. Avec internet, c’est maintenant chose facile de trouver des images de qualité et il existe même des sites conçus à cet effet où l’on trouve des images libres de droit, gratuites et spécialement dédiées à l’enseignement. Voici une liste non exhaustive de sites où vous pourrez dénicher des images en tout genre: photos, cliparts, cartes géographiques, images à colorier etc… Photos

Archive Valley : un site de rencontre mondial entre offre et demande d'archives vidéo "L'archive audiovisuelle est le nouveau pétrole de la créativité". C'est en faisant ce constat que la web designer Mélanie Rozencwajg et la réalisatrice Jhava Chikli ont eu l'idée de créer Archive Valley en octobre 2015 : la première plateforme internationale mettant en relation les documentalistes - recherchistes d'images avec des exploitants de fonds d'archives audiovisuelles. Son objectif : "offrir un accès aux vidéos des quatre coins du monde pour briser les frontières et valoriser des sources locales rares et diversifiées". Les fondatrices de la start-up française voient leur plateforme comme un "site de rencontre" permettant aux documentalistes d'entrer directement en contact avec les détenteurs d'archives qui répondent à leur besoin.

L'EMI dans les programmes scolaires — Documentation (CDI) Textes officiels Circulaire de rentrée 2016 La circulaire de rentrée 2016 consacre un paragraphe à l'EMI dans le point 3 : Une École qui fait vivre les valeurs de la République L'EMI dans les programmes du cycle 4 Retrouvez sur éduscol, un relevé des références à l'EMI dans les programmes du cycle 4, valables à la rentrée 2016 :

Accusé d’avoir influencé l’élection américaine, Facebook se défend Le fondateur de la société, Mark Zuckerberg, a répondu à ceux qui reprochent au réseau social d’avoir laissé circuler de fausses informations, et de ne confronter les électeurs qu’à des opinions conformes aux leurs. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Personnellement, je pense que l’idée que de fausses informations sur Facebook, qui ne représentent qu’une toute petite partie des contenus, aient influencé la présidentielle est une idée assez dingue. » Jeudi 10 novembre, deux jours après l’élection de Donald Trump à la Maison Blanche, le patron de Facebook, Mark Zuckerberg, a répondu aux nombreuses critiques de ceux qui accusent le réseau social d’avoir pesé sur les résultats du scrutin. Plaidoyer pour « un Facebook moins toxique » Beaucoup se sont particulièrement interrogés sur la fameuse « bulle » créée par Facebook, à l’instar du Guardian :

Folksonomies Le terme de folksonomie est apparu récemment sur le web pour désigner le phénomène d’indexation des documents numériques par l’usager. On rencontre également fréquemment le mot tag qui désigne en quelque sorte un mot-clé. Le terme de folknologie est aussi employé, mais plus rarement. L’usage du mot folksonomie semble donc plus opportun. L’IFLA appelle les bibliothécaires à défendre la Neutralité du Net – SavoirsCom1 A l’occasion de son congrès annuel qui se tient ce mois d’août 2016 à Columbus, l’IFLA (Fédération internationale des associations de bibliothécaires) a publié une importante déclaration en faveur de la Neutralité du Net, en tant que « principe selon lequel toutes les données ou tout ce qui circule sur Internet doit être traité de façon égale ». Le collectif SavoirsCom1 salue cette prise de position. La Neutralité du Net constitue, en effet, le premier point de notre Manifeste en faveur des Communs de la Connaissance : 1.

Paul Otlet Paul OTLET L'homme qui voulait classer le monde Paul Otlet a beaucoup écrit (en particulier à chaque moment décisif de sa vie, la mort de son père, de son fils, victime de la guerre…), beaucoup créé et beaucoup agi, poussé toujours par le même élan d’humanisme et de partage.Sa vie entière est menée par une espérance : permettre aux hommes de mieux se connaître, de ne plus avoir peur les uns des autres et donc de vivre en paix. Le document joue un rôle déterminant pour ce Pacifiste. Par ailleurs, en mettant en avant l’idée de réseau et de coopération internationale entre bibliothécaires et bibliothèques, il œuvre, avec ses amis, en précurseur et en visionnaire.Aux professionnels de l’information, il laisse en héritage le Traité de documentation : le livre sur le livre : théorie et pratique [1] qui synthétise la somme des savoirs fondamentaux nécessaires pour comprendre l’essence de la documentation.

La SACD veut faire payer les heures du conte en bibliothèque ! Protégeons cet usage collectif de la culture ! – SavoirsCom1 Partout en France, les bibliothèques de lecture publique organisent des « heures du conte », au cours desquelles des ouvrages sont lus en groupe à des enfants. Ces animations sont très courantes dans les bibliothèques et elles participent à l’éveil du goût pour la lecture chez les plus jeunes. Jusqu’à présent, cette pratique est restée libre, bien que ces lectures publiques puissent être assimilées à des représentations en public d’oeuvres protégées. Source : Wikimedia Commons. Domaine public. Mais comme on peut le lire sur le forum de l’Association des Bibliothécaires de France, plusieurs établissements ont récemment reçu des courriers de la part de la SACD, la société des gestion collective des auteurs dans le domaine du spectacle vivant.

Et je tournais ma peine dans mes livres (Lamartine) Toute bibliothèque 1, répond à un double besoin, qui est souvent aussi une double manie : celle de conserver certaines choses (des livres) et celle de les ranger selon certaines manières. Un de mes amis conçut un jour le projet d'arrêter sa bibliothèque à 361 ouvrages. L'idée était la suivante : ayant, à partir d'un nombre n d'ouvrages, atteint, par addition ou soustraction, le nombre K = 361, réputé correspondre à une bibliothèque, sinon idéale, du moins suffisante, s'imposer de n'acquérir de façon durable un ouvrage nouveau X qu'après avoir éliminé (par don, jet, vente ou tout autre moyen adéquat) un ouvrage ancien Z, de façon à ce que le nombre total K d'ouvrages reste constant et égal à 361 K + X > 361 > K-Z. Ainsi donc, l'un des principaux problèmes que rencontre l'homme qui garde les livres qu'il a lus ou qu’il se promet de lire un jour est celui de l'accroissement de sa bibliothèque. Tout le monde n'a pas la chance d'être le capitaine Nemo: 1.De l'espace

Lire des livres permet de vivre plus longtemps… Un chapitre lu, c’est un jour de gagné : c’est en effet le titre provocateur (1) d’une étude réalisée par des chercheurs américains d’un laboratoire de l’université de Yale, qui ont suivi une cohorte de 3635 participants, plutôt âgés, sur une période de 12 ans. Pour résumer, le groupe défini comme « lecteurs de livres » bénéficiait d’un avantage de vie de 23 mois en moyenne par rapport aux membres des autres groupes « toutes choses égales par ailleurs » (âge, sexe, richesse, niveau de diplôme, statut marital, bilan de santé…). L’étude a fait parler d’elle, car les autres travaux comparables avaient jusque là conclu à l’absence d’effets significatifs.

Related: