background preloader

Broadcast Yourself

Broadcast Yourself

http://www.youtube.com/watch?v=vfjEa-0PVqE

Related:  jmdegeorgeconstantincstmg terminale droitPORTRAITS DE SCOPEconomie sociale et solidaire

Le documentaire en replay et VOD « Le Bonheur au travail » est disponible en replay pendant 60 jours, ainsi qu’en VOD et DVD à la demande. Le documentaire a été diffusé le mardi 24 février 2015 à 20h50. La crise économique touche le monde entier, mais dans ce magma de déprime, il existe cependant des entreprises où règne le bonheur. La société coopérative d’intérêt collectif : l’entreprise de demain ? Julien Besnard a franchi le pas en 2011. Il a choisi une structure de l’économie sociale et solidaire pour lancer son entreprise d’autopartage, Citiz IDF Ouest. Le jeune homme s’est ainsi tourné vers le statut de SCIC (société coopérative d’intérêt collectif). Une évidence. Créé par la loi du 17 juillet 2001, ce n’est que depuis 2012 que ce statut connaît une montée en puissance avec une centaine de SCIC créées chaque année.

Les différents types de sociétés, Le choix de la forme juridique Cette forme de société permet à plusieurs personnes exerçant une même profession libérale de l'exercer en commun. Elles sont alors responsables indéfiniment des dettes sociales. Aucun capital minimal n'est requis. Syndex - Arféo repart en Scop Propriétés du site Le présent site est la propriété de SYNDEX, S.A. SCOP à capital variable, membre de l’Ordre des experts-Comptables, représenté par le conseil supérieur de l’Ordre des experts comptables. Expert agréé CHSCT. Le siège de Syndex est 22, rue Pajol - 75876 Paris Cedex 18 Les jeunes Français, champions de l'entrepreneuriat social (Crédit : Forbes) [Répéré sur La Tribune.fr] Ils sont tous Européens, Français, ont moins de trente ans, et comptent parmi ceux que le magazine Forbes désigne désormais comme les futurs leaders de demain. La toute première édition européenne du classement "30 under 30" de Forbes, dévoilée en début de semaine dernière, recense les 300 jeunes entrepreneurs, responsables de projets associatifs ou créatifs innovants les plus prometteurs dans dix secteurs tels que la finance, l'industrie ou l'entrepreneuriat social. Si les jeunes Britanniques dominent nettement le secteur Technologie, c'est dans la catégorie "entrepreneuriat social" que la France s'est tout particulièrement distinguée, avec 9 lauréats parmi les 27 que compte le classement.

Travailler en SCOP, qu’est-ce que ça change pour le salarié ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Solène Lhénoret Comme toute entreprise, la société coopérative ouvrière et participative (SCOP) doit être rentable pour se développer et pérenniser ses projets. Elle se différencie sur le partage équitable du pouvoir, des risques, de l’information et des profits. Travailler dans une telle société permet d’être associé à un projet commun, mais qu’est-ce que ça change concrètement pour le salarié ? Choisir la forme juridique de votre entreprise Avertissement En matière de création d'entreprise, compte tenu des risques inhérents à toute création d'entreprise sur le patrimoine du couple marié, le porteur de projet a tout intérêt à opter, préalablement à son immatriculation au registre du commerce et des sociétés, pour un régime matrimonial fondé sur la séparation de biens. Choix du statut juridique Pour exercer une activité commerciale, vous devez préalablement vous immatriculer au registre du commerce et des sociétés soit en tant qu'entreprise individuelle (également appelée entreprise en nom propre), soit en tant qu'auto-entrepreneur, soit sous forme de société commerciale. Le choix du statut juridique va dépendre de nombreux critères parmi lesquels : Attention : certaines activités ne peuvent être exercées que sous une forme spécifique.

Tournage en cours d'un documentaire dans la SCOP Les Volcans Début juin, les salariés de la librairie Les Volcans, à Clermont-Ferrand, apprenaient la bonne nouvelle : le Tribunal de Commerce de Paris validait leur projet de reprise, sous la forme d'une SCOP (société coopérative de production). Depuis le mois d'avril, les 12 salariés, désormais cogestionnaires, sont suivis par deux journalistes et réalisateurs, qui réalisent un documentaire sur l'aventure. La librairie Les Volcans, alors encore frappée du sceau Chapitre (capture d'écran Google Maps) Comme la majorité des habitants, mais aussi parce qu'ils sont journalistes, Marie Serve et Éric Morschhauser ne sont pas passés à côté de l'histoire de la librairie Les Volcans. « Nous habitons tous les deux le Puy de Dôme, nous sommes tous deux clients de la librairie et nous avions eu l'occasion de faire des émissions entre ses murs », témoigne Marie Serve.

Les entreprises prêtes à donner plus pour l'intérêt général Le baromètre du mécénat d'entreprise en France publié aujourd'hui témoigne d'un véritable engouement, avec une hausse de 25% du budget des entreprises (3,5 milliards d'euros) consacré à des actions d'intérêt général. Il semblerait que les entreprises françaises prennent de plus en plus leurs responsabilités sociétales à cœur. Pour la première fois depuis 6 ans, les chiffres du mécénat d’entreprise témoignent d’une hausse significative. C’est ce qu’annonce le baromètre biannuel d’Admical publié ce mardi 3 mai. Le mécénat d’entreprise se définit comme un soutien financier, humain ou matériel, apporté sans contrepartie directe par une entreprise à un organisme pour soutenir une activité d’intérêt général.

Les Scop sont pérennes et créent de l’emploi Les Scop ont pour particularité d'avoir des salariés majoritaires au capital. Elles privilégient la recherche d'une rentabilité sur le long terme et leur gouvernance est dite "démocratique" (au moins 65% des voix pour les salariés associés, chaque associé dispose d'une voix, quelle que soit la part de capital détenue). Elles distribuent en moyenne 40% des résultats aux salariés et investissent bien d’avantage qu’une entreprise classique.Les résultats s’en ressentent. Outre des conditions de travail plus respectueuses et motivantes, les scops affichent un taux de pérennité à 3 ans de 76 % contre 71 % pour les entreprises françaises, selon le bilan de la Confédération générale des Scop publié mercredi. A 5 ans, ce taux se creuse encore et atteint 64 % contre 50 % pour les entreprises françaises.Le développement des scop a été légèrement facilité par la loi Hamon sur l'économie sociale et solidaire (ESS) de 2014. "Les salariés sont capables de reprendre leur entreprise en SCOP"

Related: