background preloader

E-réputation et idées reçues : 20 articles pour vos vacances

E-réputation et idées reçues : 20 articles pour vos vacances
Quoi de mieux que des vacances bien méritées pour faire le point sur le premier semestre 2011 de l’e-réputation ?! Voici donc comme l’année dernière une sélection des articles traitant de l’e-réputation, publiés depuis le début de l’année sur le web, et qui méritent que l’on y (re)porte attention. A la mer, à la montagne ou à la ville, voici 20 articles pour continuer vos réflexions durant le mois d’août. Notons que l’accent a été mis sur les articles « démystificateurs »… En effet, après plus de3-4 ans de développement intensif du concept de réputation en ligne, et surtout du business associé, il est toujours nécessaire de souligner ce qui peut paraitre inutile, voir néfaste à la mise en place de stratégies de gestion de la réputation en ligne. Et comme Google annonce plus de 30000 articles de blogs mentionnant le terme « e-réputation » pour 2011, il était nécessaire d’y placer un filtre de sélection. Bonne(s) lecture(s) ==> E-réputation : pas de fumée sans feu ? Au final… ! Related:  E-réputatione-reputation

Comment étudier et qualifier l’e-réputation des acteurs politiques ? A l’approche des élections présidentielles, tous les candidats vont certainement tabler sur le web social pour s’en servir comme canal de communication, de propagande voire de viralité. Peut-on pour autant parler d’e-réputation pour ces acteurs politiques ? Les personnes qui se présentent ou se présenteront aux prochaines élections présidentielles, seront toutes plus ou moins connues du grand public. Les médias de masse (TV, Presse, Radio) relayeront les détails sur leurs campagnes, leurs programmes ainsi que leurs moindres égarements de conduite. Nous assisterons vraisemblablement dès la rentrée, à des cycles de l’information, comme spécifié dans le schéma ci-dessous : Ainsi, l’e-réputation des candidats aux élections présidentielles est quasiment semblable à la réputation de ces candidats sur les médias de masse. Tous les acteurs de la vie politique ne sont pas voués à se présenter aux élections présidentielles. Les acteurs politiques se divisent en deux catégories : {*style:<b> </b>*}

Le community management, choléstérol de l’entreprise ? Résumé : on est loin d’en avoir fini avec le community management en entreprise. Beaucoup plus complexe à mettre en œuvre qu’il n’y parait, ce type de dispositif produit des résultats pour le moins contrastées qui vont du pire au meilleur. A tel point qu’on commence à se demander çà et là si le jeu en vaut la chandelle, si le bénéfice est à la hauteur de l’investissement. La question du community management en entreprise est encore loin d’être tranchée. Les logiques de community management représentent un potentiel réel et indiscutables pour l’entreprise lorsqu’elles sont utilisées à bon escient mais ne sont pas la solution à tout et demandent un certain savoir faire malgré une apparente simplicité, ce qui fait qu’après le temps des promesses est rapidement venu celui des déceptions. Déjà, pour commencer, il faut faire une distinction entre les discussions sur le community management et le community manager. On sait tous qu’il y a le « bon » et le « mauvais » cholestérol. Google+

Formation à la création d'entreprise CaddE-Réputation Veille et recherche d’informations : quelles différences La veille, qui consiste globalement à mettre en surveillance des sources afin d’obtenir des informations nécessaires à la prise de décision, est un processus dont l’appellation est devenue générique, englobant un ensemble d’autres processus parfois distincts. Même si complémentaire, la recherche d’informations ne nécessite pas les mêmes approches (méthodologies, outils, processus) que la veille. Nous allons ici voir les différences entre ces deux concepts/processus. Il est de plus en plus courant de lire et d’entendre parler de méthodologies de veille, qui souvent font allusions au fameux cycle du renseignement, à savoir la définition des besoins, la collecte, l’analyse et la diffusion de l’information. Voici tout d’abord ce qui les différencies, suivit bien entendu de ce qui les rends complémentaires… Veille VS recherche d’informations ==> Stockage/mémorisation VS Flux : l’un des objectifs d’une veille est la collecte (automatisée) d’informations.

Guide pratique de l'e-reputation à l'usage des entreprises Facebook et Twitter, futurs champs de bataille du Pentagone ? Recherche : scientifiques spécialistes en contre-propagande sur les réseaux sociaux. Compétences exigées : ces experts devront être capables de maîtriser une "nouvelle science des médias sociaux" afin de détecter "les messages volontairement trompeurs et la désinformation" et de lancer une contre-offensive. Cet appel à candidatures émane du Darpa, l'organe de recherche en technologie du ministère américain de la Défense, et illustre l'attention croissante portée par le Pentagone à tout ce qui se dit, s'échange et se propage sur Twitter ou Facebook. Ce projet fait notamment écho aux inquiétudes exprimées par de hauts responsables militaires américains face à la rapidité des changements politiques intervenus au Moyen-Orient, où les réseaux sociaux ont catalysé la protestation contre des gouvernements alliés de longue date des Etats-Unis.

Monter sa boîte, une solution alternative au chômage des jeunes Vous avez rencontré Nicolas Sarkozy le 16 janvier avant le Sommet pour l'Emploi. Quel message avez vous porté ? Au lieu de restreindre l'emploi des jeunes au seul sujet de l'alternance, je lui ai proposé d'encourager les jeunes à entreprendre. Regrettez vous justement que le débat actuel se focalise trop sur l'alternance, ou les revenus de subtitution ? Oui. Dans le détai,l quellles mesures préconisez-vous pour encourager les jeunes à entreprendre ? Pour créer cet élan entrepreneurial dans la jeunesse nous suggérons 4 pistes aux pouvoirs publics : D'abord il faudrait favoriser l'intervention d'entrepreneurs dans tous les lycées et collèges pour témoigner qu'il est possible de choisir sa vie professionnelle, et aider les jeunes à s'identifier. Le contrat de génération du candidat PS ou la proposition du député UMP sont peut-être de bonnes initiatives mais ils ne donnent pas confiance aux jeunes; c'est toujours l'idée qu'ils ne peuvent pas s'en sortir sans qu'on subventionne les entreprises.

e-reputation : le livre blanc e-reputation: Le livre blanc Le 12/06/2008 Votre e-réputation se crée et se propage sur internet. Téléchargez (gratuit) : le Livre blanc "e-réputation : écoutez et analysez le buzz digital" Une étude publiée sur le blog 97thFloor a montré que sur les 100 entreprises du classement Fortune 100, 29 étaient dotées de résultats au contenu "négatif" dès la première page de Google, lorsque l’on tape leur nom sur le moteur. Surveiller et analyser les opinions qui font la réputation Le 13 avril 2008, au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, Roselyne Bachelot admet que «la question» d’un partage des frais de lunettes entre les mutuelles et la Sécurité sociale «était posée». Les propos de la Ministre de la Santé sont simplifiés et raccourcis, et les tentatives de "correction" sont vaines. Exemple de buzz :les thèmes les plus associés à Roselyne Bachelot. Plusieurs difficultés sont à surmonter pour écouter et comprendre les opinions diffusées sur le net : > Suite : le Livre blanc e-réputation

E-reputation : de l’importance de gérer votre présence sur Google Dans un précédent billet de ce blog, E-Reputation: Mode d’emploi , nous avons abordé l’e-réputation comme un processus qui s’articule en deux dispositifs : Promotion de l’image et Surveillance de la réputation . Pour véhiculer une image positive de nous sur Internet, il est nécessaire à la fois de s’appliquer aux techniques de branding (contenu de qualité, référencement, networking efficace) et contrôler toute référence à notre nom, notre entreprise ou à notre marque. Heureusement ou malheureusement, notre « notoriété web » passe par Google, le moteur de recherche le plus utilisé en France avec 88, 3% des recherches en Septembre 2009 . Ainsi, on veillera à ce que les premières pages des résultats de recherches reflètent l’image qu’on souhaite révéler sur Internet. Un article intéressant paru sur le blog de Google ( traduction en français ) nous recommande les actions suivantes : Réfléchir à deux fois avant d’éditer un contenu sur Internet Articles similaires:

Les entreprises françaises de plus en plus soucieuses de leur e-réputation 01net. le 04/07/11 à 10h17 Les internautes français sont-ils influenceurs ou influencés ? L’engouement des Français pour les médias sociaux est manifeste. Quelle est la confiance accordée par les internautes aux Médias Sociaux ? Les Français utilisent les médias sociaux de manière intensive, mais sont-ils des influenceurs ? Et ces avis ont-ils un quelconque poids sur un achat ou sur leur perception des marques ? 2011 : La prise de conscience des entreprises françaises Les priorités des directions Marketing et Comm. pour 2011. Du côté des entreprises, cette menace potentielle, et quelquefois avérée, sur leur e-réputation commence à être comprise. Les initiatives lancées par les entreprises françaises. Le phénomène commence à dépasser les seuls pionniers de l’e-réputation : 52 % des entreprises interrogées affirment avoir mené des initiatives sur les médias sociaux. Rapport IDC-SAS Medias Sociaux / E-Reputation Juin 2011

Related:  E-ReputationE-réputationTechos