background preloader

Un seul but : contenir la Russie et la Chine

Un seul but : contenir la Russie et la Chine
Par Pepe Escobar – Le 30 août 2016 – Source Russia Insider Le prochain sommet des BRICS, à Goa, aura lieu dans seulement deux mois. Depuis à peine deux ans, les plaques tectoniques géopolitiques se sont déplacées à une vitesse étonnante. La plupart des pays du BRICS sont embourbés dans une crise profonde. La débâcle politico-économico-institutionnelle interminable du Brésil pourrait provoquer la destitution kafkaïenne de la présidente Dilma Rousseff. Les BRICS sont dans le coma. Est-ce si sûr ? Lentement mais sûrement – voir par exemple la possibilité d’une coalition en cours entre Ankara-Téhéran-Moscou (ATM) – la puissance mondiale continue de se déplacer avec insistance vers l’Est. L’Allemagne dirige déjà l’Europe. Le pivot vers l’Asie pour contenir la Russie et la Chine n’est bien sûr qu’un fragment de l’affaire. Le noyau des industries de la Russie, l’infrastructure, la population, sont à l’ouest du pays, près de l’Europe. Le Dr Zbig en pleine déprime

http://lesakerfrancophone.fr/un-seul-but-contenir-la-russie-et-la-chine

Related:  Géopolitique CHINEPOUVOIR MONDIAL 2BRICSLes USA ou SAM le POULPE 6CES FOUS QUI NOUS GOUVERNENT AOÛT 2016 - 1

Le G20 s’ouvre dans la zone technologique de Hangzhou, en Chine… … dans un contexte géopolitique très tendu Par Pepe Escobar – Le 2 septembre 2016 – Source CounterPunch La Chine a investi un immense capital politique et économique pour préparer ce sommet. Les débats tourneront autour du thème principal de la recherche de solutions «vers une économie mondiale revigorée, interconnectée, inclusive et innovante». Les ministres du commerce réunis au G20 ont déjà accepté de déposer neuf principes de base pour l’investissement mondial. Au sommet, la Chine va continuer à appuyer les marchés émergents pour qu’ils aient un plus grand mot à dire dans le système de Bretton Woods.

À l’Onu, la Syrie accuse les USA d’induire le monde en erreur International URL courte Washington et ses partenaires aux Nations unies font semblant de prendre des mesures en vue de trouver une solution à la crise syrienne, a affirmé le représentant permanent de la Syrie auprès de l'Onu, Bachar Jaafari. « Les États-Unis, la France et la Grande-Bretagne saisissent depuis six ans un Conseil après l'autre, sponsorisent les projets de déclarations, et ce, pour induire en erreur l'opinion publique en montrant qu'ils cherchent à résoudre la crise dans mon pays », a-t-il affirmé prenant la parole samedi lors d'un Conseil de sécurité. Victime étasunienne du BRIC - tellement plus atteignable et facile à manoeuvrer ce terrain de guerre à portée de main. Les partisans de Dilma Rousseff ne décolèrent pas. Ils n'acceptent pas sa destitution pour maquillage de comptes publics et dénoncent un coup d'Etat. Ils exigent la démission de son remplaçant, Michel Temer, devenu président. «Fora Temer», «Temer, dehors», crient les militants devant les barricades.

Syrie : Les USA menacent d’armer al-Qaeda contre la Russie Dix jours après l’échec du dernier cessez-le-feu négocié à Genève avec Sergueï Lavrov, les États-Unis ont menacé mercredi de cesser de coopérer avec la Russie sur le dossier syrien si elle ne fait pas le nécessaire pour mettre fin à l’offensive d’Alep et pour rétablir le cessez-le-feu qui a pris fin le 19 septembre, a fait savoir le département d’État. Les choses commencent à sentir vraiment mauvais pour al-Qaeda et autres milices salafistes dans cette ville hautement stratégique, les USA ont donc décidé de changer d’attitude : Entre autres, l’administration américaine n’exclue pas d’autoriser les pays du Golfe qui soutiennent l’opposition syrienne de fournir aux rivaux du président Bachar el-Assad des armements de hautes technologie. En clair, cela signifie que Washington donnera l’ordre aux Wahhabites d’Arabie Saoudite de livrer des missiles aux djihadistes afin d’abattre les bombardiers russes.

Les défenseurs des droits humains complices des violations des droits de l’homme en Ukraine de l’Est Par Roger Annis – Le 26 août 2016 – Source Strategic-Culture Amnesty International et Human Rights Watch ont publié un rapport le 21 juillet 2016 sur la situation des droits humains dans la région du Donbass, en Ukraine de l’Est. Ce rapport ne peut être décrit que comme couvrant les crimes de guerre perpétrés par le régime de Kiev, depuis qu’il a lancé son opération anti-terroriste (une guerre civile) en avril 2014. La guerre a été déclenchée pour écraser la résistance dans le Donbass, résistance au coup d’État illégal et à la prise du pouvoir à Kiev, en février 2014, par le mouvement qui s’est lui-même nommé Maïdan. De manière fortuite, des attaques à l’artillerie et autres par le Maïdan d’Ukraine contre les républiques populaires rebelles de Donetsk et Lugansk, dans le Donbass, se sont intensifiées au cours des deux derniers mois, au moment même où les défenseurs des droits humains préparaient la publication de leur rapport.

Les jours sont comptés pour les banques occidentales en Asie Balakrishnan estime que la montée en puissance de leurs rivales asiatiques et leur réputation qui flanche indiquent que les banques occidentales, souvent coupables d’avoir fait de mauvais choix, risquent de devenir des souvenirs de l’Histoire d’ici une génération. Par N. Balakrishnan – Le 23 août 2016 – Source South China Morning Post Nombreux sont ceux qui savent déjà que les banques chinoises font partie des premières mondiales.

L’Italie, base US pour l’Afrique, par Manlio Dinucci Pendant que les projecteurs politico-médiatiques sont braqués sur la Syrie, au centre d’une colossale psyop pour faire apparaître les agressés comme des agresseurs, reste cependant dans l’ombre ce qui arrive dans d’autres parties du Moyen-Orient et en Afrique. Les États-Unis, l’Arabie Saoudite, le Qatar, le Koweit et les Émirats —qui depuis cinq ans mènent la guerre en Syrie avec des forces terroristes infiltrées et maintenant accusent le gouvernement syrien de crimes de guerre en sponsorisant l’exposition photographique Caesar présentée demain à Rome [1]— continuent à massacrer des civils au Yémen. Participe à la guerre le CentCom avec des attaques « antiterrorisme », officiellement documentés, effectués au Yémen avec des drones et des chasseurs-bombardiers.

Le futur de l’économie russe – RussEurope On trouvera ci-après les réponses que j’ai données lors d’une interview électronique avec le Club Valdai au sujet de l’avenir de l’économie russe, dans le contexte de faibles prix du pétrole, et qui a été publiée sur le site Russia Direct[1]. Ont aussi participé à ce débat Danila Bochkarev, EastWest Institute fellow on economic security issues (Bruxelles, Belgique) et Radhika Desai, professeur au Department of Political Studies et directeur du Geopolitical Economic Research Group, à l’Université du Manitoba (Canada). Le texte est en anglais. Alep ensanglantée « Excuse-moi, je ne peux pas te parler tout de suite, une bombe vient de tomber », lance Pierre Le Corf ce mercredi matin, depuis l’un des quartiers d’Alep qui est aujourd’hui sous le contrôle de l’armée syrienne. Quelques minutes plus tard, il poste une photo de ses mains ensanglantées : ce sang n’est pas le sien mais celui d’un homme dont le bras a été arraché quelques mètres plus loin par un deuxième obus alors qu’il tentait de fuir. L’homme est chargé dans une voiture, et meurt quelques instants après. « Imaginez que vous soyez des poissons rouges dans un bocal étroit, pas moyen de sortir. Une eau trouble mais pas assez pour vous cacher le monde qui continue de tourner autour de vous, et pourtant assez pour que le monde ne vous remarque pas… », écrit-il encore sur sa page Facebook, appuyé par des dizaines de commentaires d’Aleppins reconnaissants pour le témoignage qu’il porte aux Français qui acceptent de le lire. Tous n’ont qu’une envie, irrépressible désormais : la paix.

Imperturbable, Bruxelles continue le TAFTA-TTIP "Nous allons continuer à négocier. Ces accords de libre-échange sont de la plus grande importance..." Comme on s'y attendait, M. Syrie, un conflit de plus en plus complexe - Lengadoc Info 01/09/2016 – 13h30 Syrie (Lengadoc Info) – Point de situation numéro 11 – La particularité du conflit qui déchire la Syrie depuis 5 ans et qui a occasionné 300 000 morts jusqu’à aujourd’hui, réside dans la multiplicité des belligérants. Le fait également que de nombreux pays extérieurs prennent part aux combats en soutenant telle ou telle faction par la fourniture massive d’armes, en envoyant des conseillers militaires au plus près des unités combattantes, en procurant un appui aérien non négligeable. Voire carrément en prenant part aux combats avec ses propres troupes au sol comme vient de le faire la Turquie au niveau de Jarablus. Les deux derniers événements majeurs du conflit en Syrie étaient centrés sur la lutte acharnée entre factions islamistes et forces pro-gouvernementales pour la maîtrise d’Alep et l’abandon par les troupes de Daech de leur bastion de Manbij. La situation à Alep Autour de Manbij

Info WikiLeaks UASA/SYRIE 2013.- Clinton admet qu'une zone d'exclusion aérienne en Syrie impliquerait la mort de nombreux civils Selon des mails récemment révélés par WikiLeaks, la candidate à la Maison Blanche craint que l'établissement d'une zone d'exclusion aérienne à Alep, voulu par les «faucons» américains, ne soit possible qu'à condition de bombarder des espaces civils. «Afin d'obtenir une zone d'exclusion aérienne en Syrie, il faudrait se débarrasser de tous les systèmes de défense aérienne [de l'armée syrienne], dont un grand nombre sont situés dans des zones habitées. En d'autres termes, nos missiles [...] tueraient un grand nombre de Syriens», a reconnu Hillary Clinton, lors de l'une de ses conférences privées en 2013, selon les révélations de WikiLeaks du 7 octobre. Défendue par les «faucons» américains, l'idée d'une zone d'exclusion aérienne en Syrie viserait à empêcher Bachar el-Assad d'utiliser son aviation. Ces propos peuvent être retrouvés parmi les quelque 2 060 lettres et 50 000 mails rendus publics, dans le 7 octobre, par le site WikiLeaks.

Related: