background preloader

Voici les 34 technologies à forts enjeux stratégiques en 2016

Voici les 34 technologies à forts enjeux stratégiques en 2016
Gartner a dévoilé son cycle des technologies émergentes de 2016, et nous avons relevé les 34 technologies de demain que l’institut d’analyse considère comme étant porteuses des plus forts enjeux stratégiques. Chaque année, Gartner dévoile son Hype Cycle for Emerging Technologies, caractérisant les innovations technologiques émergentes selon l’espérance qu’on leur accorde sur une échelle temporelle (voir notre article sur le cycle de 2014 et sur celui de 2015). Mi-Août, Gartner a dévoilé son cycle des technologies pour 2016 : Nous avons détaillé chacune de ces technologies qui sont, selon Gartner, à forts enjeux stratégiques : Parmi les technologies citées dans cette présentation : La réalité virtuelle La réalité virtuelle désigne une simulation informatique d’environnements réels ou imaginaires se basant sur des éléments visuels, sonores, ou via le toucher permettant d’immerger l’utilisateur. La réalité augmentée La gestion efficiente du cycle de vie de la donnée en entreprise La Blockchain

https://www.aruco.com/2016/08/gartner-technologies-emergentes/

Related:  InnovationProspectivedigitalisation

Alors forcément à la lecture des classements précédents on peut douter de certaines tendances qui disparaissent après une courte période d’euphorie mais néanmoins on peut déceler certaines technologies à venir. Au delà de ce classement il faut considérer l’usage que l’enseignant en fera (ou l’utilisateur hors enseignement) car c’est ce qui donnera vit au produit ! La réalité virtuelle La réalité virtuelle désigne une simulation informatique d’environnements réels ou imaginaires se basant sur des éléments visuels, sonores, ou via le toucher permettant d’immerger l’utilisateur. A quoi ressemblera le monde du travail en 2020 Le réveil des machines intelligentes promet sans nuance la fin du travail tel que nous le connaissons. L’entreprise traditionnelle passe à l’heure numérique et tremble sur ses bases, bousculée par le fonctionnement des startups et la vague du freelance. Les oracles sont formels, le travail ne sera plus jamais le même.

L’Europe de l’intelligence artificielle est en marche ! À l’heure où l’Europe traverse une crise politique majeure provoquée par le choix britannique du Brexit, à l’heure où les échecs européens prennent le pas sur les succès, il semble important de souligner les secteurs dans lesquels cette même Europe a su exceller et se faire apprécier du reste du monde : l’intelligence artificielle (IA), en tant que futur moteur de la croissance économique mondiale, constitue l’un des domaines d’excellence européens les plus prometteurs. En matière de révolution numérique, nous sommes habitués et presque résignés à un leadership américain sans partage qui relègue souvent l’Europe au rôle d’observateur, consommateur, suiveur des technologies californiennes. Mais cette situation inconfortable pourrait bien évoluer et se rééquilibrer au profit du vieux continent qui attire aujourd’hui les fleurons mondiaux de la R&D en IA sur un axe émergeant liant Londres, Paris et Zürich. Google DeepMind à Londres L’AI de Facebook à Paris Google Research Europe à Zurich

Théorie C-K Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La théorie C-K (pour concept-knowledge ou concept/connaissance) est une théorie de la créativité[1],[2]. Elle prône un espace de réflexion, dont l'architecture est réglée par la théorie des ensembles, partant d'un concept sur lequel le groupe de réflexion va greffer des caractéristiques supplémentaires qui induiront des manques dans l'espace des connaissances. L'augmentation des connaissances permettra à son tour de créer de nouveaux concepts. Comment répondre au design de nos vulnérabilités Sur Medium, Tristan Harris (@tristanharris) qui se présente comme ex-designer de l’éthique chez Google, a livré un long et passionnant article sur la manière dont le design aujourd’hui exploite nos vulnérabilités. De plus en plus, la technologie exploite les faiblesses psychologiques, sociales et cognitives des gens, à la manière des magiciens qui cherchent à exploiter les vulnérabilités de la perception de leur public. Les concepteurs font la même chose : ils jouent de nos vulnérabilités psychologiques pour attirer et retenir notre attention, sans rencontrer beaucoup d’autres contraintes que les limites du public à les accepter. Si l’idéal de la liberté individuelle défend bec et ongle notre capacité à faire des choix libres de toutes contraintes, il continue à ignorer (ou à faire semblant d’ignorer) combien ceux-ci peuvent être manipulés et manipulables, sans en être conscients. Image : page d’accueil de l’initiative de Tristan Harris, concevoir pour bien dépenser son temps.

Dropbox se dote d'un datacenter en Europe et cible le CAC40 Le spécialiste du stockage de fichiers en mode cloud ajoute une corde à son arc. Il donne la possibilité à ses entreprises clientes de stocker leurs documents en Europe, en Allemagne. Dropbox revendique à ce jour 400 millions d'utilisateurs à travers le monde, dont 300 millions situés en dehors des Etats-Unis. "Une large part est basée en Europe. Rien qu'en France, un cinquième de la population a recours à Dropbox, ce qui représente environ un quart des internautes français", confie Thomas Hansen, vice-président international en charge des ventes et canaux de distribution chez Dropbox.

Les trackers émotionnels, nouvelles coqueluches du monde des wearables Ces bracelets et bagues connectés capables d'analyser les émotions de leurs utilisateurs vont bientôt déferler sur le marché grand public. Ils intéressent aussi les professionnels. Euphoriques à un concert de rock, révoltés pendant une manifestation... Dans un futur proche, les internautes n'auront même plus besoin de communiquer leurs émotions à leurs "amis" sur les réseaux sociaux : leur wearable le fera à leur place. Plusieurs start-up développent en ce moment des bagues ou des bracelets connectés capables d'analyser finement les réactions émotionnelles de leurs utilisateurs.

Innovation Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Sur les autres projets Wikimedia : innovation, sur le Wiktionnaire Du concept de la Blockchain à ses applications concrètes Quatre principales limites des blockchains aujourd’hui : le cadre juridique, le passage à l’échelle, la standardisation et la sécurité informatique Le cadre juridique La technologie est récente et n’est pas à ce jour mature pour une adoption massive. Les opérations sur blockchain n’offrent en particulier à ce jour aucune sécurité juridique. Une illustration assez dramatique de cette immaturité a été le lancement de « The DAO » (Distributed Autonomous Organisation), une forme de venture capital par smart contract. Différentes étapes ont conduit au hacking de « The DAO » et une perte sèche en capital de 50% en une demi-journée pour les investisseurs (2).

Les 10 règles d’or pour rater sa transformation digitale En quelques mois la transformation digitale s’est invitée dans l’agenda des dirigeants d’entreprise. Peur de « l’uberisation » (arrivée soudaine de nouveaux acteurs agressifs), incertitudes économiques, nouvelles exigences des consommateurs… Face à ce contexte, réussir sa transformation digitale est devenu un impératif. Pour autant les pièges d’une transformation digitale sont nombreux. Quel processus d'innovation idéal à 2020 ? Même si l’on peut reprocher à la notion de processus d’être quelque peu contradictoire avec la dynamique souvent chaotique ou aléatoire de la créativité et de l’innovation, il convient pour la plupart des Managers de l’Innovation d’organiser au sein des entreprises ou des institutions du secteur public un certain nombre d’éléments et de dispositifs autour d’une démarche plus ou moins structurée. Certaines entreprises ont déjà des processus (ex. Stage & Gate) et des méthodes (Design Thinking, Lean Start Up, etc.) d’innovation très formalisés et détaillés (peut être trop ?)

Crainte et vanité ? La soumission des universitaires à la gestion néolibérale – Mondes Sociaux CC Pixabay Bykst En 2014, Yves Dupont, socioanthropologue spécialiste du monde rural, a publié un essai qui mérite à nos yeux d’être présenté sous forme de tribune. Son questionnement essentiel est le suivant : comment se fait-il que les universitaires, disposant pourtant des outils intellectuels et de la protection statutaire pour résister aux sirènes néolibérales, acceptent presque silencieusement de se soumettre au processus de gestionnarisation de l’Université française, c’est-à-dire à une logique basée sur la productivité et la rentabilité contrôlées par des procédures normées et des indicateurs chiffrés de performance. Autrement dit, comment se fait-il que les chercheurs consacrent de moins en moins de temps à des questions proprement scientifiques et de plus en plus à la rédaction de « projets » dont beaucoup n’aboutissent jamais ?

Comment HPE met en place le DevOps pour ses propres équipes - ZDNet Fournisseur de solutions informatiques matérielles et logicielles pour les professionnels, HPE emploie 60 000 ingénieurs IT, dont 5 à 7 000 développeurs et membres d'équipes opérationnelles. Leur travail est d'améliorer au quotidien les logiciels utilisés par les clients de l'entreprise. Fluidifier les relations entre développeurs et équipes de production est donc un enjeu majeur. L'objectif ? Améliorer la délivrabilité des mises à jours logicielles et être plus réactif face aux demandes des clients.

Related: